Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Révélations >
L’esprit initiatique

 
Par le professeur de yoga Gregorian Bivolaru
 
Devise :„Lorsque l’aspirant est prêt, le guide apparaît.
 
 
L’initiation spirituelle authentique n’est jamais un but en elle-même. Elle ne fait que nous indiquer la vraie Voie à suivre. Si pendant la vie terrestre, l’initié a vraiment atteint le pouvoir d’entrer en contact (résonance) avec des sphères de manifestation plus élevées et plus subtiles de l’Univers, s’il respire avec une certaine aisance dans l’atmosphère éthérée de ces mondes, ou s’il a été reçu par les entités visibles ou invisibles dans une confrérie ou dans un groupement occulte, il aura l’intuition ou il saura avec certitude qu’il se trouve au seuil de l’antichambre d’un vaste temple mystérieux. Mais ce qu’un initié a réalisé avant tout c’est l’Esprit Initiatique, faute duquel aucune initiation spirituelle n’est possible.
 

L’élimination définitive de tout but

Le premier enseignement, qui peut sembler paradoxal ou au moins surprenant pour un néophyte au début de son chemin initiatique, c’est l’élimination presque totale de tout but précisé dans certains cas avec rigidité, de manière définitive et fixe.

Celui qui cherche seulement le raffinement de son être pour „gagner” le vrai Esprit Initiatique doit s’habituer à l’idée que l’Univers est si vaste et la Vérité Absolue est si grande et complexe qu’il ne réussira jamais à le comprendre en totalité avec son mental commun, dans une recherche purement rationnelle, mais seulement par la connaissance mystérieuse et directe qui transcende en totalité le principe mental. Pour lui, le voyage spirituel est entre autres une croissance et un épanouissement continu.

Cet enseignement fondamental n’est pas pour ceux qui sont faibles, mesquins, fantasmagoriques et égoïstes. Il n’est pas non plus pour celui qui cherche seulement une récompense pour une vie morale, non plus pour les naïfs qui guettent „pieusement” le gain.

Les paresseux qui ne pensent qu’à un sommeil tranquille dans le monde de l’„au-delà”, les timides qui espèrent que dans le monde de l’au-delà il n’y aura plus de lutte, ceux qui croient en un paradis hypothétique où ils recevront tout sans rien donner en échange, ce ne sont que des impuissants ou des ahuris qui ignorent en totalité cet enseignement primordial de la spiritualité. Avant l’implication sur la voie de l’initiation spirituelle, il faut considérer le fait qu’elle nous mène dès le début à un travail assidu, plein de don de soi envers Dieu, et qui a comme résultat l’amplification de la force intérieure qui, à son tour, entraîne ultérieurement des responsabilités immenses mais merveilleuses.

L’initié reconnaît les „cieux” dont parlent autant les chrétiens que les musulmans ou les bouddhistes comme étant des étapes élémentaires de son évolution spirituelle. Mais au-delà de cela, il aspire toujours au septième ciel de Saint Paul, le neuvième ciel de Saint Jean, à d’autres sphères divines de manifestation, aux univers parallèles sublimes mais inconnus, aux époques lointaines qui lui offrent des exemples lumineux.

Il aspire aussi avec détachement à devenir un avec Dieu dans la hiérarchie cosmique. Cette réalisation de la continuité de l’effort constant et fermement engrené dans la réalisation du divin est le premier pas sur la voie de l’éveil de ce qu’on appelle l’Esprit Initiatique.

La mise en harmonie des forces

Le deuxième enseignement fondamental parle d’une équilibration des forces de notre univers intérieur. La force initiatique est basée en essence sur une pureté totale. La force personnelle d’un initié provient de son pouvoir de voir au-delà de ce qui est temporaire et superficiel, de s’identifier profondément, de comprendre et de réaliser le principe mystérieux fondamental existant en toute chose, d’éloigner ce qui n’est pas essentiel, d’entrevoir l’étincelle divine qui est présente en chaque création de la Nature. L’initié arrive ainsi à reconnaître la force mystérieuse derrière la forme : en perçant la cuirasse du monde matériel, il réussit à ne pas être empêché dans la pensée vaste et profonde par aucune apparence extérieure.

En regardant avec attention un homme, l'initié peut percer instantanément jusqu’aux tréfonds de son âme. S’il regarde avec sa grande force de transfiguration un visage, il y découvre d'abord ce qui est beau et noble, réalisant ce que cet être fait ou pourrait faire s'il était réceptif à l'évolution spirituelle.

Durant son entraînement spirituel, le néophyte apprend qu’il ne doit pas chasser seulement les fautes, sinon il ne fera qu’entrer en résonance avec les idées impures et les énergies subtiles du mal qui peuvent apparaître dans tout plan, physique, astral ou mental de la manifestation.

Lorsque ses propres pensées se trouvent prises dans les charmes du mal, elles doivent être détectées et éliminées de suite.

Le caractère égoïste, l’attachement exacerbé pour la forme matérielle, la jalousie, la possessivité, la calomnie, tout ceci sont des impuretés du mental et de notre âme qui doivent être promptement identifiées puis transcendées.

