Petites nouvelles de notre grande copine: la dette !

L’ensemble des dettes accumulées dans le monde représente désormais 226.000 milliards de dollars (192.000 milliards d’euros). C’est bien sur un nouveau record et il est tout à fait logique : le coût pour s’endetter (le loyer de l’argent) est quasi nul, et les conditions attachées sont de plus en plus dérisoires.


 


Le cout des dettes commence à augmenter, ci-dessus en rouge échelle de droite le 2 ans, en noir échelle de gauche le 10 ans


C’est un montant record qui représente plus de trois fois l’activité économique annuelle de la planète, le GDP mondial. C’est ce que révèle une étude de l’Institute of International Finance (IIF).

Les années de taux historiquement bas se succèdent et la dette fait boule de neige. contrairement à ce qui aurait dû se passer après la Grande Crise Financière de 2008/2009. On a bien « fait encore plus de tout ce qui a conduit à la crise ». La solution a été la fuite en avant. La crise n’a été l’occasion d’aucun deleveraging, aucun désendettement : les autorités monétaires terrorisées n’ont pas osé le laisser se développer. Grace aux politiques monétaires laxistes qui ont suivi la crise financière les marchés boursiers mondiaux ont pu atteindre des niveaux sans précédent, elles ont aussi favorisé l’explosion de l’endettement des ménages, des entreprises et des états.

La dette mondiale représente ainsi 324% de la production économique annuelle, précise l’IIF.

L’étude met en avant les risques auxquels sont exposés certains pays émergents qui ont emprunté massivement dans des devises telles que l’euro ou le dollar américain.

Le FMI, dans son rapport, attire l’attention sur le niveau critique atteint par les excès financiers mondiaux et la BRI avait fait de même.

Selon les calculs de l’IIF, environ 1.700 milliards de dollars de dettes devront être remboursées ou refinancées dans les pays en développement d’ici la fin 2018, avec à la clé une probable augmentation du service de la dette si les taux d’intérêt et les devises des grands pays occidentaux remontent. En 2013, puis en 2015 et fin 2016 on a assisté à des alertes sur ce point, mais les autorités globales ont empêché l’éclatement des bulles en refaisant un tour de reflation monétaire, en particulier en Chine.

Le besoin en devises fortes et singulièrement en dollars risque d’être destabilisant

Selon l’étude, les dettes en devises « fortes » des pays émergents dépassent 8.200 milliards de dollars, soit près de 15%de l’endettement total des économies en développement.

Le risque Chinois a augmenté

S’il note que le rythme de l’accroissement de la dette globale a légèrement diminué, l’IIF explique aussi que la tendance s’est au contraire accélérée en Chine, où les dettes des entreprises ont augmenté de 660 milliards de dollars en 2016, une croissance bien supérieure à celle observée aux Etats-Unis avant la crise financière de 2008 ou au Japon avant la crise bancaire de 1991.

L’étude ajoute que les entreprises ont des difficultés croissantes à assumer leurs dettes, la part des emprunteurs privés « en tension » dépasse nettement son niveau de 2010. Ce que l’on appelle les « covenants », les garanties fournies par les emprunteurs sont au plus bas, quasi inexistantes. Paradoxalement les risques de risque exigées par les prêteurs sont ridiculement faibles, rock bottom !

Ces entreprises fragiles représentent ainsi plus de 20% des dettes « corporate » du Brésil, de l’Inde et de la Turquie et près de 16% en Chine. Le chiffre chinois est très sous-évalué.

Parmi les pays développés, les ratios ICR de couverture des intérêts se sont détériorés au Canada, en Allemagne et en France, alors qu’ils s’amélioraient au Japon et au Royaume-Uni, précise l’IIF. « Même avec des taux mondiaux bas, beaucoup d’entreprises non-financières se dirigent vers des difficultés à assurer le service de leur dette », conclut l’étude.

yogaesoteric

14 juin 2018

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More