Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Santé >Alimentation saine >
Les antioxydants et leurs secrets

                                                                                                                                 de Melania Radu et Alex Ionescu

                              “La voie vers la santé et une bonne forme physique est un voyage, non pas une destination. 
                               Nous ne devons pas nous attendre à ce que nous nous y arrivions un beau jour,
                               ou d’y réussir finalement. Le secret est de faire en sorte de suivre cette voie toute notre vie.” -
                                                                           Dr. Kenneth H. Cooper’s – Une nouvelle voie pour prolonger la vie

De nos jours, il est difficile d’éxaminer une publication médicale, de lire une revue, d’ouvrir un journal ou même de regarder de la publicité à la télé sans voir une référence aux antioxydants ou aux radicaux libres. Bien que ce sujet reste entouré de mystère et de confusion pour la plupart des gens, sa compréhension peut devenir un problème de vie et de mort. Les radicaux libres (les molécules d’oxygène réactif) sont impliqués dans plus de 50 affections médicales, y-compris différentes formes de cancer, maladies chroniques, vieillissement prématuré, cataracte et même SIDA.

Les liaisons avec cette large variété de maladies suggèrent le fait que les radicaux libres ne sont pas un phénomène isolé, périphérique, mais plutôt des acteurs principaux dans la plupart des problèmes de santé des gens. Ainsi, quel que soit le problème de santé que nous ayons, nous pouvons supposer que, de façon perfide et cachée, les radicaux libres pourraient être un facteur qui provoquent ou exacerbent l’affection dont nous souffrons.

Qu’est-ce que les radicaux libres et quelle est la façon dont ils agissent?

On ne peut pas les voir. On ne peut pas les sentir. Ils laissent seulement des traces passagères de leur présence. Mais, il ne faut pas se laisser tromper : le cœur, les poumons, les vaisseaux sanguins, tous nos organes et nos tissus souffrent d’une attaque continue de la part de ces renégats biologiques, connus sous le nom de „radicaux libres”.

Imaginons que nous pouvons réduire une camera jusqu’aux dimensions d’une molécule, que nous l’introduisions ensuite dans notre organisme à bord d’un sous marin aussi minuscule, qui circule à travers les fluides internes qui soutiennent la vie. Tout de suite nous serons les témoins d’un spectacle semblable à un feu d’artifices biologique. C’est le résultat des mouvements aléatoires des „radicaux libres”, qui essaient de s’accrocher partout pour obtenir une stabilité quelconque.

Il existe aussi bien des molécules stables que des molécules instables d’oxygène, qui „courent” dans l’organisme. L’oxygène stable est essentiel pour le soutien de la vie. Les molécules instables d’oxygène (les radicaux libres) sont également utiles, parce qu’elles luttent contre les inflammations, qu’elles tuent les bactéries et qu’elles contrôlent le tonus des „muscles lisses”, ceux qui règlent le fonctionnement des organes internes et des vaisseaux sanguins.

La clef de l’action efficace et certaine des radicaux libres de l’organisme est leur équilibre, mais le problème est que leurs mécanismes finement équilibrés se dérèglent souvent. Pour corriger la situation, l’organisme produit des substances de nettoyage des radicaux libres – connues comme „antioxydants endogènes”, des systèmes enzymatiques qui „avalent” les radicaux libres et en plus les empêchent de produire des effets négatifs (superoxyd-dysmutase, catalase et glutathion-peroxydase). Certains antioxydants que nous recevons de l’extérieur de l’organisme au travers de l’alimentation aident eux aussi à la défense contre le nombre excessif des radicaux libres. Les plus importants de ces antioxydants externes (ou exogènes) sont la vitamine C, la vitamine E et le bêta carotène.

La supra production de radicaux libres

Il paraît que, partout où on tourne le regard, différentes substances ou situations menacent d’envahir notre organisme avec des radicaux libres. Voilà quelques uns des facteurs du milieu ou du mode de vie, qui nous mettent en danger de stress et de vieillissement prématuré : la fumée de cigarette, l’air pollué, certains médicaments, la lumière ultraviolette (naturelle ou artificielle), les pesticides et d’autres substances chimiques nuisibles qui se trouvent dans la nourriture, la préparation inadéquate des aliments, les lésions des articulations et des tissus (y-compris les douleurs ou la fièvre musculaire), les lésions liées à la transfusion (le retour du sang dans un organe ou tissu qui a été temporairement privé de sang, par exemple après un infarctus du myocarde ou après une commotion cérébrale), le diabète, les radiations (des procédures médicales, les réseaux à haute tension, les ordinateurs, les fours à micro-ondes, les portables, les couvertures électriques, les télévisions), le stress émotionnel, l’amiante et d’autres matériaux qui pourraient être inhalées par respiration, l’alimentation en excès avec du sang du tube digestif après un repas abondant ou les exercices physiques réalisés immédiatement après avoir mangé et même les exercices physiques, mais réalisés à l‘excès.

