Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Santé >Alimentation saine >
Aliments miracle

                                                                                                                                    de Melania Radu

                                                                                                         “Les aliments doivent être nos médicaments, 
                                                                  et à la place des médicaments nous devons nous servir des aliments.” 
                                                                                                                                                            - Hypocrate


Il existe des aliments particulièrement importants pour une diète saine, qui sont même miraculeux grâce à leurs effets thérapeutiques, équilibrants, revitalisants, purificateurs et de prolongement de la vie. Ces alimentsi doivent leurs nombreuses qualités à la richesse en vitamines naturelles (certaines d’entre eux sont des puissants antioxydants : la vitamine C, la vitamine E et le bêta-carotène), en acides aminés rares, en sels minéraux, en oligo-éléments indispensables. De plus, ils apportent dans l’être une très grande quantité de prana (l’énergie subtile qui imprègne le macrocosme). Ce genre d’aliments sont : le pollen, le miel d’abeilles, le blé, la levure de bière, le yogourt, le persil. Nous allons les présenter ci-après, avec quelques recettes utilisées dans l’alimentation lacto-végétarienne, avec quelques remèdes utilisés dans la médecine traditionnelle, ainsi qu’avec certains conseils pour un état de santé parfait, de longévité et de vitalité.

Le pollen

Le pollen est un aliment “miracle” par excellence. Associé à un peu de miel, il assure la croissance de l’organisme. Un groupe de chercheurs russe a identifié pas moins de 27 éléments dans sa composition. L’analyse biochimique montre que dans son contenu se trouvent des protéines, des sucres, des substances minérales, des oligo-éléments, toutes les vitamines et, en plus, des ferments biochimiques, des hormones, des facteurs de croissance, des pigments. Aliment équilibrant, dynamisant et revitalisant, il rend en quelques jours la vigueur et la joie aux personnes déprimées, fatiguées et surmenées. Légèrement laxatif, il désintoxique l’organisme, et sa consommation systématique permet d’éviter le vieillissement prématuré. Le pollen provoque aussi, une croissance rapide de la quantité d’hémoglobine du sang. Les examens de laboratoire ont permis de constater qu’en cas d’anémies, le nombre de globules rouges augmente d’environ 500.000/mm3 de sang, après avoir absorbé chaque jour pendant un mois une cuillérée de pollen. Chez les convalescents et les personnes agées, le pollen détermine une croissance du poids. Cette action est accompagnée par un effet énergisant.

La quantité quotidienne normale de pollen est d’une demie petite cuillérée à une cuillérée. On diminue la dose si elle produit un effet laxatif trop accentué ; mais elle sera augmentée en cas de fatigue accentuée, d’affaiblissement, de croissance difficile, d’anémie. Il est indiqué d’en consommer régulièrement, surtout ceux qui ont déjà 60 ans. Il est possible que certains, en réalisant cette cure, ressentent certaines douleurs, comme des spasmes ou des crampes dans la zone abdominale, aspect qui indique l’action puissamment énergisante, de tonification et de purification du pollen ingéré, aspects auxquels l’organisme n’était pas habitué antérieurement. Pourtant, après un certain temps où on a réalisé la cure avec persévérance, les douleurs disparaîtront graduellement jusqu’à l’élimination complète et leur remplacement avec des états euphoriques, de bonne disposition et de confiance. Ceci sera un signal édifiant de l’action pleine d’efficacité du pollen.

Les meilleurs effets s’obtiennent lorsque le pollen est pris le matin, après la toilette quotidienne, à jeun. Il faut le tenir dans la bouche et le mâcher longuement, même s’il va fond rapidement. Ainsi, en plus d’une excellente assimilation dans l’organisme, il aidera à l’hygiène et la santé de la cavité buccale. Après avoir pris toute la quantité de pollen, pendant 30 minutes il ne faut pas boire ou manger quelque soit. Il est recommandé dans toutes les maladies chroniques, à l’exception du diabète, et c’est un bon adjuvant dans la thérapie du cancer. En le prenant régulièrement et en respectant ces suggestions, le pollen sera une vrai panacée, en améliorant notre état de santé ; la consommation de celui-ci a des effets cumulatifs dans le temps.

