Rapport de situation : l’incrédulité comme source de changement de paradigme de pensée

Des informations suivantes, laquelle vous semblerait-elle la plus surréaliste ?

1) Un avion de l’Australian Air Force participant à un festival effectue un vol à très basse altitude entre les buildings de Brisbane :

2) Un nouveau type de nuage, un « cumulocernus » (visible en particulier à proximité du centre européen en physique des particules le CERN) a été observé le 7 mai 2016 dans l’ouest de la Suisse et en 2011 au nord du pays. Aucun météorologue ni aucune théorie physique ne peut expliquer ce phénomène, il n’y a également aucun défaut technique avéré pour l’expliquer :

3) Le massacresans précédent des éléphants africains au Botswana, dans une réserve naturelle. Aucun commentaire ne peut rester dans la décence face à ça.

4) Un soldat américain concerné très personnellement par l’exopolitique.

5) Une campagne de pêche scientifique – heureusement que la vraie science n’a rien à voir avec ça – des baleines avec le soutien des autorités japonaises, en Antarctique.

6) Un amateur d’aéromodélisme pratique sa passion en construisant ses propres modèles réduits d’un genre un peu particulier (toute similitude avec d’autres objets volants ne serait pas qu’une pure coïncidence…).

7) En une journée, la police retrouve 123 enfants portés disparus, aux Etats-Unis dans l’état du Michigan. 

Ces informations contredisent les affirmations suivantes :

1) Les vols d’avions privés, commerciaux ou militaires à très basse altitude sont strictement interdits dans les villes pour des raisons de sécurité.

2) Il doit exister une explication simple pour expliquer le phénomène des nuages circulaires.

3) Les réserves ont été créées pour protéger efficacement les animaux et éviter la disparition des espèces en voie d’extinction.

4) Les extraterrestres n’existent pas.

5) Le gouvernement japonais a un respect des normes éthiques et commerciales au niveau international envers la vie animale.

6) Tout moyen de transport sans hélices ni moteurs à réaction ne peut pas voler.

7) Il n’existe aucune affaire judiciaire où 123 victimes peuvent être retrouvées en un seul jour pour des raisons d’enquête.

C’est la croyance que ces affirmations simples sont le reflet strict de la réalité qui peut devenir surréaliste avec la connaissance de certaines informations, même communiquées dans les média officiels.

Alors une question apparaît : comment poser la limite entre ce qui est réel et ce qui est impossible en évitant les jugements de valeur arbitraires ? Seule la science le permet.

D’un point de vue scientifique, l’information n°2 qui est parfaitement avérée donne une preuve indiscutable et visible que la physique sur laquelle s’appuie la météorologie est largement incomplète. En effet, cette lacune est obligatoirement proportionnelle à la taille du nuage observé…

Comment peut apparaître un tel nuage ? C’est uniquement par une modification locale des propriétés physiques de la matière décrites par la théorie du chaos (qui étudie le comportement imprévisible de la matière) qu’il est possible de produire ce genre de phénomène. Ces changements de caractéristique de germination d’un nuage, c’est-à-dire de la condensation de la vapeur d’eau qui forme le futur nuage, ne sont compréhensibles que par une extension de la notion de chaos à celle de disruptivité de la matière. La disruptivité est la tendance qu’elle a à adopter un comportement non prévisible (comme les éruptions solaires par exemple). Pour être plus précis, c’est la notion de disruptivité qui est à la base de la notion de chaos en physique standard. Cette notion apparaît naturellement avec l’existence de la 5e dimension. On constate avec la formation nuageuse circulaire observée que c’est une dimension où les énergies peuvent être très élevées pour être capables de provoquer un phénomène physique de cette grandeur. C’est l’énergie de fonctionnement de l’anneau principal d’accélération des particules du CERN, le LHC, qui a produit ce nuage. L’énergie nécessaire à l’apparition d’un tel nuage est susceptible de varier dans le temps, en fonction des influences énergétiques extérieures (passage du système solaire à travers l’équateur galactique, éclipse solaire, etc.). En 2016, cette énergie devait donc être égale approximativement à celle des collisions entre les particules dans l’anneau (13 Tev).

L’implication technologique de l’existence de cette 5e dimension est très importante. Au lieu de générer de la vapeur d’eau, s’il est possible de concentrer suffisamment d’énergie de façon très localisée pour ioniser de la matière gazeuse en la chauffant à très haute température (plasma), cette 5e dimension doit permettre, par la diminution du diamètre du phénomène provoqué (qui est initialement de 80 km) de passer de la formation d’un simple nuage de vapeur d’eau à un réacteur à fusion thermonucléaire, tel que le prototype de tokamak de forme toroïdale déjà utilisé dans les laboratoires de recherche.

La recherche en physique des plasmas visant à utiliser le principe de la fusion nucléaire dans un tokamak serait-elle surréaliste, après un demi-siècle d’expérimentations ? Au regard de ce qui a été dit dans cet article, la réponse est évidemment non.
 

yogaesoteric

18 mars 2019

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More