Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Guérison par voie spirituelle : l’enseignement de Bruno Groening (1)


En 1949 un nom fait les gros titres des journaux : Bruno Gröning. Des éditions spéciales lui sont consacrées. La radio et les actualités parlent de lui. On tourne un film sur lui. Où qu’il apparaisse, des centaines, des milliers des dizaines de milliers de personnes se pressent autour de lui. Ils viennent de partout – d’Allemagne, d’Autriche, de Suisse, mais aussi de Belgique, de France et des Etats-Unis. Gröning devient un événement mondial.

Mais ceux qui se pressent autour de lui ne sont ni des disciples, ni des fans, ni des groupies. Ce sont des malades. Nombreux sont ceux pour qui il représente l’ultime espoir. Frappés par la guerre, abandonnés par les médecins ils n’ont qu’un seul désir : guérir – être libérés des misères et des douleurs. Que Bruno Gröning les aide. Et il aide : « Il n’existe rien d’incurable. Dieu est le plus grand des médecins ! », ce sont ses paroles. Et l’incompréhensible se réalise : d’innombrables malades guérissent – des paralytiques marchent, des aveugles voient...

Le documentaire « Le phénomène Bruno Gröning – sur les traces du ‘guérisseur miraculeux’ » dépeint les événements dramatiques de l’époque d’une manière objective. Documents originaux filmés et enregistrés, archives, interviews de plus de 50 témoins du temps de Bruno Gröning, auxquels s’ajoutent des scènes dispendieusement filmées. Tout cela fait de ce film un événement fortement impressionnant.

Mais ce film est plus qu’un documentaire tourné vers le passé. De nombreux spectateurs disent qu’en le regardant, ils ont soudain ressenti une force, un picotement, un courant dans leur corps. Expérience toute nouvelle pour la plupart d’entre eux. Certains rapportent même la disparition de douleurs, de gênes et autres affections.

Comment est-ce possible ? Gröning est mort en 1959. Le tapage autour de lui est calmé depuis longtemps. Et pourtant aujourd’hui encore se produisent des guérisons extraordinaires. La force qui agissait de son temps, continue à se manifester. Les faits parlent d’eux-mêmes : guérisons de cancer, d’angine de poitrine, de rhumatismes et d’ostéoporose, mais aussi de dépendances aux drogues et d’autres toxicomanies. Des médecins confirment les réussites.

Bruno Groening il n’existe pas de maladie incurable, ce que confirment les témoignages de réussite contrôlés médicalement. Les guérisons se produisent ici uniquement par voie spirituelle et ne sont donc pas liées au corps physique de Bruno Groening.

Pour capter ce courant guérisseur, la personne qui cherche de l’aide se tient assise et les mains ouvertes. Elle ne croise ni les bras ni les jambes afin de ne pas empêcher le passage du courant guérisseur. Les pensées qui se rapportent à la maladie et aux soucis entravent l’écoulement du courant, les pensées tournées vers le beau le facilitent.

Quand le courant guérisseur coule à travers le corps, il rencontre les organes malades, et c’est là que débute son travail de nettoyage. A cette occasion, des douleurs peuvent apparaître; elles sont le signe d’un nettoyage du corps. Comme la maladie n’est pas voulue par Dieu, elle est peu à peu éliminée. Dans certains cas, cela peut aussi se produire spontanément. Pour cela il est nécessaire que la personne ne se raccorde plus en pensées avec la maladie, mais qu’elle croie au contraire que pour Dieu rien n’est incurable.

Afin de conserver la santé, les amis de Bruno Groening se mettent chaque jour en réception du courant guérisseur. Un corps sain constitue la base d’une vie en accord avec soi-même, ses semblables et la nature.

Le but de l’enseignement de Bruno Groening est de transformer un malade en une personne heureuse de vivre, libre de contraintes corporelles et psychiques.

Révolution dans la médecine et réhabilitation d’un méconnu : l’enseignement de Bruno Groening

Le secret de Bruno Groening est-il mis en lumière par la science ? Ce fut souvent avec une certaine étroitesse d’esprit et non sans quelque pointe d’ironie qu’un grand nombre de journaux présenta Bruno Groening comme le « Docteur Miracle ». Nulle mention n’était faite de son enseignement. Aussi, ses adversaires dans le monde médical eurent-ils la partie belle pour minimiser la valeur de sa personne que la conscience populaire avait relayée derrière l’image du guérisseur et du docteur miracle sur laquelle on restait fixé.

Seules les guérisons de maux consécutifs à des troubles psychiques furent acceptées comme succès. Les rapports démontrant que Groening recueillait, de toute évidence, des succès plus significatifs que ceux obtenus ordinairement par les médecins furent ou bien contestés, ou bien exposés comme la suite logique d’une psychose de masse. Après l’examen des documents de l’époque, on peut admettre qu’on avait fait en sorte que l’action de Bruno Groening soit présentée au public comme étant parfaitement identifiable par la science médicale, tout comme la source de ses succès qui, pour beaucoup, confinaient à quelque chose de miraculeux, était énoncée elle aussi comme parfaitement recevable. Il semble que cette opinion ait été partagée, avec une clarté symbolique, par le périodique « Revue » qui publiait, à la une de son édition d’octobre 1949, un article intitulé : « Le secret de Bruno Groening découvert par la Science »·

La classification apparemment facile de l’activité de Bruno Groening, effectuée selon le schéma habituel de la pensée médicale, a amené d’autres cercles à considérer comme inutile un examen plus approfondi de ce qui se passait autour de lui. En effet, que pouvait-il apporter de nouveau puisque la science avait mis à découvert ce qu’il cachait ?

L’observateur impartial qui, loin de rester sur cette estimation, cherche à examiner de plus près les prodiges concernant Bruno Groening, devra vite reconnaître que la terminologie médicale est loin d’être suffisante pour expliquer convenablement les phénomènes produits autour de cet homme. Les documentations médicales, autorisant d’exclure avec certitude l’action d’une influence suggestive, et les très nombreux témoignages confirmant les capacités hors du commun de Bruno Groening, sont bien là d’incontestables preuves de la réalité d’une force qui, jusqu’à présent, a été invariablement démentie par la science.

Si l’on examine de plus près les discours de Bruno Groening, on y détecte un savoir ne figurant dans aucun manuel de médecine et mettant au grand jour les principes de santé et de maladie. Un savoir qui, d’un côté, choque forcément par la précision limpide et tranchante avec laquelle il est exprimé, et, d’un autre côté, remet assurément en question des parties intégrantes de la vision du monde admise dans toute notre société. Or, l’ensemble des déclarations de Bruno Groening laisse découvrir manifestement un enseignement, si bien qu’il me semble plus approprié de parler, dans les développements qui vont suivre, de « l’enseignement de Bruno Groening ».

Lisez la deuxième partie de cet article 




yogaesoteric
18 octobre 2017