Le miel d’abeilles

Aliment essentiel dans la diète naturiste, le miel naturel d’abeilles est un produit d’origine animale et végétale, facile à digérer et à assimiler, avec une énorme valeur nutritive, des qualités qui ne se perdent pas avec le temps. Fabriqué par les abeilles à partir du nectar des fleurs qui, par un travail spécial à l’intérieur de l’organisme des abeilles, est enrichi avec des substances personnelles et déposé dans les cellules des ruches. Véritable concentré de lumière solaire, on dit du miel naturel qu’il était fréquemment utilisé même par les dieux de l’Olympe.

Le miel contient une large gamme de sucres assimilables presque instantanément par l’organisme humain (dextrose, lévulose, saccharose, etc.), divers enzymes, aminoacides, certains facteurs antibiotiques (comme l’inhibine), des minéraux sous forme naturelle facile à assimiler (fer, cuivre, manganèse, silice, chlore, calcium, potassium, sodium, phosphore, etc.), ainsi qu’une variété de vitamines (C, K, PP, H et certaines vitamines du groupe B) pour lesquelles (contrairement aux vitamines végétales) le miel est un excellent environnement de conservation. Les plus importantes qualités sont offertes au miel par le complexe biologique des oligo-éléments qu’il contient et qui agit dans les diverses parties de l’organisme. Tout ceci, en plus des vitamines, fait du miel un aliment indispensable, un vrai médicament, avec des larges perspectives d’utilisation thérapeutique.

Les avantages que le miel a par rapport aux autres sucres ne sont pas à négliger. Le miel n’est pas du tout irritant pour les muqueuses de l’appareil digestif, au contraire, il est efficace dans certaines affections du tube digestif. Il occupe la première place du point de vue de l’assimilation presque immédiate et sans effort dans l’organisme, et ainsi il peut être utilisé dans tous les cas où l’organisme a besoin d’un apport énergétique immédiat. De tous les sucres, le miel est le mieux supporté par les reins. Il est un bon calmant, tranquillisant naturellement et sans effets secondaires négatifs sur l’organisme. Aliment par excellence hygiénique, relativement facile à se procurer et même bon marché compte tenu des économies que nous réalisons, et que nous n’avons plus besoin de médicaments.

Parmi les multiples bienfaits du miel d’abeilles nous mentionnerons : le miel qui nourrit le cœur en assurant la constance du contenu de sucres dans le sang; c’est un aliment idéal pour les enfants (doux, il fournit les minéraux dont ils ont besoin pour leur croissance, il a une légère action laxative et antiseptique, il peut être utilisé pour remplacer les édulcorants dans l’allaitement artificiel des bébés, il favorise le fonctionnement des voies digestives et la pousse dentaire, c’est un remède efficace en cas d’énurésies – miction involontaire durant la nuit- il a une action calmante bienfaisante et est spontanément assimilé par les enfants); c’est un aliment avec des effets décisifs pendant la grossesse; un bon traitement pour combattre lescrampes musculaires– deux cuillérées de miel à chaque repas pendant une semaine ; il peut être utilisé avec succès pour guérir les plaies et les brûlures ; il est d’une grande aide pour les convalescents ; il a des effets de prolongement de la vie ; il a des possibilités d’utilisation cosmétique ; il peut être utilisé tant durant le régime pour grossir, que celles pour maigrir ; c’est une source d’énergie et de récupération des forces pour les sportifs.

Le miel peut être consommé au mieux seul ou en combinaison avec d’autres aliments, à condition qu’ils ne soient pas trop chauds (au-dessus de 37ºC il perd ses qualités). Le miel poli flore est indiqué dans la consommation générale, et le miel uniflore, selon sa provenance, a différentes qualités thérapeutiques, “héritant” les propriétés alimentaires et curatives des plantes qui ont servi à sa fabrication.

