Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Santé >Thérapies >
L’argent colloïdale - de A à Z (1)
 

Par Lucian Milea


Depuis les temps anciens, l’argent a été étroitement associé avec la lune et les influences lunaires, tant dans les traditions occidentales que dans celles orientales. Les artistes ont souvent décrit les rayons de la lune, « en argent », la couleur de l’argent étant froide, opposée à celui de l’or, qui est associé à la lumière solaire.

La tradition orientale


En tant que métal de la Lune, l’argent peut être associé, de point de vue de la spiritualité du yoga, avec IDA NADI et avec les aspects réceptifs de l’être humain. L’influence subtile de l’argent est étroitement liée aux aspects maternels, à l’enfance, à la créativité, à l’intelligence émotionnelle et à tout ce qui est sensible, réceptif, passif et flexible. Dans l’acuponcture ayurvédique, les aiguilles en argent sont utilisés pour leur effet « rafraîchissant et calmant », étant recommandés pour les constitutions corporelles de type PITTA et VATA.

L’astrologie indienne associe la sphère de force de la Lune (SOMA GRAHA ou CHANDRA GRAHA) avec la substance mentale (CITTA). Ainsi, certaines traditions associent l’argent avec « le troisième œil », AJNA CHAKRA.
D’autre côté, SOMA est aussi l’élixir de l’immortalité, qui, une fois qu’il est consommé périodiquement, rend les dieux immortels. En fait, le terme de SOMA représente une unique réalité, reflétée sur des différents niveaux de conscience : la conscience correspond au dieu SOMA, son énergie représentant le nectar de l’immortalité. La Lune est sa manifestation visible et l’argent est l’élément métallique correspondant sur la Terre. L’énergie nourrissante de la Lune (SOMA) est celle qui nourrit, à des différents niveaux de la manifestation, tant les dieux que les êtres humains. La dynamisation dans notre univers intérieur, par des méthodes et des techniques adéquates, du foyer de résonnance avec SOMA, confère la santé, l’immunité, la vitalité, la joie et la longévité. Certains traités yogis décrivent des modalités de « vaincre la mort » en 15 jours (la période de croissement de la Lune), par l’accumulation de SOMA. De même, on dit que celui qui remplira son corps avec l’essence de la Lune, (SOMA-RASA) sera immunisé même contre une morsure de serpent. Les aphorismes traditionnels de HATHA YOGA PRADIPIKA de Swami Svatamarama offre des explications subtiles, à la base de la loi occulte de la résonnance, tant pour les applications immunologiques de l’argent que pour celles d’amplification de la longévité.


L’utilisation de l’argent en AYURVEDA

Dans la médecine traditionnelle hindoue, AYURVEDA, les métaux et d’autres minéraux sont utilisés sous forme brulée (BHASMA = cendre), par un ancien procédée. L’oxyde d’argent obtenu ainsi, appelée RAJATA BHASMA, est utilisé dans des mélanges avec des plantes médicinales, avec du miel ou seulement avec de l’eau. Ce remède, réalisé avec de l’argent purifié, est utilisé en tant que sédatif et aphrodisiaque, purificateur du sang, de la rate et du foie. On considère qu’il offre la brillance aux yeux et la puissance au corps. Chez les hommes on administre dans des cas de réchauffement excessif du corps, d’impotence et de faiblesse sexuelle. Chez les femmes il est considéré utile dans des cas de dysménorrhée, de ménorragie et de leucorrhée. Il est considéré être utile aussi dans des cas de débilité générale. Traditionnellement, on en administre des doses de 65-125 mg, deux fois par jour, mélangé avec du miel. 

Nous faisons la remarque qu’au moment de la révélation de l’AYURVEDA, la théorie des agents pathogènes n’existait pas. De point de vue ayurvédique, on considère le problème de l’équilibre, de l’harmonisation, de la purification, de la vitalisation etc. AYURVEDA offre des solutions pratiques à ces nécessités énergétiques et physiologiques de l’organisme. Un organisme fort et équilibré va lutter tout seul avec ce que nous appelons aujourd’hui « des agents pathogènes ». C’est pour cela que Dieu nous a offert le système immunitaire.

