La prochaine décennie pourrait être encore pire (1)

Par Graeme Wood

Un historien croit avoir découvert des lois de fer qui prédisent l’essor et la chute des sociétés. Il a de mauvaises nouvelles…

Peter Turchin, l’un des experts mondiaux sur le dendroctone du pin et peut-être aussi sur les êtres humains, m’a rencontré à contrecœur l’été dernier sur le campus de l’université du Connecticut à Storrs, où il enseigne. Comme beaucoup de gens pendant la pandémie, il a préféré limiter ses contacts avec les humains. Il doutait également que les contacts humains aient une grande valeur de toute façon, alors que ses modèles mathématiques pouvaient déjà me dire tout ce que j’avais besoin de savoir.

Mais il a dû quitter son bureau à un moment donné. (« Une façon de savoir que je suis russe est que je ne peux pas penser en étant assis », m’a-t-il dit. « Il faut que j’aille me promener »). Aucun de nous n’avait vu beaucoup de monde depuis que la pandémie avait fermé le pays plusieurs mois auparavant. Le campus était calme. « Il y a une semaine, c’était encore plus comme si une bombe à neutrons avait frappé », a déclaré Turchin. Des animaux revenaient timidement sur le campus, dit-il : des écureuils, des marmottes, des cerfs, et même parfois une buse à queue rousse. Pendant notre promenade, les gardiens du terrain et quelques enfants sur des planches à roulettes étaient les seuls autres représentants de la population humaine en vue.

L’année 2020 a été bonne pour Turchin, pour beaucoup de raisons identiques à celles qui ont fait de cette année un enfer pour le reste d’entre nous. Des villes en feu, des dirigeants élus qui approuvent la violence, des homicides qui déferlent sur un Américain normal, ce sont là des signes apocalyptiques. Pour Turchin, ils indiquent que ses modèles, qui incorporent des milliers d’années de données sur l’histoire de l’humanité, fonctionnent.
« Pas toute l’histoire de l’humanité », m’a-t-il corrigé une fois. « Seulement les 10.000 dernières années ». Depuis une décennie, il met en garde contre le fait que quelques tendances sociales et politiques clés laissent présager une « ère de discorde », de troubles civils et de carnage pire que ce que la plupart des Américains ont connu.

En 2010, il a prédit que les troubles s’aggraveraient vers 2020, et qu’ils ne s’apaiseraient pas tant que ces tendances sociales et politiques ne se seraient pas inversées. Les troubles de la fin des années 1960 et du début des années 1970 constituent le meilleur scénario, tandis que la guerre civile généralisée est le pire.

Les problèmes fondamentaux, dit-il, sont une sombre triade de maladies sociales : une classe d’élite gonflée, avec trop peu d’emplois d’élite pour tout le monde ; la baisse du niveau de vie de la population en général ; et un gouvernement qui ne peut pas couvrir ses positions financières. Ses modèles, qui suivent ces facteurs dans d’autres sociétés à travers l’histoire, sont trop compliqués à expliquer dans une publication non technique. Mais ils ont réussi à impressionner les auteurs de publications non techniques, et lui ont valu des comparaisons avec d’autres auteurs de « mégahistoire », tels que Jared Diamond et Yuval Noah Harari. Le chroniqueur du New York Times Ross Douthat avait autrefois trouvé la modélisation historique de Turchin peu convaincante, mais 2020 a fait de lui un croyant : « À ce stade, » Douthat a admis sur un podcast, « J’ai l’impression que vous devez lui accorder un peu plus d’attention. »

Diamond et Harari visaient à décrire l’histoire de l’humanité. Turchin se tourne vers un avenir lointain, celui de la science-fiction pour ses pairs. Dans War and Peace and War (2006), son livre le plus accessible, il se compare à Hari Seldon, le « mathématicien non-conformiste » de la série Foundation d’Isaac Asimov, qui peut prédire la montée et la chute des empires. Au cours de ces 10.000 ans de données, Turchin pense avoir trouvé des lois de fer qui dictent le destin des sociétés humaines.

Le destin de notre propre société, dit-il, ne sera pas joli, du moins à court terme. « Il est trop tard », m’a-t-il dit alors que nous passions devant le Mirror Lake, que le site web de l’UConn décrit comme un endroit favori des étudiants pour « lire, se détendre ou se balancer sur la balançoire en bois ». Les problèmes sont profonds et structurels, et non du type de ceux que le fastidieux processus de changement démocratique peut régler à temps pour prévenir le chaos. Turchin compare l’Amérique à un énorme navire qui se dirige directement vers un iceberg : « Si vous avez une discussion entre les membres de l’équipage sur la façon de tourner, vous ne tournerez pas à temps, et vous toucherez directement l’iceberg. »

Depuis une dizaine d’années, il y a eu des discussions. Le bruit que vous entendez aujourd’hui – le tordage de l’acier, l’éclatement des rivets – est celui du navire qui heurte l’iceberg.