L’hydromel. Un boisson tonique et revigorant peut être obtenu en mélangeant 1 litre d’eau avec 100 g de miel et en les laissant fermenter 1 à 2 jours dans un endroit chaud, jusqu’à ce qu’il reçoive un goût légèrement aigre. On la consommation de préférence entre les repas, pour savourer son effet rafraîchissant.

Le sucre inverti. Au cas où nous n’avons pas toujours à disposition du miel, nous pouvons recourir, pour éviter les multiples effets nocifs que la consommation de sucre déclenche dans l’organisme, au dénommé sucre inverti. Voici la recette: 1 kg de sucre, 450 ml d’eau, une cuillérée d’acide citrique (jus de citron) ou d’acide tartrique (sel de citron); on les fait bouillir pendant 10 minutes. On recueille sans arrêt l’écume qui se forme avec une cuillère en bois. On obtient ainsi un mélange de deux mono sucres - glucose et fructose, avec un pouvoir d’adoucissement doublé en comparaison au simple sucre. Par le fait que le sucre inverti contient de l’acide citrique, il prévient certaines maladies. Il est aussi bien connu que l’acide citrique augmente l’assimilation du calcium dans les intestins, et contribue à combattre et à guérir le rachitisme, il prévient la formation des calculs rénaux, il dissout les urates (sels de l’acide urique) et a de certaines propriétés anti-infectieuses.

* D’autre part, voilà quelques-uns des effets de la consommation de sucre blanc:
Il est considéré comme l’un des drogues les plus dures, dénommé “la mort blanche”. Après la viande, il occupe la place suivante dans le top des aliments qui diminuent la durée de la vie. Bien qu’il soit de nature organique, par raffinage il perd ses constituants naturels. Pour être métabolisé il est inverti par l’organisme, processus qui vole des réserves des constituants qu’il a perdu par raffinage (calcium, magnésium, chrome, vitamine B1, enzymes). Cela conduit à hypoglycémie, une diminution de l’immunité, une carence en magnésium, (l’une des plus grandes causes de l’installation du cancer), un affaiblissement du pancréas (qui épuise les réserves de fabrication de l’insuline, ce qui conduit en peu de temps au diabète), la fragilisation du système osseux et de la dentition (l’organisme mobilise ses ressources de calcium pour neutraliser le sucre), une diminution de l’apport de chrome dans l’organisme (cela conduit à l’infarctus du myocarde), la neutralisation de la vitamine B1 (maladies du système nerveux, troubles de la mémoire, palpitations, vertiges, ulcères de l’estomac et des jambes, engelures, maladies de circulation). Le fait qu’il soit éliminé de l’organisme constitue la meilleure preuve que, pour le corps, il est un poison.

Préparations de blé

Les germes de blé contiennent les substances les plus riches et les plus abondantes en vitamines du grain de blé, qui sont : composés avec du phosphore facilement assimilables, sels minéraux abondants, représentés spécialement par les sels de fer et de magnésium. Le blé inclut aussi des protéines complètes qui contiennent – en proportions équilibrées – tous les acides aminés (aminoacides) indispensables à la vie, les oligo-éléments (comme le zinc, le cuivre, le manganèse) et beaucoup de vitamines, spécialement les vitamines A, B1, B2, C, E, PP. Du fait de leur composition, les germes de blé constituent l’une des meilleures sources naturelles de fer, de manganèse et de magnésium, de protéines rares et de vitamines du complexe B et la vitamine E.

La consommation de germes de blé est recommandé spécialement en cas de surmenage de toute sorte, d’anémies, d’états dépressifs, de convalescence, grossesse et de lactation. Les germes de blé représentent un aliment équilibrant, il favorise la digestion, il règle les fonctions intestinales et agit comme un tonifiant du système nerveux et de la nutrition.

