Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Actualité >Articles >
À notre grand étonnement, nous découvrons qu’il y avait des Juifs qui ont dit la vérité


Discours soutenu par Benjamin H. Freedman, conseiller du président W. Wilson en 1961

Un document absolument sensationnel! Mérite d’être lu avec le plus grand soin!

Ici, aux États-Unis, les sionistes et leurs coreligionnaires ont le contrôle complet de notre gouvernement. Pour de nombreuses raisons (trop nombreux et trop complexes pour les analyser maintenant), les sionistes et leurs coreligionnaires conduisent les États-Unis, comme des monarques absolus de ce pays.
Vous pourriez, bien sûr, considérer comme une déclaration très vague, mais permettez-moi de vous décrire ce qui s’est passé pendant que nous dormions.

Qu’est-il arrivé? D’abord c’était la Première Guerre Mondiale, qui a éclaté en 1914. Il y a peu de gens de mon âge qui se souviennent de cela. Cette guerre a été menée d’un côté par le Royaume-Uni, la France et la Russie, et de l’autre côté par l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et la Turquie. En deux ans seulement, l’Allemagne a presque gagné la guerre: non seulement « de iure », mais même « de facto ». Les sous-marins allemands, qui ont été une surprise pour le monde, avaient détruit tous les convois de l’Atlantique. La Grande-Bretagne a été laissée sans munitions pour ses soldats, avec de la nourriture seulement pour une semaine, puis a suivi la famine.

Dans la même période, l’armée française était en proie à des rébellions. Les Français ont perdu 600.000 jeunes sur la Somme, lors de la défense de Verdun. L’armée russe enregistrait des désertions massives, les gens ont pris leurs jouets et rentraient à la maison ; les Russes n’aimaient pas le Tsar. L’armée italienne a également été sur le point de s’effondrer. Pas un seul coup de feu n’avait été tiré sur le territoire allemand. Aucun soldat ennemi ne franchit la frontière de l’Allemagne. Et, cependant, c’était l’Allemagne qui offrait à l’Angleterre les conditions de paix. L’Allemagne offrait à l’Angleterre une paix négociable que les juristes appellent « status quo ante basis ». Il signifie « mettre la guerre de côté et considérer tout comme il était avant que la guerre commence ». Ainsi l’Angleterre, à l’été 1916, a commencé à examiner ces propositions au sérieux. Il n’y avait pas beaucoup de choix. Il avait que deux choix: d’accepter une paix négociable, que l’Allemagne offrait généreusement, ou de continuer une guerre inutile jusqu’à la destruction totale.

Bien que ces événements se déroulaient, les sionistes en Allemagne (qui représentaient en fait les sionistes d’Europe orientale) sont allés au Ministère britannique de la Guerre et – je serais très concis ici parce que l’histoire est longue, mais j’ai tous les documents pour prouver mes allégations – ont dit: « Regardez comment les choses se présentent: vous pouvez encore gagner cette guerre. Vous ne devriez pas déposer les armes. Vous pourriez gagner cette guerre si les États-Unis deviennent vos alliés ». A cette époque, les États-Unis n’étaient pas impliqués dans la guerre. Nous étions frais, nous étions jeunes, nous étions riches et puissants. Les Sionistes ont dit à l’Angleterre: « Nous garantissons que nous allons apporter les États-Unis dans cette guerre comme votre allié, pour combattre à vos côtés, à condition que vous nous promettez la Palestine après la victoire. »

En d’autres termes, ils avaient fait l’accord suivant: « Nous allons mettre les États-Unis dans la guerre en tant que votre allié. Le prix que vous devez payer, c’est la Palestine après avoir anéanti l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et la Turquie ». Angleterre avait autant le droit de promettre la Palestine à quelqu’un, comme les États-Unis auraient le droit de promettre, par exemple, le Japon à l’Irlande, pour une raison quelconque. Il est absolument absurde que la Grande-Bretagne, qui n’a jamais eu aucun lien ni aucun droit ou intérêt de ce qu’on a appelé la Palestine, d’utiliser ce pays comme monnaie d’échange offerte aux Sionistes pour leur service de mettre les États-Unis dans la guerre. Cependant la Grande-Bretagne a fait cette promesse aux Sionistes, en Octobre 1916.