« Nous sommes presque assurés » de vivre cinq années d’enfer, prédit Turchin, et probablement une décennie ou plus. Le problème, dit-il, est qu’il y a trop de gens comme moi. « Vous êtes de la classe dirigeante », dit-il, sans plus de rancune que s’il m’avait informé que j’avais les cheveux bruns, ou un iPhone légèrement plus récent que le sien. Parmi les trois facteurs de violence sociale, M. Turchin souligne surtout la « surproduction des élites », c’est-à-dire la tendance des classes dirigeantes d’une société à croître plus vite que le nombre de postes à pourvoir par leurs membres. L’une des façons dont une classe dirigeante peut se développer est de penser biologiquement à l’Arabie Saoudite, où les princes et les princesses naissent plus vite que les rôles royaux ne peuvent être créés pour eux. Aux États-Unis, les élites se surproduisent grâce à une mobilité ascendante sur le plan économique et éducatif : De plus en plus de gens s’enrichissent et de plus en plus s’instruisent. Aucun de ces phénomènes ne semble mauvais en soi. Ne voulons-nous pas que tout le monde soit riche et instruit ? Les problèmes commencent lorsque l’argent et les diplômes de Harvard deviennent comme des titres royaux en Arabie saoudite. Si beaucoup de gens en ont, mais que seuls certains ont un réel pouvoir, ceux qui n’ont pas de pouvoir finissent par se retourner contre ceux qui en ont.

Aux États-Unis, m’a dit Turchin, on voit de plus en plus d’aspirants se battre pour un seul emploi, par exemple dans un cabinet d’avocats prestigieux, ou dans une sinécure gouvernementale influente, ou (ici, c’est devenu personnel) dans un magazine national. Peut-être en voyant les trous dans mon T-shirt, Turchin a noté qu’une personne peut faire partie d’une élite idéologique plutôt qu’économique. (Il ne se considère pas comme un membre de l’une ou l’autre. Un professeur touche tout au plus quelques centaines d’étudiants, m’a-t-il dit. « Vous atteignez des centaines de milliers »). Les emplois d’élite ne se multiplient pas aussi vite que les élites. Il n’y a toujours que 100 sièges au Sénat, mais plus de gens que jamais ont assez d’argent ou de diplômes pour penser qu’ils devraient diriger le pays. « Vous avez maintenant une situation où il y a beaucoup plus d’élites qui se battent pour la même position, et une partie d’entre elles se convertira en contre-élites », a déclaré M. Turchin.

Donald Trump, par exemple, peut paraître élitiste (père riche, diplôme Wharton, commodes dorées), mais le Trumpisme est un mouvement de contre-élite. Son gouvernement été rempli d’individus sans qualifications qui ont été exclus des administrations précédentes, parfois pour de bonnes raisons et parfois parce que l’establishment de Groton-Yale n’avait tout simplement pas de postes vacants. L’ancien conseiller et stratège en chef de Trump, Steve Bannon, selon M. Turchin, est un « exemple paradigmatique » de contre-élite. Il a grandi dans la classe ouvrière, est allé à la Harvard Business School, et s’est enrichi en tant que banquier d’affaires et en possédant une petite participation dans les droits de syndication de Seinfeld. Rien de tout cela ne s’est traduit par un pouvoir politique jusqu’à ce qu’il s’allie avec le peuple. « C’était une contre-élite qui a utilisé Trump pour percer, pour remettre les hommes blancs au pouvoir », a déclaré Turchin.

La surproduction d’élite crée des contre-élites, et les contre-élites cherchent des alliés parmi les gens du commun. Si le niveau de vie des roturiers baisse, non pas par rapport aux élites, mais par rapport à ce qu’ils avaient avant, ils acceptent les ouvertures des contre-élites. La vie des roturiers se dégrade et les quelques personnes qui tentent de se hisser sur le canot de sauvetage de l’élite sont repoussées dans l’eau par ceux qui sont déjà à bord. Selon M. Turchin, le dernier élément déclencheur de l’effondrement imminent est généralement l’insolvabilité de l’État. À un moment donné, l’insécurité croissante devient coûteuse. Les élites doivent apaiser les citoyens malheureux en leur distribuant des aumônes et des cadeaux, et lorsque ceux-ci viennent à manquer, elles doivent faire la police et opprimer les gens. L’État finit par épuiser toutes les solutions à court terme, et ce qui était jusqu’ici une civilisation cohérente se désintègre.

