Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Comment dialoguer dans l’intimité de notre être avec DIEU (IV)

 

par le professeur de yoga Gregorian Bivolaru
 
Lisez ici la troisième partie de l’article
 


En réalité, nous ne devons nous contenter de rien d’autre que de la réalité spirituelle suprême de la communion totale avec Dieu le Père

En conclusion, on peut dire qu’il nous est très clair que cela ne vaut pas du tout la peine de perdre son temps avec des actions menues ou inutiles. Mais il est évident pour nous qu’il est plus facile d’obtenir les nombreux dons de Dieu, que le Don Suprême, qui est Sa présence divine dans notre être. Justement à cause de cela, cela ne mérite pas de se contenter d'autre chose que du don suprême de la communion totale avec Dieu le Père. Pour un grand sage, tous les dons qui viennent de Dieu sont regardés avec un total détachement et une totale égalité par l’esprit parce que, derrière eux il voit toujours Celui qui les offre. Le grand yogi Swami Shivananda a affirmé à un moment donné : Pourquoi tous mes désirs se matérialisent si facilement ? Parce que je vais directement à ce qui compte vraiment pour moi : directement à Dieu. En tout aspect de la création, je Le vois d’abord Lui. Il est notre Père, plus proche de nous que n’importe quel être proche, plus cher à nous que les plus chers, plus réel que toute autre personne. Il est pour moi à la fois cognoscible et incognoscible.

Dieu le Père se languit patiemment de nous. Il souhaite que nous revenions à Lui. Ceci est notre droit suprême par la naissance

Tôt ou tard, nous devons quitter cette Terre car en réalité, elle n’est pas notre vraie maison. Notre vie sur Terre n’est rien d’autre qu’une école où nous avons été envoyés par Dieu pour voir si nous souhaitons l’éphémère gloire terrestre ou si nous avons acquis suffisamment de sagesse pour dire :
O, Seigneur Dieu, c’est fini avec toutes les déceptions. Je ne veux plus parler à personne d’autre que Toi. Je sais maintenant que Tu es mon seul trésor impérissable car, même lorsque le monde entier disparaîtra, je vais rester en éternité avec Toi.

Les êtres humains cherchent le plus souvent du bonheur dans le mariage, dans l’argent, l’alcool, les drogues etc. De telles personnes ne sont que de simples marionnettes dans les mains du destin. Seulement en comprenant clairement cet aspect, au tréfonds de notre cœur, nous pouvons découvrir le vrai sens de la vie, qui implique de chercher Dieu avec la ferveur de la pureté et de l’amour absolu. Chacun de nous a le droit de revendiquer son héritage divin. Moins nous serons égoïstes, plus nous chercherons à rendre les autres heureux, ce qui nous conduira de plus en plus souvent à penser à Dieu spontanément,. Au contraire, plus nous pensons aux buts mesquins qui dominent ce monde et les passions humaines, plus nous nous éloignons du bonheur de l’âme qui provient de la joie de l’harmonie totale et profonde avec tout le macrocosme. En agissant de la sorte, nous nous isolerons de la Béatitude du bonheur universel.

Nous devons comprendre que nous n’avons pas été envoyés sur Terre pour tomber impuissants dans le piège des passions et pour nous laisser en proie aux souffrances. Tout ce qui nous enchaîne et nous attache à ce monde des passions a un caractère diabolique car cela diminue la béatitude et la pureté de notre âme. Le plus grand bonheur possible ne peut être obtenu que lorsque nous faisons plonger toutes nos pensées en Dieu.
 
Pourquoi retarder le moment de l’immersion dans la béatitude divine du Soi Suprême ATMAN ?

Pour la plupart de nous il est très important de se poser une question pleine de bon sens : Pourquoi considérer comme important ce qui est inessentiel ? L’immense majorité des humains se concentrent sur le petit déjeuner, sur le déjeuner, sur le dîner, sur leur travail, sur les autres activités etc. Cependant, quel que soit notre statut social, nous pouvons radicalement simplifier notre vie et focaliser aussi souvent que possible notre esprit sur Dieu. En fait, la Terre n’est rien d’autre qu’une place où nous nous préparons à devenir un avec Dieu.

Le Père Céleste veut voir si nous Le préférons uniquement ou si nous voulons en premier Ses dons. Il est le Père Suprême et nous sommes Ses enfants. Il a aussi droit à notre amour, tout comme nous avons le droit à Son amour. Les difficultés, les problèmes, les tensions, les ennuis et les troubles apparaissent seulement et seulement à cause de l’oubli de Dieu. Mais Il nous attend patiemment pour retourner à Lui.