Et peu de temps après ce moment-là - et je ne sais combien d’entre vous se rappellent encore, - les États-Unis, qui étaient presque entièrement pro-allemand, sont entrés en guerre contre l’Allemagne, à côté de la Grande-Bretagne. J’ai dit que les États-Unis étaient presque entièrement pro-allemand, parce que les journaux américains étaient contrôlés par des juifs, les banquiers américains étaient juifs et, généralement, les médias américains appartenaient à des Juifs, et ils, ces Juifs étaient pro-allemand. Ils étaient pro-allemands, parce que beaucoup d’entre eux venaient d’Allemagne et ils voulaient voir une Allemagne qui va détruire le Tsar. Les Juifs n’aimaient pas le Tsar et ils ne voulaient pas voir la Russie gagner la guerre.

Ces banquiers hébreux-allemands, comme Kuhn Loeb et d’autres banques américaines célèbres avaient refusé de financer la France ou l’Angleterre, même un dollar. Ils se tenaient de côté en disant: « Tant que nous voyons la France et l’Angleterre alliées avec la Russie - pas un centime ». En retour, ces banquiers ont pompé de l’argent en Allemagne, combattant à côté de l’Allemagne de cette manière, dans l’espoir de voir la Russie à genoux et le Tsar anéanti. Maintenant, les mêmes Juifs, quand ils ont vu la possibilité inattendue d’obtenir la Palestine, ils se rendirent en Angleterre faire de cette affaire. Et, à l’époque, cela a conduit à un changement complet d’attitude, tout comme un feu de circulation passe du rouge au vert.

Après tous les journaux américains étaient pro-allemands, ce qui explique les difficultés rencontrées par l’Allemagne dans la guerre contre l’Angleterre, tout d’un coup, pour les mêmes journaux, les Allemands n’étaient plus bons. Les Allemands étaient les coupables. Les Allemands étaient appelés « Huns ». Les Allemands exécutaient des sœurs de la Croix-Rouge. Les Allemands coupaient les mains des bébés. Peu de temps après cette époque, Woodrow Wilson déclara la guerre à l’Allemagne. Les Sionistes de Londres avaient télégraphié au juge des U.S.A., Louis Bradeis (de la Cour suprême), en lui disant: « Allez maintenant et faites des pressions sur le président Wilson. Nous obtenons ce que nous voulons de l’Angleterre. Maintenant c’est votre tour de faire pression sur le président Wilson pour mettre les États-Unis dans la guerre. »

Voici comment les États-Unis d’Amérique sont entrés en guerre. L’Amérique n’avait aucun intérêt dans cette guerre. L’Amérique avait autant d’intérêt dans cette guerre comme quelqu’un qui devrait être sur la lune ce soir au lieu de son lit. Pour le contexte de la Première Guerre mondiale, il n’y avait pas de sens pour l’Amérique d’être impliqués dans cette guerre.
Lorsque nous, les Américains, nous sommes entrés dans la guerre, les Sionistes se sont rendu en Grande-Bretagne pour dire: « Eh bien, nous avons respecté nos obligations de l’accord. Allons voir quelque chose d’écrit pour montrer que vous allez respecter votre partie de notre accord et que vous allez nous donner la Palestine après la guerre. » Ils ne savaient pas à l’époque si la guerre allait durer un an ou dix années. Donc ils ont pensé à élaborer une sorte de « reçu ». Et le « reçu » a pris la forme d’une lettre, mais qui a été écrite dans un langage très cryptique de sorte que le monde ne puisse pas dire ce que c’est. Cette lettre a été appelée la Déclaration Balfour.