Les pronostics de Turchin seraient plus faciles à rejeter comme des théories de tabouret de bar si la désintégration ne se produisait pas maintenant, à peu près comme Seer of Storrs l’avait prédit il y a dix ans. Si les dix prochaines années sont aussi sismiques qu’il le dit, ses intuitions devront être prises en compte par les historiens et les spécialistes des sciences sociales – en supposant, bien sûr, qu’il reste encore des universités pour employer ces personnes.

Turchin est né en 1957 à Obninsk, en Russie, une ville construite par l’État soviétique comme une sorte de paradis des nerds, où les scientifiques pouvaient collaborer et vivre ensemble. Son père, Valentin, était un physicien et un dissident politique, et sa mère, Tatiana, avait une formation de géologue. Ils se sont installés à Moscou quand il avait 7 ans et en 1978, ils ont fui à New York en tant que réfugiés politiques. Ils y ont rapidement trouvé une communauté qui parlait la langue du foyer, à savoir la science. Valentin a enseigné à la City University de New York, et Peter a étudié la biologie à la NYU et a obtenu un doctorat en zoologie à Duke.

Turchin a écrit une thèse sur la coccinelle mexicaine, un ravageur mignon ressemblant à une coccinelle qui se nourrit de légumineuses dans les régions situées entre les États-Unis et le Guatemala. Lorsque Turchin a commencé ses recherches, au début des années 1980, l’écologie évoluait d’une manière que certains domaines connaissaient déjà. L’ancienne façon d’étudier les insectes était de les collecter et de les décrire : compter leurs pattes, mesurer leur ventre et les épingler à des morceaux de panneaux de particules pour référence future. Dans les années 70, le physicien australien Robert May avait tourné son attention vers l’écologie et avait contribué à la transformer en une science mathématique dont les outils comprenaient des superordinateurs ainsi que des filets à papillons et des pièges à bouteilles. Pourtant, au début de sa carrière, Turchin m’a dit que « la majorité des écologistes étaient encore assez mathématico-phobes ».

En fait, Turchin faisait du travail de terrain, mais il a contribué à l’écologie principalement en collectant et en utilisant des données pour modéliser la dynamique des populations, par exemple en déterminant pourquoi une population de dendroctones du pin pourrait prendre le contrôle d’une forêt, ou pourquoi cette même population pourrait décliner. (Il a également travaillé sur les papillons de nuit, les campagnols et les lemmings).

À la fin des années 90, la catastrophe a frappé : Turchin a réalisé qu’il savait tout ce qu’il voulait savoir sur les coléoptères. Il se compare à Thomasina Coverly, la jeune fille géniale de la pièce Arcadia de Tom Stoppard, qui était obsédée par les cycles de vie des tétras et autres créatures autour de sa maison de campagne du Derbyshire. Le personnage de Stoppard avait l’inconvénient de vivre un siècle et demi avant le développement de la théorie du chaos. « Elle a abandonné parce que c’était trop compliqué », a déclaré Turchin. « J’ai abandonné parce que j’ai résolu le problème. »

Turchin a publié une dernière monographie, « Complex Population Dynamics » : A Theoretical / Empirical Synthesis (2003), puis il a annoncé à ses collègues de l’Université du Connecticut qu’il allait dire un sayonara permanent au domaine, tout en continuant à toucher un salaire de professeur permanent dans leur département. (Il ne reçoit plus d’augmentation, mais il m’a dit qu’il était déjà « à un niveau confortable, et, vous savez, vous n’avez pas besoin de tant d’argent »). « Habituellement, une crise de la quarantaine signifie que vous divorcez de votre ancienne femme et que vous épousez une étudiante diplômée », a déclaré M. Turchin. « J’ai divorcé d’une vieille science et j’en ai épousé une nouvelle. »

Les pronostics de Turchin seraient plus faciles à rejeter comme des théories de tabouret de bar s’ils ne se réalisaient pas maintenant, à peu près comme il l’avait prédit il y a dix ans.

L’un de ses derniers articles a été publié dans la revue Oikos. « L’écologie des populations a-t-elle des lois générales ? » a demandé Turchin. La plupart des écologistes ont répondu que non : Les populations ont leur propre dynamique, et chaque situation est différente. Les dendroctones du pin se reproduisent, se déchaînent et ravagent une forêt pour des raisons liées aux dendroctones, mais cela ne signifie pas que les populations de moustiques ou de tiques vont augmenter et diminuer selon les mêmes rythmes. Selon M. Turchin, « il y a plusieurs propositions très générales de type loi » qui pourraient être appliquées à l’écologie. Après sa longue adolescence de collecte et de catalogage, l’écologie disposait de suffisamment de données pour décrire ces lois universelles – et pour cesser de prétendre que chaque espèce avait ses propres particularités. « Les écologistes connaissent ces lois et devraient les appeler des lois », a-t-il déclaré. Turchin a proposé, par exemple, que les populations d’organismes augmentent ou diminuent de manière exponentielle, et non linéaire. C’est pourquoi si vous achetez deux cochons d’Inde, vous aurez bientôt non seulement quelques cochons d’Inde de plus, mais aussi une maison – et ensuite un quartier – remplie de ces fichues choses (tant que vous continuez à les nourrir). Cette loi est assez simple pour être comprise par un lycéen en mathématiques et elle décrit la fortune de tout, des tiques aux étourneaux en passant par les chameaux. Les lois que Turchin appliquait à l’écologie – et son insistance à les appeler des lois – ont généré une controverse respectueuse à l’époque. Aujourd’hui, elles sont citées dans les manuels scolaires.