Par ”germes de blé” on comprend le stade correspondant à la première phase de germination son du blé, lorsqu’il apparaît un petit bourgeon. Lorsque le bourgeon dépasse 1 mm, on passe au stade de blé germé. La seule contra indication pour l’utilisation des germes de blé est l’hypertension artérielle.

Les adultes
Les adultes peuvent consommer 2 à 3 cuillérées de germes de blé par jour, comme dessert, une cuillérée par repas. Les enfants peuvent consommer entre une petite cuillérée et 4 cuillérées de germe de blé par jour, la dose de croissance étant d’une petite cuillérée à l’âge de trois ans. Les enfants de 6 mois à 1 an mangeront une cuillérée divisée en 2 à 3 doses. Selon l’état physiologique de chaque personne, ces doses peuvent être augmentées.

Le blé germé : les propriétés toniques et vitalisantes des germes de blé sont grandement amplifiées dans le cas du blé germé, parce que la germination augmente beaucoup les pouvoirs vitaminique des semences. Les malades de rhumatisme, les malades du goitre ou d’arthrite, même les plus affectés et qui ne tolèrent pas le pain complet, ne ressentiront aucun inconvénient en consommant du blé germé.

Le mode de préparation est très simple : on place les grains de blé dans une assiette et on les couvre d’eau pour assurer la germination. Ce résultat sera atteint après 24h en été et 36 heures en hiver. Ensuite les grains seront bien lavés en plusieurs eaux, et les jours suivants nous nous limiterons à les humecter un peu, en prenant soin qu’il ne se forme pas une couche de liquide superficielle. Cela nous permettra d’éviter un début de putréfaction, qui survient lorsque les grains sont couverts d’un excès d’eau.

Le blé germé doit être consommé avant le repas, en doses d’une cuillérée pour les adultes et une petite cuillérée pour les jeunes et les personnes agées. Avant d’avaler le blé, il faut que les grains soient bien mâchés, jusqu’à ce qu’ils aient un goût doux. Pour les malades, les enfants et les petits enfants il est recommandé d’en faire une purée très fine, qui sera mélangée avec du miel. Avant le poser le blé pour germer, il est recommandé de le laver très bien, parce que souvent il est traité avec des antiseptiques et insecticides.

Le pain de blé intégral : on pétrit 1 kg de farine de blé intégral, 1 cuillérée de racine de consoude (sans croûte) passée par la râpe, de l’eau tiède et du sel. On laisse le mélange à couver pendant 20-30 minutes, ensuite on forme des petits bâtons qui seront mis dans une poêle à frire. On peut le préparer sans consoude, en ajoutant des carotte râpées et de la farine de sarrasin.

Levure de bière

La levure de bière représente une combinaison équilibrée de substances minérales rares et faciles à assimiler. Elle contient : 50% protéines qui sont facilement digérables, tous les acides aminés indispensables à la vie, du gluten et des peptides en quantité très élevée (bénéfiques dans les processus de désintoxication et de résistance aux infections), des lécithines, 14 sels minéraux essentiels, des oligo-éléments, 17 vitamines, etc. 100 gr. de levure de bière fournit 10 plus de vitamine B1 que le pain, 5 à 10 fois plus acide pantothénique que les céréales, 20 plus d’acide folique que le son de blé.

Il existe des levures hautes, de panification, avec une activité optimale entre 15 et 20 degrés Celsius et des levures basses, avec activité optimale entre 5 et 6 degrés Celsius, utilisées à la fabrication de la bière. Seulement ces dernières s’utilisent en thérapeutique sous le nom de levure de bière.

La levure de bière est considérée un aliment miracle, beaucoup plus efficace que le blé et les germes de blé, surtout qu’aucune nourriture ne contient dans une combinaison aussi parfaite et dans une forme si assimilable la gamme large de substances nutritives importantes par laquelle, dans ce sens, la levure de bière dépasse de beaucoup en taux les céréales, et étant plus efficace que le lait.

