Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Radio interactive SOTT : Entretien avec le Dr Valdeane Brown – Pensée dynamique non linéaire avec le Neurofeedback NeurOptimal (4)


Lisez la troisième partie de cet article



Dr Brown : Il est intéressant de voir comment ces processus se produisent. Si vous êtes devenu anxieux dans le passé dans certaines situations parce qu’il s’est passé quelque chose que vous n’aimiez pas ou que vous n’appréciez pas, comme peut-être recevoir une injection quand vous alliez vous faire vacciner ou quelque chose comme ça ou parce que vous aviez besoin d’un antibiotique et qu’il fallait l’injecter. Vous allez dans cet environnement et vous pourriez dire : « Oh, je ne sais pas si j’aime vraiment ça, je suis un peu incertain de ce que ça va être ». Non, en fait, vous êtes plutôt certain de ce que ça va être. Tout le monde dit « J’ai peur de l’avion », du moins les gens qui s’identifient à cela. En fait, personne n’a peur de l’avion. Ils ont peur de s’écraser. 

Et ce qu’ils font lorsqu’ils sont dans l’avion, c’est qu’ils regardent ces horribles films sur l’avion qui s’écrase et qu’ils voient ce film comme s’ils y étaient, au lieu de simplement le regarder à l’écran. Eh bien ouais, ton corps va s’écraser, « Tu sais que je n’aime pas ça ! Que puis-je faire ? » C’est fascinant quand vous commencez à le regarder comme un programmeur informatique et quelqu’un qui comprend l’informatique. Nous cherchons toujours ce que j’aime à penser comme étant des « règles de production ». Comment produit-on quelque chose ? Que devez-vous faire pour que la chose se produise ? Une grande partie de ce qui se fait « inconsciemment » pour beaucoup de gens, c’est la règle de production qui est placée pour créer des choses qu’ils n’aiment pas, qu’ils n’apprécient pas. 

Donc, concrètement, le genre d’idée que lorsque vous essayez d’aider quelqu’un qui a un comportement de dépendance, en particulier l’abus de substances, l’une des choses que vous allez soulever avec eux, c’est l’idée de trouver de nouveaux endroits où aller au lieu de retourner aux anciens endroits, où vous avez vos anciennes connaissances et où il est beaucoup plus probable que vous adoptiez les anciens comportements. Il y a donc des règles de production en place. Il y a des séquences de production, c’est une autre façon d’y penser, ainsi vous êtes moins enclin à vous livrer à de tels comportements si vous n’êtes pas dans cet environnement, particulièrement pas celui où vous aviez l’habitude d’être. 

C’est la même chose avec la cigarette. Si vous voulez arrêter de fumer, tenez les cigarettes à l’envers, ou avec votre autre main. Faites quelque chose de différent de ce à quoi vous êtes habitué et faites l’expérience de cette première entrave. Vous savez, les poumons, peu importe combien de temps vous l’avez fait, les poumons ne vont pas aller, « Oh mon Dieu, c’est vraiment génial ! Merci. » Au lieu de cela, c’est comme une démangeaison que vous grattez. C’est comme si tu allais en avoir un autre ! Vous n’allez pas vous débarrasser des démangeaisons parce que vous l’avez grattée cette fois-là. C’est donc beaucoup à propos de l’interruption de modes et c’est aussi ce que les interruptions font dans notre neurofeedback. Ils interrompent fondamentalement les modes de production que nous produisons, les processus psychophysiologiques inutiles et c’est la personne elle-même qui en décide. Nous ne leur disons pas que ce que nous pensons est inutile. Pour moi, c’est tout simplement ne pas respecter l’autre personne. 

Doug : J’ai une question concernant ce dont vous parliez. Il semble y avoir certaines personnes qui disent que malgré le fait qu’ils ont fait NeurOptimal, ils ne remarquent rien. Je ne suis pas nécessairement convaincu qu’il ne se passe rien. Je pense que c’est sans doute peu probable. Y a-t-il un point de vue à ce sujet ? Savez-vous pourquoi certaines personnes ne remarqueraient pas nécessairement quelque chose ? 

Dr Brown : Eh bien, je pense qu’il y a beaucoup de raisons et c’est en partie la raison pour laquelle nous nous concentrons tant sur les outils de suivi des progrès et aussi pour aider les gens à remarquer ce que nous appelons le « DIFS ». D - I - F - S, la durée (Duration), l’intensité (Intensity), la fréquence (Frequency) et les changements (Shifts) dans ce qu’ils vivent. La plupart des gens quand ils disent : « Il ne se passe rien », ce qu’ils veulent dire, c’est : « J’ai la condition X et j’ai toujours la condition X. Cela me semble exactement la même chose. » C’est fascinant quand cela se produit, quand quelqu’un dit ça. Si vous n’avez pas fait le DIFS, si vous n’avez pas questionné pour, « D’accord, mais combien de temps cela dure-t-il maintenant ? À quelle fréquence cela se produit-il ? Quelle est la force de l’événement lorsqu’il se produit ? Y a-t-il un changement quelconque dans cette expérience ? » Parce que tout changement amorce le processus de changement. Bien que beaucoup d’entre nous croient qu’il est très difficile de changer, en fait, il est impossible de rester le même à moins de travailler très fort. Et si tu n’y crois pas, va parler à Cher. 

