« Nous avons dépassé le stade du désastre et nous nous rapprochons de la catastrophe… »

 

Dans la deuxième partie de 

cette interview

 , le journaliste brésilien André de Godoy s’est entretenu avec Antony Mueller sur la relation entre le crédit et l’argent, le processus inflationniste et sa relation avec l’économie réelle. Comment va se terminer la crise de la dette actuelle ? Qu’adviendra-t-il après l’assouplissement quantitatif ?

André de Godoy :
Ludwig von Mises mentionne dans ses livres que l’expansion du crédit est une des causes de l’inflation au-delà de l’expansion monétaire. Quelles sont les similitudes et les différences entre ces deux phénomènes ?

Antoine Mueller : L’argent entre en circulation par le canal du crédit. Les banques commerciales obtiennent un prêt de la banque centrale et accordent des prêts aux consommateurs, aux entreprises et au gouvernement. Il existe donc deux sources de création de crédit et deux types de monnaie de base : la monnaie de la banque centrale et la monnaie de dépôt. Le système monétaire moderne est un système de crédit pur basé sur la monnaie fiduciaire sans support physique comme l’or, par exemple. Les gouvernements ont abandonné l’étalon-or au début de la Première Guerre mondiale et n’y sont jamais revenus. Aujourd’hui, le gouvernement, par l’intermédiaire de sa banque centrale, peut créer autant d’argent qu’il le souhaite.

Godoy :
Quelle est exactement la relation entre le crédit et l’argent ?

Mueller : Bien que la monnaie fiduciaire soit basée sur le crédit, toutes les monnaies n’ont pas un impact sur l’économie. Par exemple, les banques commerciales peuvent emprunter de l’argent à la banque centrale et ne pas l’utiliser pour des prêts, mais le déposer sur leurs comptes à la banque centrale. Alors plus de monnaie de la banque centrale ne signifie pas plus de crédit commercial pour les investisseurs et les consommateurs de l’économie. De même, plus d’argent qui entre dans l’économie ne signifie pas nécessairement plus de demande parce que les détenteurs d’argent peuvent ralentir la fréquence des transactions – ce qu’on appelle la vitesse de l’argent. Lorsque les agents économiques dépensent moins et conservent leurs actifs monétaires pendant une période plus longue, la vitesse de circulation de la monnaie ralentit. Par conséquent, il est faux de postuler que plus d’argent signifie plus de crédit et que plus d’argent signifie toujours plus de dépenses. C’est la fausse supposition des monétaristes.

Godoy :
Concernant la politique de change, comment les variations du taux de change peuvent-elles conduire à l’inflation ?

Mueller : À long terme, le taux de change reflète la parité du pouvoir d’achat. À court terme, cependant, des écarts importants se produisent en raison de l’intervention de la politique et parce que les banques centrales manipulent le taux d’intérêt. Une intervention mène à une autre, et finalement tout s’embrouille. Par exemple, lorsque les gouvernements tentent de stimuler leur économie par des dépenses déficitaires supplémentaires, le taux d’intérêt devrait augmenter en raison des attentes inflationnistes, mais la banque centrale peut s’y opposer et maintenir l’intérêt monétaire artificiellement en dessous de son taux naturel. Dans ce cas, l’argent intelligent quitte le pays et la monnaie se dévalue. Lorsque, comme c’est souvent le cas dans les pays en développement et les économies émergentes, l’élasticité des importations est faible, la quantité des importations ne diminuera pas beaucoup, même si le prix des importations en monnaie nationale augmente en raison de la dévaluation du taux de change. Cela peut alors déclencher une inflation des prix dans le pays et, à son tour, une quantité encore plus importante d’argent tend à quitter le pays. Dans son désespoir, le gouvernement se sent alors généralement obligé de manipuler le taux de change ou d’imposer des contrôles sur les capitaux. En fin de compte, le désordre est tel que l’expérience de relance se retourne contre le pays et qu’au lieu de l’expansion économique prévue, le pays subit une crise de change accompagnée d’une contraction économique, voire d’un effondrement.

