Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Actualité >Articles >
Y aura-t-il une attaque nucléaire surprise des États-Unis contre la Corée du Nord ?

 

Au début de l’année, sous couvert du dégel entre la Corée du Nord et la Corée du Sud d’avant les Jeux Olympiques d’hiver et l’accalmie de la rhétorique « feu et furie » de la Maison Blanche de Trump, il y avait de plus en plus de signes que le Pentagone et la CIA procédaient avec les préparatifs d’une guerre préventive contre la Corée du Nord, y compris l’utilisation d’armes nucléaires.

Il y a eu de multiples reportages dans les médias américains sur les discussions en coulisses entre l’armée américaine et l’appareil de renseignement et l’administration Trump sur la faisabilité d’une attaque dite « nez sanglant » impliquant des frappes aériennes américaines sur des installations nucléaires nord-coréennes, dont il serait espéré – même si c’est mal fondé – qu’elles ne provoqueraient pas une guerre à grande échelle.

Dans un discours public rare, le directeur de la CIA, Mike Pompeo, a fait allusion à ces plans. S’exprimant devant l’American Enterprise Institute, un groupe de réflexion de droite, M. Pompeo a averti que Pyongyang serait « à quelques mois » de la capacité d’organiser une attaque nucléaire contre le continent américain.

Le directeur de la CIA a déclaré que Washington allait « écarter ce risque » et « dénucléariser en pour toujours » la Corée du Nord.

Tout en affirmant que l’administration Trump s’était engagée à une « solution par des moyens diplomatiques » – une affirmation démentie par Trump lors de la réprimande de son secrétaire d’État, Rex Tillerson, en octobre 2017 pour avoir « gaspillé son temps » en négociations avec le gouvernement de Kim Jung Un – Pompeo a déclaré que la CIA travaillait avec le Pentagone pour « préparer une série d’options pour s’assurer que nous pouvons proposer une gamme de choses afin que le président ait la gamme complète des possibilités ».

Il a ajouté qu’il « laisserait aux autres le soin de s’occuper de la capacité ou la sagesse d’une frappe préventive ».

La question de la « capacité », cependant, est déjà décidée à travers une série d’actions sinistres prises par l’armée américaine.

Le mois de janvier, la Force aérienne a déployé six bombardiers B-52H Stratofortress ainsi que 300 aviateurs de la base aérienne de Barksdale en Louisiane à Guam pour remplacer six bombardiers B-1B Lancer. Le positionnement des B-52, qui contrairement aux bombardiers B-1B sont capables d’utiliser des armes nucléaires, marque une escalade majeure.

US B-2 nuclear capable bomber

« Le retour du B-52H dans le Pacifique fournira à [US Pacific Command] et à ses alliés et partenaires régionaux une plate-forme de projection de puissance stratégique et crédible », a déclaré la Force aérienne dans un communiqué. « Le B-52 est capable de voler à des vitesses subsoniques élevées à des altitudes allant jusqu’à 50.000 pieds et peut transporter des munitions conventionnelles nucléaires ou à guidage de précision avec une capacité de navigation de précision dans le monde entier. Cette présence déployée à l’avant démontre l’engagement continu des États-Unis envers leurs alliés et partenaires dans la région Indo-Pacifique. »

Une semaine avant cet événement, le Pentagone a déployé trois bombardiers furtifs nucléaires B-2 sur la base aérienne de Guam.

Les déploiements marquent la première fois en près de deux ans et demi que les trois types de bombardiers – les B-52, B-2 et B-1B – ont été rassemblés à Guam, à seulement 2200 kilomètres des cibles en Corée du Nord.

L’agence Bloomberg News a rapporté mercredi que l’US Air Force « a déployé une version améliorée de la plus grande bombe non nucléaire des États-Unis – un bunker buster de 30.000 livres [13 tonnes] qui ne peut être transporté que par les bombardiers furtifs B-2 basés actuellement à Guam. »

L’arme, qui est plus grande que la « mère de toutes les bombes » (MOAB) larguée sur l’Afghanistan en avril dernier « pourrait être utilisée si les États-Unis décidaient de frapper des installations nucléaires souterraines en Corée du Nord », a rapporté Bloomberg.

Pendant ce temps, l’USS Carl Vinson, un super transporteur de classe Nimitz de la marine américaine, et son groupe de destroyers à missiles guidés et d’autres navires de guerre, ont quitté San Diego le mois de janvier et auraient dû arriver au large de la péninsule coréenne avant que les Jeux Olympiques d’hiver commencent à Pyeongchang, en Corée du Sud, le 9 février. Ils ont rejoint le groupe de combat de l’USS Ronald Reagan déjà déployé au Japon.

L’USS Wasp, un porte-avions miniature de 40.000 tonnes, est maintenant opérationnel depuis le Japon, transportant des avions F-35B, les avions de combat les plus avancés du Pentagone, capables de transporter des bombes thermonucléaires B61 utilisant la gravité, une arme anti-bunker pénétrant dans le sol qui pourrait être utilisée contre les installations nucléaires souterraines ainsi que celles de commandement et contrôle en Corée du Nord.

Parallèlement à ce renforcement des forces de frappe nucléaires, les troupes terrestres et aéroportées américaines s’entraînaient pour une invasion dans des bases à travers les États-Unis, tandis que 1000 réservistes ont été appelés pour servir dans des « centres de mobilisation » utilisés pour le déplacement rapide des troupes à l’étranger.

Ces préparatifs militaires fébriles avaient lieu alors que la Corée du Sud a persuadé Washington d’annuler les exercices militaires conjoints prévus sur la péninsule coréenne elle-même, que Pyongyang avait dénoncés comme une provocation et une préparation à l’invasion.

