Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Relations amoureuses et sexualité à TELOS


Alors qu’elle habitait le Montana, Aurelia Louise Jones (1941-2009) reçut, par channeling, un message de Sananda selon lequel elle allait un jour s’établir près du mont Shasta en vue d’accomplir un service d’une plus grande importance dans le cadre de sa mission. Quelques mois après, en février 1997, elle reçut un courriel de la part du grand prêtre de Telos, Adama, l’invitant à aménager dans la région du mont Shasta pour la préparer à entreprendre une mission en collaboration avec lui et avec d’autres êtres de lumière. Et en juin 1998, Aurelia Louise Jones s’installa au mont Shasta. Trois ans après son arrivée, elle n’avait toujours pas eu de nouvelles des Lémuriens. Et puis un après-midi, elle a reçu un courrier d’Adama, livré par un messager. Cette lettre l’informait qu’elle était désormais prête et que le moment était venu de se mettre à collaborer plus étroitement et consciemment avec eux. Puis Sananda l’informa que le temps était venu de faire entendre la voix d’Adama sur cette planète, ce dernier l’ayant choisie pour tenir ce rôle. Elle fut notamment invitée à canaliser Adama chaque mois dans le cadre d’une émission radiophonique. Elle put également établir la communication avec quelques autres Télosiens. Elle s’est ainsi, dit-elle, reconnectée avec des membres de sa famille lémurienne de jadis, notamment avec sa flamme jumelle Ahnahmar, « qui vit à Telos dans le même corps physique depuis la chute de la Lémurie ».

 

 

« Au cours de mes balades ou de mes explorations aux environs du mont Shasta, il me semble que mon équipe lémurienne, comme ils se désignent eux-mêmes, est toujours présente à mes côtés. Ils m’ont révélé plusieurs sites sacrés anciens, des temples archaïques toujours existants au même endroit dans la cinquième Dimension, des corridors et des portails multidimensionnels, des vortex énergétiques, des contrées où habitent des fées et même un lieu où de grandes familles d’unicornes vivent dans une Dimension légèrement supérieure à la nôtre ; ceux-ci sont visibles uniquement à ceux dont la vision intérieure est opérationnelle. » (A. L. Jones)

Telos

Adama précise que les Telosiens ont choisi de vivre sous le mont Shasta parce que cet endroit leur permettait de perpétuer la culture lémurienne, et ce, sans aucune interférence de la part d’autres sociétés ou groupes de l’espace. Les cités souterraines, bien que confinées et restreintes, ont permis aux Telosiens, depuis les 12.000 dernières années, de survivre. Le mont Shasta a été pour eux une bulle de protection leur offrant la clandestinité…

 

Telos abrite deux formes de gouvernement :

- Le roi et la reine de Telos, Ra et Rana Mu, « des Maîtres ascensionnés également Flammes jumelles ». Ce sont eux les dirigeants absolus.

- Le concile local appelé Concile lémurien de lumière, constitué de douze Maîtres ascensionnés (six hommes et six femmes). Cette assemblée comporte un treizième membre, le grand prêtre de Telos (Adama). Ce dernier préside et prend en dernier lieu les décisions quand le Concile ne peut arriver à un consensus.

« Les membres du concile sont choisis selon le degré de réalisation spirituelle qu’ils ont atteint, leurs qualités intérieures, leur maturité et leur domaine d’expertise. Si l’un d’eux souhaite passer à un autre service, le poste est affiché parmi le peuple et ceux qui désirent siéger au concile peuvent se présenter. Chaque candidature fait l’objet d’un examen minutieux auquel participent le concile, les membres du clergé et les deux monarques de Telos. Le roi et la reine prennent la décision finale quant au choix du candidat parmi les postulants. »

La population de Telos comprend environ 1 million et demi d’habitants. Le gouvernement est le même pour tous.

La cité de Telos comporte cinq niveaux répartis sur plusieurs kilomètres carrés sous le mont Shasta :

1. Le premier niveau est constitué de la plus grande partie de la population, laquelle loge sous le dôme du premier étage.