Godoy :
L’inflation est un sujet qui fait souvent la une des journaux, mais les causes de l’inflation ne reçoivent pas autant d’attention que ses conséquences. Quelles sont les causes de l’inflation et comment les facteurs interagissent-ils ?

Mueller : Précisons d’abord que le terme « inflation » souffre d’un usage erroné. La signification exacte de l’inflation est l’expansion de la masse monétaire. Dire que « l’inflation a augmenté » n’a aucun sens car le terme d’inflation se réfère à un volume, le volume monétaire, qui peut s’accroître (gonfler) ou se contracter (se dégonfler). Lorsque je parle du niveau des prix, je préfère le terme « inflation des prix » pour différencier la baisse et la hausse du niveau des prix de l’inflation qui a lieu avec l’expansion et la contraction de la masse monétaire. En outre, l’économie autrichienne souligne que la relation entre l’expansion monétaire et le niveau des prix ne fonctionne pas de manière mécanique.

Godoy :
Pourriez-vous expliquer le processus ?

Mueller : Pour simplifier le problème, on peut dire que l’inflation des prix se produit lorsque les dépenses augmentent plus vite que la production. Un excédent de dépenses par rapport à la production se produit lorsque la masse monétaire augmente et que les entreprises, les consommateurs et le gouvernement empruntent pour dépenser davantage. L’écart entre la demande et l’offre de biens et de services entraîne une hausse des prix. L’inflation des prix peut également se produire sans l’expansion de la masse monétaire lorsqu’un « choc de l’offre » se produit et que l’offre de biens se contracte. Les prix augmentent alors parce que le volume des biens a diminué alors que la masse monétaire n’a pas changé. Pour comprendre l’inflation, il faut garder à l’esprit différents facteurs : le processus d’entrée de la monnaie dans l’économie, à commencer par les banques centrales et la politique de crédit des banques commerciales, les taux de variation de la masse monétaire, du volume du crédit et de la vitesse de transaction, ainsi que la dépense globale nominale par rapport à l’offre réelle de biens et de services. L’économie de l’inflation n’est pas un sujet facile.

Godoy :
Lorsque le gouvernement élargit la base monétaire mais que les banques commerciales ne mettent pas l’excédent en circulation, l’argent entre les mains du public n’augmente pas. Cela signifie-t-il que dans ce cas, il n’y aura pas d’augmentation des prix et de réduction du pouvoir d’achat ?

Mueller : Oui, c’est ainsi que cela fonctionne. En fin de compte, le résultat dépend de l’action humaine. L’action humaine se déroule dans le temps et les attentes sont donc importantes. Les attentes inflationnistes se nourrissent d’elles-mêmes, tout comme les attentes déflationnistes. C’est pourquoi ces deux processus, une fois qu’ils prennent de l’ampleur, sont si difficiles à contrôler. Si nous avions un système monétaire solide, les attentes seraient relativement stables. Pourtant, nous disposons d’un système monétaire fiduciaire géré par l’État et doté d’une réserve fractionnaire. Un tel système monétaire est non seulement très volatil, mais il est également sujet à des phases prolongées d’expansion et de contraction du crédit. Ces grands cycles peuvent s’étendre sur des décennies. Nous connaissons un tel cycle expansionniste dans les pays industrialisés depuis la fin de la liaison du dollar américain à l’or dans les années 1970.

Godoy :
Ce cycle peut-il se terminer ?

Mueller : Ce cycle actuel aurait dû se transformer en une contraction depuis longtemps. Pourtant, toutes les grandes banques centrales ont lutté comme des fous contre la tendance. Au Japon, ce combat futile a commencé dès les années 1990, aux États-Unis, il a commencé au début du nouveau millénaire. Depuis la crise de la dette européenne il y a une dizaine d’années, la Banque centrale européenne s’est également jointe à la lutte. Ainsi, ce que nous observons aujourd’hui est une lutte désespérée contre la déflation.

