Le Forum économique mondial encourage la population à manger des mauvaises herbes et à boire des eaux usées

 

Le Forum économique mondial a publié deux articles sur son site web qui explorent comment les gens pourraient être conditionnés pour s’habituer à l’idée de manger des mauvaises herbes, des insectes et de boire des eaux usées afin de réduire les émissions de CO2.

Oui, vraiment.

« Trouver de nouveaux aliments à base de plantes devient de plus en plus urgent, car la population mondiale devrait augmenter de deux milliards au cours des 30 prochaines années », affirme un article de Douglas Broom publié sur le site officiel du Forum Economique Mondial (FEM).

« Alors que l’élevage d’animaux pour la viande génère 14,5 % du total des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, les mauvaises herbes capturent le carbone de l’atmosphère et peuvent donc contribuer à contrôler le changement climatique ».

Selon M. Broom, « les mauvaises herbes peuvent être nutritives et savoureuses » et sont faciles à cultiver.

L’article n’explique pas pourquoi les mauvaises herbes telles que les feuilles de pissenlit, étant donné leur omniprésence, n’ont pas encore été intégrées dans les régimes alimentaires occidentaux.

« La prochaine fois qu’un mendiant s’approche de votre voiture à un feu rouge, montrez-lui les mauvaises herbes savoureuses et nutritives qui poussent dans les fissures du trottoir et dites-lui ‘Bon appétit !’ », a écrit Dave Blount.

Un autre article , également publié sur le site web du FEM, examine comment les gens peuvent être conditionnés à prendre plaisir à consommer des « aliments » qui, à première vue, semblent dégoûtants.

« Les réponses impliquant des idées culturellement conditionnées sur ce qui est “naturel” peuvent être modifiées au fil du temps », indique l’article, avant de demander pourquoi il y a une répulsion contre les « aliments à base d’insectes » et les « boissons avec des ingrédients récupérés dans les eaux usées ».

L’auteur conclut que la « désensibilisation (expositions répétées) » peut être efficace pour « réduire le dégoût (par rapport à la peur) » au sein de la « population générale ».

Peut-être le WEF sera-t-il satisfait lorsque nous serons tous contraints de manger de l’écorce et des racines d’arbres, des sources de nourriture que les paysans affamés de l’Ukraine stalinienne ont été réduits à consommer pendant le Holodomor.

Et c’est bien là le problème.

Le « Grand Reset » consiste à réduire considérablement le niveau de vie de la plèbe, ce qui l’obligera à mettre des insectes, des mauvaises herbes et des eaux usées au menu, tandis que les élites de Davos continueront à se régaler de la meilleure cuisine dans leurs tours d’ivoire.

 

yogaesoteric
20 février 2021


 

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More