Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Mots pleins de sagesse d’Apollonius de Tyane

Une lettre philosophique pleine de profondeur qu’Apollonius de Tyane a envoyée à son ami Valerius pour lui présenter quelques vérités fondamentales sur la vie et la mort


Tu dois savoir qu’en réalité, aucun humain ne meurt seulement en apparence et, de la même manière, personne ne naît seulement en apparence. Ce que beaucoup d’entre nous appellent naissance est en fait un passage de l’essence à l’état de substance. Et ce que beaucoup appellent mort est en fait un processus de passage de la substance à l’essence. Pour le sage, en réalité rien ne naît ni ne meurt, d’abord tout apparaît et devient visible pour disparaître et devenir ensuite invisible. Le premier effet se produit lorsque la densité de la matière s’amplifie et le deuxième se révèle par la découverte de la subtilité de l’essence, qui demeure la même et qui se trouve à la fois en mouvement continu et en repos apparent. Ce qui est spécifique durant cette modification d’état est que la modification qui apparaît ne survient pas de l’extérieur : soit le tout se divise en parties, soit les parties se réunissent dans un tout, l’ensemble grandiose qui existe est toujours un. Quelqu’un va peut-être demander : qu’est-ce qui est parfois visible, parfois invisible, composé des mêmes éléments et aussi d'éléments différents ? A une telle question on peut répondre que lorsque les éléments constituent un bloc, ils sont visibles à cause de leur masse ; au contraire, lorsqu’il y a de l’espace entre eux, leur subtilité qui apparaît alors les rend invisibles. La matière que nous voyons tous est nécessairement soit enfermée, soit répandue hors du vaisseau éternel qui la contient, mais tu dois savoir qu’en réalité elle ne naît ni ne meurt pas...

Comment a-t-il été possible qu’une illusion aussi grossière que celle-ci puisse subsister si longtemps ? Cela est survenu entre autre parce que certaines personnes se sont imaginées qu’elles étaient actives, alors qu’en fait elles étaient passives ; elles ne savent pas que les parents sont en fait les moyens et non pas les causes de ce qu’on appelle la naissance des enfants, tout comme la terre qui fait pousser les plantes n’est pas en fait celui qui les produit. Non pas les individus visibles se modifient, mais la substance universelle est celle qui se modifie en chacun d’eux. Quel autre nom peut-on donner à cette substance sinon celui de substance primaire ? Elle est la seule qui existe et se maintient ; elle, dont les modifications sont infinies, est le dieu éternel dont on oublie le nom et la figure à cause de l’erreur dans laquelle on se complaît ; en échange, on voit seulement le nom et la figure de chaque individuel, sans avoir l’intuition de son essence.

Mais ce n’est pas tout. Nous pleurons lorsqu’un individu devient dieu non pas par une transformation de sa nature, mais par une énigmatique modification d’état. Il ne faut jamais pleurer la mort qui est en fait une transformation d’état ; au contraire, il faut l’honorer et la vénérer comme il faut car elle est l'occasion d'un passage.

Sur Terre, la plus brillante parmi toutes est une grande puissance essentielle, et parmi celles douées d’une grande puissance, seulement celle qui est éternelle et stable est préférable. Est-ce en accord avec le respect qu’on doit au Très Haut (DIEU) de pleurer l’accomplissement de Sa Volonté ? S’il existe vraiment un ordre dans l’univers et si cet ordre est réglé par le Très Haut, celui qui est juste ne souhaitera pas les bonheurs que le Très Haut n’a pas pour LUI-MÊME ; un désir pareil est inférieur car il vient d’une tendance égoïste, inférieure et contraire à l’ordre divin. Celui qui est juste et sage recevra comme un bonheur tout ce qui lui arrive. Plongez sans arrêt dans la sagesse du Très Haut et envisagez de guérir aussi vite que possible votre âme de ce qui est mauvais, envisagez de faire justice et de corriger ceux qui sont coupables. Cela vous fera oublier les larmes ; il ne faut jamais penser à vous avant de penser avec amour, bonté et bon sens aux autres. Il faut faire exactement le contraire en étant plein d’amour. Voulez-vous savoir ce qu’est la mort ? Même si vous allez me faire disparaître immédiatement après mon dernier mot, vous allez découvrir qu'une fois dépourvu de ma couche matérielle, je deviens bien plus puissant et plus libre que vous.



yogaesoteric
7 février 2017