La tradition occidentale

En Occident, les vertus guérisseuses et rajeunissantes de l’argent ont été profondément connues et utilisées par les alchimistes, mais certains bénéfices de son utilisation domestique se sont reflétés aussi sur d’autres personnes qui se sont permis de se le procurer.

Le célèbre médecin et alchimiste Paracelse utilisait l’argent comme ingrédient secret dans des remèdes contre les infections.

Au Moyen Age, lorsque l’Europe était dévastée par des épidémies de peste, celles-ci faisaient des ravages surtout parmi les paysans et des villageois pauvres, les nobles et les aristocrates restant pas affectés. Cette protection mystérieuse a été expliquée ultérieurement, lorsqu’on a remarqué que l’eau et le vin des aristocrates étaient conservés dans des pots en argent et ils utilisaient couramment des assiettes, des verres et des couverts en argent.


Dans les époques modernes, cet effet de l’argent, de « gardien » de la vie, est arrivé à être connu aussi par les gens simples, ainsi qu’au XIXème siècle, les fermiers américains habituaient de mettre un dollar dans un seau avec du lait frais, pour ralentir les processus de fermentation.


L’approche scientifique moderne



Au moment de la découverte et de l’utilisation de l’électricité, l’accélération de certains phénomènes naturels, tels que la transformation de l’argent en liquide, sont devenus possibles. L’argent a été utilisé, sous la forme des solutions colloïdales, comme remède très efficace et simple contre beaucoup d’affections et surtout contre les infections, beaucoup avant la pénicilline et les médicaments à base de souffre.

Aujourd’hui, les propriétés désinfectantes de l’argent sont bien connues et utilisées pour la purification de l’eau : des filtres en argent peuvent être trouvés dans les réservoirs d’eau des avions et des vaisseaux spatiaux, pour assurer une eau sans germes. Au bord du vaisseau spatial MIR, l’argent est utilisé pour stériliser l’eau recyclée. L’argent est aussi utilisé pour remplacer le clore dans les piscines, car il a une action germicide plus forte que celui-ci et il n’a pas l’odeur désagréable du clore.

Dans la lutte de plus en plus acerbe de l’homme moderne contre les agents pathogènes, tout un arsenal d’antibiotiques sophistiqués est jeté en jeu. Même si les technologies chimiques et pharmaceutiques ont beaucoup avancé, on peut dire aujourd’hui qu’on se sent plus protégé devant les infections, par rapport aux années 40. En dépit des efforts financiers et des années de recherches dépensées pour trouver un nouvel antibiotique, toujours supérieur à celui qu’on utilisait il y a 5 ans, les agents pathogènes sont de plus en plus résistants.

Dans cette crise financière et de santé du monde contemporain, certains chercheurs considèrent que l’argent colloïdal est la solution : il coût moins chère qu’il y a 70 ans et il est aussi efficace. Ces enthousiastes l’utilisent souvent contre beaucoup d’obstacles législatives et le considère la plus efficace méthode de lutte contre les germes et de régénération rapide des tissus.

Ces enthousiastes l’utilisent, parfois en dépit de beaucoup de pièges législatives et le considèrent la plus efficace arme de lutte contre les germes et de régénération rapide des tissus.

En ce qui suit nous allons présenter les recherches et leur résultats, les explications théoriques actuels, les suggestions d’utilisation, les règlements pharmaceutiques, les méthodes de vérification de la qualité et, pourquoi pas, une méthode simple de production de l’argent colloïdale à la maison.

