Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Radio interactive SOTT : Entretien avec le Dr Valdeane Brown – Pensée dynamique non linéaire avec le Neurofeedback NeurOptimal (3)


Lisez la deuxième partie de cet article


Gaby :Serait-il exact de dire que c’est comme présenter un miroir au cerveau inconscient ? Ou la partie qui n’est pas au courant ?


Dr Brown :
C’est en fait la façon la plus appropriée d’y penser. La pensée consciente est en fait la partie la plus lente du système. Les études neurologiques et neuropsychologiques ont montré de façon assez concluante que vous avez déjà pris la décision avant même d’en prendre conscience. C’est comme ça que ça fonctionne. Il faut du temps pour former l’appréciation consciente de ce que votre corps fait déjà et si vous ne réalisez pas cela, si vous pensez le contraire, essayez simplement de conduire votre voiture en essayant consciemment d’influencer la quantité exacte de muscle quand vous tendez vos avant-bras ou que vous tournez le volant. Essayez de conduire comme ça. Vous allez probablement avoir un accident très rapidement.

Doug :On ne peut même pas marcher comme ça.

Dr Brown : C’est vrai, vous ne pouvez pas ! C’est exactement ça. Vous ne pouvez pas et l’une des raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas le faire est que la marche est un processus relativement complexe qui implique votre pied, votre cheville, votre genou, votre jambe entière, vos hanches, en fait tout votre corps, répondant aux contours du sol au fur et à mesure que vous avancez. Donc, dans le contexte de la maladie de Parkinson, lorsque vous commencez à voir le mélange dans les stades ultérieurs, c’est que ces mouvements sont devenus stéréotypés. Ils ne sont plus capables de s’adapter et de répondre à l’environnement, et c’est parce que les ressources ne sont pas là pour répondre de façon aussi complète et adaptative.

Gaby :NeurOptimal a aidé des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Dr Brown : On ne parle pas de maladies. J’en parle simplement pour illustrer ce qu’est le mouvement stéréotypé par opposition au mouvement et à l’activité résilients et flexibles. Mais nous avons un sondage auprès des utilisateurs où un grand nombre de nos utilisateurs ont fait part de leur expérience et de l’expérience de bon nombre de leurs clients. Il fait référence à plus de 5 millions d’heures d’entraînement dans le dernier rapport que nous avons fait. C’est donc un rapport assez complet sur l’expérience des utilisateurs. Mais nous ne sommes pas un traitement médical. Nous ne sommes un traitement d’aucune sorte. C’est une forme d’entraînement et comme l’exercice aérobique ; cela a beaucoup d’effets.

Donc, si vous voulez vraiment réfléchir à ce qui est le traitement le plus efficace pour de nombreuses formes de dépression, c’est l’exercice aérobique. C’est très évident. Mais combien de gens le savent ? La plupart ne le savent pas. Ils pensent qu’il est temps de prendre un médicament, et plusieurs fois cela peut être le cas aussi, je ne veux pas être mal compris. Il est très facile pour nous tous d’oublier que c’est souvent le mode de vie qui est le principal moteur des problèmes. Donc, ce que vous faites dans votre vie par opposition aux spécificités des gènes avec lesquels vous êtes nés, où ce genre de choses est vraiment important ; surtout quand les problèmes commencent à se développer. La plupart des choses sont aggravées par la manière dont vous gérez le stress. La même chose avec le sommeil. Si vous n’obtenez pas un sommeil efficace pour vous, peu importe ce que c’est pour vous, alors les choses ne vont pas très bien fonctionner.

Doug :Est-il possible pour vous de mentionner certaines des choses que les gens ont dites dans ce sondage ? Je sais que ce n’est pas un appareil médical et qu’il n’est pas destiné à traiter quoi que ce soit, mais je suis simplement curieux de savoir quelles sortes de choses les gens signalent.


Dr Brown :
Eh bien, c’est intéressant. L’un de nos utilisateurs de longue date a inventé une phrase qu’il aime utiliser assez souvent et quand les gens disent : « Qui peut en bénéficier ? À qui cela sert-il ? » Il répond, « N’importe qui ayant un cerveau. C’est bon pour tous les cerveaux. » Maintenant, j’ajoute fréquemment la blague : « Eh bien, je ne sais pas, il y a peut-être des politiciens que vous excluez de cela ». [rires]

Doug : J’en suis certain !

Dr Brown : Mais c’est vrai. Encore une fois, c’est comme si vous allez dans l’ascenseur et il y a une véritable raison pour laquelle beaucoup d’ascenseurs ont des miroirs et c’est pour vous garder préoccupé. Vous ne pensez pas que l’ascenseur est lent parce que, bien sûr, dès que vous voyez le miroir, vous le regardez pour voir à quoi vous ressemblez. Dès que vous voyez à quoi vous ressemblez, vous pouvez penser, « Oh je dois ajuster mes cheveux » ou « redresser ma cravate » ou quoi que ce soit d’autre, n’est-ce pas ? Il sert donc les deux objectifs. C’est un peu ce que fait NeurOptimal. Vous n’avez pas besoin d’un miroir différent pour comprendre que votre cravate n’est pas bien ajustée. Vous n’avez pas besoin d’avoir d’un « miroir de ceinture » pour voir comment votre ceinture se situe par rapport à ce que vous portez, n’est-ce pas ? C’est donc la même chose. N’importe quel cerveau peut en bénéficier.

