Les armes biologiques du Pentagone (1)

 

Dilyana Gaytandzhieva est une journaliste d’investigation bulgare et correspondante au Moyen-Orient. Au cours des dernières années, elle a publié une série de reportages sur la contrebande d’armes. Au cours de l’année 2018, elle a subi des pressions de l’Agence de sécurité nationale bulgare et a été licenciée du journal bulgare Trud Daily sans explication. Malgré cela, Dilyana poursuit son enquête. Son reportage donne un aperçu de la vigueur du Pentagone dans le développement des armes biologiques.

L’armée américaine produit régulièrement des virus, bactéries et toxines mortels en violation directe de la Convention des Nations Unies sur l’interdiction des armes biologiques. Des centaines de milliers de personnes inconscientes sont systématiquement exposées à des pathogènes dangereux et à d’autres maladies incurables.

Des scientifiques spécialistes de la guerre biologique utilisent la couverture diplomatique pour tester des virus créés par l’homme au sein des laboratoires biologiques du Pentagone dans 25 pays à travers le monde. Ces bio-laboratoires américains sont financés par la « Defense Threat Reduction Agency » (DTRA) dans le cadre d’un programme militaire de 2,1 milliards de dollars – le « Cooperative Biological Engagement Program » (CBEP), et sont situés dans des pays de l’ex-Union soviétique comme la Géorgie et l’Ukraine, le Moyen-Orient, l’Asie du Sud-est et l’Afrique.

Le Centre Lugar, République de Géorgie

La Géorgie est un terrain d’essai pour les armes biologiques.

Le « Lugar Center » est le laboratoire biologique du Pentagone en Géorgie. Il est situé à seulement 17 km de la base aérienne militaire américaine Vaziani dans la capitale Tbilissi. Des biologistes de l’« US Army MedicalResearch Unit-Georgia » (USAMRU-G) ainsi que des entrepreneurs privés sont chargés du programme militaire. Le laboratoire de niveau de biosécurité 3 n’est accessible qu’aux citoyens américains ayant une habilitation de sécurité. Ils jouissent de l’immunité diplomatique en vertu de l’accord de coopération en matière de défense conclu en 2002 entre les États-Unis et la Géorgie.

L’accord USA-Géorgie accorde un statut diplomatique au personnel militaire et civil américain (y compris les véhicules diplomatiques) travaillant sur le programme du Pentagone en Géorgie. Les informations obtenues du registre fédéral américain des contrats clarifient certaines des activités militaires du « Lugar Center » – parmi lesquelles la recherche sur les bio-agents (anthrax, tularémie) et les maladies virales (par exemple la fièvre hémorragique de Crimée-Congo), et la collecte d’échantillons biologiques pour des expériences futures.

Les entrepreneurs du Pentagone produisent des agents biologiques sous couverture diplomatique.

La « Defense Threat Reduction Agency » (DTRA) a confié une grande partie du travail dans le cadre du programme militaire à des entreprises privées, qui ne sont pas tenues de rendre des comptes au Congrès et qui peuvent fonctionner plus librement et contourner la primauté du droit. Le personnel civil américain travaillant au « Lugar Center » jouit également de l’immunité diplomatique, bien qu’il ne s’agisse pas de diplomates. Ainsi, les entreprises privées peuvent travailler, sous couverture diplomatique, pour le gouvernement américain sans être sous le contrôle direct de l’État hôte, en l’occurrence la République de Géorgie. Cette pratique est souvent utilisée par la CIA pour couvrir ses agents.

Trois sociétés privées américaines travaillent au laboratoire biologique américain à Tbilissi – « CH2M Hill », « Battelle » et « Metabiota ». En plus du Pentagone, ces entrepreneurs privés effectuent des recherches biologiques pour l’ICA et divers autres organismes gouvernementaux.