Il est impossible qu’un système dynamique non linéaire continue à faire exactement la même chose à moins de le contraindre sévèrement. Quand les gens disent : « Eh bien, rien n’a changé », c’est comme : « Comment faites-vous cela ? Comment le savez-vous ? Je veux dire sérieusement, rien n’a changé ? » Ce qu’ils veulent dire, c’est que je m’en fous. Maintenant, il est fréquent que les gens viennent dans le contexte d’une autre personne importante. C’est peut-être le mari qui vient et la femme est à l’arrière-plan, ou vice versa ou les deux viennent. Nous avions l’habitude d’avoir beaucoup d’expérience, Sue et moi, quand nous avions des pratiques cliniques actives dans les premiers temps, où le mari entrait et allait, « Vous savez, je ne pense pas que cela fait quoi que ce soit », et puis la femme vient et dit, « Je ne sais pas ce que vous faites, mais continuez à le faire parce qu’il est totalement différent maintenant ! » Beaucoup de gens sont tellement concentrés sur l’identité de ce qu’ils croient être mal, qu’il leur est très difficile de laisser tomber parce que, souvent, cela s’inscrit dans un contexte de croyance beaucoup plus large. 

Il y a un dicton qui dit que « la vie est dure et puis on meurt » – on l’utilise habituellement un peu plus familièrement, mais je ne veux pas utiliser ce mot ici, vous voyez ? La vie est difficile et puis tu meurs. Eh bien, si vous avez entendu cela assez souvent quand vous grandissiez, cela devient alors une partie de votre moi inconscient à laquelle vous ne pensez même pas. Que se passe-t-il quand tout d’un coup c’est facile ? Que pensez-vous qu’il va se passer ? « Je vais mourir ! » Parce que la vie est dure, puis on meurt, n’est-ce pas ? C’est vraiment intéressant parce que vous aurez des gens qui viendront et diront des choses comme « Oh, je sais que quelque chose de vraiment terrible est sur le point d’arriver ». 

Vous dites : « Comment le savez-vous ? » 

« Parce que c’est si bon depuis si longtemps que ça ne peut pas rester comme ça, quelque chose de mal doit arriver. » 

Vous n’entendrez jamais ces gens entrer et dire : « Vous savez, quelque chose de merveilleux est sur le point d’arriver ! » 

Je dis : « Comment le sais-tu ? » 

« Parce que ça fait si longtemps que ça va mal que cela ne peut pas rester comme ça. » 


Maintenant, vous savez, c’est drôle quand je le dis comme ça, mais si vous y pensez, le système nerveux central ; l’unité psychophysiologique que nous sommes, tout cela est organisé autour de la survie. Ce n’est pas organisé autour de l’épanouissement. Ce n’est pas pour rien que nous avons la rage au volant. La rage était une chose très utile dans les premiers temps de l’être humain parce qu’il fallait vraiment s’inquiéter de tous les prédateurs. Ce n’est pas pour rien que nous regardons les choses et que nous voyons souvent des visages. Si c’est un visage, si cela a des yeux, si cela a une bouche et cela pourrait nous manger. Très peu de gens regardent les arbres et disent : « Oh, mon Dieu, c’est effrayant. » L’arbre ne bougera probablement pas et il ne fera probablement rien à moins qu’il ne tombe, n’est-ce pas ? Donc, si vous pensez au genre de réactions que nous avons qui sont fondées sur la peur et qui visent à nous protéger, à nous assurer que nous passons au travers que nous nous sentions bien ou non, c’est tout à fait logique. C’est axé sur la survie. C’est pourquoi nous avons tellement plus d’effets négatifs que d’effets positifs. 

Gaby : Je voulais revenir un instant sur les interruptions. Il y a une personne qui veut savoir s’il y a des clics qui ne sont pas audibles, ou des interruptions qui ne sont pas audibles pendant NeurOptimal. 

Dr Brown : Oui. Encore une fois, le traitement conscient est la partie la plus lente de la chose. Donc, lorsque vous entendez des choses, cela s’est déjà produit essentiellement. Je veux dire, il y a une rapidité d’exécution dans les choses. Ce sont celles que vous ne détectez pas consciemment qui peuvent être les plus puissantes et c’est très clair dans beaucoup de contextes. Si vous regardez le traitement subliminal et certains messages subliminaux intégrés, la recherche est très claire. L’une des raisons pour lesquelles ils sont illégaux est que vous pouvez intégrer des messages subliminaux et qu’ils ne seront pas vus, comme dans les films ou autres, mais ils auront un effet. Et ce n’est donc pas pour rien que les entreprises intègrent leur produit dans des scènes de rue ou quoi que ce soit d’autre. Ils veulent vraiment s’assurer que vous le voyez, mais que vous n’y prêtez pas directement attention. De cette façon, c’est comme, « Oh, je pense que je vais avoir un peu n’importe quoi », parce que c’était juste dans le film que vous avez vu et que vous n’avez même pas remarqué. 