Le gouvernement sud-coréen du président Moon Jae-in a profité des prochains Jeux olympiques d’hiver de 2018 pour reprendre le dialogue avec la Corée du Nord, qui a accepté d’envoyer une grande délégation aux Jeux, les joueuses nord-coréennes et sud-coréennes de hockey sur glace se trouvant pour la première fois dans la même équipe.

Kim Jong-un a publié une déclaration conciliatrice appelant tous les Coréens « au pays et à l’étranger » à travailler pour « améliorer rapidement les relations Nord-Sud » et pour « une percée pour la réunification indépendante ».

À Davos, le ministre sud-coréen des Affaires étrangères, Kang Kyung-wha, a déclaré lors d’un point de presse : « La question nucléaire doit être résolue par des négociations et des efforts diplomatiques. Cette idée d’une solution militaire est inacceptable ».

Elle a refusé de commenter lorsqu’on lui a demandé si Washington avait clairement donné à Séoul l’assurance qu’il ne mènerait pas une attaque militaire unilatérale. Elle a ajouté : « C’est notre destin qui est en jeu. Toute option prise sur la péninsule coréenne ne peut être mise en œuvre sans que nous en soyons d’accord. »

Il n’est toutefois pas certain que l’administration Trump ait donné à Séoul un pouvoir de veto sur l’action militaire américaine. Il ne fait aucun doute que Washington considère les pourparlers entre Séoul et Pyongyang comme une menace à sa politique de « pression maximale » contre la Corée du Nord et un obstacle potentiel à ses préparatifs de guerre. Loin de diminuer la marche à la guerre américaine, toute tentative d’accommodement entre Séoul et Pyongyang ne fera qu’augmenter la pression au sein de l’establishment étasunien et de son appareil militaire et de renseignement pour résoudre le problème par l’agression militaire.

Au milieu du renforcement militaire américain, le gouvernement américain avait lancé une nouvelle série de sanctions visant à étrangler l’économie nord-coréenne. Ces dernières sanctions visaient neuf entités, 16 individus et six navires nord-coréens. Parmi eux deux sociétés commerciales basées en Chine figurent sur la liste des sanctions.

Pékin a réagi avec hostilité aux nouvelles sanctions. « La Chine s’oppose résolument à tout pays utilisant ses propres lois pour exercer sa compétence à distance sur des entreprises ou des particuliers chinois », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Le danger continu de la guerre dans la péninsule coréenne, qui comporte la menace d’une conflagration nucléaire qui pourrait coûter la vie à des millions de personnes, a été cité jeudi par le Bulletin des scientifiques atomiques en avançant de 30 secondes son « Horloge de l’apocalypse », qu’il a maintenu depuis 1947, à deux minutes avant minuit. Ce n’est que la deuxième fois en plus de sept décennies que le groupe fait une évaluation de cette grave menace de guerre nucléaire.

Il a également cité la menace de l’administration Trump de renverser l’accord nucléaire iranien et les tensions croissantes entre les Etats-Unis et la Russie, les deux plus grandes puissances nucléaires du monde. Il a également attiré l’attention sur l’Examen du dispositif nucléaire de l’administration Trump, qui vise à « accroître les types et les rôles des armes nucléaires dans les plans de défense américains et à abaisser le seuil » pour leur utilisation.

L’administration et le Pentagone ont publié une Stratégie de sécurité nationale et une Stratégie de défense nationale, qui définissent un changement fondamental dans la stratégie américaine, remplaçant la « guerre mondiale contre le terrorisme » de deux décennies par la préparation au conflit « entre les grandes puissances ». Et la guerre mondiale, dans lequel un accent est mis sur le renforcement de l’arsenal nucléaire de Washington.

Rencontre historique entre Donald Trump et Kim Jong Un le 12 juin

Donald Trump et le leader nord-Coréen Kim Jong Un ont signé mardi, 12 juin, un document « très important » et « complet », selon le président américain.

A l’issue du sommet historique entre les dirigeants à Singapour, ce dernier a annoncé une dénucléarisation du régime isolé qui va commencer « très rapidement ». La rencontre historique et inédite des deux dirigeants, inaugurée par une poignée de main symbolique, permet de « tourner la page du passé », selon Kim Jong Un. Il a ajouté que le monde pourrait observer « un changement majeur » avant de quitter le sommet organisé à Singapour.

Avant d’échanger en face-à-face en privé, Donald Trump a prédit « une relation formidable » avec Kim Jong Un. Ce dernier a quant à lui déclaré : « Le chemin pour en arriver là n’a pas été facile ». « Les anciennes pratiques et préjugés ont fonctionné contre nous, mais nous avons surmonté des obstacles et nous sommes ici aujourd’hui ».

Le dirigeant nord-coréen aurait également dit au président américain que « beaucoup penseront que ceci est une forme de fantaisie... d’un film de science-fiction. »

« Nous avons eu une réunion très intéressante, c’était formidable » a souligné le président américain au sortir du déjeuner qu’il a partagé avec le leader nord-coréen. « Nous allons maintenant allé signer », a-t-il ajouté, sans préciser exactement de quel type de document il s’agit.

Donald Trump déclare qu’il mettra fin aux exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, décrits comme « très provocateurs » à l’égard de la Corée du Nord. « Alors que nous sommes en train de négocier un accord global, très complet, je crois qu’il n’est pas approprié d’avoir des exercices militaires », a dit le président américain lors d’une conférence de presse à Singapour, soulignant que cela permettrait « d’économiser beaucoup d’argent ». Il a aussi redit son souhait de retirer, le moment venu, les soldats américains déployés en Corée du Sud, tout en assurant que cela ne faisait pas partie des négociations avec Pyongyang.

 

yogaesoteric
17 juin 2018