Antibiotique à large bande

L’un des plus remarquables aspects concernant l’argent colloïdale est le fait qu’il a un spectre extrêmement large d’utilisation et d’applications. Tandis qu’un antibiotique pharmaceutique conventionnel est efficace contre six ou sept sortes de germes et totalement inefficace contre les virus, générant le plus souvent des effets secondaires indésirables, l’argent est létale pour plus de 650 types de bactéries, virus et fungs, sans pourtant être toxique pour l’organisme humain. Quel est la raison de cette efficacité inhabituelle ? A la différence des médicaments de synthèse, qui ont des réactions chimiques avec certaines enzymes, l’action biologique de l’argent est de type catalytique, et désactive les mécanismes enzymatiques d’oxygénation cellulaire des microorganismes. Sa présence « suffoque » les virus, les bactéries et les fungs sans faire aucun mal aux organismes multicellulaires, qui ont un système enzymatique totalement différent.

Les tests de laboratoire ont montré que l’argent colloïdale (5-10ppm) tue la majorité des bactéries, des fungs et des virus en 2-6 minutes après le contact.

L’état colloïdal, un état naturel

Au début du XXème siècle, les savants ont découvert que la majorité des fluides du corps humain se trouve dans un état colloïdal : les liquides contenant des particules très fines, dans une suspension stable. Notre sang se trouve dans un état colloïdal.

L’état colloïdal est un état dans lequel un liquide ou une solution englobe des particules ayant des dimensions beaucoup plus grandes que celles des molécules propres. La dimension de ces particules se situe entre les dimensions des molécules et celles des particules plus grandes qui génèrent des suspensions. Habituellement, les particules qui génèrent des colloïdes se situent dans la gamme de dimensions de 0,001µm - 100µm. La stabilité de l’état colloïdale est celle qui fait la différence entre une suspension grossière, qui se précipite très vite si elle n’est pas agitée.

L’argent colloïdale peut être défini comme une solution formée de particules extrêmement fines (ayant un diamètre habituel entre 0,001 et 0,1 microns) d’argent métallique très pur, suspendu dans l’eau. La stabilité de l’argent colloïdal est donnée par les forces de rejection qui existe entre les particules d’argent chargées positivement. Ces forces de réjection empêchent l’agglomération et la précipitation. La dimension très petite de ces particules leur permet de traverser facilement les tissus, ce qui fait que l’argent colloïdal soit très facilement assimilé par l’organisme.

L’argent colloïdal présente l’avantage qu’il est assimilé directement par l’organisme et, dû à sa neutralité chimique élevée, il est éliminé presque intégralement dans quelques semaines, sans laisser des résidus.


Types d’argent colloïdal

Il est bien de savoir qu’il existe sur le marché au moins trois catégories différentes de produits dénommés génériquement « argent colloïdal ».

Le premier type de produit est celui classique, original, appelé d’habitude « argent électro-colloïdal » et c’est celui-ci qu’on va aborder plus en détail dans cet article. Sa couleur est transparente, avec une teinte jaune-dorée.

Le deuxième est appelé « l’argent protéique légère ». Ce produit chimique consiste dans des molécules de protéines auxquelles s’attachent des particules microscopiques d’argent. Celui-ci se trouve, d’habitude, dans une concentration de 20-40 ppm (parties per million ou µg/l). Son aspect peut être transparent-claire ou ambre. Même s’il est encadré de point de vue commercial dans la catégorie de « l’argent colloïdal », une dénomination plus honnête de ces produits serait de colloïde d’argent protéique léger.

Le troisième est représenté par les « sels d’argent ». Même si parfois elles se vendent comme étant de l’« argent colloïdal », ces produits ne sont pas du tout colloïdaux. Ils sont fabriqués par des procédées chimiques ou électrochimiques et sont, d’habitude, solubles dans l’eau. Les concentrations disponibles sont dans la gamme de 50-500 ppm. Leur aspect est transparent-claire. Ils contiennent des ions positifs d’argent et des ions négatifs d’autres éléments ou composés.


Le quatrième type est parfois dénommé « poudre d’argent ». Il a été élaboré par les Russes et est fabriqué par la désintégration rapide, à haute tension, de certaines fibres d’argent pure. Les particules microscopiques d’argent sont collectées et sont ensuite dissolves dans l’eau ou s’ajoutent aux remèdes et aux crèmes pour usage topique. Les concentrations des produits résultants varient, d’habitude entre 100-500 ppm. Le mélange aqueux de la poudre d’argent peut donner des colloïdes si la dimension des particules est suffisamment petite.

