Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Nikola Tesla – Des confessions sur lit de mort, photos à l’appui soutiennent que George H. Scherf, Jr était le 41e président américain George Bush(4)

 

Lisez la troisième partie de cet article


Après avoir enquêté sur certaines allégations de Skorzeny, Berman avait contacté le département de la Justice des États-Unis pour les informer que des espions nazis étaient hébergés par certaines factions des agences de renseignement américaines, en particulier la CIA : « Mes pensées étaient que, euh, j’avais besoin d’essayer d’amener ces criminels de guerre SS nazis, tueurs d’holocauste, terroristes, à la justice. Je voulais appeler notre gouvernement et leur dire qu’ils sont encore en vie. Je voulais les traduire en justice. C’était mon intention. J’avais initialement contacté, ou essayé de contacter Eli Rosenbaum, qui était le Directeur du Département de la Justice des Etats-Unis, Office of Special Investigations. En gros, ils pensaient que c’était un canular et ils m’ont dit que je me trompais, et que d’après la CIA, “ ils étaient tous morts et que je me trompais ”. J’avais tort.

Plus tard dans la nuit, j’étais chez Skorzeny, et sa veuve a reçu un appel qui l’a rendue blanche, et elle a failli s’évanouir. En gros, quelqu’un de l’OSI l’a informée que j’avais communiqué avec elle... et que j’étais au courant de son existence. Plus tard dans la nuit, quand je rentrais à la maison, une voiture s’est arrêtée derrière moi, clignotant ses lumières, voulant que je me gare. Je me suis donc arrêté – je savais qu’il se passait quelque chose, alors j’étais prêt, et quelqu’un est venu à côté de moi – on aurait dit qu’il avait un pistolet dans la main, peut-être, alors je me suis dépêché. D’accord, ma copine était dans la voiture à ce moment-là, d’accord, et j’ai parcouru trois voies de circulation et je suis allé dans un centre commercial local, et il s’est garé juste derrière moi – et il m’a donné un sale regard –, puis il s’est éloigné de quelques mètres, puis il est parti en voiture. Mais, euh, je suis sûr qu’ils ont essayé de me mettre un contrat. C’est ce que c’était. »

Berman a ensuite confirmé que la petite amie était la fille de Skorzeny et a ajouté: « Elle, euh, elle ne savait pas que je savais... elle ne savait pas que son père m’avait dit tout cela. C’est pour ça qu’on ne sort plus. Elle a rompu quand le gouvernement lui a dit que j’avais écrit un livre sur sa famille. »

Afin d’authentifier les révélations ci-dessus, l’auteur a commencé à mener ses propres recherches sur l’alias d’Otto Skorzeny. Le premier détail, en tenant compte de l’« indice mystérieux » de Berman du nom de Skorzeny de la CIA, était de déterminer la variété de noms qui commencent par la lettre « P » – Palmer, Parson, Paskel, Peller, Porter, Powell etc. Ensuite, il y avait la possibilité que Skorzeny (pour protéger sa femme et ses enfants) ait légèrement induit Berman  en erreur sur son alias « officiel », en inversant son prénom et son deuxième prénom.

Une recherche exhaustive a révélé une tournure intéressante. Skorzeny a eu des enfants, il avait probablement une femme. En fait, il avait une femme et a laissé un sentier (bien qu’épuisé par le temps), ce qui pourrait éclairer quelque peu le plan directeur (cette question est abordée plus loin).

De plus amples recherches sur la vie d’Otto Skorzeny, « maître espion », révèlent son histoire peu connue avec Eva (Evita) Marie Duarte de Peron, épouse du président argentin Juan Domingo Peron. L’or volé par les nazis (blanchi par les banques suisses et le Vatican, puis introduit clandestinement en Argentine par l’amiral Wilhelm Canaris) avait accumulé d’énormes intérêts après la Seconde Guerre mondiale, et à sa mort, Eva Peron légué Skorzeny 100 millions de dollars, qui sont finalement tombés entre les mains de la CIA. Le lien entre les nazis et l’A. I. C. I. était évident. D’après les affirmations de Skorzeny, cet argent est probablement tombé entre les mains de George H. W. Bush et ses « maîtres-chiens ».

George H. Scherff, Jr., visite le FBI

Après la mort prématurée de Nikola Tesla, peut-être le scientifique le plus célèbre de l’histoire, J. Edgar Hoover, directeur du FBI, a reçu une visite inattendue de George H. Scherff, Jr. que George Scherff, père, associé de confiance de Tesla, a choisi d’envoyer son fils adolescent visiter le tristement célèbre directeur du FBI aurait dû lever un drapeau rouge, ce qu’il a probablement fait parmi les agences de renseignement Scherff, Jr., a expliqué à Hoover qu’il avait travaillé pour Tesla et avait droit à ses papiers et autres effets. Il s’est également inquiété du fait qu’« un gouvernement étranger pourrait aussi être intéressé par ses inventions ».