Lorsque l’organisme est hyper saturé avec des radicaux libres, ces molécules instables d’oxygène se transforment, et ne sont plus alors des alliés mais des spoliateurs moléculaires. Ils commencent à courir en désordre, en s’attaquant avec succès tant à des parties malades qu’à des parties saines. Certains d’eux sont tellement instables qu’ils existent pour un seul moment, une microseconde, intervalle dans lequel ils agissent comme des catalyseurs, déterminant des réactions chimiques et des changements en d’autres molécules voire même des mutations génétiques. Le vieillissement prématuré ou accéléré, des maladies de cœur, différents types de cancer et beaucoup d’autres maladies sont la conséquence de l’action de ceux-ci.

À titre d’information, il est estimé que les gênes de chaque cellule sont agressées d’environ dix milles fois par jour par les radicaux libres et l’ADN mitochondrial environ cent milles fois par jour. Si nous pensons au fait que les cellules myocardiques (du cœur) et les cellules neuronales (du système nerveux) ne se divisent pas, alors nous nous rendons compte combien il est important de lutter contre l’agression exercée par les radicaux libres.

Qu’est-ce qu’on peut faire pour se protéger?

Parce qu’il est beaucoup plus efficace, mais aussi moins cher, de maintenir un bon état de santé, que de le retrouver après l’avoir perdu, la meilleure technique de défense contre les radicaux libres est celle de construire et de maintenir des boucliers d’antioxydants, par un régime alimentaire adéquat (avec peu de graisses, riche en fibres digestives et des substances antioxydantes - 400 UI de vitamine E, 1000 mg de vitamine C et 25.000 UI de bêta carotène par jour), par la pratique régulière des exercices physiques (mais sans exagérer), et par un programme de vie qui envisage d’éviter, autant que possible, les situations où nous sommes exposés à l’attaque de radicaux libres.

La préparation des aliments et la diète

Les aliments ayant un contenu haut d’antioxydants doivent constituer la base des éléments nutritifs que nous prenons des sources extérieures, d’autant plus que dans nourriture il existe, à part les antioxydants, d’autres substances qui pourraient nous protéger contre les maladies.

D’amples études réalisées aux États-Unis, en Angleterre, en Finlande, au Japon, en Chine, ont conclu que ceux qui consomment des fruits et des légumes frais présentent un risque diminué d’environ 75%d’être affecté par les radicaux libres. Attention! Il s’agit de la consommation de fruits et de légumes frais et non pas de suppléments vitaminiques, parce que ces suppléments réalisés en laboratoire ne peuvent pas remplacer toute la gamme de composés qui se trouvent naturellement dans les fruits et les légumes : vitamines, sels minéraux, polyphénols, etc. L’intelligence de la nature, au cours de milliers d’années d’évolution, a réalisé dans ses produits l’équilibre parfait des éléments nécessaires à l’organisme humain.

Tout d’abord, pour nous habituer à estimer le contenu antioxydant maximal potentiel de la nourriture, voyons quels sont les aliments riches en antioxydants : 
- aliments riches en bêta carotène : pommes de terre, carottes, melon, courges, noix, épinard, brocoli, persil, mangues, papayes, algues, topinambour abricots.
- aliments avec un contenu élevé de vitamine C : acerole(cerise des Antilles, ressemblant aux cerises), persil, orge vert, poivrons, brocoli, fraises, chou-fleur, pamplemousse, goyave, kiwi, citron, mangues, mure, papayes, melon, oranges, tomates, asperge, chou de Bruxelles.
- aliments riches en vitamine E : noisettes, topinambour, chocolat, tournesol, blé (inclus les germes de blé et le blé germé), amandes, maïs.

Le deuxième pas le constitue l’évaluation de l’impact de la préparation thermique et des autres procédés de préparation de la nourriture sur le contenu des antioxydants; en général, la quantité d’antioxydants peut être réduite par des facteurs comme : les aditifs alimentaires, l’exposition à l’oxygène, l’exposition à la lumière, l’exposition à la chaleur ou à des températures élévées (les meilleures méthodes de préparation des aliments, tel que l’on préserve les antioxydants sont : au four, à la vapeur ou par cuisson légère).