Tous ces types de produits « fonctionnent », plus ou moins, ayant des effets bactéricides à large spectre, car ils contiennent, tous, des particules microscopiques d’argent. D’autre côté, il est bien de savoir que :
1) pas tous ces produits sont des « suspensions colloïdales » d’argent;
2) ces produits ne se comportent pas uniformément dans l’organisme ou dans les tests de laboratoire ;
3) l’efficacité varie d’un produit à l’autre;
4) la qualité varie d’un produit à l’autre et d’un lot à l’autre pour le même produit ;
5) pas tous les produits sont certains ou non-toxiques.

Il n’y a pas des standards industriels que les producteurs suivent pour assurer le contrôle de la qualité et il n’y a pas des réglementations gouvernementales dans ce domaine.


Qu’est-ce que l’argent électro-colloïdal ?

Ce produit est fabriqué soit par la méthode de l’« arc électrique » dans de l’eau non ionisée, soit par la méthode de la « tension base » dans de l’eau distillée. Il se trouve, d’habitude, dans des concentrations de 3-5 ppm, mais il peut arriver à 100 ppm. Fabriqué de manière correspondante, ce produit est formé par des particules microscopiques d’argent élémentaire pur, suspendu dans l’eau, sans d’autres éléments présents.

La méthode de la tension base implique un processus électrique spécial et utilise du courent continu ou alternatif de valeurs adéquates, pour séparer et disperser les particules métalliques petites (les nanoparticules) d’une électrode d’argent très pur (99,9% - 99,999%), dans de l’eau pure distillée. Les particules d’argent se séparent des électrodes par la collision entre celle-ci et les molécules d’eau, entraînées par le courant électrique. Par cette méthode on obtient des particules d’argent de petites dimensions, ayant un diamètre moyen dans la gamme 0,001 - 0,01 microns.
De manière secondaire et indésirable, si l’eau n’est pas pure ou les électrodes sont oxydes, des électrodes d’argent se séparent aussi des ions d’argent, à cause de l’électrolyse et de la formation de l’hydroxyde d’argent en contact avec l’eau.

Certains producteurs qui affirment que l’argent colloïdale est « simultanément colloïdal et ionique », ne se référent pas à ces ions indésirables, mais ils dénomment ainsi, de façon non scientifique, les particules d’argent chargées avec une charge électrique positive.

Il est désirable que les dimensions des particules soient autant petites que possible, par plusieurs raisons :
- à une même concentration d’argent en colloïde, les particules components plus petites présentent une surface de contact beaucoup plus grande, ce qui fait le produit beaucoup plus efficace dans l’organisme ;
- les particules plus petites forment des colloïdes stables ;
- les grandes particules sont éliminées plus difficilement de l’organisme, pouvant générer des dépôts dans la peau.

Les effets biologiques de l’argent

Les expérimentes scientifiques ont montré que l’argent colloïdale est efficace et actif dans le traitement de plusieurs affections importantes : des infections microbiennes, fungiques, parasitaires et virales de la peau, des organes sensorielles, du tract digestif, respirateur, respirateur et urinaire, des maladies auto-immunes, des brulures, des blessures, des ulcérations et même du cancer.

Dans certains centres de recherche médicale il a été prescrit en tant qu’adjuvant dans le traitement de certaines maladies du système de reproduction féminine et du système circulatoire, comme aussi pour le traitement efficace de certaines complications infectieuses données par le virus HIV. Dans le cas des infections avec HIV on a constaté que l’administration systématique de l’argent colloïdal arrête la dégradation du système immunitaire et des infections connexes, ainsi que l’on n’arrive plus à contracter le SIDA.

L’argent colloïdal a été utilisé aussi comme traitement pour les infections thyroïdiennes, des maladies infantiles, somnambulisme et anorexie nerveuse.

