Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Mircea Eliade – Océanographie : La mentalité maçonnique


Mircea Eliade, Océanographie, L’Herne, 1993, première publication en roumain en 1934

Je ne connais aucun franc-maçon et je n’ai rien compris aux nombreux livres que j’ai lus sur la franc-maçonnerie. J’ignore ce que veulent les francs-maçons, qui leur a fourré dans la tête qu’ils tirent leurs doctrines de Salomon et des pyramides, pourquoi ils font un tel mystère de leurs « secrets », qu’ils publient pourtant dans des centaines de livres de propagande. Cette littérature fantaisiste m’a néanmoins appris une chose : à comprendre la mentalité maçonnique.

Vous serez peut-être surpris de constater que j’attribue une mentalité de francs-maçons à des gens qui n’ont aucun rapport avec leur société secrète. C’est qu’un nombre étonnant d’intellectuels jugent le monde, l’esprit et l’histoire avec une mentalité pareille. Que je résumerai ainsi : une façon simpliste de voir les choses, des critères abstraits pour considérer l’histoire. Les marxistes en sont un merveilleux exemple. Pour eux, tout est clair, l’histoire tout entière est un jeu de forces économiques rigides, simplistes jusqu’à en être absurdes, abstraites jusqu’à en être confuses. On ne peut pas discuter avec eux. Comme d’ailleurs avec aucun intellectuel de formation « maçonnique ». Il y a dans leur tête trop de « lumière », trop de « certitudes » ; la même équation résout tous les problèmes, les inconnues sont toutes du même degré, sur le même plan.

 

J’ai commencé à me dire sérieusement que ce paradoxe – la mentalité maçonnique – n’en était pas vraiment un lorsque j’ai mieux connu la mentalité marxiste. Le marxiste est quelqu’un qui a mille certitudes et qui accepte un seul miracle : l’oeuvre de Karl Marx. Il réduit l’histoire à quelques formules simples qui expliquent tout, qui satisfont toutes les curiosités, qui prémunissent contre toutes les objections. L’irrationnel, l’imprévisible, l’irréductible (toutes ces forces obscures qu’il est impossible d’anticiper et qui font que l’histoire d’un pays soit nettement différente de celle d’un autre) n’existent pas pour un heureux marxiste ayant une mentalité maçonnique.

Celle-ci est caractérisée par une étrange conjonction d’abstraction et de grossièreté. En effet, le franc-maçon juge le monde et l’histoire de manière abstraite (c’est-à-dire sans contact direct avec les réalités, sans l’expérience du temps, sans prise sur le présent). Par exemple, un maçon de stricte obédience dirait à peu près : Michel le Brave représentait telle Force et offensait tel Symbole ; privé pour cette raison de l’aide du Maître Trois Étoiles, il a trouvé la mort comme il fallait s’y attendre. (J’ai en ce moment sur ma table toute une série de livres du « maître » Ragon. Je peux le citer si quelqu’un se méfie de ma façon de résumer l’interprétation maçonnique de l’histoire. Et le jeu pourrait continuer.)

Comme on le voit donc, les maçons – ou les marxistes ayant la même mentalité qu’eux – portent un jugement « abstrait » et néanmoins très grossier sur l’histoire, le monde, la vie. Il n’y a rien de concret pour eux ; il n’y a pas de faits, de faits purs et simples, c’est-à-dire des événements imprévisibles, irréductibles, irrationnels. Ils ont solution à tout grâce à un schéma simpliste, un schéma pédant, pseudo-rationnel, dépourvu de pénétration philosophique et en même temps d’intuition directe des faits, des réalités. Pour un heureux tenant de la mentalité maçonnique, il n’existe pas d’énigme et pas de destin. Tout peut être prévu, tout peut être expliqué ; tout à n’importe qui. Plus besoin d’effort, d’inégalité, et donc d’intelligence, puisque le schéma est à la disposition de tous. Apprenez un symbole de plus, et vous comprendrez le Moyen Age. Lisez un tome du Capital de Marx, et vous comprendrez le féodalisme. Payez une taxe supplémentaire à la Loge, et vous apprendrez un autre symbole ; vous comprendrez alors les mystères du XVIIIe siècle. Lisez encore un volume du Capital, et vous comprendrez la Révolution française.

