Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Le flash après le séisme

 

Le séisme du Mexique survenu le 7 septembre 2017 a donné lieu à un flash de lumière comme de nombreux autres séismes par le passé. Un phénomène qui n’est pas encore bien expliqué même si plusieurs pistes sont souvent évoquées.

 

Après le séisme du Mexique, des flashs lumineux ont été observés.

Y a-t-il un Ovni qui survole à chaque fois la région frappée par un séisme ? Pendant longtemps les observateurs se sont posé cette question incongrue. La raison : l’apparition d’une lumière intense tout de suite après la survenue d’un tremblement de Terre, totalement inexplicable pendant longtemps sauf en faisant appel aux phénomènes surnaturels. Or, la revue New Scientist a consacré un article aux phénomènes susceptibles de donner lieu à une telle lumière.

Un récapitulatif qui arrive à point : en effet, le séisme survenu sur la côte sud du Mexique le 7 septembre a respecté la règle : il a été suivi d’un flash lumineux intense. D’une magnitude de 8,1 – les plus grands séismes dépassent à peine 9 – la secousse a fait plus de 90 morts et de nombreux blessés. Visiblement l’intensité du séisme n’explique pas à elle seule ces feux d’artifice : le séisme de l’Aquila (Italie) en 2009, de magnitude 6,3 a aussi donné lieu au flash lumineux. Et les premiers témoignages de ce type remontent à l’an 89 avant J-C !

La décharge électrique

Le phénomène correspondrait d’une manière générale à une décharge électrique, sur le même principe qu’un éclair d’orage… mais reste à trouver le processus qui serait à l’origine de cette décharge : car lorsque survient un éclair, il y a une différence de quantité de charges électriques entre le sol et la base des nuages mais rien de tel après un séisme.

Une possibilité serait liée aux roches métamorphiques comme les schistes dont la structure en feuillets peut se briser facilement, alors les liaisons moléculaires rompent et de l’oxygène ionisé se trouve libéré. Ces charges électriques juste sous la surface créent un petit champ électrique. Dans ce cas, pendant la fraction de seconde que dure la secousse, un petit flash peut se produire.

Le coup du quartz

La présence de roches riches en quartz – dont la propriété de piézoélectricité est utilisée dans les montres à quartz – est aussi évoquée :  une fois sous contrainte, ce minéral se polarise : les charges électriques positives et négatives se séparent ce qui peut générer un petit champ électrique. A moins que le processus incriminé soit la triboluminescence : ce phénomène optique correspond à l’émission d’une lumière lorsque certaines liaisons chimiques sont rompues suite à des frictions au sein de la roche.

Pour trancher il faut procéder à des tests en labo… mais difficile de disposer de terrains aussi importants qu’une faille naturelle !



yogaesoteric
13 septembre 2018