Scherff, Jr., a également donné à Hoover une adresse, « 149 Secord (sic) Rd., New Rochelle, New York » [« Seacord » est l’orthographe correcte].

Le dossier de la FOIA sur « sujet, Nikola Tesla » : « Mr. George H. Scherff Jr. a indiqué qu’il avait reçu deux lettres... M. Scherff a déclaré qu’il était un associé de Nikola Tesla en 1914 et que pendant de nombreuses années, son père avait été le secrétaire privé du Dr Tesla. M. Scherff a dit qu’il n’avait jamais entendu parler de Leland J. Anderson ni des noms mentionnés dans la lettre d’Anderson (Anderson avait écrit à la famille Scherff pour demander des renseignements sur les écrits de Tesla. Il travaillait sur une thèse pour l’école et avait été à la recherche d’informations auprès des associés de Tesla et des communications). » (3 février 1954) « M. Scherff a déclaré qu’il avait en sa possession une bonne partie des écrits de Tesla et qu’il ne savait pas s’ils seraient utiles pour un gouvernement étranger. »

Il y a plusieurs incohérences flagrantes dans les déclarations de George H. Scherff, Jr. au FBI (ou dans l’intention réelle du document). L’auteur a mené ses propres recherches sur les antécédents de George H. Scherff, père, et, d’après toutes les indications, conclut que George H. Scherff, fils, n’aurait pas pu travailler pour Nikola Tesla en 1914. Scherff, Jr. n’était même pas vivant en 1914, il ne pouvait donc pas avoir « travaillé pourlui » à l’époque ni à aucun autre moment (basé sur les nombreux récits de « Curious George », Tesla ne pouvait même pas tolérer qu’il se trouve autour de son laboratoire). Il est très peu probable que Tesla l’aurait embauché (ou l’aurait fait). À part un livre écrit par John J. O’Neill, « Prodigal Genius, The Life of Nikola Tesla » en 1944, c’était aussi la seule référence connue à Tesla ayant un secrétaire nommé « George H. Scherff. »

Pendant la plus grande partie de sa carrière, la secrétaire de Tesla a été Dorothy F. Skerritt. Skerritt et Muriel Arbus travaillaient pour lui au moment de sa retraite, qui a été forcé en raison de la diminution des fonds. Les remerciements à la fin du livre décrivent George H. Scherff comme un « associé d’affaires », et il n’y a aucune mention de George H. Scherff, Jr. n’ayant jamais travaillé pour Tesla.

Alors pourquoi Scherff Junior a menti au FBI? Parce qu’il était dangereux pour lui de dire à Hoover la vérité sur les vraies identités de son père et de lui-même. Pourquoi George H. Scherff, père, enverrait-il son fils adolescent chercher des papiers et d’autres documents (appartenant à Tesla) du FBI et ne le ferait-il pas lui-même ? Parce que le directeur du FBI, Herbert J. Hoover, l’aurait reconnu comme quelqu’un d’autre que George H. Scherff, Sr. En fait, il est très plausible que l’individu qui a parlé au FBI n’était pas un Scherff et qu’il était un remplaçant.

Il reste aussi la possibilité la plus probable que l’interview de Scherff ne soit rien de plus qu’une ruse, créée par le FBI dans le but de dissimuler les faits entourant l’implication du gouvernement dans le meurtre de Nikola Tesla, le vol et la contrefaçon secrète de ses brevets, et le blanchiment d’argent qui s’ensuivit entre quelques banques de Wall Street et le parti nazi d’Adolph Hitler. Quiconque interrogeait George H. Scherff Jr. aurait facilement reconnu qu’il n’était pas assez âgé pour « avoir travaillé pour Nikola Tesla en 1914 ».

Les déclarations remaniées dans les dossiers de la FOIA dont il est fait mention ci-dessus indiquent que quelque chose était dissimulé. Les documents « Scherff » ont été créés pour contrecarrer les efforts de recherche de Leland J. Anderson, dissimuler les faits derrière le meurtre de Tesla, et dissiper toute spéculation selon laquelle le FBI a volé les dossiers de Tesla, les documents de recherche et les nouvelles technologies.

En 1942, moins d’un an avant la mort prématurée de Tesla, on savait déjà que les principes de l’Union Banking Corporation de New York avaient été pris en flagrant délit de « commerce avec l’ennemi », l’Allemagne nazie. Parmi les principaux dirigeants figuraient George Herbert Walker, Prescott Sheldon Bush, « fils » de l’industriel Samuel Prescott Bush, qui était président de Buckeye Steel Castings à Columbus, dans l’Ohio, et directeur de la Division des installations du War Industries Board. Le WIB a montré des liens sans précédent entre Samuel P. Bush et les familles de l’élite orientale grâce à son association avec un des plus grands fabricants d’armes, Remington Arms. Buckeye Steel Castings a fourni à l’industrie ferroviaire, contrôlée par les Rockefellers, les Harrimans et J. P. Morgan, des pièces d’attelage et des châssis pour leurs camions citernes et wagons.