Godoy :
Comment la diminution unitaire de la valeur de l’argent se produit-elle dans un système de fiat ?

Mueller : Dans le cadre de l’étalon-or ou d’un système similaire avec une forte ancre qui ancre la masse monétaire, il y aura une fluctuation de la masse monétaire à court terme. À long terme, les prix auront tendance à baisser à mesure que la productivité augmente. Les attentes ne sont pas déraisonnables, car l’inflation et la déflation ne peuvent pas dévier de manière disproportionnée. Pourtant, dans un système monétaire rigide, l’inflation et la déflation peuvent prendre des proportions excessives. Je crains que la parabole du ketchup de l’inflation ne tienne la route. On secoue et on frappe le fond de la bouteille de ketchup, mais rien n’en sort. Soudain, le ketchup éclabousse votre assiette, la table et votre chemise en un éclair. C’est la même chose avec l’inflation de l’argent. Les banques centrales se bousculent et aucune inflation des prix n’apparaît, jusqu’à ce qu’elle se manifeste soudainement sous la forme d’une flambée massive de hausses de prix et d’une hyperinflation. L’analogie vaut également pour ce qui vient après. Alors que la sauce au ketchup sort de la bouteille en un clin d’œil, il faut beaucoup de travail et beaucoup de temps pour remettre l’excédent de sauce dans la bouteille. En fait, une refonte complète sera impossible. Dans un système monétaire rigide, ce n’est pas seulement l’inflation qui se présente soudainement comme un éclaboussement, mais aussi la déflation. Dans un système de fiat, une contraction monétaire est malveillante, car elle apparaîtra généralement de manière inattendue et fera des ravages dans les affaires des agents économiques.

Godoy :
En guise de dernière question, permettez-moi de vous demander quelles sont vos perspectives pour l’économie américaine par rapport à celle du Brésil.

Mueller : Les deux économies se trouvent à des stades très différents du cycle économique. Le Brésil est toujours dans un marasme qui a commencé il y a cinq ans et qui a entraîné un taux de chômage de plus de dix pour cent (et ce taux reste supérieur à cette marque), alors que les États-Unis sont officiellement en plein emploi. La question est de savoir quand le Brésil pourra se redresser et si l’économie américaine va s’effondrer. D’abord au Brésil : Depuis le 1er janvier 2019, le Brésil a un nouveau gouvernement qui est différent de ses prédécesseurs, car il a un fort profil de marché. La confiance est en hausse, et à cet égard, la question est de savoir quand l’économie brésilienne se redressera. Toutefois, il existe deux risques : premièrement, que l’inflation revienne hanter le Brésil lorsque la reprise sera plus forte et, deuxièmement, que se passera-t-il si l’environnement économique international continue de s’affaiblir et que les principaux partenaires commerciaux du Brésil, dont la Chine, entrent en récession.

Godoy :
Qu’en est-il des États-Unis ?

Mueller : Les décideurs politiques ont fabriqué un gigantesque ballon qui nous a emmenés au sommet d’une pyramide. Nous savons que cette situation est insoutenable, mais nous ne savons pas de quel côté le ballon va tomber. La banque centrale américaine a essayé à plusieurs reprises de dégonfler le ballon mais a cligné des yeux dès que la bourse a commencé à vaciller. Comme la politique fiscale, la politique monétaire s’est mise dans un coin : une politique fiscale avec trop de dette publique et une politique monétaire avec trop de dette du secteur privé. Les économistes autrichiens ont toujours averti que de telles politiques de création excessive de crédit se solderaient par un désastre. Je soupçonne que nous avons dépassé le stade de désastre et que nous nous rapprochons de la catastrophe qui, espérons-le, servira de réveil et alertera le public et les décideurs politiques sur la nécessité de réformer le système monétaire.

 

yogaesoteric
2 avril 2020

 

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More