Freud et la psychanalyse donnent un autre exemple admirable de ce que j’appelle la mentalité maçonnique. Freud laïcise l’Absolu, c’est-à-dire qu’il propose à tout un chacun une clé unique qui, croit-il, explique tout le psychisme. Alors qu’auparavant comprendre l’Absolu (le sens de l’existence, de l’âme, des réalités surnaturelles) supposait l’effort, l’ascèse, l’intelligence – et donc l’inégalité –, la psychanalyse offre cette compréhension à tout le monde pour l’achat de trois ou quatre livres pas trop chers, accessibles à n’importe qui. Freud est un grave exemple de trahison de la spiritualité judaïque, c’est-à-dire de transfert d’une valeur unique et de laïcisation de l’Absolu. Il serait d’ailleurs intéressant d’étudier l’apparition de l’élément dramatique dans la spiritualité judaïque (où il n’a jamais existé, où la liturgie était le seul dynamisme accepté dans l’expérience spirituelle), apparition qui, à mon sens, coïncide avec cette laïcisation de l’Absolu.

Je ne voudrais pas qu’on prenne ceci pour une plaisanterie, car c’est trop sérieux et trop triste. J’ignore ce qu’est une société ou une loge maçonnique, mais je pense que l’esprit de la franc-maçonnerie – le simplisme, l’anti-histoire, l’abstraction grossière – a pénétré et bouleversé toute la mentalité européenne. Des classes entières de gens sont si sûres de posséder la clé de l’univers, la clavis absconditorum, qu’on ne peut même plus converser avec eux. De surcroît, leurs certitudes ne portent pas sur des principes, sur l’essence des choses, sur un domaine propre à la philosophie ou à la religion ; non, elles portent sur des réalités phénoménologiques, en perpétuelle transformation et au devoir évanescent : la vie, l’histoire, l’homme de la rue et l’homme des hauts faits.

Peut-être avez-vous rencontré vous aussi des « intellectuels » de formation maçonnique, des gens avec lesquels on ne peut pas parler du quotidien avec lesquels il faut bien trouver un terrain de discussion neutre. Observez-les bien. Vous verrez qu’ils placent tous un miracle au centre de leur entendement universel. Ils ne croient qu’un événement unique, singulier et irréversible, survenu à une certaine date dans l’histoire, explique tout et à tout le monde. C’est le processus contraire, dégradé, de ce qu’on pourrait appeler la mentalité chrétienne si le christianisme était abstrait, s’il ne fusionnait pas, dans ses cas authentiques, avec la nature même de l’homme, avec l’humanité. Pour les chrétiens, le fait historique qu’est l’avènement du Sauveur a changé le monde. C’est également irréversible, c’est également un miracle. Mais si différent de la mentalité laïque moderne, de la mentalité maçonnique. D’abord, le chrétien (le religieux en général, le philosophe, le moraliste) croit à la grâce, au salut, au destin, à l’histoire ; il croit à une économie spirituelle parallèle à l’économie « économique » (qu’on veuille bien me passer l’expression). Continuez et vous trouverez quantité d’autres différences.

Ce que la mentalité maçonnique refuse avec acharnement, c’est la subtilité, la dissociation des plans. Le socialiste ne démord pas d’une idée ; le théosophe ne démord pas de trois idées. Mais, toujours, une seulement ou trois seulement. Jamais autre chose, jamais autrement. Vous me rétorquerez : mais la raison (la pensée scientifique ou philosophique) n’a pas d’autre but que de trouver une seule loi, un seul critère pour comprendre le monde. Exact. Sauf que la raison cherche une loi se rapportant aux principes, aux essences. Son unité réside dans la cohérence et non dans l’univocité, contrairement à la mentalité maçonnique, dont l’interprétation du monde n’est pas organique (cohérente), mais simpliste (contrainte, univoque) ; pas réaliste, mais abstraite et grossière.

J’ignore (et ce n’est d’ailleurs pas l’objet de ces notes) s’il y a une relation historique entre les diverses manifestations de la mentalité maçonnique dans le monde moderne (les Lumières, le marxisme, la théosophie, l’anti-histoire, etc.). Du reste, cette mentalité s’exprime en dehors des cadres mentionnés ci-dessus. J’ai une excellent ami qui a une interprétation maçonnique du monde, sans être ni un marxiste ni un théosophe. Il est seulement simpliste et un peu cuistre. Moins « on en démord », plus on se rapproche de la mentalité maçonnique.

Ainsi, l’histoire de la politique roumaine de la révolution de 1848 jusqu’en 1933. Partout des lois abstraites, des actes inspirés des Lumières, une pensée grossière. Mais l’intuition quotidienne et le sens du réel, du concret, de l’humanité sont totalement absents. Et l’on pourrait allonger la liste des exemples.




yogaesoteric
28 novembre 2017