Elle est indiquée dans les cas d’anémies, d’états de fatigue, en facilitant l’élimination des toxines et de déchets métaboliques. Par son contenu élevé de protéines et par la nature des acides aminés qu’elle contient, elle joue un rôle protecteur pour le foie. Elle est indiquée dans l’avitaminose B ou complexe, les affections neurologiques ou neuromusculaires, l’alcoolisme, les cirrhoses, les affections rénales, les affections intestinales. Elle a une action inhibitive sur certains germes pathogènes : staphylocoque, streptocoque, colibacille. Elle remédie rapidement au déséquilibre de la flore intestinale, surtout celui qui résulte de l’absorbtion de légumes, de fruits ou de miel en doses d’une demie petite cuillérée pour les enfants et une petite cuillérée pour les pour les adultes et les personnes âgées;
En usage externe: sous forme de lavages (une cuillérée à café de levure dissoute dans un litre d’eau) pour les gastro-entérites aiguës infantiles, les entérites muco-membraneuses, les affections de la muqueuse vaginale.

Le persil

Cette plante est extraordinairement riche en éléments précieux et effets thérapeutiques. Le persil contient, pour 100 g, environ 200 mg de vitamine C, alors que le citron – considéré comme très riche en vitamine C – en contient seulement 100 mg. En plus il contient 60 mg de provitamine A (bêta carotène), alors que la carotte en contient entre 2 et 14 mg. Ainsi il est un très puissant antioxydant, la vitamine C et le bêta carotène étant deux des trois antioxydants naturels dont l’organisme a besoin de recevoir dans l’alimentation. Le persil contient aussi 240 mg de calcium et de 20 mg à 100mg de fer.

C’est un excellent antiseptique du sang, ainsi que de l’intestin, selon certains thérapeutes il prévient le cancer. Le persil a un rôle équilibrant par son contenu en calcium et, en conséquence, il est très indiqué en cas de rachitisme et de tuberculose. Grâce à son contenu en fer il a un effet antianémique et est un excellent remède dans les affections oculaires, dues au déficit de carotène. Le persil a aussi des effets antivieillissement. Il est indiqué de le saupoudrer (après l’avoir lavé) sur les différents plats ; il peut être consommé aussi sous forme de jus.

Le yogourt

Le yogourt est un aliment facile à assimiler, étant considéré un très bon adjuvant digestif. En plus, à cause de l’acide lactique et des bactéries qu’il contient, il maintient l’existence d’une flore intestinale bienfaisante. Le plus important bienfait du yogourt est qu’il apporte à l’organisme de la vitamine B et des sels de calcium en proportion élevée. Ses propriétés remarquables sont, sans doute, l’une des causes essentielles de la vigueur et de la longévité des peuples de bergers de Bulgarie et du Caucase, qui consomment depuis les temps immémoriaux du yogourt et du lait battu. Mais il est bien de ne pas dépasser la mesure, parce qu’un excès d’acide lactique a, au fil du temps, un effet déminéralisant. Un verre de yogourt par jour constitue une dose convenable et, dans le cas d’une cure, celle-ci ne sera pas réalisée plus de 10à 15 jours par mois.

Le beurre clarifié

C’est un bon remède pour le système nerveux et pour le bon fonctionnement de l’organisme. C’est l’une des substances onctueuses préférées par l’organisme humain. Il lubrifie et renforce l’organisme. Le mode de préparation est très simple:
On met le beurre alimentaire dans un vase émaillé. On le fait bouillir en ramassant avec une cuillère en bois, sans arrêt, l’écume qui se forme. On le fait bouillir à feu doux pour ne pas qu’il se brûle, jusqu’à ce qu’il devienne transparent comme de l’huile. Après qu’il devienne tout clair, on le sort du feu pour qu’il ne se brûle pas. On le fait refroidir un peu, on le passe dans un tissu et ensuite le laisse se solidifier. De 4 paquets de beurre alimentaire on obtient environ 400 g de beurre clarifié. Ce beurre est plus nourrissant, il est pur (sattvique) et on le peut garder longtemps sans qu’il s’altère.