Le processus de reconstruction des tissus ou de guérison des plaques s’accélère dans la présence de l’argent. De plus, la présence de l’argent colloïdal a permis des guérisons de certaines blessures graves sans laisser des cicatrices ou avec des cicatrices beaucoup plus petites que d’habitude. Les cicatrices se développent lorsque les cellules non différenciées ne sont pas asses nombreuses. A la base de ces preuves on suppose que l’argent colloïdal réduirait ou éliminerait les cicatrices internes et la guérison après les opérations chirurgicale. Des résultats spéciaux ont été obtenus pour la régénération rapide après les fractures musculaires ou ligamentaires, des entorses, des luxations, des brulures, des ulcérations cutanées etc. Des résultats positifs ont été obtenus aussi dans le cas de certaines affections chroniques telles : l’ostéoporose, le rhumatisme, l’arthrite, les inflammations articulaires etc.

D’autres recherches scientifiques ont montré que la présence de l’argent a permis un rajeunissement remarquable des tissus. Supplémentairement, les sujets des études ont ressenti presque unanimement une amélioration du tonus de l’organisme et une sensation de bien être général.

La tradition indienne AYURVEDA considère l’argent comme étant un détoxifiant du foie et de la rate et un purificateur du sang, un fortifiant  de la pensée et un antidépressif.  

L’argent détient une place importante aussi dans le domaine de la chirurgie, par exemple, dans l’union des vaisseaux cérébraux ou renfermement des défauts sur la surface du crane. Cette méthode est connue dans la chirurgie moderne sous la dénomination de chirurgie Heidenheim. On a effectué des recherches concernant la possibilité de guérison des blessures à l’aide des bandages trempés dans l’argent. Ainsi, dés l’année 1996 sont apparus aux Etats-Unis beaucoup de produits qui contiennent de l’argent et qui sont utilisés dans la chirurgie.

Dr. Norman Bjonderstrom de Suède, spécialiste dans le traitement du cancer mammaire, introduit dans le tissu de la tumeur des aiguilles en argent pur qui sont connectés à un courant électrique de faible intensité par le processus d’électrolyse, dans l’intérieur de la tumeur arrivent des nanoparticules et des ions positifs d’argent, qui peuvent détruire la tumeur cancéreuse. Malheureusement, cette méthode est trop couteuse pour le moment.


Tout cela ont déterminé le chercheur Dr. Bob Beck à faire l’affirmation suivante : „Sans exagérer, peut être il est le temps de reconnaître que l’argent colloïdal non seulement qu’il est le plus sûr médicament (remède) sur la Terre, mais il est aussi le plus puissant ! »

Comment agit-il, l’argent colloïdal ?

Les dimensions sous-microscopiques des particules d’argent – qui sont cent milles fois plus petites qu’une cellule humaine – leur permet d’entrer et de sortir aisément des cellules, en favorisant l’action germicide. Cette action est favorisée aussi par les propriétés électrodynamiques de l’argent colloïdale, tel que le suggèrent des nombreuses études biologiques. L’argent est ionisé positivement dans le cadre du colloïde, mais sa réactivité chimique étant relativement réduite, il n’entre pas dans des réactions chimiques avec l’eau ou avec les ions négatifs de l’eau, mais ils servent, en échange, comme catalyseur pour certains processus biologiques.


La présence de l’argent colloïdale à l’approche d’un virus, champignon, bactérie ou tout genre d’organisme pathogène désactive l’enzyme de celui-ci, impliquée dans le métabolisme de l’oxygène. Autrement dit, il lui bloque le système respirateur, ce qui mène à « l’étouffement » et ensuite à la mort de l’agent pathogène. Cette chose explique pourquoi l’argent électro-colloïdal a un spectre tellement large d’action. Les agents pathogènes morts sont ensuite éliminés de l’organisme par les cellules du système immunitaire, du système lymphatique et ensuite du système excréteur.