Gaby :C’est intéressant selon notre expérience avec 52 pages de témoignages dans le forum. Au moins, d’après mon expérience, j’ai toujours eu une anxiété chronique et persistante. Je n’ai jamais pris de médicaments pour cela parce que c’est ainsi que j’ai été élevée. Il suffit d’y faire face et c’est tout.

Dr Brown :
Tu y fais face, ouais.

Gaby :
J’avais aussi l’impression d’être enchaînée à un gros rocher que je portais tout le temps, donc tout demandait beaucoup plus d’efforts que nécessaire. J’ai la sensation maintenant que j’ai plus de libre arbitre, je peux avoir de la perspective sans être paralysé par l’anxiété. C’est comme si j’avais plus de ressources cognitives, tout ne demande pas autant d’efforts qu’avant.

Dr Brown : C’est vrai, et bien sûr, nous continuons d’être des tissus vivants, de sorte que ce qui se passe autour de nous peut avoir un impact important sur cela. Vous êtes soudainement congédié et l’un de vos proches devient gravement et mortellement malade, et encore ceci et cela. Tout cela aura un impact sur vous, mais vous avez plus de ressources disponibles plus vous faites de l’entraînement. Cela devient plus facile, comme vous le dites, de passer à travers les choses au lieu de simplement réagir, au lieu d’être submergé par les sentiments et l’inactivité. L’inquiétude est un excellent exemple. Sue parle souvent de déterrage et de rumination.

Doug :
Oui.

Dr Brown : Donc, on déterre des choses du passé et on les rumine, et 98 % du temps que vous faites cela, ce sont toutes des pensées que vous avez déjà eues, des millions de fois. Quand savez-vous que vous êtes suffisamment inquiété ? Je veux dire qu’il n’y a pas de test, donc c’est toujours facile de s’inquiéter parce que le meilleur moment pour s’inquiéter, c’est quand il n’y a rien à s’inquiéter parce que maintenant vous vous inquiétez de l’avoir manqué. Quelque chose ne va vraiment pas. Mais ça n’aide pas. Cela ne fait rien d’autre que gaspiller de l’énergie. L’inquiétude n’est pas une préparation.


Doug :
Oui. Je pense que c’est très vrai. Une chose que j’ai remarqué après avoir fait un certain nombre de séances avec NeurOptimal, c’est que les situations dans lesquelles je me trouvais auparavant et qui m’amenaient beaucoup de stress et d’anxiété et me plongeaient en mode panique et me bousculaient, bien j’ai l’impression d’avoir plus de ressources pour ne pas être dans ce mode. Je ne suis pas aussi réactif, je suppose que c’est une bonne façon de le dire.

Dr Brown : Oui. Et c’est un témoignage assez cohérent de la plupart des utilisateurs et de leurs clients. C’est intéressant parce qu’on entend généralement « je ne suis pas aussi réactif » et la réactivité de chacun est peut-être différente. Mais c’est l’augmentation globale de ce que vous appelez, Gaby, le « libre arbitre » que je considère comme des « options de choix ». Vous avez plus de choix disponibles et vous voyez les choix plus facilement qu’auparavant. Il est donc probable que vous ferez des choix plus efficaces.

Doug :En effet.

Gaby :Et cela revient aussi à la dynamique non linéaire du tout, de la façon dont cela fonctionne.

Dr Brown : Oui, exactement ! Il a été intéressant de constater au cours des 40 dernières années que cette idée de ce que sont les systèmes dynamiques non linéaires a progressivement commencé à être de plus en plus introduite. Jusqu’à la fin des années soixante et dans les années soixante-dix, la plupart des gens supposaient que la majorité du monde fonctionnait de façon linéaire. Si vous pensez à cela, eh bien, oui, c’est un peu comme ça, voyez-vous ? Vous frappez quelque chose de plus fort et vous faites probablement une plus grosse bosse. En ce sens, cela a un certain sens. En faisant plus d’efforts, il y en aura peut-être plus. Si on en met moins, il y en aura probablement moins, n’est-ce pas ?

Le problème, c’est que ça en a l’air parce que nous fonctionnons fréquemment de façon assez limitée. Si vous regardez vraiment les processus impliqués, pratiquement tous les systèmes réels ne sont pas linéaires. C’est juste qu’ils sont imités dans le champ d’opérations. Donc, si vous pensez à quelque chose comme au trouble affectif bipolaire, au cycle rapide, juste le genre d’idée classique que les gens ont à propos de ce passage rapide de l’excitation maniaque à la dépression profonde ; si vous utilisez les médicaments et qu’ils fonctionnent, ils ne vous enlèvent pas vraiment cela. Ils ne font que minimiser la portée et maximiser le temps entre les cycles.