Déclaration de Balfour n’était donc que la promesse de la Grande-Bretagne de payer aux Sionistes le prix de leurs efforts pour amener les États-Unis dans la guerre. Donc, cette fameuse Déclaration de Balfour, dont on entend parler souvent, est tout aussi fausse qu’un billet de trois dollars. Je ne pense pas que je pourrais le prouver plus que je l’ai déjà fait.

De là, les ennuis ont commencé. Les États-Unis entrèrent en guerre. Les États-Unis ont écrasé l’Allemagne. Lorsque la guerre s’est terminée et les Allemands se rendit à Paris à la Conférence de paix, il y avait 117 Juifs: la délégation était dirigée par Bernard Baruch. J’étais là: donc c’est normal que je connaisse tous ces détails. Qu’est-il arrivé alors? Les Juifs, dans la Conférence de paix, tandis qu’ils coupaient en tranches l’Allemagne et divisaient en pièces l’Europe aux nations, qui avaient aussi des prétentions, ont dit: « Et si on nous donnerait à nous, les Juifs, la Palestine ? » Puis ils ont présenté publiquement, aux Allemands (qui ne savaient rien), la Déclaration Balfour. Et à ce moment, les Allemands ont compris qu’ils avaient été battus et contraints de payer des terribles dommages de guerre, seulement parce que les Sionistes ont voulu la Palestine et avaient été déterminés à l’obtenir, par tous les moyens.

Ces événements nous amènent à un autre point intéressant dans l’histoire. Lorsque les Allemands se rendirent compte ce qui se passait, ils ont été clairement indignés. Ils convient de noter que, jusque-là, en aucun pays dans le monde, les Juifs n’étaient plus confortablement installés qu’en Allemagne. M. Rathenau il était là – un personnage ayant la même importance dans la finance et l’industrie allemande tel qu’il était Bernard Baruch dans notre pays. Il y avait M. Balin, qui possédait deux grandes compagnies de navigation - North German Lloyd’s et Hamburg-American Lines. Il y avait M. Bleichroder, banquier de la famille de Hohenzollern. La famille juive Warburg était à Hambourg, propriétaires des plus grandes banques commerciales dans le monde. Les Juifs vivaient en Allemagne très bien, sans aucun doute. Ainsi, les Allemands avaient parfaitement le droit de penser: « Voici, en effet, la trahison ! »

Il s’agissait d’une trahison qui peut être comparée à la suivante situation hypothétique. Supposons que les États-Unis seraient en guerre avec l’URSS. Et que nous allons gagner. Et nous disons aux Russes: « Vous savez quoi, oublions tout cela. Nous vous offrons une paix négociable. » Et puis la Chine communiste entrerait dans la guerre comme alliée de l’URSS. Et la participation de la Chine conduirait à notre défaite. Une défaite douloureuse, avec un cortège de réparations que l’imagination d’un homme ne peut concevoir. Puis imaginez que, après notre défaite, nous apprenons que les Chinois nous ont simplement trahi. Qu’il s’agissait de nos propres chinois. Que c’est eux qui nous ont trahi et que par eux, la Chine communiste a été attirée dans la guerre contre nous. Quelle devrait être notre attitude, les Américains contre nos citoyens d’origine chinoise? Peut-être qu’aucun Chinois ne montrerait plus son visage dans les rues de l’Amérique. Et il ne serait pas assez de lampadaires et des arbres, afin de traiter avec eux. Imaginez alors, comment vous vous sentiriez ...

Eh bien, c’est ce que les Allemands ont senti envers les Juifs. Ils avaient été si gentils avec eux à partir de 1905, après que la première révolution communiste en Russie a échoué et que les Juifs ont dû fuir de là, tous prenant le chemin vers l’Allemagne. Et les Allemands leurs avaient offert l’asile. Les Allemands les traitaient avec respect. Et maintenant, les Juifs avaient vendu l’Allemagne, tout simplement parce qu’ils voulaient la Palestine pour y créer « un état Juif ».