En regardant avec sagesse la situation pathétique dans laquelle se complaît à présent l’humanité, un grand sage contemporain affirmait avec humour : Comme il aurait été bien que Dieu donne un peu plus de bon sens aux êtres humains ! Peu sont ceux qui savent que nous avons une liberté totale dans notre relation avec Dieu le Père. Nous avons chacun la liberté de L’accepter et de L’aimer ou de Le rejeter. Dieu nous a offert, plein d’amour, tout et voilà que nous courons ahuris, toujours et toujours après l’argent, après un peu de bonheur, un peu d’amour. Cependant, nous pouvons nous demander pourquoi demander toujours ce que nous ne pouvons pas emporter le jour de la grande séparation du plan physique ? Combien de temps allons-nous continuer à nous lamenter à cause de nos problèmes liés à l’argent, aux affaires, aux maladies et aux autres difficultés apparentes ? En tant qu’êtres humains conscients et lucides, nous devrions rompre aussi vite que possible avec tous les conditionnements et les déterminismes diaboliques de la société contemporaine et, en rétablissant en nous la vraie dignité spirituelle, nous devrions nous focaliser sur l’Immortalité et sur le Royaume impérissable de Dieu car, pour chacun de nous, ceci est notre vraie place.
 
Seul le Royaume de Dieu est ce qui compte vraiment

Les grands sages et yogis ont insisté sur le détachement face à tout ce qui est éphémère, parce que tout attachement matériel prononcé risque de nous empêcher d'atteindre le royaume de Dieu. Renoncer avec détachement ne signifie pas du tout ignorer, mais seulement abandonner les petits plaisirs passagers en échange de la béatitude éternelle.

Dieu nous parle lorsque nous agissons pour Lui et en Son nom et nous, à notre tour, nous devons Lui parler pleins d’amour en permanence. Il est aussi important de Lui dire tout ce qu’il y a dans notre cœur. Nous pouvons nous adresser à Lui ainsi : Seigneur Dieu, je T’implore avec humilité, offre-moi Ta Grâce Suprême. En faisant cela ; nous ne devons jamais considérer Son silence comme une réponse définitive.

Dieu commencera souvent par répondre en accomplissant l'un de nos désirs, nous montrant ainsi qu’Il est attentif à nous. Mais il faut mentionner une fois de plus qu’il ne faut jamais se limiter à Ses dons. Il faut Lui dire, fermement et continûment, que nous ne serons jamais en totalité heureux jusqu’à ce que nous ne soyons pas fusionnés définitivement avec Lui.

Et finalement Dieu le Père commencera par nous donner une réponse qui nous offrira vraiment un message divin. Alors il se peut qu’on ait la vision d’un saint, d’un ange, ou qu'on entende tout simplement Sa Voix divine. Nous saurons alors, en vertu d’un énigmatique sentiment ineffable, que nous sommes en communion avec Dieu. Le monde angélique unit le supraformel au monde des formes. C’est pourquoi, dans certaines situations, Dieu peut nous apparaître aussi sous la forme d’un de Ses messagers, mais même dans ce cas, il ne faut jamais oublier que nous parlons en fait à Dieu le Père.

Pour obtenir ce don suprême, un effort constant, continu et frénétique est nécessaire. Personne ne pourra expliquer en théorie ni ne pourra décrire en détail cet ineffable état d’aspiration vers Dieu et ce que produit en nous son frisson divin. Nous n’avons rien d’autre à faire que de l’éveiller et ensuite de l’amplifier encore et encore en nous. En dernière instance, même cet éveil et cette amplification spontanée de l’aspiration vers Dieu n’est à son tour rien d’autre que l’expression de la Grâce de Dieu. Un proverbe indien dit : N’importe qui peut faire venir le cheval à la fontaine, mais personne ne peut le forcer boire. Pourtant, si le cheval a très soif, il cherchera seul l’eau avec la plus grande ardeur du monde. De même, lorsque nous avons une grande soif de Dieu et que nous n’accordons plus du tout d’importance aux autres activités – mondaines ou corporelles – Il viendra certainement à nous. Lorsque nous allons appeler Dieu dans notre être avec toute l’ardeur de notre cœur, sans trouver d’autres excuses pour éviter de faire cela, Il viendra.