« C’est là également que les édifices administratifs et publics sont situés, de même que de nombreux temples. Au centre se trouve notre temple principal, le temple de Ma-Ra, un édifice semblable à une pyramide. Il peut contenir jusqu’à 10.000 personnes. Ce sanctuaire est voué à l’ordre de Melchizedek. Cette pyramide blanche est couronnée d’une pierre de tête, nommée pierre vivante ; elle nous a été offerte par les peuples de Vénus. »

2. Le deuxième niveau concentre les activités industrielles et la production visant à combler les besoins de la ville et de ses citoyens. Il y a aussi des institutions dans lesquelles des cours pour adultes et enfants sont dispensés. On remarque également des résidences privées.

3. Le troisième niveau est réservé aux jardins hydroponiques, lesquels produisent l’ensemble des denrées alimentaires sur environ sept acres.

 

« Nos jardins hydroponiques donnent récolte sur récolte. Grâce à une technologie hydroponique avancée, les plants poussent plus rapidement, requièrent très peu de terre et beaucoup d’eau, sans nécessiter de substances chimiques comme ceux de la surface. Notre nourriture est entièrement biologique et douée de la plus haute vibration. Notre style d’agriculture ne requiert pas non plus de fertilisants et n’appauvrit pas le sol ; nous ajoutons des minéraux organiques à l’eau des plantations. Nos cultures prospèrent également en raison de la vibration de lumière, d’amour et d’énergie de Telos : c’est la magie de notre conscience à cinq dimensions que vous aurez bientôt l’occasion de découvrir, probablement en cette décennie même, sinon au cours de la prochaine. »

4. Le quatrième niveau comporte quelques cultures hydroponiques, des usines, et une vaste zone naturelle formée de parcs agrémentés de petits lacs et de fontaines.

5. Le cinquième niveau est entièrement consacré à la nature à l’état sauvage. On y trouve des arbres majestueux, des lacs, ainsi que de nombreux végétaux et animaux disparus de la surface.

« Toutes nos bêtes, qui sont végétariennes et ne s’entredévorent pas, logent à cet étage. Elles vivent côte à côte, en parfaite harmonie, exemptes de peur, et n’agressent jamais les gens ni leurs semblables. Telos est vraiment l’éden où le lion et l’agneau se côtoient et dorment ensemble, en toute confiance. »

Il y a fréquemment des réunions du Concile en présence des délégués de diverses civilisations de l’intérieur de la Terre.

« Nous entretenons des rapports mutuels très amicaux et chaleureux. Aucune lutte de pouvoir ne sévit entre nous ; l’amour inconditionnel régit toutes nos relations. La raison qui sous-tend nos rencontres, c’est la recherche de moyens favorisant une collaboration plus efficace entre nous en vue du bien-être collectif. Nous discutons des échanges qui ont cours entre nos sociétés. L’argent n’existe pas : nous partageons le surplus de produits ou de denrées alimentaires. Nous examinons également comment nous pouvons aider les peuples de la surface dans leur évolution et leurs initiations spirituelles. »

Le réseau Agartha est responsable, sous terre, de la sécurité des Télosiens.

« Nous assistons à d’importants colloques portant sur nos lois durant lesquels celles-ci sont examinées à la lueur du Code éthique divin destiné à la Terre. Notre gouvernement est autogéré ; il se fonde sur l’équité et l’égalité de toute vie, qu’elle se trouve à la surface ou au-dessous. Chaque cas est étudié individuellement en fonction des circonstances qui l’entourent et jugé d’après la lumière de Dieu et son code éthique ; ainsi, les parties impliquées bénéficient d’une justice impartiale visant le bien de tous.

Notre système judiciaire est vieux de millions d’années ; il s’inspire des préceptes lémuriens en vigueur lorsque nous vivions à la surface, dans des habitations et des communautés semblables aux vôtres. Nous avons importé ce type de démocratie quand nous sommes passés sous terre, il y a 12.000 ans. Nous disposons d’un savoir immense car notre espérance de vie est pratiquement interminable. Certains parmi nous ont 20.000 ou 30.000 ans et se souviennent de tout ce qui était quand ils vivaient à la surface. »

Relations amoureuses et sexualité à Telos

Les relations amoureuses à Telos ne sont pas sujettes aux difficultés matérielles qu’entraînent la survie et l’argent, et qui sont notre lot à la surface.