Quelques recommandations pour la préparation et la préservation des aliments:
- évitez les produits fanés
- n’exagérez pas lorsque vous épluchez, coupez, lavez ou trempez les légumes et les fruits
- évitez l’utilisation excessive de l’eau pendant la préparation
- évitez l’utilisation en excès des températures hautes pendant la préparation ; l’ébullition prolongée, d’autres méthodes prolongées de préparation, l’exposition des aliments à la flamme ou à la fumée, comme les grillades en plein air, pour ne pas détruire les antioxydants; ces méthodes peuvent stimuler aussi des changements chimiques indésirables dans la nourriture et la production de radicaux libres en excès ;
- utilisez pour la préparation l’eau dans laquelle vous avez bouilli les légumes, elle contient les antioxydants
- ne gardez pas plus d’un jour au frigo les aliments déjà préparés
- déposez la nourriture préparée dans des récipients avec peu d’air
- ne pas réchauffer les aliments déjà cuits avec des légumes ou de la verdure
- évitez de garder les aliments chauffés plus de 30 minutes avant de les servir
- ne pas achetez des produits déjà tranchés 
- ne pas conserver les produits frais dans le frigo plus de quelques jours

Modèle de menu pour une journée:
(les aliments qui le composent contiennent 1.120 mg de vitamine C, 36.085 UI de bêta carotène et 109 UI de vitamine E, c’est-à-dire environ la quantité recommandée pour une journée)
Petit déjeuner : jus d’oranges, flocons de céréales et de germes de blé, raisins secs, yogourt simple, fraises fraîches.
Déjeuner : jus de cocktail de fruits en grains (raisin), feuilleté rempli avec brocoli, chou-fleur et fromage, salade de pâtes, jus de tomates.
Repas de l’après-midi : kiwi frais.
Dîner : salade d’épinard frais et des tomates avec des graines de tournesol, épices, sans huile, carottes légèrement cuites, du riz brun, salade de fruits (pastèque, melon et mandarines).
Repas du soir : jus d’oranges, du pain et du beurre.

D’autres procédés antioxydants :

Le jeûne complet

En jeûnant un ou deux jours par semaine, nous offrons à l’organisme le temps nécessaire pour éliminer de façon efficace les toxines accumulées dans les aliments et pour la régénération de certaines fonctions et processus. Lorsqu’on parle du jeûne, on fait référence au jeûne complet, réalisé seulement avec de l’eau, dont l’utilisation est obligatoire pour éviter la déshydratation du corps et le blocage rénal. Si le jeûne complet est plus prolongé, le retour à la diète habituelle doit être réalisé graduellement, le même nombre de jours que la durée du jeûne, en commençant avec des soupes très diluées, où l’on a bouilli certains légumes ou céréales (d’habitude des carottes et du riz).

Du point de vue scientifique, il a été attesté que l’homme peut vivre sans nourriture environ 100 jours, ses réserves intérieures étant suffisantes. Dans ce sens, des recherches scientifiques récentes montrant que le jeûne complet a des vertus puissamment antioxydantes. Pratiquement, nous pouvons dire que le jeûne complet agit au niveau de toutes les structures de l’être, à partir des structures subtiles et, par résonance, jusqu’aux structures physiques.

La cure de raisins

Dans les pépins de raisins se trouve la proantocianidine, composé qui fait partie de la classe des flavonoïdes ayant un rôle important dans la lutte directe contre les radicaux libres, dans la croissance de la vitalité et de la résistance devant les attaques des agents mutagènes (cancérigènes) et pour retrouver la jeunesse. Les concentrations les plus hautes sont présentes dans les pépins de raisins noirs, l’extrait de pépins de raisins noirs étant l’un des plus puissants antioxydants.

Il est bienvenu de réaliser une cure de raisins (sans consommer autre chose) pendant 10 jours minimum (il est possible de prolonger cette cure jusqu’à 21 jours, dans les maladies chroniques). Il est indiqué de consommer 4 kg de raisins par jour. Ce genre de régime est contre-indiqué en cas de diabète. La modalité de réalisation de la cure de raisins est présentée de façon détaillée dans l’ouvrage « Enciclopedia terapiilor naturiste de vindecare a cancerului » (L’encyclopédie des thérapies naturelles de guérison du cancer), de Gregorian Bivolaru.

La cure de jus d’orge vert

L’orge vert contient du super oxyde dysmutase (SOD), une enzyme protéique active, en proportion de 2000 microgrammes SOD (super oxyde dysmutase) actif, dans une quantité de 2 g de poudre d’orge vert. Le SOD est l’un des antioxydants endogènes, avec un effet particulier dans l’inactivation des radicaux libres oxydrile, la guérison des maladies, la revitalisation de l’organisme et le ralentissement du processus de vieillissement. L’orge vert est la plus riche source SOD connue jusqu’à présent. Le mode de préparation du jus d’orge vert est présenté dans l’ouvrage « Alimentaţia în practica yoga » (L’alimentation dans la pratique du yoga), de Dan Bozaru.

