Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Shivaïsme >
Hypostases fondamentales de Shiva
synthèse réalisée par Gregorian Bivolaru
 
Shiva est la Lumière Absolue (prakasha) de la Conscience Divine indifférenciée, qui se manifeste sous la forme de tout ce qui existe. Cette Lumière est en même temps pure béatitude, parce qu’elle se soutient elle-même, et par sa propre nature. Étant unique, elle est totalement libre, il n’existe rien d’autre de qui elle dépende.
 
Précédant l’espace et le temps, auxquels elle donne naissance, elle est omniprésente et éternelle. Elle contient tout, aucun atome ne peut exister en dehors d’elle. Résidant dans le cœur de tout être sous la forme du Sujet universel (aham ou le Moi Absolu), elle éclaire toute notre vie, toutes les manifestations psychiques conscientes et nous permet de percevoir le monde extérieur. Sans elle nous serions insensibles, aveugles et aucune expérience ne serait possible. C’est la raison de l’exclamation du grand sage illuminé Utpaladeva: “Pour Te connaître, aucune aide n’est nécessaire, il n’existe en réalité aucun obstacle. Tout est inondé par le torrent impétueux, qui déborde de bonheur infini, de Ton existence éternelle!” (XII. 1) La Réalité Infinie et Suprême dans toute sa plénitude brille sans arrêt au-dessus de monde et dans le monde, sans jamais quitter sa nature.
 
Dans la tradition orientale sont connues plusieurs HYPOSTASES FONDAMENTALES DU SUPRÊME SHIVA.
 
 
MAYAVIN – SHIVA, DANS L’HYPOSTASE DE MAGICIEN
 
Si Paramashiva – la Conscience et le Bonheur Divin indifférencié – constitue notre substance essentielle, pourquoi ne le percevons-nous pas ainsi et continuons-nous à être soumis à l’illusion, à la peur et à la douleur, étant dominés par le corps et l’ego? Cet aspect apparaît parce que Shiva est en même temps un Magicien, qui par sa force créatrice et trompeuse, maya, se cache en Lui-même de Lui-même par Lui même – de même que l’araignée s’enroule dans sa toile – pour déployer son jeu prodigieux d’enchaînement et de libération, tant au niveau macrocosmique qu’au niveau microcosmique. Par conséquent, Il se perçoit fragmenté dans nombreux êtres créés, par oubli de soi, parce qu’en donnant naissance à la multiplicité, Il se cache, en occultant l’unité. Dans ce sens, l’initiée Laleshvari dit: “Il n’existe ni toi, ni moi, ni contemplé, ni contemplation, il existe seulement le Créateur de l’Univers, qui se trouve caché dans les cœurs de tous les êtres, apparemment perdu dans l’oubli de soi. Si les aveugles, autrement dit, les ignorants, ne découvrent aucun sens, par contre, les sages, percevant le Suprême, fondent extasiés en Lui”.
 
 
PASHUPATI – SHIVA, DANS L’HYPOSTASE DU BON BERGER
 
Shiva est la providence qui s’occupe de toute la manifestation, trouvant en chaque être, pour le bien de celui-ci, un sens et une place précise dans l’Univers et ensuite dirige la vie de celui-ci selon sa volonté souveraine. Par conséquent, la plus rapide possibilité d’évolution spirituelle de l’homme est l’aspiration pleine de ferveur envers Lui. Dans l’hypostase de Dieu le Sauveur, Shiva sauvegarde l’être humain se trouvant dans l’océan de la douleur. Il est le cygne (hamsa) qui extrait des eaux impures de l’illusion le lait immaculé du discernement et, dans sa bonté infinie, il l’offre aux gens. Il est ainsi adoré en tant que Pashupati, le berger vigilant et bon, qui par son feu (tejas) impulse le troupeau errant dans le passage étroit de l’égoïsme pour qu’il trouve un autre chemin: l’intériorisation qui mène vers le Cœur universel (paramatman). Pashupati utilise dans ce but l’énergie mystérieuse qui apaise, la grâce (anugrahashakti), qui se trouve pour l’éternité dans le cœur de l’être humain.
 
VIRUPAKSHA – SHIVA, DANS L’HYPOSTASE DU SOUVERAIN DU TROISIÈME ŒIL (ajna chakra)
 
Les sages shivaïstes invoquent souvent Shiva sous le nom de Tryambaka ou de Virupaksha, “Shiva avec des yeux terribles”, à cause de son troisième œil situé au milieu du front et symbolisant l’ouverture complète du centre secret de force Ajna Chakra. Cet œil de feu, signe de l’unicité primordiale divine, s’oppose à la vision commune de l’homme enkysté dans la dualité: “Sans Toi, l’Univers entier est doté d’une vue duale, qui fragmente, découvrant l’objectivité (la relation Sujet-Objet). Par contre, ce n’est que Toi – le Souverain de cet univers – qui possède une vision pleinement unificatrice (non-duale).” Le même poète dit: “Une goutte de Ton bonheur tombée sur la terre donne naissance à la Lune. Une étincelle qui jaillit de Ton feu, destructeur de l’illusion, donne naissance au Soleil. Ô, Dieu, à Toi, qui pénètre tout avec ton regard, nous offrons l’être entier en tant qu’offrande, à Ton troisième œil, sceau unique d’une grandeur inexprimable et transcendante.”
 