Nahum Sokolov, et tous les grands personnages que vous savez qu’ils sont liés au sionisme d’aujourd’hui, en 1919, 1920, 1921, 1922 et 1923, ont écrit dans tous leurs articles (et la presse était pleine de leurs affirmations) que le sentiment anti-juif en Allemagne est apparu seulement après que peuple allemand a appris de l’intervention des juives afin de mettre les États-Unis dans la guerre, les Juifs eux-mêmes l’ont admis.
Antisémitisme allemand n’est pas apparu parce que les Allemands, en 1919, ont découvert qu’un verre de sang de Juif est plus acceptable que Coca-Cola ou la bière de Münich. En plus, il n’était également question d’aucun ressentiment religieux. Il y avait quelque chose de tout à fait politique. Il y avait quelque chose d’entièrement économique. Tout, mais pas religieux.

Personne ne se souciait en Allemagne depuis lors, que le Juif rentre à la maison, tire les stores et dit « Shema’Israel » au lieu de « Notre Père ». Les ressentiments juifs toujours croissants entre les deux guerres en Allemagne n’étaient dus qu’à une chose: les Allemands considéraient les Juifs comme responsables de leur terrible défaite militaire. Et la Première Guerre mondiale a été lancée contre l’Allemagne pour aucune raison que l’Allemagne devrait être responsable. Les Allemands n’avaient coupables que pour une seule raison: la culpabilité d’avoir succès. Les Allemands avaient créé une flotte puissante, les Allemands avaient créé le commerce mondial.

Nous ne devons pas oublier qu’à l’époque de la Révolution française, l’Allemagne était composée de 300 villes-états, principautés, duchés et ainsi de suite. 300 entités politiques distinctes. Et ces entités, le temps de Napoléon et de Bismarck, ont été réunies en un seul Etat. Pour que dans les 50 prochaines années, l’Allemagne devienne l’une des grandes puissances mondiales. La marine allemande rivalisait avec celle de la Grande-Bretagne ; le commerce et les entreprises allemandes étaient de classe mondiale ; tout le monde était dépassé par l’Allemagne ; l’Allemagne produisait les meilleurs produits.
Et quel a été le résultat de ces choses? Une conspiration entre l’Angleterre, la France et la Russie, de la démolir. Il n’existe même un seul fait historique en ce monde pour trouver une raison plausible pour que ces trois pays aient décidé d’effacer l’Allemagne de la carte, en termes politiques.

Revenons sur la situation après la Première Guerre mondiale. Ayant découvert que les Juifs portaient la coulpe de la défaite de leur pays, la culpabilité, des ressentiments puissants ont fortement augmenté dans les Allemands. Mais pas un poil sur la tête de tout Juif n’a été atteint. Le professeur Tansill de l’Université de Georgetown (qui a eu accès à de nombreux documents du Département d’Etat) cite un rapport signé Hugo Schonfedt, un Juif envoyé par Cordell Hull, en 1933 en Allemagne, pour inspecter les soi dits camps de prisonniers qui étaient en bonne santé et plein de communistes. Certes, beaucoup d’entre eux étaient des Juifs, mais c’est parce que, par hasard, à l’époque, environ 98% des communistes de l’Europe étaient Juifs. Aussi dans ces camps il y avait aussi des prêtres, des ministres et des francs-maçons, tous soupçonnés d’affiliations internationales.

Maintenant, quelques rappels historiques nécessaires: en 1918-1919, les communistes ont pris le pouvoir en Bavière pendant quelques jours. Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht et d’autres Juifs ont réussi à s’emparer du pouvoir du gouvernement pendant trois jours. En fait, le Kaiser, à la fin de la guerre, s’enfuit en Hollande parce qu’il soupçonnait que ceux qui vont prendre le pouvoir en Allemagne seront les communistes et qu’il sera exécuté comme le tsar. Donc, il se réfugia en Hollande.