Ce n'est qu'à ce moment que le néophyte devient l’ami de la vérité qui l’a aidé à sortir de ce qui est faux, le plaçant sur l’orbite du bien. C'est alors que la même épée qui jusqu’à là était pointée vers son cœur devient maintenant, par la sublimation supérieure de ses énergies, une épée puissante qui se trouve désormais dans sa propre main.

La maîtrise initiatique des éléments Terre, Eau, Feu, Air et Ether

Pouvoir et savoir vraiment trouver l’élément mystérieux, central et ultime qui existe derrière toute apparence signifie avant tout avoir un courage illimité. Pour obtenir aussi vite que possible l’état de courage immense, les initiés s’engrènent dans une véritable lutte contre eux-mêmes pour arriver à maîtriser dans leur être les éléments Terre, Eau, Feu, Air et Ether dont on parle dans les grandes traditions secrètes de l’humanité.

Ils savent que les impératifs vouloir et pouvoir ne touchent pas leur vraie valeur faute de courage et de la volonté. Les épreuves initiatiques d'aujourd'hui, tout comme celles des temps plus reculés, n’ont pas du tout changé leur nature, mais éventuellement leur forme. Les luttes physiques du temps des Chevaliers de la Table Ronde n’étaient qu’une réflexion des luttes mentales et spirituelles. Depuis toujours a été considéré comme nécessaire, comme un témoignage de la réalisation de l’esprit initiatique, le contrôle sur les cinq éléments mystérieux qui étaient considérés tant en leurs aspects physiques et subtils qu’en ce qui concerne leur signification ésotérique.

En premier est envisagé le contrôle presque total de l’élément mystérieux Terre, autrement dit, l’aspirant doit dans cette étape devenir le souverain de sa vie terrestre. Cela veut dire qu’il doit gagner sa vie en travaillant, vivre de manière digne, ne pas voler etc., tout en étant en même temps parfaitement détaché du monde terrestre. Il ne lui est permis ni de se faire des soucis inutiles et stressants pour différentes affaires, ni de nourrir des craintes de toute sorte sur la manière dont se déroulera le futur, ni d'avoir des attachements par rapport aux richesses ou au gain.

D’autre part, il est erroné de croire que le néophyte doit être un ignorant ou un incompétent dans les affaires matérielles, au contraire, il doit savoir les contrôler pour les transcender ensuite.

L’élément suivant qui doit être maîtrisé suite à l’initiation est l’élément mystérieux Eau. A cette étape, l’aspirant doit être le souverain de ses émotions. S’intégrant harmonieusement dans la société, il doit savoir être un bon fils, un homme exemplaire, aimer son pays et ses frères, être plein de foi et de don de soi authentique envers Dieu.

D’autre part, il ne doit jamais devenir l’esclave de l’amour charnel ou se laisser entraîné dans des manifestations grégaires comme la mode, la musique rock, la politique (à l’exception de situations spéciales – par exemple Gandhi – cas où les intérêts personnels sont clairement transcendés), ou dans toute action qui pourrait perturber son équilibre intérieur.

Cependant, il ne faut pas croire que le néophyte doit forcément être un ascète ou un célibataire, être négligeant et indifférent avec ses amis et ses collègues, ou froid et renfermé envers les autres. Les personnes très émotives qui se trouvent sur un niveau assez bas de conscience et vivent dans des plans moins élevés, le plus souvent ne pourront pas comprendre son contrôle et son calme et auront tendance à l’accuser qu’il n’a pas d’âme, se qui est absolument faux.

L’initié a des émotions sublimes, plus puissantes, plus intenses, mais le plus souvent avec un caractère impersonnel. Ainsi il regarde tout d’une perspective plus élevée et les chocs émotionnels ne l’ébranlement plus du tout parce qu’il les domine.

Ensuite vient le contrôle de l’élément mystérieux Feu. A cette étape, le néophyte doit dominer le mental, la volonté. Maintenant, il est essentiel pour lui d’apprendre tout ce qui l’aide à marcher jour et nuit sur son chemin vers la lumière divine, pour devenir un grand érudit et ensuite un sage. Pour une compréhension ample et profonde des mystères du monde, l’aspirant doit connaître surtout les sciences naturelles, la physique, la chimie, la psychologie, la religion comparée et les traditions spirituelles.

Il est erroné de supposer que l’initié a acquit cette haute position vivant en solitude, loin de l’étude des domaines scientifiques et occultes. Engrené sur la voie spirituelle, il doit être un érudit, logique, juste, avec une personnalité puissante, tout en demeurant le souverain d’une attitude qui implique d’un part de l’audace et d’autre part du respect et de l’estime, qui chez lui doivent être en équilibre parfait.

La quatrième épreuve qui doit être passée est celle du contrôle de l’élément mystérieux Air. Celui-ci est entre autres l’espace de l’amour et des puissances psychiques. Donc il est aussi nécessaire que le néophyte contrôle parfaitement ces forces, qui parfois s’éveillent spontanément en lui.