Donc, cela revient à mettre des contraintes à ce système dynamique non linéaire, tout comme vous le faites lorsque vous amarrez votre bateau à un quai. Il va quand même bouger. C’est pourquoi il faut mettre des pare-chocs entre le bateau et le quai et peut-être aussi pour d’autres bateaux qui arrivent parce qu’ils vont se déplacer. Vous ne pouvez pas le rendre complètement stationnaire, n’est-ce pas ? Donc, véritablement tout ce qui est réel est non linéaire. Mais nous pouvons prétendre la plupart du temps que le monde est newtonien. La physique newtonienne fonctionne en quelque sorte sur terre. Allez dans l’espace et les choses sont un peu différentes.

Gaby : Je pourrais dire, par exemple, qu’un problème d’anxiété est comme une contrainte en moi.

Dr Brown : Bien sûr. Dire « je suis une personne anxieuse », c’est déjà mettre certaines définitions sur soi-même plutôt que de remarquer, « Oh, je me sens un peu anxieuse en ce moment, c’est intéressant ». C’est totalement différent. Ce qui se passe, c’est que la plupart du temps les gens s’identifient avec ce qui se passe. « Je suis une victime de traumatisme. » Oui, vous avez été persécuté, mais vous avez aussi survécu et la partie importante, c’est que vous avez survécu. Parlons maintenant de la façon de vous aider à prospérer.

Viktor Frankl était un psychiatre qui se trouvait dans les camps de concentration, les camps de concentration nazis. Man’s Search For Meaning (livre traduit en français : Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie) et tout ça. Il a dit quelque chose de vraiment intéressant que la plupart des gens négligent lorsqu’ils parlent de son travail. Il a dit qu’il y avait des gens dans les camps – tout d’abord, que la plupart des décès survenaient au hasard. Il se trouve que vous êtes la troisième personne dans la file d’attente et qu’ils comptaient par trois ce jour-là ou peu importe ce que c’était. La plupart du temps, c’était aléatoire. Mais pour ceux où cela ne s’est pas produit, et il y avait d’autres processus en cours, il a dit qu’il y avait une minorité, un groupe qui n’a pas montré ce que nous appellerions plus tard une « réponse au traumatisme » à partir de cette horrible expérience.


C’est en partie ce qu’il considérait comme la base pour comprendre que c’est le sens des choses, mais pas tant les choses elles-mêmes qui comptent. Les gens qui s’en sont sortis sans aucun signe particulier de traumatisme étaient ceux qui vivaient avec une profonde orientation spirituelle dans laquelle tout faisait partie de la vie. Tout faisait partie de leur voyage spirituel. C’est fascinant de voir combien de ces choses ne sont pas remarquées dans la littérature. Même chose avec Kübler-Ross, il n’y a jamais eu cinq étapes. Cela n’a jamais été un « programme par étapes ». C’était cinq points que les gens passaient et repassaient jusqu’à ce qu’ils aient acceptation. Elle l’a toujours dit et il y a beaucoup de gens qui sont déjà dans l’acceptation dès le début. Fait intéressant, c’est la même chose. Ce sont ceux qui ont une profonde orientation spirituelle avec : « D’accord, donc je vais mourir. J’ai compris. Bien sûr que je vais mourir. Personne ici ne s’en sort vivant. Seulement maintenant, je sais quand ça va être et comment ça va être. »

Gaby :
Je pense que c’est une approche fascinante parce que la psychologie et la médecine conventionnelle, je suppose, reposent tellement sur le diagnostic que la plupart des gens en ont besoin, par exemple : est-ce que ce type de neurofeedback est un traitement ou non ? Pourquoi ne me diagnostique-t-on pas ? Ou, avez-vous une formation ? C’est très difficile pour eux de comprendre, « Non, vous n’avez pas besoin d’un diagnostic », vous pouvez simplement vous connecter au système NeurOptimal et commencer.

Dr Brown : C’est vrai, c’est vrai. Oui, c’est une approche très différente à tous les égards et de plus il n’est pas nécessaire de faire un effort conscient pour essayer de faire quelque chose. En fait, nous disons juste oubliez tout cela, sortez de votre chemin parce que l’inconscient apprend beaucoup plus rapidement et beaucoup plus complètement. Plus vous essayez de le faire, plus vous allez vous mettre en travers de votre chemin. En fait, si vous y pensez, c’est une grande partie de ce qui se passe quand vous faites face à des choses comme l’anxiété. Vous vous sentez anxieux et vous essayez de savoir quoi faire pour ne pas vous sentir anxieux. Eh bien, c’est intéressant parce que vous n’avez pas remarqué que penser à cela vous rend anxieux.

Doug :
Exact !


Lisez la quatrieme partie de cet article



yogaesoteric
9 septembre 2018