Mais, une fois la menace communiste en Allemagne détruite, les Juifs ont essayé de revenir sur les anciennes places, et les Allemands ont commencé à les combattre par tous les moyens, mais sans toucher aucun poil d’un Juif allemand. La lutte de l’époque des Allemands contre les Juifs était semblable à notre lutte contre les délinquants pendant la Prohibition. Il n’a donc été une bataille avec des fusils.

Et, rappelez-vous à cette époque il y avait entre 80 et 90 millions Allemands contre seulement 460.000 Juifs. Seulement 0,5% de la population de l’Allemagne était juive. Et pourtant, les Juifs étaient ceux qui contrôlaient les médias et la plupart de l’économie allemande (ils avaient agit au moment de la chute de la marque et pratiquement ils ont acheté tout ce qui pourrait être acheté).

Juifs ont essayé de le cacher: la trahison du peuple allemand et la véritable cause du ressentiment des Allemands. Les Allemands ont entrepris des actions contre les Juifs, par l’organisation d’une discrimination globale. Fondamentalement, les Juifs ont été écartés des structures de niveaux sociaux, comme nous, les Américains, nous écarterons, immédiatement, les Chinois ou les noirs ou les catholiques ou toute personne qui pourrait être dans le pays et qui nous a trahi à notre ennemi, nous faisant subir une défaite humiliante.

Après un certain temps, les Juifs du monde entier ont organisé une conférence à Amsterdam. En Juillet 1933, des Juifs de tous les coins du monde se sont réunis dans cette ville. Et ceux Juifs ont dit à l’Allemagne: « Rejetez Hitler et installez chaque Juifs sur la place qu’il a eu avant, qu’il soit communiste ou non. Vous ne pouvez pas nous traiter de cette manière. Nous, les Juifs du monde, nous lançons ici cet ultimatum contre vous! » Vous pouvez imaginer ce que les Allemands ont répondu...

Qu’est-ce que les Juifs ont fait dans cette situation? Après que l’Allemagne a refusé de se soumettre à l’ultimatum de la communauté juive du monde, les ouvrages de la Conférence d’Amsterdam ont été coupés et Samuel Untermeyer, chef de la délégation des États-Unis et président de la conférence est retourné aux États-Unis! Ici, il est allé du bateau directement aux studios de radio CBS, où il prononça ces paroles: « Les Juifs du monde déclarent aujourd’hui la guerre sainte contre l’Allemagne. Nous sommes en ce moment engagés dans un conflit sacré contre les Allemands. Et nous allons les affamer jusqu’à ce qu’ils vont se rendre. Nous allons organiser un boycott mondial contre eux. Et cela va les détruire, car ils dépendent du commerce mondial dans le domaine de l’exportation. » Il était une réalité: deux tiers des aliments nécessaires, l’Allemagne avait de les importer sur la base des exportations allemandes. Par défaut, donc, faute de l’exportation, deux tiers des Allemandes auraient péri de faim.

Dans cette déclaration, publiée dans le New York Times, le 7 août 1933, Untermeyer dit hardiment: « Ce boycott sera notre défense légitime. Même le président Roosevelt nous a recommandé cette méthode, dans le cadre de National Recovery Administration ». Je vous rappelle qu’il s’agissait d’une entité détenue par le New Deal et qui pouvait déclarer, dans un contexte judiciaire, un état apte d’être économiquement boycotté.

Une fois installé le boycott économique du monde contre l’Allemagne, un boycott si dur que sur n’importe quel rayon des magasins dans le monde on ne pouvait plus trouver un produit marqué « Made in Germany ». Un membre de la direction du réseau des magasins Woolworth m’a dit qu’ils ont dû jeter à la rivière des assiettes en céramique allemande en valeur des millions de dollars. Les magasins de produits allemands ont été à leur tour boycottés et les citoyens eux-mêmes sortaient au piquet avec des pancartes inscriptionnés avec « Hitlériens » ou « Assassins » - comme il est parfois fait dans le Sud.

