Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Selon ces chercheurs, l’univers provient d’un hologramme


Cette théorie pourrait permettre de combler les trous dans la théorie standard expliquant le Big Bang.

Et si l’univers n’était qu’un hologramme ?

Cette théorie n’est pas toute jeune. Elle fut proposée par un physicien, Leonard Susskind, dans les années 90, rappelle le Guardian. En partant d’un constat simple : il y a des choses inexpliquées par le modèle standard de la physique, notamment autour des premiers instants du Big Bang. Or, si l’on imagine qu’à l’origine, l’univers n’était pas en 3D mais à « plat », si l’on part du principe que la « profondeur » de l’espace originel n’était au départ qu’une illusion, ces problèmes pourraient peut-être être résolus.

C’est justement ce qu’a testé, dans une étude publiée dans la revue Physical Review Letters, une équipe internationale de chercheurs. Ils ont créé un modèle mathématique, sur ordinateur, qui doit simuler le début de l’univers. Mais dans les paramètres de celui-ci, il n’y a que deux dimensions spatiales au lieu de trois. Ils y ont ensuite placé toutes les informations que l’on a accumulées sur les premiers temps de l’univers. Surprise : tout rentre parfaitement dans le cadre de la simulation. En tout cas, tout colle dans le modèle qu’ils ont créé, qui ne simule qu’une partie minime de l’origine de l’univers.

Nous ne vivons (plus) dans un hologramme

Niayesh Afshordi, auteur principal de l’étude, précise à Gizmodo que cela ne veut pas dire qu’ils ont prouvé que l’univers était à l’origine un hologramme. Plutôt que cette théorie n’est clairement pas à écarter et qu’elle semble même assez prometteuse. Ils ne sont pas les seuls à le penser : depuis une vingtaine d’années, 10.000 articles scientifiques autour de cette idée d’hologramme ont été publiés.

Dernière précision, afin d’arrêter tout questionnement existentiel : les chercheurs en sont à peu près sûrs, l’univers actuel n’est pas un hologramme et est bien en 3D. Il n’y a d’ailleurs aucun lien entre ces travaux et les affirmations, par exemple d’Elon Musk, que nous vivons dans une simulation créée par des extraterrestres.

Malgré tout, cette théorie permettrait de comprendre plusieurs mystères que le modèle actuel de la physique ne permet pas de résoudre. Par exemple, on a du mal à comprendre ce qu’il s’est passé dans les premiers instants de l’univers, ceux qui ont suivi le Big Bang. À ce moment, l’expansion de l’univers était tellement rapide qu’elle dépassait même la vitesse de la lumière ! Une chose théoriquement impossible.

Avec cette théorie de l’hologramme, l’idée serait que l’univers était « encodé » dans des frontières qui entouraient le proto-univers, en deux dimensions. Il y aurait eu à un moment une projection de cet hologramme vers une « vraie 3D ». Reste à savoir comment.



yogaesoteric
15 décembre 2017