Des chercheurs découvrent qu’un régime alimentaire riche en graisses peut augmenter le risque d’infection à Listeria

 

Selon des chercheurs de l’University College Cork, une alimentation riche en graisses pourrait augmenter le risque d’infection par Listeria monocytogenes.

 
Dr. Cormac Gahan et Vanessa Las Heras. Photo par Tomas Tyner, UCC.

Des scientifiques d’APC Microbiome Ireland basés à l’université ont découvert qu’un régime « occidental » riche en graisses réduisait l’efficacité du système immunitaire pour lutter contre des maladies infectieuses dans l’intestin.

Les chercheurs ont découvert que le fait de nourrir des souris avec un tel régime, riche en graisses et en fibres fermentescibles, affectait le système immunitaire et les bactéries intestinales, appelé microbiote intestinal.

Même une consommation à court terme d’un régime riche en graisses augmentait le nombre de cellules caliciformes dans l’intestin, qui sont la cible de l’infection par Listeria, ainsi que des modifications de la composition du microbiote et du système immunitaire.

Les résultats publiés dans la revue Microbiome suggèrent que le régime alimentaire devrait être pris en compte lors de l’élaboration de modèles reflétant une maladie infectieuse humaine et qu’il devrait être un facteur dans l’évaluation future de la dose infectieuse de l’agent pathogène.

« La consommation à court terme d’un régime riche en graisses a entraîné une augmentation des niveaux de bactéries Firmicutes dans l’intestin, associées à l’obésité. Les effets du régime alimentaire ont également été observés au-delà de l’intestin, avec des niveaux d’immunité réduits dans tout le corps, des altérations locales de la fonction des cellules gastro-intestinales et des modifications du microbiote intestinal qui ont renforcé la progression de l’infection à Listeria », a dit Vanessa Las Heras, premier auteur de l’étude.

La recherche a été financée par UE Horizon 2020 et par Science Foundation Ireland grâce à une subvention de APC Microbiome Ireland.

Les scientifiques ont examiné les modifications physiologiques du microbiote et de l’hôte influencées par le régime immédiatement avant l’infection et pendant la période de pointe de l’infection active.

Pendant deux semaines, des souris ont été nourries avec un régime riche en matières grasses avec 45% de leur apport calorique total en matières grasses, un régime alimentaire équilibré faible en gras avec 10% de leur apport calorique total en matières grasses, ou une alimentation régulière avec 18 % de leur apport calorique total de matières grasses.

Au jour 13, les souris ont été infectées avec une souche de Listeria monocytogenes dans laquelle une protéine a été modifiée pour augmenter l’efficacité du modèle en tant que mesure de la maladie invasive, et l’infection a été déterminée 72 heures plus tard au jour 16 de l’étude. Les animaux ont été euthanasiés et le nombre d’unités formant des colonies de Listeria monocytogenes (UFC) par organe a été déterminé.

Un inoculum de 200 microlitres de 3,2 × 109 UFC pour l’infection par inoculation orale et de 9 × 104 pour une infection intrapéritonéale a été utilisé.

« Nos résultats suggèrent que le régime alimentaire pourrait influer considérablement sur la résistance aux maladies infectieuses en raison de ses effets sur le microbiote intestinal et le système immunitaire. Cela a des implications importantes pour la santé humaine, en particulier pendant la grossesse, chez les personnes âgées et chez les personnes immunodéprimées », a déclaré le Dr Cormac Gahan, responsable de l’étude.

 

yogaesoteric
29 juin 2019

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More