Dans un magasin Macy (réseau conduit, paradoxalement, par la famille juive Strauss), une femme a trouvé une paire de chaussettes vieilles de plus de 20 ans avec le label Made in Germany. Toute de suite le magasin a été boycotté et piqueté par des centaines de citoyens avec des slogans anti-Hitler.
Pendant que toutes ces choses se passaient dans le monde, je le répète, en Allemagne personne n’avait touché même un poil de Juif. Il n’y avait pas de souffrance parmi les Juifs. Il n’y avait pas de famine. Il n’y a eu des crimes. Rien.

Bien sûr, les Allemands se sont posé la question: « Qui sont ces gens qui déclarent boycott contre nous et qui emmènent nos gens dans le chômage et bloquent notre industrie ?! Qui sont-ils pour nous faire une telle chose ?! ». Ils étaient évidemment outrés. Certains ont commencé à peindre des swastikas (croix gammées) sur les magasins juifs. Chose normale. Pourquoi un Allemand aurait allé donner de l’argent à un propriétaire de magasin de la même origine ethnique que ceux qui affamaient son pays par embargo mondial, pour rendre l’Allemagne à genoux, puis de venir à dicter qui doit être premier ministre ou Chancelier? C’était ridicule. Le boycott international a continué pendant un certain temps.
Mais ce n’était qu’en 1938, quand un jeune Juif polonais a tué un diplomate allemand à l’ambassade d’Allemagne à Paris, que les Allemands sont devenus très dur avec les juifs en Allemagne. Ainsi naquit les vitres brisées et les combats de rue et tous ceux que nous connaissons.

Maintenant, même si je n’aime pas le mot « antisémitisme » (que je le considère comme un non sens), mais à vous il vous dit quelque chose, je vais utiliser par la suite. Comme on le voit, la raison ultime pour laquelle a explosé l’antisémitisme en Allemagne et le ressentiment contre les Juifs était de leur responsabilité dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale et le boycott mondial de l’Allemagne. Et enfin, il semble qu’ils sont devenus les auteurs de la Seconde Guerre mondiale, car déjà les choses ne pouvaient plus être contrôlées et qu’il était absolument nécessaire pour les Allemands et les Juifs de croiser leurs épées croisées dans une guerre qui déciderait une fois à tout jamais qui survivra et qui périra.
A cette époque, je vivais en Allemagne et je savais que les Allemands avaient décidé que l’Europe soit chrétienne ou communiste, il n’y avait pas de voie de milieu. Et les Allemands avaient décidé: ils essaient de maintenir une Europe chrétienne, si possible. Et alors ils ont commencé à se réarmer.

En Novembre 1933, les États-Unis ont reconnu officiellement l’Union soviétique. URSS devenait très forte, et l’Allemagne a réalisé que « si nous ne sommes pas forts, notre tour viendra bientôt ».
Comme aujourd’hui, aux États-Unis, nous disons que « si nous ne sommes pas puissants, notre tour arrive bientôt ». Et notre gouvernement dépense 84 milliards de dollars pour la défense. Et la défense contre qui? Défense contre 40.000 de petits Juifs qui ont pris le pouvoir à Moscou, après quoi, par des méthodes différentes, ils ont obtenu le contrôle dans de nombreux pays.

Que pouvons-nous faire aujourd’hui, à la veille de la Troisième Guerre mondiale? Si nous agissons rapidement, peut-être nous allons sauver des vies qui pourraient être celles de nos fils. Vos fils pourraient même être appelé aux armes ce soir et que vous ne savez pas, comme les Britanniques ne savaient pas en 1916, à Londres, que les sionistes ont conclu une entente avec le cabinet de guerre britannique d’envoyer leurs meilleures enfants de mourir dans une guerre absurdes comme toutes les guerres. Mais qui connaissait cet aspect aux États-Unis à l’époque? Personne.