L’usage des plantes ayant des propriétés antioxydantes :

Origan (Origanum vulgare), basilic (Ocimum basilicum), marjolaine (Majorana hortensis), laurier (Laurus nobilis), thym (thymus vulgaris), thym sauvage (satureja montana), aneth (Anethum graveoles), romarin (Rosmarinus officinalis), sauge (Salvia officinalis), clous de girofles (Eugenia caryophyllata), cannelle (cinnamonum zeylanicum), gingembre (zingiber officinalis), coriandre (Coriandrum sattivum), persil (Petroselium arvense), cumin (Carum carvi), fenouil (Foeniculum vulgare), cucurmin (Curcuma longa), orange amère (Aratium lata), thé vert (Green Tea), ail (Allium sativum), harpagophytum (Harpagophytum procumbens), Potentilla tormentilla, amalaki (le fruit de la jeunesse) (Emblica officinalis), rooibos (thé rouge) (Aspalathus linearis), etc.

Comme nous pouvons l’observer, bon nombre des plantes mentionnées ci-dessus peuvent être utilisées dans la préparation des aliments, pour augmenter leur saveur. En connaissant ce secret qu’elles possèdent, de diminution du stress oxydant, vous pourriez utiliser les ces plantes avec plus d’intérêt, mais aussi avec attention, sans exagérer.

Les exercices physiques

Les exercices physiques sont nécessaires pour la santé et pour la longévité. Sans exercices physiques pratiqués régulièrement, la défense interne de l’organisme contre les radicaux libres, avec tout l’effort des antioxydants endogènes naturels, peut devenir trop fragile pour bénéficier entièrement de l’effet des suppléments, les personnes sédentaires étant plus prédisposées aux maladies.

Le Hatha-Yoga, une modalité exceptionnelle de maintien de la jeunesse et de la longévité

Le Hatha-yoga implique la réalisation de certaines postures corporelles spéciales avec des effets bénéfiques complexes (asanas), ainsi que la relaxation profonde (Shavasana).

L’asana (la posture statique) en Yoga est une modalité d’intégration psycho-physique basé sur la rééducation posturale. Les effets prédominants qui sont ressentis de façon de plus en plus prégnante suite au maintien immobile dans ces postures de yoga sont : équilibre, confiance en soi, énergie augmentée, résistance à la fatigue et au stress, sensation relaxante de bien-être et de calme, la guérison de certaines maladies, ré-harmonisation physique et psychique, préservation de la jeunesse et prévention du vieillissement.

La transformation du mode de vie

La vie dans la société moderne nous expose, au-delà de notre volonté, au bombardement des radicaux libres. Il y a des situations que nous ne pouvons pas éviter, mais ce que nous pouvons faire est de diminuer la menace que les radicaux libres représentent pour la santé, en évitant la présence de ceux-ci aussi souvent que possible et en remplaçant les mauvaises habitudes avec des habitudes bénéfiques. Le maintien de l’équilibre entre les facteurs antioxydants et les radicaux libres permet le déroulement normal de la vie et de la croissance cellulaire, ainsi que des processus de défense de l’organisme, ce qui conduit à la croissance de la longévité.

Pour un étude plus approfondi du sujet nous recommandons l’ouvrage « Enciclopedia naturistă a vitaminelor » (L’encyclopédie naturelle des vitamines), de Gregorian Bivolaru.

Bibliographie:

- Gregorian Bivolaru – Enciclopedia naturista a vitaminelor (Encyclopédie naturelle des vitamines), Editura Shambala, 2003
- Gregorian Bivolaru – Enciclopedia terapiilor naturiste de vindecare a cancerului (Encyclopédie des thérapies naturelles de guérison du cancer), Editura Shambala
- Gregorian Bivolaru – Ghidul aditivilor alimentari uzuali (Le guide des effets des aditifs alimentaires usuels), Éditions Shambala
- Dr. Kenneth H. Cooper’s – O noua cale pentru a prelungi viata (Une nouvelle voie pour prolonger la vie), Editura Elit Comentator, 1994
- Dan Bozaru – Alimentaţia în practica yoga (L’alimentation dans la pratique du yoga), Editura Satya, 1993
- Ernst Günther – Hrana vie (La nourriture vivante), Editura Venus, 2002
- Harold J. Reilly et Ruth Hagy Brod - The Edgar Cayce Handbook for Health Trough Drugless Therapy, A.R.E. Press, Virginia Beach, Virginia, U.S.A., 1998

Lisez aussi:
Asana ou la posture corporelle en Yoga

yogaesoteric
2007