« CH2M Hill » a obtenu 341,5 millions de dollars de la DTRA dans le cadre du programme du Pentagone pour les bio-laboratoires en Géorgie, en Ouganda, en Tanzanie, en Irak, en Afghanistan et en Asie du Sud-Est. La moitié de cette somme (161,1 millions de dollars) est allouée au « Lugar Center », dans le cadre du contrat géorgien. Selon « CH2M Hill », la société américaine a obtenu des agents biologiques et a employé d’anciens scientifiques spécialistes de la guerre biologique au « Lugar Center ». Ce sont des scientifiques qui travaillent pour une autre société américaine impliquée dans le programme militaire en Géorgie.

« Battelle » en tant que sous-traitant de 59 millions de dollars au « Lugar Center » a une vaste expérience dans la recherche sur les bio-agents, car la société a déjà travaillé sur le programme américain d’armes biologiques dans le cadre de 11 précédents contrats avec l’armée américaine (1952-1966).

Source : US Army Activities in the US, Biological Warfare Programs, vol. II, 1977, p. 82

La société privée effectue des travaux pour les laboratoires biologiques DTRA du Pentagone en Afghanistan, en Arménie, en Géorgie, en Ouganda, en Tanzanie, en Irak, en Afghanistan et au Vietnam. « Battelle » effectue de la recherche, du développement, des essais et de l’évaluation en utilisant des produits chimiques hautement toxiques et des agents biologiques hautement pathogènes pour un large éventail d’organismes gouvernementaux américains. Il s’est vu attribuer quelque 2 milliards de dollars de contrats fédéraux au total et se classe 23e parmi les 100 premiers contrats du gouvernement américain.

Le projet CIA-Battelle : « Clear Vision »

Le Projet Clear Vision (1997 et 2000), une enquête conjointe de la CIA et du « Battelle Memorial Institute », dans le cadre d’un contrat accordé par l’Agence, a reconstruit et testé une bombe à anthrax de l’époque soviétique afin d’en tester les caractéristiques de dissémination. L’objectif déclaré du projet était d’évaluer les caractéristiques de dissémination des bio-agents des bombes. L’opération clandestine CIA-« Battelle » a été omise dans les déclarations de la Convention américaine sur les armes biologiques soumises à l’ONU.

Les spores d’anthrax sous le microscope

Expériences top secrètes

« Battelle » a exploité un bio-laboratoire Top Secret (« National Biodefense Analysis and CountermeasuresCenter » – NBACC) à Fort Detrick, Maryland dans le cadre d’un contrat du ministère américain de la Sécurité intérieure (DHS) au cours de la dernière décennie. La société s’est vu attribuer un contrat fédéral de 344,4 millions de dollars (2006 – 2016) et un autre contrat de 17,3 millions de dollars (2015 -2026) par le DHS

Parmi les expériences secrètes, réalisées par « Battelle » au NBACC, on trouve : évaluation de la technologie de dissémination des poudres ; évaluation du danger posé par les toxines aérosolisées et évaluation de la virulence de B. Pseudomallei (Meliodosis) en fonction des particules d’aérosol chez les primates non humains.

La mélioïdose a le potentiel d’être développée en tant qu’arme biologique, c’est pourquoi elle est classée dans la catégorie B, Agent de bioterrorisme.

Outre les expériences militaires menées au « Lugar Center » en Géorgie, « Battelle » a déjà produit des agents de bioterrorisme au niveau de biosécurité 4 du NBACC « Top Secret Laboratory » de Fort Detrick aux États-Unis. Une présentation du NBACC énumère 16 priorités de recherche pour le laboratoire. Il s’agit notamment de caractériser les pathogènes classiques, émergents et génétiquement modifiés pour leur potentiel de BTA (agent de menace biologique) ; d’évaluer la nature de l’induction non traditionnelle, nouvelle et non endémique d’une maladie à partir d’une BTA potentielle et d’accroître la capacité de tester des aérosols sur les primates non-humains.

Les bio labs du Pentagone à l’épicentre de la crise d’Ebola

La société américaine « Metabiota Inc. » a obtenu des contrats fédéraux à hauteur de 18,4 millions de dollars dans le cadre du programme DTRA du Pentagone en Géorgie et en Ukraine pour des services de consultation scientifique et technique. Les services de « Metabiota » comprennent la recherche mondiale sur les menaces biologiques sur le terrain, la découverte de pathogènes, l’intervention en cas d’éclosion et les essais cliniques.