Dans les coulisses, l’archevêque Francis Cardinal Spellman a secrètement influencé (ou contrôlé) les activités des principaux services de renseignement aux États-Unis, donnant ainsi au Vatican l’occasion d’empêcher que des informations potentiellement préjudiciables ne parviennent au public. Spellman et Hoover ont servi le même « maître », bien que ce ne fût pas le gouvernement américain. Lors des révélations du blanchiment d’argent et de la vente aux enchères de New York / Nazi, les documents des Archives nationales, en particulier ceux liés à Samuel P. Bush, ont été détruits « afin d’économiser de l’espace ».

Ci-contre, Nikola Tesla avec le roi Pierre II de Yougoslavie à l’Hôtel New Yorker le 15 juillet 1942. Il est étrange que Tesla, l’un des inventeurs les plus brillants de tous les temps, mourrait sans le sou et que son « assistant de confiance », selon Otto Skorzeny et quelques documents étrangement corroborants, était George H. Scherff, Sr.

 

yogaesoteric
10 juillet 2018

 

Articles publiés récemment

> 16 OctobreLe calme avant la tempête de la guerre civile va bientôt prendre fin aux États-Unis ; la prochaine phase de la libération planétaire va commencer

> 15 OctobreL’imposture des droits sexuels

> 14 OctobreLe nouvel arsenal nucléaire russe rétablit la bipolarité du monde

> 14 OctobreComment les frappes contre la Syrie sont liées à la dénucléarisation de la Corée du Nord

> 14 Octobre2018-2028 : La décennie la plus dangereuse

> 13 OctobreMoscou: l’attaque chimique en Syrie mise en scène par des ONG financées par l’Occident

> 13 OctobreGoogle fait la « guerre algorithmique » pour l’armée américaine

> 13 OctobreLa plus puissante alliance mondiale d’espions

> 13 OctobreMaria Zakharova révèle les manipulations britanniques dans l’affaire Skripal

> 12 OctobrePourquoi la Turquie a soutenu les frappes de la coalition occidentale contre la Syrie

> 12 OctobreL’OTAN cherche la destruction de la Russie depuis 1949 (Partie 5)

> 11 OctobreLes 10 plus grosses révélations d’Edward Snowden

> 11 OctobreLe prince héritier saoudien révèle que le wahhabisme a été exporté à la demande des Occidentaux

> 11 OctobreFrappe par missiles de croisière sur la Syrie – Stupidité et irresponsabilité

> 10 OctobreQAnon poste deux messages chocs impliquant les Clintons dans la mort de JFK jr.

> 10 Octobre« Contenir l’agression »: à quoi serait prêt Moscou après les frappes contre la Syrie ?

> 9 OctobreLe Canada s’aligne à l’offensive incendiaire des États-Unis contre la Russie

> 9 OctobreEn 2010 Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, affirmait que la protection de la vie privée n’est plus une « norme sociale »

> 9 OctobreUn nid d’espions : agents doubles, décès troubles

> 8 OctobreL’OTAN cherche la destruction de la Russie depuis 1949 (Partie 4)

> 8 OctobreAbou Ghraïb : la prison de l’expérience de Stanford

> 8 OctobreSeul contre tous : un journaliste américain dénonce la propagande sur l’attaque chimique en Syrie

> 7 OctobreL’échec des frappes en Syrie et la fin d’un ordre mondial

> 7 OctobreLes Américains s’apprêtent à défendre Israël

> 6 Octobre« En Syrie, Washington, Londres et Paris ont perpétré une agression pure et simple »

> 6 OctobreHallucinant. Comme les gens votent mal, supprimons le vote !! Les Pays-Bas suppriment le référendum…

> 6 OctobreQue cachent l’Agenda 21 des Nations unies et la transition énergétique ?

> 5 OctobreC’est la pire purge des Voix Conservatrices de l’Histoire d’Internet

> 5 OctobreTurquie : la vidéo interdite qui prouve qu’Erdogan fournissait en armes Al-Qaida

> 5 OctobreUne réunion diplomatique secrète près de Saturne a discuté de l’avenir de l’humanité

> 5 OctobreSyrie : qui tire les ficelles ?

> 4 OctobreL’OTAN cherche la destruction de la Russie depuis 1949 (Partie 3)

> 4 OctobreLa mafia pédophile d’Hollywood sur le grill

> 4 OctobreSyrie Bombardement : Une opération de diversion de l’Otan qui retentit comme une manifestation d’impuissance