Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Le guide spirituel nous dévoile la réalité qui existe au-delà de l’illusion
                              
                        Il est le seul qui a le droit de dire que tout dans cet univers est parfait
 
 
„Même si le bien et le mal sont les deux des manifestations conditionnées de l’esprit, pourtant le mal est sa couche la plus externe, pendant que le bien est plus proche de l’homme réel, du Soi. L’homme ne peut pas arriver au Soi s’il ne renonce pas d’abord à la couche de ses actions négatives, et ensuite à la couche de ses actions bénéfiques. Donc, finalement, le karma qui reste encore attaché à son corps et à son mental sera toujours un karma positif, car jusqu’à ce que toutes ses impuretés aient été brûlées, il lui sera impossible d’atteindre la Vérité Suprême.
 
Nous pouvons reconnaître un être libéré en vie selon ses bonnes actions ; ses lèvres ne peuvent prononcer que des bénédictions, ses mains ne peuvent réaliser que des actions positives, son mental ne peut penser que des choses sublimes, sa présence est une bénédiction quel que soit l’endroit où il se trouve. Un tel homme a le don de transformer, par sa simple présence, les pêcheurs saints. C’est l’immense différence entre les deux pôles, entre la vraie réalisation spirituelle et la simple prétention de l’avoir atteint...
 
Du fait d'une compréhension fausse, les gens ont peur que, s’ils atteignent la réalisation suprême, les fontaines de l’amour sécheront dans leurs cœurs, car tout ce qu’ils aiment dans cette vie disparaîtra. Ils ne pensent jamais que les grands prophètes de cette planète ont été seulement ceux qui ont renoncé à toute trace d’individualité, qu’on n’aime pas vraiment en s’attachant à un objet menu ou à un être mortel. Le vrai objet de l’amour ne peut être une poignée de terre, mais seulement Dieu Vivant. Par la réalisation spirituelle, la femme aimera encore plus son mari, parce qu’elle reconnaîtra Dieu dans son mari. Le mari aimera davantage sa femme, parce qu’il reconnaîtra Dieu en elle. Et la mère aimera davantage ses enfants, parce qu’elle reconnaîtra Dieu en eux. Même le plus terrible ennemi peut être aimé, en reconnaissant Dieu en lui...
 
Seulement une telle personne a le droit de soutenir que tout est parfait dans cet univers. C’est le grand bien que l’achèvement spirituel peut apporter à ce monde : si toute l’humanité réalise au moins une partie de cette vérité, alors la terre même deviendra un paradis, et ses habitants ne seront plus des gens, mais des dieux.”
 
                                                                                                                                                Swami Vivekananda
 
 
Il existe des êtres qui sont venus sur la terre pour nous. Leur simple présence éveille les plus profonds sentiments de bonheur, de paix et d’amour. Ils font venir  à la lumière tout ce qu'il y a de plus beau en chacun de nous. Ils nous montrent comment accomplir la plus grande aspiration de notre coeur. Ils ouvrent la porte de la perfection spirituelle et nous guident à chaque pas.
Ils sont en permanence en communion avec Dieu.
 
„L’état d’illumination est ainsi décrit : il existe une conscience continue de l’unité entre le Soi Suprême Atman de l’être et Dieu. Il n’existe plus aucune trace de l’identification d’Atman avec ses couches. Tout sens de la dualité est vraiment effacé. Il existe une conscience pure, unifiée. On dit de l’être humain qui est fermement établi sur ce niveau de conscience, qu’il est illuminé.
 
Un être humain est un "libéré en vie" lorsqu’il est totalement et en permanence établi dans l’état d’illumination. Sa béatitude est sans fin. Même si son mental est dissout en Dieu, il est complètement conscient, libéré de l’ignorance. Il est complètement lucide, libéré du désir. On dit d’un tel être qu’il est "libéré en vie".
 
Pour lui, les souffrances de ce monde ont pris fin. Bien qu’il possède un corps fini, il demeure uni avec l’Infini. Son cœur ne connaît pas d’inquiétude. On dit d’un tel être qu’il est libéré dans cette vie.
 
Bien qu’il vive dans son corps, celui-ci est plutôt une ombre qui le suit. Il n’est pas troublé par la pensée de „Je” et „Le mien”. Ce sont les caractéristiques d’un être qui est libéré dans cette vie.
 
Il n’est plus lié au passé. Il n’est plus enchaîné par le futur. Il est détaché du présent. Voilà comment on peut reconnaître un être qui est libéré dans cette vie.
 
Le bien et le mal semblent exister partout dans le monde. Les êtres humains et les objets semblent être distincts. Pourtant, il regarde tout du point de vue de l’égalité et de l’unité, parce qu’il voit le Suprême Dieu partout. Voilà comment on peut reconnaître un être qui est libéré dans cette vie.
 
Le destin bon ou mauvais peuvent venir sur lui. Il regarde les deux avec détachement et calme intérieur, n’étant touché par aucun d’eux. Voilà comment on peut reconnaître un être qui est libéré dans cette vie.
 
Du fait que son mental est continuellement fondu dans la béatitude de Dieu, il regarde avec égalité le monde intérieur et le monde extérieur. Voilà comment on peut reconnaître un être qui est libéré dans cette vie.
 
La vie s’écoule : il la regarde comme un témoin détaché. Il ne s’identifie pas au corps, aux organes des sens, etc. Il est passé au-delà de l’idée de devoir et d’obligation. Voilà comment on peut reconnaître un être qui est libéré dans cette vie.
 
À l’aide des mots vivants des écritures sacrées, il a réalisé l’union avec Dieu. Il n’est plus contrait de renaître. Voilà comment on peut reconnaître un être qui est libéré dans cette vie.

Il n’est plus jamais identifié au corps ou aux organes des sens. Il n’a plus aucun sentiment de possessivité. Voilà comment on peut reconnaître un être qui est libéré dans cette vie.
 
Par sa lucidité transcendantale il a réalisé que Dieu est tout. Voilà comment on peut reconnaître un être qui est libéré dans cette vie.
 
Les gens saints peuvent le glorifier, les gens méchants peuvent l’insulter – ses sentiments envers eux demeurent les mêmes. Voilà comment on peut reconnaître un être qui est libéré dans cette vie.
 
Les rivières se déversent dans l’océan, mais l’océan ne devient pas troublé pour autant. Les objets des sens traversent son mental, mais il ne ressent aucune réaction, parce qu’il a la conscience de la Réalité unique. Il est vraiment libéré, dans cette vie même.”
 

De l’ouvrage Viveka Chudamani
de Shankaracharya

  

 
Yogaesoteric
Juin 2007