Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Santé >Périls pour votre santé >
La dépendance aux smartphones altère la chimie de votre cerveau, selon la science


Une étude présentée à la réunion de 2017 de la Radiological Society of North America a révélé que les jeunes qui sont dépendants des téléphones intelligents affichent un déséquilibre dans leur chimie cérébrale.

Un groupe de chercheurs de l’université coréenne de Séoul a réalisé l’étude, dirigée par le professeur de neuroradiologie Hyung Suk Seo. Ils ont utilisé la spectroscopie par résonance magnétique (SRM) pour étudier la composition chimique des adolescents diagnostiqués comme ayant un déséquilibre lié à leur smartphone ou à Internet.

Dix-neuf jeunes (neuf hommes et dix femmes, avec une moyenne d’âge de quinze ans et demi) ont été comparés à des sujets témoins sains du même sexe. Douze d’entre eux ont reçu une thérapie cognitivo-comportementale basée sur un programme similaire conçu pour aider les personnes dépendantes des jeux vidéo.

Des tests normalisés ont aidé les scientifiques à déterminer la gravité de la dépendance de chaque sujet. On leur a posé des questions sur la façon dont leur usage affectait leurs activités quotidiennes, allant de la vie sociale aux habitudes de sommeil.

Les adolescents qui étaient dépendants de leurs smartphones et d’Internet ont obtenu des scores plus élevés pour les tests qui suivaient la dépression, l’anxiété, la gravité de l’insomnie et leur impulsivité. Ces sujets ont été soumis à des examens d’ARM avant et après leur thérapie comportementale, tandis que les patients témoins ont été examinés une fois pour établir une base de référence.

L’IRM avait pour but de mesurer les niveaux d’acide γ-aminobutyrique (GABA), un neurotransmetteur qui inhibe ou ralentit les signaux cérébraux, et de glutamate-glutamine (Glx), ce qui provoque l’excitation électrique des neurones. Il a déterminé que le rapport entre le GABA et le Glx chez les adolescents toxicomanes était significativement plus élevé avant le traitement que chez les sujets témoins.

Addiction technologique

Selon les statistiques publiées par le Pew Research Center, 46% des Américains affirment qu’ils ne pourraient pas vivre sans leur smartphone. Les jeunes en particulier sont souvent accusés d’être trop pris dans leurs appareils et dans les interactions en ligne ; mais cette étude pourrait suggérer qu’il existe une base médicale pour réduire l’utilisation. On espère qu’elle pourra contribuer à l’élaboration de traitements qui s’attaqueront à ces problèmes.

« L’augmentation des niveaux de GABA et la perturbation de l’équilibre entre GABA et glutamate dans le cortex cingulaire antérieur peuvent contribuer à notre compréhension de la physiopathologie et du traitement des dépendances », a déclaré le Dr Seo dans un communiqué de presse.

Une trop grande quantité de GABA a été associée à des effets secondaires, y compris la somnolence et l’anxiété. Le Dr Seo croit que ce déséquilibre pourrait avoir un lien avec une perte fonctionnelle en ce qui a trait à la capacité du réseau cognitif et émotionnel neuronal d’une personne à traiter ses expériences.

La thérapie comportementale utilisée dans l’étude semblait certainement avoir l’effet désiré. Le rapport entre le GABA et le Glx chez les sujets souffrant de toxicomanie s’est révélé nettement inférieur, voire ramené à des niveaux normaux, lors des examens d’ARM qui ont suivi le traitement.
 
 
 
yogaesoteric
8 mars 2018