Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Actualité >Société >
Le milieu académique - une nouvelle Inquisition ? Des chercheurs punis pour avoir mis en doute le darwinisme

 
par Tara MacIsaac
 

De plus en plus de scientifiques qui remettent en question la théorie darwiniste accusent le milieu académique américain d’ostracisation et de guerre déclarée. Ils soutiennent que le milieu académique est devenu enkysté et encore plus dogmatique que l’Eglise.

A l'aube de l’Illuminisme au milieu du XVIIe siècle en Europe, les hommes ont commencé à se poser la question si la science peut trouver une raison d'exister à la religion. Avant l’Illuminisme, la religion n’avait pas besoin d’explications et les les hommes se tournaient vers la religion pour comprendre l’Univers autour d’eux et leur place dans cet Univers. Mais à partir de l’Illuminisme, les hommes ont commencé à expliquer l’univers du point de vue séculaire. La vision scientifique a gagné en popularité et les chercheurs ont commencé à regarder la religion à travers la science.

Mais avec la popularité croissante de la science, certains chercheurs qui avaient commencé à parler des limites scientifiques ont été censurés et ont été confrontés à une „réaction émotionnelle” de la part de leurs collègues lorsqu’ils ont tenté de s’évader hors des dogmes de la pensée conventionnelle.

Les scientifiques ont peur de perdre leur emploi... dévoiler des faits très, très difficile à expliquer par la science – mais réels – leur pose des problèmes. Ce n’est pas facile pour un scientifique de se débrouiller avec ces faits incroyables.” déclare le chercheur Klaus Dona.

Voilà les avis de six scientifiques éminents dont les carrières ont été détruites au moment où ils ont osé s’interroger sur la théorie évolutionniste :

1. Richard von Sternberg

Richard von Sternberg était l'un des éditeurs du journal Proceedings of the Biological Society de Washington. Il a publié un article écrit par Stephen C. Meyer, qui avait aussi été examiné par trois autres scientifiques. Dans l’article „Exclu : pas d’intelligence permise”, Sternberg rappelait que dans l’article pour lequel il a été exclu, il mentionnait la possibilité du Design Intelligent. Il soutient avoir été expulsé sur place lorsque ses chefs ont eu une „réaction physique, émotionnelle”. „J’étais considéré comme un terroriste intellectuel”, dit Meyer.

« Le Design Intelligent est une forme de créationnisme qui suppose que „certaines caractéristiques de l’Univers et de la vie ne peuvent être expliquées que par l’existence d’une cause intelligente et non pas par des processus indirects, telle que la sélection naturelle”. Le Design Intelligent aurait été créé par un designer intelligent ou par Dieu, tel qu’il est appelé dans certaines religions. Les défenseurs du Design intelligent soutiennent que ceci est une théorie scientifique qui envisage en même temps de redéfinir la science pour accepter les explications surnaturelles de certains phénomènes. » ( Wikipedia.org)

2. Bill Donato, Archéologue

Donato a travaillé des années pour prouver que le Mur de Bimini, une structure localisée devant les côtes des Bahamas, a été construite par une civilisation préhistorique qui serait bien plus ancienne que toute civilisation considérée capable de construire cette structure. „Je n’ai pas peur des répercussions professionnelles car je sais de quoi je parle, et eux (les sceptiques – n.r.), comme d’habitude, n’ont fait aucune investigation”, a transmis Donato dans un courriel pour Epoch Times.

Donato affirme qu’il est financé par des êtres humains qui partagent ses points de vue et qu’il est confiant dans ses découvertes. Il est confiant que la vérité gagnera.

Même si le réductionnisme est utile, il a aussi des limites décidées ; on ne peut pas construire une automobile intelligente en utilisant seulement une vis”, a-t-il affirmé.

Le docteur Greg Little, un psychologue particulièrement intéressé par Bimini et qui a travaillé de près avec Donato, a transmis dans un message en 2005 : „Je ne m’attends pas à ce que les sceptiques changent vraiment leur point de vue ou considérent au moins les variantes alternatives à leurs croyances... Tous les avis contraires qui s'opposent à leurs croyances sont probablement considérées par eux comme une menace directe autant sur le plan professionnel que sur le plan psychologique”.