Ce type de beurre peut être utilisé aussi comme soin de la peau et pour les traitements cosmétiques, en combinaison avec différentes plantes (camomille, lavande, solidage, etc.), selon les préférences et les besoins personnels. Dans ce sens on agit de la manière suivante : dès que le beurre a été sorti du feu et qu’il est encore liquide, on rajoute les plantes désirées; on le garde de la sorte 24h, ensuite on le fait fondre à nouveau jusqu’à ce qu’il devienne liquide, on le fait passer et on le laisse devenir solide à nouveau.

Préparations de soja

Le lait de soja : on met une quantité de 500 g de soja dans un récipient et on ajoute de l’eau pour qu’elle soit couverte. On la fait tremper pendant 12h. On la lave bien, on ajoute de l’eau fraîche et on fait bouillir le tout, mais pas dans un récipient en aluminium. Pendant l’ébullition on change l’eau deux fois. Après avoir cuit au moins 2h à feu doux, on fait tout passer et on fait moudre. On met la pâte moulue dans un sachet en tissu et ce sachet sera mis dans un récipient où on ajoute 2 litres d’eau tiède. On pétrit bien le sachet de soja à plusieurs reprises. Le liquide obtenu sera mis dans un autre récipient. On ajoute encore 2 l d’eau tiède et on répète le procédé. On mélange les 4 l de liquide. On les fait bouillir pendant 20 min tout en remuant le contenu avec une cuillère en bois. On sort du feu et on ajoute du miel selon le goût. On le sert comme le lait de vache.

Le beurre de soja : on mélange 250 ml d’eau avec 2 cuillérées de farine de soja dans un récipient et on fait bouillir le tout jusqu’à ce qu’on obtienne une pâte. On sort du feu et on fait refroidir, ensuite on ajoute de l’huile petit à petit, tout en remuant le contenu, comme pour la préparation d’une mayonnaise.

Enfin, nous vous présentons deux remèdes efficaces pour prolonger la vie, basés sur un autre aliment miracle : l’ail

Remède sibérien : 100 g d’ail et 150 g d’oignon passés par une râpe fine, on ajoute 2 cuillérées de vinaigre de pommes et on met le tout dans un endroit chaud pendant 24h. On chauffe un peu 350 g de miel, on mélange avec l’ail, l’oignon et le vinaigre, ensuite on laisse le tout “couver”, dans un endroit chaud, pendant 7 jours. On fait tout passer par une passoire fine. Le mélange se prend en doses de 4 cuillérées à café l’une après l’autre, une fois par jour. On continue le traitement jusqu’à la guérison, sans interruption, parce qu’il s’agit d’un effet cumulatif. Il est indiqué en cas de : sénilité, débilité, angine pectorale, déficits chroniques de l’appareil respiratoire, manque d’énergie.

“L’élixir de la jeunesse” : 350 g d’ail bien moulu sera mélangé avec le jus de 24 grands citrons. On met le tout dans un bocal couvert d’un tissu pendant 24h. On agite bien le contenu avant utilisation. La dose: une cuillérée à café le soir, avec un demi verre d’eau tiède. Il est indiqué contre : la fatigue chronique, manque d’énergie, l’obésité, l’hypotension.


Bibliographie:
- Gregorian Bivolaru – Alimentaţia şi terapia naturistă cu cereale, Editura Dakini, 2001
- Gregorian Bivolaru – Yin-Yang, secrete şi reţete, Editura Shambala, 2001
- Nicolae Catrina – Din tainele alimentaţiei lacto-vegetariene, Editura Deceneu, 1997
- Dan Bozaru – Alimentaţia în practica yoga, Editura Satya, 1993

yogaesoteric
2008