Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Actualité >Articles >
Inde: les autorités font fermer une usine de Coca-Cola trop polluante
 

Les autorités indiennes ont ordonné la fermeture d’une usine d’embouteillage Coca-Cola dans le nord de l’Inde, notamment parce qu’elle consomme trop d’eau.

L’usine située à Varanasi (Bénarès), dans l’Etat de l’Uttar Pradesh, a enfreint les conditions prévues par sa licence d’exploitation, selon un responsable des autorités de lutte contre la pollution.

« L’usine a fermé conformément à notre décision », a déclaré un haut responsable de l’Uttar Pradesh Pollution Control Board, J.S. Yadav. Les responsables de Coca-Cola ont « également été informés qu’ils devaient prendre des mesures appropriées pour rétablir les nappes phréatiques pour un volume deux fois supérieur à ce qu’ils ont extrait ».
« Les rejets de l’usine contiennent en outre des substances polluantes en quantité supérieure aux niveaux admis ».

L’entreprise a fait appel de cette décision au tribunal chargé des affaires d’environnement au niveau national, jugeant que les raisons avancées pour cette fermeture étaient erronées.

Hindustan Coca-Cola Beverages Private Limited, filiale de Coca-Cola, a indiqué que l’usine fonctionnait depuis 15 ans « en conformité avec les lois et la réglementation en vigueur ».

Illégalité

Auparavant, l’entreprise s’etait déjà confrontée à la mise en garde des autorités locales qui avaient estimé que l’usine devrait être démolie car sa construction avait été entachée d’illégalité.
L’Inde est l’un des principaux gisements de croissance pour Coca-Cola qui y détient 58 usines d’embouteillage.

L’usine de Varanasi a été au cœur de polémiques depuis plusieurs années, accusée par les défenseurs de l’environnement de créer d’importantes pénuries d’eau et de polluer les sols. L’an dernier, la société avait annoncé avoir achevé des travaux pour accroître la production de cette usine.

« La soif de profits de Coca-Cola en Inde a placé ses intérêts au-dessus du bien-être des communautés et de l’environnement, ce qui n’est pas acceptable », a réagi Amit Srivastava, de l’ONG de défense de l’environnement India Resource Centre.

 

yogaesoteric
3 octobre 2017