Les sceptiques ont invoqué des termes ridicules et pleins d’émotions”, avait expliqué Little.

Pour des raisons précises, les archéologues populaires ont évité le cas de Bimini comme s’il était infesté par un virus mortel. Ils se sont convaincus en lisant des résumés faits lors des premières recherches par d'autres – et non pas en recherchant et en analysant les faits actuels –, qui disent que Bimini n’est rien d’autre qu’une pierre de plage naturelle et qu'à cet endroit-là ne peut se trouver de port – en conséquence, il n’y en existe pas”, a ajouté le psychologue.

3. Caroline Crocker, Université George Mason

Crocker a mentionné le design intelligent dans un montage avec des photos pendant les leçons enseignées à l’université, citant le film „Exclu: pas d'intelligence permise”.
Elle affirme avoir été „disciplinée” pour enseigner le créationnisme et exclue à la fin du semestre. Elle a été pratiquement interdite dans la communauté académique pour ce qu’elle appelle „le péché contre la science”.

4. Michael Egnor, Université Stony Brook

Egnor est un chercheur neurologue de l’ Université Stony Brook qui a complété ses études médicales à l’Université de Columbia. En manifestant son soutien pour les théories du design intelligent, il s’attendait à des critiques, mais „ce qui m’a surpris a été la méchanceté et le caractère ignoble des manifestations”, affirme-t-il dans le même documentaire. En tout cas, Egnor a gardé sa position à l’Université.

Le professeur Robert Marks a eu un mandat à l’Université Baylor avant d’exprimer sa croyance dans le design intelligent. „Du point de vue académique, je suis en toute sécurité, mais les jeunes... ce qui se passe avec eux en ce moment en Amérique à cause du goulag scientifique... est vraiment épouvantable”, a-t-il précisé.

5. Klaus Dona, Chercheur, Curateur d’exposition

Klaus Dona affirme que les civilisations avancées existaient il y a 100 millions d’années. La science conventionnelle soutient que la civilisation est apparue il y a environ 6.000 ou 7.000 ans. Dona a parcourus le monde pour étudier les artefacts qui semblaient ne pas trouver leur place dans l’histoire. Il a soutenu un tournais avec une collection de tels artefacts pour attirer l’attention sur ce qu’il affirme être les preuves du fait que notre compréhension actuelle sur l’histoire peut être incorrecte – des artefacts souvent jetés dans les caves des musées. Dans une interview avec Russel Scott durant „West Coast Truth”, Dona parle des ses découvertes et comment avaient été pénalisés les chercheurs ayant des opinions semblables à la sienne. „Ceux-ci sont confrontés à de réels problèmes dans leurs université ou leurs communautés”, affirme Klaus Dona.

Un exemple offert a été celui de William Brown, un théoricien biophysicien dont les recherches sur les liaisons entre l’ADN et la conscience humaine ont fait en sorte qu’il soit exclu de l’université. A présent, il travaille pour le Fondation le Projet Résonance et pour l’Institut de Physique Unifiée de Hawaï.

6. L’astronome Guillermo Gonzalez, Université Iowa State

Lorsqu’on dit „design intelligent” dans une pièce bourrée d’académiciens „une guerre des mots se déclenchera”, dit Gonzalez dans le film „Exclu: Pas d’intelligence permise”. „Les gens deviennent vraiment émotionnels à ce sujet”, ajouta l’astronome.

Gonzales est sûr que s’il n’avait pas parlé du design intelligent, il aurait préservé sa position. Il avertit que les scientifiques qui ont des visions controversées à ce sujet „devraient se taire, s’ils tiennent à leurs carrières”.

 
Veuillez suivre le film „Exclu : Pas d’intelligence permise” (version intégrale).
 

 


Source: epochtimes-romania.com


yogaesoteric
2016