Personne aux États-Unis n’avait la permission de le savoir. Mais qui le savait avec certitude? Le Président Wilson le savait. Le colonel House savait. D’autres gens de l’intérieur le savaient. Vous pouvez me demandé si je savais? J’avais quelques idées de ce qui se passait, parce que j’étais le contact de Henry Morgenthau Sr., en 1912, pendant la campagne où Wilson a été élu, et des rumeurs ont circulé à travers les bureaux à ce moment-là. J’ai l’homme de confiance de Morgenthau, qui était président de la finance, j’étais l’homme de liaison entre lui et Rollo Wells, le trésorier.

Donc, j’ai assisté à leurs réunions, avec le président Wilson dans la table d’honneur. Tous les autres étaient là et j’ai entendu comment ils bombardaient le Président de la question des taxes et la gravité de la situation de la Banque fédérale de réserve et je les ai entendus endoctriner notre président par des théories sionistes. Le juge Brandeis et le Président étaient là et ils parlaient, et je vois même maintenant, près l’un de l’autre, aussi près que les doigts d’une main. Le président Wilson, lorsqu’il est arrivé aux discussions pour savoir ce qui se passe, était aussi ignorant comme un nouveau-né.

C’est ainsi que nous, les Américains, nous avons été attirés dans la Première Guerre mondiale, alors que nous dormions tous. Nous avons envoyé en Europe nos enfants à la boucherie! Vous savez ce que les Juifs font au jour du Pardon, que vous croyez comme un jour si sacré pour eux? Je sais, parce que j’étais l’un d’eux. Ce que je dis ce n’est pas du ouï-dire. Je suis ici pour vous présenter des faits.
Lors de la Journée du pardon, en tant que Juif, on entre dans la synagogue et prononce une prière, la seule supplication qui vous oblige à rester debout. Cette courte prière est répétée trois fois: elle est appelée Kol Nidre. La prière fait référence à un accord que vous faites à ce moment avec le Dieu Tout-Puissant, en ce que toute promesse ou déclaration ou serment que vous allez faire au cours des 12 prochains mois seront nulles et non avenues. Le serment ne sera pas serment, la promesse ne sera pas promesse. Ils n’auront aucune valeur.

Plus encore, le Talmud rappelle au Juif que, chaque fois qu’il va faire une promesse ou un serment, il doit se souvenir que l’engagement fait dans le cadre du Kol Nidre, la Journée du Pardon, l’exonère de s’y conformer.
Alors, combien peut-on compter sur la loyauté des Juifs? Nous pouvons compter sur leur loyauté autant que les Allemands se sont appuyés sur leur fidélité en 1916. Et certainement, nous, les Américains, nous subirons le même sort que les Allemands, et pour les mêmes raisons.


A propos de l’auteur: Benjamin H. Freedman

Benjamin H. Freedman fut l’une des personnalités les plus étonnantes et contradictoires du siècle passé. Né en 1890, il était un Juif d’affaires prospère à New York, le principal actionnaire de la société Woodbury Soap. Après la Seconde guerre mondiale, il a interrompu le contact avec les organisations juives et a passé sa vie dépensant une grande partie de sa fortune, évaluée à au moins $ 2.500.000, pour présenter au public les structures de pouvoir des Juifs qui dominaient les États-Unis. Par conséquent, son témoignage est extrêmement précieux car il provient à même du sein des plus hauts niveaux des organisations juives et de leurs machinations mises en route pour gagner et conserver le pouvoir sur la nation américaine. Freedman a travaillé avec Bernard Baruch, Samuel Untermeyer, Woodrow Wilson, Franklin Roosevelt, Joseph Kennedy, John F. Kennedy et beaucoup d’autres figures de proue de la société américaine.

Le discours que nous avons publié a eu lieu en 1961 à l’Hôtel Willard, à Washington DC, et publié à l’époque par Commori Sense. Ce n’est pas le cas de vous convaincre de l’actualité de son message. Il suffit de suivre attentivement son discours.

Traitement par Karen Miller

Article tiré du magazine Lumea no. 7/2010


yogaesoteric
2011