« Ce n’est pas une récession. C’est une ère glaciaire… »

 

Nous ne pouvons pas encore dire que nous sommes en récession, du moins pas officiellement. Un comité décide de ces choses-là – non, vraiment. Le gouvernement estime généralement qu’une contraction n’est pas une récession à moins que l’activité économique n’ait diminué pendant deux trimestres. Mais nous sommes en récession et tout le monde le sait. Et ce que nous vivons est bien plus que cela : un cygne noir, une guerre financière, une peste.

Peut-être que les choses semblent normales là où vous êtes. Peut-être que les choses ne semblent pas normales.

Les choses ne sont pas normales. Pendant des semaines ou des mois, nous ne saurons pas à quel point le PIB a ralenti et combien de personnes ont été contraintes de quitter leur emploi. Il faut du temps pour produire des statistiques gouvernementales. Ils regardent en arrière, les derniers chiffres décrivant toujours une économie en plein essor proche du plein emploi. Pour quantifier la réalité actuelle, nous devons nous appuyer sur des anecdotes d’entreprises, des enquêtes auprès des travailleurs, des lambeaux de données privées et quelques chiffres de l’État. Ils montrent une économie qui n’est pas en récession, en contraction ou en phase de ralentissement, qui ne subit pas de pertes, qui ne vend pas ou qui ne corrige pas. Ils montrent une évaporation, une disparition à une échelle qui semble religieuse.

Ce qui se passe, c’est un choc pour l’économie américaine plus soudain et plus grave que n’importe quel être vivant n’en a jamais connu. Le taux de chômage a atteint son sommet de 9,9 % 23 mois après le début officiel de la Grande Récession. Quelques semaines à peine après le début de la pandémie de coronavirus et quelques jours après l’imposition de mesures d’urgence pour l’enrayer, près de 20 % des travailleurs déclarent avoir perdu des heures ou leur emploi. Selon un responsable de la paie et de l’emploi du temps, 22 % des heures de travail se sont évaporées pour les employés horaires, et trois personnes sur dix qui se présenteraient normalement au travail n’y vont pas dès le mardi. En l’absence d’une réponse gouvernementale forte, le taux de chômage semble certain d’atteindre des sommets jamais vus depuis la Grande Dépression ou même la misérable fin des années 1800. Un taux de 20 % n’est pas impossible.

Le nombre de demandes d’allocations de chômage déposées par les États augmente de façon géométrique, ce qui indique que les chiffres nationaux vont changer lorsque nous les aurons. Lundi, 16 mars, 400 personnes ont demandé à bénéficier de l’assurance chômage au Colorado. Mardi, 17 mars : 6.800. La Californie a vu ses dépôts quotidiens passer de 2.000 à 80.000. L’Oregon est passé de 800 à 18.000. Dans le Connecticut, près de 2 % des travailleurs de l’État ont déclaré qu’ils étaient nouvellement au chômage en un seul jour. De nombreux autres États rapportent le même genre de chiffres.

Ces chiffres sont sujets à de fortes variations ; des choses comme les fermetures de grandes usines les amènent à sauter et à tomber, et à sauter et à tomber. Mais pour qu’ils augmentent aussi rapidement, dans tous les États ? Pour rester élevés ? C’est nouveau. L’économie n’est pas en train de basculer dans une crise de l’emploi. Elle explose en une crise de l’emploi. Compte tenu de la trajectoire des rapports des États, il est certain que le pays établira un record de nouvelles demandes d’emploi la semaine prochaine [9-15 mars, ndlr], non seulement en termes de chiffres bruts mais aussi en ce qui concerne la part de travailleurs licenciés. Le total devrait se situer entre 1,5 million et 2,5 millions, et devrait même augmenter à partir de là.

Rien de tout cela n’est surprenant.

L’économie doit cesser pour protéger des vies et soutenir le système médical. Des avions ont été cloués au sol, des conférences annulées, des millions d’Américains se sont fait dire de ne pas quitter leur maison, sauf pour aller chercher des provisions et d’autres produits de première nécessité. En raison des mesures d’urgence désormais en place, les entreprises n’ont eu d’autre choix que de laisser partir les travailleurs. La liste des employeurs qui licencient des travailleurs en masse comprend les compagnies de croisière, les compagnies aériennes, les hôtels, les restaurants, les bars, les ébénistes, les entreprises de lin, les journaux, les librairies, les traiteurs et les festivals. J’ai commencé à additionner les chiffres dans les journaux, et j’ai démissionné quand j’ai atteint 100.000.

L’économie avait progressé à un rythme annuel de 2 ou 3 %. Aujourd’hui, les prévisionnistes privés s’attendent à ce qu’elle se contracte à un rythme d’environ 15 %, bien que personne ne le sache vraiment. Une quarantaine virale est impossible à modéliser, car il faudrait savoir combien de temps dureront les mesures d’urgence nécessaires et dans quelle mesure le gouvernement y répondra avec une certaine précision. Pourtant, les mesures en temps réel montrent une apocalypse de l’économie de consommation. Selon une société de traitement des cartes de crédit, les paiements aux entreprises ont diminué de 30 % à Seattle, de 26 % à Portland et de 12 % à San Francisco. Presque tous les États connaissent des baisses spectaculaires, les hôtels et les restaurants étant particulièrement touchés.

Les marchés ne sont pas normaux non plus. Le marché boursier a perdu 20 % de sa valeur en seulement 21 jours – le marché baissier le plus rapide et le plus brutal jamais enregistré, plus rapide que 1929, plus rapide que 1987, 10 fois plus rapide que 2007.

Le système financier a nécessité pas moins de sept interventions d’urgence de la part de la Réserve fédérale au cours d’une semaine. La banque centrale du pays a ramené les taux d’intérêt à zéro, a commencé à acheter plus d’un demi-billion de dollars d’actifs financiers et a ouvert des facilités spéciales pour injecter des liquidités dans le système financier.

Pourtant, dans l’économie réelle, tout s’est arrêté, figé sur place. Il ne s’agit pas d’une récession. C’est une ère glaciaire.


Annie Lowrey, The Atlantic 

 

yogaesoteric
1 avril 2020


 

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More