A la différence des antibiotiques pharmaceutiques, qui détruisent aussi les enzymes bénéfiques, l’argent colloïdal laisse non affectés les enzymes des cellules du tissu, car celles-ci sont radicalement différentes des enzymes de la vie unicellulaire, primitive. Ainsi, l’argent colloïdal est absolument sûr pour l’homme, les mammifères, les reptiles, les plantes, comme aussi pour tous les organismes multicellulaires. Plus que cela, plusieurs chercheurs ont mis en évidence le fait que l’argent colloïdale n’attaque pas les bactéries bénéfiques de l’organisme, telles que celles qui composent la flore intestinale. Une explication serait que l’argent colloïdal passe dans le sang dés qu’il se trouve dans l’intestine, sans arriver jusqu’au gros intestin, le «domicile» de la flore intestinale.

L’effet antiparasitaire a été mis en évidence dès la phase d’œuf (la phase unicellulaire) et dans la phase de larve, ainsi que la présence de l’argent rend impossible la multiplication des parasites. Ainsi, pour être efficace, la cure antiparasitaire avec de l’argent colloïdal doit durer plus que la vie des parasites.

Les recherches du médecin américain Robert Becker ont mis en évidence le fait que l’argent a l’effet de réduire les cellules cancéreuses à leur état normal, de cellules saines.

Dr. Becker mentionne aussi, dans ses ouvrages, que certaines cellules se différencient dans la présence de l’argent (en devenant ce qu’on appelle aujourd’hui des cellules stem). Seulement ces cellules non différenciées peuvent être utilisées pour remplacer les cellules détruites, pour guérir rapidement une blessure ou pour reconstruire un tissu qui manque.
La stimulation de la différenciation de certaines cellules et l’accélération de la génération de nouvelles cellules non différenciées (cellules stem) peut constituer une explication aussi pour ce phénomène de rajeunissement, comme le montre aussi les résultats des recherches modernes sur les cellules stem.

Même si les mécanismes d’action de l’argent colloïdal n’ont pas été encore complètement élucidés, des expérimentes réalisés jusqu’à présent ont démontré ses effets bénéfiques sur l’état de santé.

(à suivre)

Biblografie:

Hatha Yoga Pradipika par Svami Svatamarama
Scientific Basis for Ayurvedic Therapies, édité par Lakshmi Chandra Mishra, CRC PRESS, 2004
Better Sex The Herbal Way, par Hari Datt Sharma, Pustak Mahal, February 2002
Colloidal Silver Preparations of Silver in Pharmacy, British Medical Journal, 1932
Medicinal Silver Home Remedies, Maurice Worthington, M.D., 1928.
World Without Cancer, par G. Edward Griffin. History of allopathic medicine in America.
Chemistry’s Miraculous Colloids, par Kenneth Andrews. The Readers Digest, March 1936.
Searle, A.B. The use of Colloids in Health and Disease. The British Medical Journal. Nov, 1913, p. 83 Dr. Henry Crookes,
Use of Colloids in Health and Disease – by Dr. Henry Crooks
Silver, Our Mightiest Germ Fighter, ScienceDigest, March 1978
Report on Colloidal Silver, The Best Kept Secret, par Martha Duncan.
The molecular mechanics of copper and silver ion disinfection of bacteria and viruses. Thurman, R.B. and Gerba, C.P. (1989) Quoting, Dr. Richard Davies, The Silver Institute, Wash, V. 18, 4, p. 295
Harold Davis, U.S. FDA Letter, September 1991
Colloidal Silver, Where have you been?, par Iris A. Moore, The New Times, Seattle WA, May 1994
The Body Electric, par Dr. Robert Becker and Gary Selden, Harper Paperbacks, July 1998
Secrets of the Soil, par Christopher Bird et Peter Tompkins, Earthpulse Press, October 1998
FDA Talk Paper T99-39, 17 Août 1999
A Closer Look At Colloidal Silver, par Peter A. Lindemann
Colloidal Silver - par Stuart Thomson - Directeur de Gaia Research Institute
Alchemist Workshop, par Colloidal Silver Team
Colloidal Silver et the FDA, par Silver Medicine Team
Colloidal Silver + Gold - How it works – par Alchemedica Intl.


A lire aussi:
L’argent colloïdale, un remède miraculeux
Le jeûne, la plus naturelle thérapie

Yogaesoteric
2011