Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Certaines élites pourraient se servir du sang des enfants pour prévenir le vieillissement


Une étude publiée dans Science and Nature Medicine a révélé que la transfusion de sang venant de jeunes souris chez les vieilles souris peut effectivement prévenir les symptômes du vieillissement. Cette découverte révolutionnaire pourrait conduire à des percées médicales et le développement de nouveaux médicaments. Toutefois, un rapport de Vice Health a souligné des applications beaucoup plus sinistres pour cette connaissance. Il a été suggéré dans le rapport que les élites vieillissantes utilisent le sang des enfants comme une sorte de sérum de rajeunissement.

En 2016, le journaliste Jeff Bercovici a fait une déclaration similaire, après avoir mené plusieurs entretiens avec des aristocrates de la Silicon Valley, dont Peter Thiel, et il a appris une procédure de transfusion appelée « parabiose », où le sang des enfants est utilisé pour prévenir le vieillissement.

« Il y a des rumeurs répandues dans la Silicon Valley, où la science de la prolongation de la vie est une obsession populaire, que plusieurs individus riches du monde de la technologie ont déjà commencé à pratiquer la parabiose, dépensant des dizaines de milliers de dollars pour les procédures et le sang des enfants, répétant l’exercice plusieurs fois par an », a déclaré Bercovici.

Dans son article, Bercovici a également exprimé des préoccupations concernant un marché noir en développement pour le sang des enfants.

Je sais que cela semble trop scandaleux pour être vrai, mais ces pratiques horribles ont été monnaie courante chez les aristocrates dans différentes cultures à travers l’histoire. Dans la plupart des cultures modernes, les meurtres de masse et les sacrifices humains se déroulent toujours à l’air libre sous couvert de guerre, alors que beaucoup affirment que le cannibalisme se produit toujours mais à huis clos.

Ce n’est que depuis quelques centaines d’années que la pratique du cannibalisme chez la royauté n’a pas été rendue publique. En Europe, à l’époque de la Révolution américaine, « la médecine du cadavre » était très populaire parmi la classe dirigeante, Charles II préparait même la sienne.

Dr Richard Sugg de l’université de Durham a mené des recherches approfondies sur la pratique de la médecine du cadavre parmi la royauté. « Le corps humain a été largement utilisé comme agent thérapeutique avec les traitements les plus populaires impliquant la chair, les os ou le sang. Le cannibalisme a été trouvé non seulement dans le Nouveau Monde, comme on le croit souvent, mais aussi en Europe », a déclaré Sugg.

« Une chose encore rarement enseigné à l’école prouvée dans les textes littéraires et historiques de l’époque est la suivante : James I a refusé la médecine du cadavre ; Charles II a réalisé sa propre médecine du cadavre ; Et Charles I a été transformé en médecine de cadavre. Avec Charles II, des utilisateurs éminents ou des prescripteurs ont inclus Francis I, le chirurgien d’Elizabeth I John Banister, Elizabeth Grey, la Comtesse de Kent, Robert Boyle, Thomas Willis, Guillaume III, et Queen Mary », a-t-il ajouté.

Mark Passio et d’autres conférenciers et lanceurs d’alerte à la conférence Free Your Mind de cette année sont quelques-uns des seuls chercheurs qui osent plonger dans ces sujets profonds.

Bien sûr, les rapports ne pointent vers aucune personne spécifique ou ne fournissent aucune preuve de personnes qui boivent du sang pour prévenir le vieillissement. Cependant, la science est bien là et il existe un précédent historique pour les aristocrates qui participent à ce type d’activités.




yogaesoteric

23 juillet 2017