Par la méditation, la lucidité et la vigilance, il sait toujours faire la distinction entre le conscient et le subconscient, afin d'étouffer les éléments dissonants qui ont tendance à jaillir du subconscient.

Il devra dépasser rapidement et pour toujours les tentations liées aux étapes intermédiaires qui englobent les expériences psychiques inférieures et le spiritisme, étapes qui n’ont aucune valeur spirituelle, mais qui constituent quand même des obstacles. Par contre, il lui est utile d’étudier l’astrologie, la forme ésotérique et exotérique. Ensuite il devra acquérir de la subtilité et de la continuité dans ses perceptions ainsi que de la réceptivité par rapport aux inspirations divines et supérieures.

Dans la phase du contrôle de l’élément mystérieux Ether, l’aspirant apprendra comment utiliser presque toujours le supraconscient et les étages élevés de son être. Ici se développe l’intuition spirituelle, la clairvoyance, le domaine de l’existence et ses préoccupations s’élargissent de plus en plus dans les sphères raffinées et subtiles de la manifestation qui existent, le plus souvent insoupçonnées, dans le Macrocosme.

Il acquiert ici une force de transcendance de tout ce qui est limité et éphémère. Il ne franchira pas l’épreuve de l’Ether avant de devenir un souverain absolu de ces domaines.

Ceux qui se vantent souvent de leurs pouvoirs intuitifs ou psychiques, les médiums, les guérisseurs ou les prophètes, ne sont pas encore les souverains de cet élément.

Une fois acquit le contrôle sur les cinq éléments, le néophyte prouve vraiment qu’il est doué d’un grand courage. Il a atteint ainsi ce pouvoir personnel qu’on appelle le plus souvent la „force du caractère”, car, tout comme la force supérieure est basée sur la pureté, le courage est toujours basé dans une grande mesure sur la force du caractère et la noblesse.

La véritable initiation

Celui qui cherche l’initiation spirituelle agit principalement toujours de la même manière. C’est pourquoi on dit que les sages ont tous un monde commun. Celui qui n’arrive pas à dominer le monde matériel, celui qui est encore pris dans le piège des émotions, qui n’a pas encore vaincu ses pensées négatives et n’a pas apprivoisé ses désirs, celui qui n’a pas un contrôle total sur son conscient et sur les tendances de son âme, celui-là n’est pas préparé pour la GRANDE INITIATION. L’heure de son illumination divine n’est pas encore venue.

La nature de l’initiation spirituelle reste la même qu’on se trouve dans une école occulte, dans un groupement de yoga ou dans un monastère. En comprenant le vrai fondement, autrement dit l’essence de l’initiation, nous allons voir clairement la valeur des cinq épreuves des éléments.

En essence, résumée dans un seul mot, l’initiation spirituelle est la voie rapide et authentique qui nous conduit vers Dieu.

Elle est la voie qui permet à l’initié d’avancer à pas sûrs vers l’évolution, beaucoup plus rapidement que d’autres personnes de son époque, car elle lui offre la méthodologie adéquate qui facilite l’élévation de la conscience et une impulsion subtile directe.

L’initiation spirituelle est une évolution rapide qui est condensée dans le temps et augmentée en intensité.

L’initié réalise ainsi en quelques années ce que la race humaine réalise dans l’ensemble de centaines de vies.

Il est évident qu’en fin de compte, presque tout le monde arrivera au point où l’initié se trouve maintenant. C’est pourquoi l’initié affirme : „Ce que je suis, tu le seras toi aussi, ce que tu es, je l’ai été aussi”.

Ainsi, l’initié cherche à réaliser avec abnégation et détachement un saut en avant afin de pouvoir ensuite instruire et aider avec amour l’humanité - mais surtout pour ceux qui sont préparés - sur la voie de l’évolution spirituelle que lui-même a déjà parcourue. Appréciés ou non par le commun des mortels, souvent calomniés, méprisés, les initiés ont toujours été et le seront au devoir pour illuminer, aider et impulser ceux qui sont élus.

Au-dessus de ceux qui ne savent pas se trouvent ceux qui ont des connaissances ou qui lisent.
Au-dessus de ceux qui ont des connaissances ou qui lisent se trouvent ceux qui mémorisent.
Au-dessus de ceux qui mémorisent se trouvent ceux qui comprennent.
Au-dessus de ceux qui comprennent se trouvent ceux qui appliquent.
Au-dessus de ceux qui appliquent se trouvent ceux qui obtiennent des résultats.
Au-dessus de ceux qui obtiennent des résultats sont ceux qui acquièrent des pouvoirs paranormaux (SIDDHIS).
Au-dessus de ceux qui acquièrent des pouvoirs paranormaux (SIDDHIS) se trouvent ceux qui, en atteignant l’Absolu, acquièrent la sagesse à travers laquelle tout est possible.

(Tantra Sara)


 
Lisez aussi:
 
 

yogaesoteric
juin 2016