 

« Nous n’avons pas à gagner l’argent pour payer le loyer, nourrir les enfants, régler les frais médicaux, et nous ne sommes pas assujettis à de lourds impôts. Les commodités sont gratuites pour tous. »

Les enfants âgés de 13 ou 14 ans sont autorisés à expérimenter la sexualité, mais sous la supervision des prêtres. Si, à un moment donné, les deux compagnons jugent leur expérience ensemble terminée, ils se séparent en toute amitié, à la suite d’un accord mutuel.

Deux âmes très longtemps liées par un mariage peuvent adresser une requête auprès du Haut Concile lémurien pour obtenir l’autorisation de s’unir en un mariage sacré, en une union permanente.

« Une fois deux personnes ainsi liées, il n’y aura plus de séparation entre elles. (…) Les époux envisagent de demeurer ensemble à jamais ou jusqu’à ce qu’ils quittent notre société. Le mariage sacré n’autorise aucune séparation ; ce que vous nommez divorce n’est plus possible. »

L’acte sexuel est aux yeux des Telosiens une union avec le Divin. A Telos, on ne se livre pas à l’acte sexuel en dehors d’un amour profond entre les deux amants, « ou dans le but d’obtenir quelque chose ou de manipuler l’autre ». Un plus grand nombre des chakras des Telosiens est activé. Ils utilisent les douze principaux chakras, ainsi que les douze sous-chakras de ceux-ci. Leur sexualité fait donc appel à 144 chakras.

 

Chez les Telosiens, la reproduction n’est possible que lorsqu’une âme est conviée intentionnellement à venir évoluer dans leur communauté. Et seuls les couples unis par le mariage sacré sont autorisés à donner naissance.

 

« Quand l’un d’entre eux décide d’avoir un enfant, il se rend au temple pour discuter de ses intentions avec le grand prêtre et adresser une requête en vue de se prévaloir de ce privilège. Seuls les couples qui ont atteint un haut degré de maturité spirituelle se qualifient quand il s’agit d’amener une âme à s’incarner. Ce principe s’applique à toutes les civilisations éclairées.

Obtenir la permission d’introduire une âme nouvelle dans notre communauté est considéré comme une mission des plus nobles. Les futurs parents sont en contact direct avec un ou plusieurs candidats en provenance des royaumes de lumière. Une fois celui-ci choisi, plusieurs rencontres ont lieu sur les plans intérieurs entre l’âme à naître et les parents. Il faut de six mois à un an pour parachever les préparatifs de la conception. La voie spirituelle et les objectifs sont examinés minutieusement jusqu’à ce que tout soit fin prêt pour l’accomplissement de ce serment sacré.

Dans notre société, il est impensable d’amener un être à s’incarner sans avoir d’abord terminé les préparatifs les plus complets et minutieux. Nous avons tout à fait conscience des répercussions de la naissance d’une nouvelle âme sur notre communauté et nous accueillons cet événement avec joie.

Une fois l’enfant conçu, au cours de la gestation de neuf semaines, les futurs parents s’installent temporairement au temple pour se préparer pleinement à cette arrivée. Durant cette période, ils partagent un amour des plus purs en écoutant une musique qui élève leurs vibrations et ils s’abandonnent sublimement l’un à l’autre. Le grand prêtre du temple, quant à lui, rend hommage et accueille l’âme destinée à devenir un membre de notre communauté. Nos enfants sont tous pleinement désirés. Au cours de la gestation, l’âme perçoit tout l’amour qui l’attend dans sa nouvelle existence. Nos enfants naissent déjà un peu plus grands que les vôtres et se développent plus rapidement. Ils grandissent en sagesse et en connaissance. »

Bien qu’ils subissent quelques-unes des épreuves des enfants de la surface, notamment à la puberté, ils ont accès à maintes formes de soutien qui les amèneront à mûrir en traversant ces difficultés.




yogaesoteric
29 octobre 2017