Ayant quitté l’écologie, Turchin a entrepris des recherches similaires qui ont tenté de formuler des lois générales pour une espèce animale différente : les êtres humains. Il s’intéressait depuis longtemps à l’histoire. Mais il avait aussi l’instinct de prédateur qui lui permettait de scruter la savane des connaissances humaines et de se jeter sur les proies les plus faibles. « Toutes les sciences passent par cette transition vers la mathématisation », m’a dit Turchin. « Quand j’ai eu ma crise de la quarantaine, je cherchais un sujet où je pourrais aider à cette transition vers une science mathématisée. Il n’en restait qu’une, et c’était l’histoire ».

Les historiens lisent des livres, des lettres et d’autres textes. De temps en temps, s’ils ont un penchant pour l’archéologie, ils déterrent des tessons de poterie et des pièces de monnaie. Mais pour Turchin, se fier uniquement à ces méthodes équivalait à étudier les insectes en les épinglant à des panneaux de particules et en comptant leurs antennes. Si les historiens n’allaient pas eux-mêmes inaugurer une révolution mathématique, il prendrait d’assaut leurs services et le ferait à leur place.

« Il y a un débat de longue date entre les scientifiques et les philosophes sur la question de savoir si l’histoire a des lois générales », écrit-il dans Secular Cycles (2009) avec un co-auteur. « Un postulat de base de notre étude est que les sociétés historiques peuvent être étudiées avec les mêmes méthodes que celles utilisées par les physiciens et les biologistes pour étudier les systèmes naturels ». Turchin a fondé une revue, Cliodynamics, consacrée à « la recherche de principes généraux expliquant le fonctionnement et la dynamique des sociétés historiques ». Il avait déjà annoncé l’arrivée de cette discipline dans un article paru dans Nature, où il comparait les historiens réticents à l’élaboration de principes généraux à ses collègues biologistes « qui se soucient le plus de la vie privée des fauvettes ». « Que l’histoire continue à se concentrer sur le particulier », écrivait-il. La cliodynamique serait une nouvelle science. Pendant que les historiens dépoussiéreraient des pots de fleurs dans le sous-sol de l’université, Turchin et ses disciples seraient à l’étage, répondant aux grandes questions.

Pour amorcer les recherches de la revue, Turchin a conçu des archives numériques de données historiques et archéologiques. Le codage de ses archives exige de la finesse, m’a-t-il dit, car (par exemple) la méthode de détermination de la taille de la classe d’élite aspirante de la France médiévale pourrait différer de la mesure de cette même classe dans les États-Unis d’aujourd’hui. (Pour la France médiévale, une procuration est l’appartenance à sa classe noble, qui est devenue surchargée de seconds et de troisièmes fils qui n’avaient pas de châteaux ou de manoirs à gouverner. Un proxy américain, selon Turchin, est le nombre d’avocats). Mais une fois les données saisies, après avoir été vérifiées par Turchin et des spécialistes de la période historique considérée, elles offrent des suggestions rapides et puissantes sur les phénomènes historiques.

Les historiens de la religion ont longtemps réfléchi à la relation entre la montée d’une civilisation complexe et la croyance en des dieux, en particulier des « dieux moralisateurs », ceux qui vous réprimandent pour vos péchés. L’année dernière, M. Turchin et une douzaine de co-auteurs ont exploité la base de données (« des dossiers de 414 sociétés couvrant les 10.000 dernières années dans 30 régions du monde, en utilisant 51 mesures de la complexité sociale et 4 mesures de l’application surnaturelle de la moralité ») pour répondre de manière concluante à la question. Ils ont constaté que les sociétés complexes sont plus susceptibles d’avoir des dieux moralisateurs, mais que les dieux ont tendance à commencer leurs réprimandes après que les sociétés deviennent complexes, pas avant. À mesure que la base de données s’élargira, elle tentera de retirer davantage de questions du domaine de la spéculation humaniste et de les ranger dans un tiroir marqué « Réponses ».

Lisez la deuxième partie de l’article

yogaesoteric

8 février 2021

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More