Pour arriver ici il faut éliminer complètement de notre esprit la méfiance et le doute que Dieu ne nous répondra pas. La plupart des gens se sabotent eux-même et justement pour cela ils n’obtiennent aucune réponse de Dieu, surtout parce qu’ils sont très sceptiques et pessimistes. Ceux qui sont absolument décidés à atteindre leur but, rien ni personne ne les arrêtera. Si peu de temps après ils abandonnent, ils prononcent ainsi seuls leur sentence. Celui qui a réussi vraiment à connaître dans son être le succès divin ne connaît pas le mot impossible. Notre croyance en Dieu est en fait l’expression du pouvoir illimité de Dieu à l’intérieur de nous. Dieu sait – grâce à Sa Conscience divine – qu’il a créé tout. De façon similaire, on peut dire que croire en Dieu signifie savoir, dans le sens d'être absolument convaincu, que chacun de nous est créé à Son image. Lorsque nous sommes en harmonie avec la Conscience Divine à l’intérieur de nous, avec notre Soi immortel (ATMAN), nous pouvons faire des miracles. Mais il ne faut pas oublier qu’alors dans notre volonté réside en réalité la volonté toute puissante et pure de Dieu, autrement dit, que notre volonté n’est rien d’autre qu’une réflexion en miniature de la Volonté de Dieu. C'est seulement lorsque, très confiants dans le soutien divin, nous refuserons de lâcher prise même devant une montagne de difficultés, lorsque notre mental sera décidé à franchir tous les obstacles qui pourraient apparaître sur la voie de l’évolution spirituelle, c'est seulement alors que nous constaterons que Dieu nous répondra.

En son hypostase de vibration Macrocosmique Suprême, Dieu est le Verbe Créateur (Logos divin). En tant que Verbe Créateur, Il vibre même à l’intérieur des atomes. Chaque atome a ainsi un son propre et l’univers entier émet une musique de la Totalité, où chaque monade est harmoniquement intégrée dans la Grande Symphonie de Dieu. Ceci est la musique ineffable des sphères qui peut être entendue intérieurement lorsqu’on médite intensément et profondément. Même en ce moment, ceux avec un haut niveau d’évolution spirituelle, ainsi que les êtres libérés spirituellement, entendent la voix mystérieuse de Dieu sous la forme de cette vibration divine continue. Le son macrocosmique primordial, AUM, qu’on entend en plan subtil lors de la réalisation de la technique de LAYA YOGA avec ce MANTRA, est la voix éternelle même de Dieu. Ce son peut prendre, par des modulations et des arrangements spécifiques, la forme de la langue que nous parlons. Lorsque nous réalisons la technique de LAYA YOGA avec le MANTRA AUM nous pouvons adresser aussi à Dieu, des tréfonds de notre être, une question, et si nous avons déjà réussi à réaliser une communication divine authentique, nous constaterons avec surprise que ce son se module mystérieusement dans des phrases parfaitement intelligibles en toute langue, qui nous offrent des instructions et des révélations précises.

Dans sa communication ineffable avec nous, Dieu s’adresse souvent à notre intuition spirituelle. Lorsque nous apprendrons à écouter presque en permanence, quoi que l’on fasse, la Vibration cosmique divine, il nous sera plus facile à comprendre sa Voix divine. Mais, même si nous ne faisons rien d’autre que de prier Dieu, sans connaître la technique de LAYA YOGA avec le MANTRA AUM, au cas où notre volonté et notre aspiration soient suffisamment puissantes, nous pourrons quand même recevoir une réponse par la voix de Dieu, qui module mystérieusement l’éther macrocosmique AKASHA TATTVA. En fait, le Père Céleste nous parle toujours, nous disant : Appelle-moi toujours, parle-moi des tréfonds de ton être, du sanctuaire de ton âme, avec insistance et une décision fermement maintenue, continue à Me chercher, même si pour l’instant Je ne te réponds pas. Si tu ne cesseras jamais de M’adresser dans ton cœur assoiffé de Mon mystérieux vide béatifique ce murmure : O, Bien-aimé Père Céleste, toi qui est si silencieux, je T’implore avec humilité, parles-moi ! alors Je viendrais à toi, si tu manifestes assez d’abnégation envers Moi !

Dieu le Père répond seulement aux questions des véritables êtres humains qui sont purs et sincères

Dieu répond à tous les êtres humains qui sont purs et sincères, quoi que soit leur statut social, leur croyance ou leur couleur. Aux questions mal posées ou insensées, Dieu répond toujours par le silence. Un proverbe indien soutient que si nous invoquons de tout notre cœur Dieu, manifesté sous la forme de la Divine Mère Cosmique, Celle-ci ne peut pas rester silencieuse. Elle est alors disposée à nous parler. N’est-elle pas merveilleuse, cette chance divine qui nous est offerte avec tant de générosité ?

En conclusion, en réfléchissant à tous les aspects qui ont été révélés maintenant, il est impérieusement nécessaire de comprendre qu’il ne faut plus jamais douter que Dieu nous répondra directement et de façon très concrète, dans la mesure où nous continuerons à L’appeler à nous avec amour et insistance.

Dans l’Ancien Testament il est dit : Et alors le Seigneur Dieu a parlé à Moïse face à face, tout comme un homme parle à son ami (Exode33:11).


yogaesoteric
mars 2016