Le gouvernement Italien Anti-Vaccins se débarrasse de tout le conseil d’experts sur la santé

Le gouvernement italien, sceptique à l’égard des vaccins, a limogé tous les membres du conseil consultatif de santé du pays, faisant craindre que l’administration populiste n’écarte la science acceptée et n’inflige des maux durables à la santé publique.

 

La ministre de la Santé Giulia Grillo a limogé les 30 membres du Conseil supérieur de la santé le mois d’avril, arguant qu’il est temps de «faire de la place à la nouveauté », a rapporté The Guardian.

Le Conseil est l’organe d’experts technico-scientifiques le plus important du pays, qui conseille le gouvernement en matière de politique de santé.

Grillo est membre du Mouvement 5 étoiles (MS5) – le principal parti de la coalition au pouvoir en Italie, qui a déjà soutenu des traitements non éprouvés contre le cancer et promis d’annuler les lois obligeant les enfants à se faire vacciner.

Expliquant sa décision, Grillo a écrit sur Facebook : « Nous sommes le #gouvernement du changement et, comme je l’ai déjà fait avec les nominations des divers organes et comités du ministère, j’ai choisi d’ouvrir la porte à d’autres personnalités méritantes ».

Parmi ceux qui ont été démis de leurs fonctions figure l’ancienne présidente du conseil, Roberta Siliquini, qui est également directrice de l’école d’hygiène et de médecine préventive de l’Université de Turin.

Siliquini a dit au Guardian : « Nous sommes inquiets de découvrir pourquoi ils ont décidé de renvoyer des gens qui ont été sélectionnés en raison de leur expérience et de leurs compétences au plus haut niveau. » On s’inquiétait aussi de savoir qui constituerait le conseil, surtout si les nominations sont motivées par des raisons politiques.

Le mandat des membres du conseil d’administration est habituellement de trois ans, et il est inhabituel qu’ils soient raccourcis, surtout avec si peu d’explications. Grillo a écrit que certains membres « pourraient être nommés de nouveau », mais « pas les dirigeants… qui doivent avoir la confiance du ministre responsable et être en pleine harmonie avec lui ».

Siliquini a dit qu’elle n’avait jamais rencontré Grillo depuis que la nouvelle ministre avait été nommée. « Nous sommes l’organisation qui les aide, d’un point de vue scientifique et technique, à prendre des décisions politiques », a expliqué Mme Siliquini. « Mais elle ne nous a jamais rien demandé pendant ces six mois, ce qui était probablement un signal fort. »

Le MS5 est arrivé au pouvoir plus tôt cette année avec un sentiment anti-establishment, s’alliant au parti d’extrême droite de la Lega pour diriger une coalition populiste peu probable. La politique du parti en matière de soins de santé a suscité des inquiétudes en rejetant des pans entiers de la science et en adoptant plutôt des théories du complot et de médecine frauduleuse.

La MS5 a déjà apporté son soutien à une thérapie à base de cellules souches controversée – connue sous le nom de Stamina – promue par le psychologue Davide Vannoni, qui a prétendu pouvoir faire des miracles et guérir des maladies dont le cancer. Les experts prétendent avoir prouvé que la thérapie est une arnaque.

L’actuel Premier ministre Giuseppe Conte a également des liens avec l’arnaque, après avoir représenté une famille d’une jeune fille atteinte d’une maladie dégénérative en 2013, appelant le gouvernement à lui permettre l’accès au traitement Stamina.

MS5, une force grandissante s’est alors emparée du débat pour accuser l’establishment de refuser d’administrer de nouveaux traitements médicaux aux citoyens ordinaires, bien qu’il n’y ait aucune preuve que la méthode ait même fonctionné.

Le scepticisme du parti à l’égard des vaccins a également fait l’objet d’une bonne publicité. Au cours de la campagne électorale de cette année, MS5 a promis de réformer une loi qui rendait 10 vaccins obligatoires et qui exigeait un certificat médical pour confirmer les injections. En juin, M. Grillo a déclaré que les parents pouvaient « autocertifier » que leurs enfants avaient été vaccinés et renoncer à l’exigence d’une confirmation médicale.

Cela a provoqué le chaos au début de la nouvelle année scolaire, en septembre 2017, lorsque des milliers d’enfants dont le système immunitaire était affaibli ont été contraints de rester à la maison par crainte que leurs camarades de classe n’aient pas été vaccinés contre des maladies potentiellement mortelles.

Mais une nouvelle épidémie de rougeole a forcé le gouvernement à faire demi-tour. Les autorités ont déclaré que l’obligation de vaccination restera en vigueur et ont demandé que 800.000 nourrissons, enfants et jeunes adultes soient vaccinés contre le virus, a noté The Telegraph.
 
 

yogaesoteric

22 décembre 2018

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More