Gaby : Donc on peut s’endormir en faisant du NeurOptimal ? 

Dr Brown : Bien sûr que si ! Tout d’abord, une chose est que certainement la plupart des gens dans la culture occidentale sont chroniquement surmenés et chroniquement en manque de sommeil. Que votre corps s’endorme quand il le peut, et qu’il sait que cela est sans danger, c’est une assez bonne idée. Et si vous êtes dans un bureau de neurofeedback, vous savez probablement que c’est assez sûr là-bas, n’est-ce pas ? C’est probablement un bon endroit pour s’endormir. Et ce que vous constaterez, c’est que, fréquemment, dans les séances pour les gens, la période de temps qu’ils dorment change au fil du temps au cours de la séance, à mesure que leur sommeil se renormalise pour eux en dehors des séances. C’est une chose assez courante. 

Nous avions quelqu’un qui était l’un de nos utilisateurs, qui l’est toujours, et il dirigeait un laboratoire du sommeil et un programme de traitement du sommeil. Il a introduit NeurOptimal dans ce programme de sommeil pour les patients hospitalisés et a réduit le temps nécessaire de 50 %. Cela ne veut pas dire qu’il s’agit d’un traitement des troubles du sommeil, ce n’est pas ce que j’essaie de dire. J’essaie de dire que la façon dont nous organisons notre vie dans la culture occidentale, en fait, nous prive de sommeil la plupart du temps. Dès que nous donnons au cerveau des informations à ce sujet et un environnement sûr et confortable, il s’endormira. C’est ce qu’il devrait faire, non ? Et bien sûr, vous entendez toujours des choses. C’est une des raisons pour lesquelles ma femme dort avec des bouchons d’oreilles. Je n’aime vraiment pas faire ça parce que je veux savoir ce qui se passe. Si une fenêtre est brisée, je veux savoir. C’est comme ça que je suis. 

Votre cerveau est donc actif. En fait, c’est l’un des aspects du sommeil en particulier. Tout le monde pense, « Eh bien, je suis endormi » comme si c’était un état unitaire singulier et que tout le cerveau était endormi. Eh bien, non, en fait, différents aspects du fonctionnement changent tout le temps et des études récentes ont confirmé qu’il n’est pas logique de penser à un seul état de sommeil. Il s’agit d’une variété de processus, comme les vagues sur l’océan lorsqu’elles interagissent avec le rivage. Oh oui, il y a une certaine prévisibilité, mais ça change tout le temps. Cela dépend de la profondeur de l’eau, du vent, de toutes sortes de choses qui interagissent. C’est non linéaire en d’autres termes. 

Gaby : Il y a donc des clics inaudibles. Je pense que l’un des informaticiens voulait savoir quel était le pourcentage d’entre eux ? 

Dr Brown : Nous ne regardons pas les pourcentages. 

Gaby : Comme en termes de rétroaction, en termes de nombre d’interruptions – eh bien, ce n’est même pas une bonne approche ; nous parlons d’un système linéaire ! 

Dr Brown : C’est une linéarisation, au fait. 

Gaby : Oui, c’est très intéressant parce qu’en lisant pour cette émission, j’ai dit : « Je pense que toutes les difficultés à comprendre ce processus et toutes les questions sont dues au fait que nous pensons en termes linéaires. C’est tellement ancré. » 

Dr Brown : Vous avez tout à fait raison. En fait, c’est l’une des choses les plus difficiles à comprendre pour les gens, en particulier ceux qui viennent d’une perspective de neurofeedback linéaire. Il n’y a pas de cibles comme elles en ont. Il ne s’agit pas d’un pourcentage de temps au-dessus du seuil, d’un pourcentage de temps en dessous du seuil ou d’un pourcentage de mouvement à l’intérieur d’une plage de fréquences. Rien de tout cela n’est pertinent et sans ce genre de mesures, ils n’ont pas de cadre conceptuel dans lequel ils peuvent dire : « Bon, d’accord, si ce n’est pas cela, de quoi s’agit-il ? Aide-moi à comprendre. » Je me souviens quand je faisais une présentation et un certain nombre d’autres personnes sur le terrain disaient : « Vous savez, je ne comprends vraiment pas comment vous faites ce que vous faites », et je dis : « Merci de confirmer que c’est vraiment unique. Je comprends ça. Je comprends, tu ne comprends pas. Je comprends ça. » 

« Explique-moi ça. » 

« Je peux vous l’expliquer en général, mais si vous ne comprenez pas les mathématiques, cela n’aura aucun sens et je ne vais pas vous donner les détails des mathématiques.... » 


Lisez la quatrième partie de cet article



yogaesoteric
15 septembre 2018