 
DHURJATI – SHIVA, DANS L’HYPOSTASE DE L’ASCÈTE
 
L’ascète suprême, nommé Kapardin ou Kapalin, avec les cheveux serrés dans un chignon, ayant un serpent comme cordon sacré et portant le feu cosmique (agni) dans Sa paume, anime et fait vibrer, par Ses sauts rythmés, la guirlande de crâne qu’il porte autour du cou et qui symbolise la fête de la danse cosmique éternelle. Sous cet aspect, Shiva symbolise la Conscience Divine universelle (Bhairava) qui donne de la vie, du pouvoir et du mouvement aux individus limités, dépourvus de vie et de conscience personnelle. Elle (la Conscience Divine universelle) est celle qui danse dans le “cimetière” immense de l’Univers soumis au temps et au devenir, buvant dans un crâne la liqueur enivrante, sublime, qui a la saveur essentielle du cosmos entier. “Hommage à Toi, Conscience Suprême, unique Dieu qui porte autour du cou la guirlande de crânes!”... “Ceux qui ont vaincu le monde et auxquels Toi, qui te trouves partout, as offert Ton amour infini, ô, Toi, Celui qui est omniprésent, doivent être vénérés par l’Univers tout entier. Même la mer orageuse et terrible de l’incarnation n’est plus pour eux qu’un lac où ils jouent”. - Utpaladeva
 
 
UMAPATI – SHIVA, DANS L’HYPOSTASE DE L’AMOUREUX D’UMA
 
La voix mélodieuse d’Uma Pashyanti, l’amoureuse de Shiva, est la seule en mesure de se louer de la grandeur sans égale de Dieu... Avant d’aimer, Paramashiva doit renoncer, pour ainsi dire, et évidemment qu’il fait cela pour jouer, à Sa pure conscience et à Sa liberté absolue et, en divisant apparemment leur essence non-divisée, Il révèle aux êtres limités, individuels, parfois fois la liberté (Shakti, vimarsa ou nada), d’autres fois la Conscience (Shiva, prakasha ou bindu) et, par le jeu miraculeux de la Liberté divine et de la Conscience divine, il crée ainsi le cosmos et les êtres (nara), toute l’évolution ayant la source, en définitive, dans un acte d’amour, Shiva aimant à l’infini Sa suprême énergie créatrice (Shakti), éternellement libre et spontané et aime l’Univers entier en elle. Le processus inverse de résorption part de l’univers, plus précisément de l’être individuel et limité qui, étant amoureux de l’Énergie universelle (Uma-Shakti) fusionne avec elle et, à son tour, Uma dissoute en Shiva, elle (Uma) porte ainsi le yogi vers l’inexprimable Paramashiva (le Suprême Absolu).
 
 
NATARAJA – SHIVA, DANSEUR A LA GRANDE FÊTE DE LA VIE DIVINE
 
La danse cosmique de Shiva, qui symbolise l’universel épanouissement de la Conscience Suprême dans l’éternité, a comme source essentielle la vibration primordiale (spanda), germe de tout mouvement. Ce premier mouvement infiniment subtil jailli du Cœur (l’essence divine ultime – Atman) est exprimée par Hara (Shiva le Charmant), simultanément poète et acteur, qui, vigilant à chaque instant, ayant l’univers pour théâtre, interprète du début jusqu’à la fin le spectacle cosmique, en assumant, simultanément et partout, tous les rôles. Il déroule Son activité multiple créant, soutenant et détruisant l’univers, se cachant sous le voile de l’illusion (maya) et, en même temps, révélant sa vraie nature. “Lorsque Tu vibres, réverbérant dans l’espace et dans le temps, tu déploies le monde entier. Lorsque tu conscientises ton essence, tu conscientises l’essence de l’univers. Et lorsque tu te balances sur Tes pieds sous l’effet de Ton nectar sublime et béatifique, étincelle le cercle des existences!” - Utpala, XIII.15
 
 
BHAIRAVA – SHIVA, TRANSCENDANT ET INEFFABLE, QUI SE MANIFESTE DANS LA NUIT MYSTÉRIEUSE DE LA RÉVÉLATION DIVINE, SHIVARATRI
 
Shiva entoure tant les mondes, que les ténèbres dans une brillance transcendante incomparable. Il n’a aucune façon définie d’être (celle-ci serait une limitation). Il est “le troisième miracle, au-delà de l’existence et de la non-existence”, au-delà de tout attribut. Il est l’hypostase de Dieu extraordinaire et suprême, dont le signe distinctif est celui de ne pas en avoir un (signe distinctif). Ainsi, le yogi qui aspire à s’identifier avec l’état de Shiva accède dans “l’ineffable Nuit, où la question du voyage ou des étapes n’existe plus”. La Nuit mystérieuse de la non différenciation – qui représente la pureté sans ombre de Shiva, qui remplace le jour de l’illusion – n’est pas autre chose qu’un aspect du dénouement qui conduit à l’état d’indétermination finale (nirvikalpa) de la conscience fusionnée avec Shiva. "Lumière mirifique de toutes les lumières, ténèbres mystérieuses de toutes les ténèbres! A ces mondes paradisiaques et à ces ténèbres mystérieuses, qui manifestent sans arrêt une brillance sans paire, hommage!” Abhinavagupta – Laghuvritti I.I.
 
yogaesoteric
2007