« Metabiota Inc. » avait été engagé par le Pentagone pour effectuer des travaux pour DTRA avant et pendant la crise d’Ebola en Afrique de l’Ouest et a reçu 3,1 millions de dollars (2012-2015) pour des travaux en Sierra Leone – l’un des pays de l’épicentre de l’épidémie d’Ebola.

« Metabiota » a travaillé sur un projet du Pentagone à l’épicentre de la crise d’Ebola, où se trouvent trois biolabs américains.

« Metabiota » a travaillé sur un projet du Pentagone à l’épicentre de la crise d’Ebola, où se trouvent trois biolabs américains

Un rapport en date du 17 juillet 2014, rédigé par le « Viral Hemorrhagic Fever Consortium », accusait « MetabiotaInc. » de ne pas respecter une entente existante sur la façon de communiquer les résultats des tests et de contourner les scientifiques sierra-léonais qui y travaillent. Le rapport soulève également la possibilité que« Metabiota » cultive des cellules sanguines au laboratoire, ce qui, selon le rapport, est dangereux, ainsi que le diagnostic erroné de patients en bonne santé. Toutes ces allégations ont été démenties par « Metabiota ».

Expériences militaires sur les insectes piqueurs

La guerre entomologique est un type de guerre biologique qui utilise des insectes pour transmettre des maladies. Le Pentagone aurait effectué de tels tests entomologiques en Géorgie et en Russie.

Mouches piqueuses en Géorgie

En 2014, le « Lugar Center » a été équipé d’une installation pour les insectes et a lancé le projet « Sensibilisation au codage à barres des mouches des sables en Géorgie et dans le Caucase ». Le projet couvrait une zone géographique plus vaste à l’extérieur de la Géorgie – le Caucase. En 2014-2015, des espèces de mouches phlébotomines ont été collectées dans le cadre d’un autre projet « Surveillance Work on Acute Febrile Illness » et toutes les mouches des sables (femelles) ont été testées pour déterminer leur taux d’infectiosité. Un troisième projet, incluant également la collecte des mouches des sables, a étudié les caractéristiques de leurs glandes salivaires.

En conséquence, Tbilissi est infesté de mouches piqueuses depuis 2015. Ces insectes vivent à l’intérieur, dans les salles de bains, toute l’année, ce qui n’était pas le comportement typique de ces espèces en Géorgie auparavant (normalement la saison des mouches des phlébotomes en Géorgie est exceptionnellement courte – de juin à septembre). La population locale se plaint d’avoir été mordue par ces mouches nouvellement apparues alors qu’elles étaient nues dans leurs salles de bains. Elles ont également une forte résistance au froid et peuvent survivre même à des températures inférieures à zéro dans les montagnes.

Piqûres de mouches au Daghestan, Russie

Depuis le début du projet du Pentagone en 2014, des mouches similaires à celles de Géorgie sont apparues au Daghestan voisin (Russie). Selon la population locale, Elles piquent et provoquent des éruptions cutanées. Leurs habitats de reproduction sont des drains domestiques.

Les mouches piqueuses

Les mouches de la famille des phlébotomines portent dans leur salive des parasites dangereux qu’elles transmettent par une morsure à l’homme. La maladie, que ces mouches portent est d’un grand intérêt pour le Pentagone. En 2003, lors de l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis, les soldats américains ont été sévèrement piqués par des mouches des sables et ont contracté la leishmoniose. La maladie est originaire d’Irak et d’Afghanistan et si elle n’est pas traitée, la forme aiguë de la leishmoniose peut être fatale. Un rapport de l’armée américaine de 1967 « Arthropodes d’importance médicale en Asie et en URSS européenne » énumère tous les insectes locaux, leur répartition et les maladies qu’ils véhiculent. Les mouches piqueuses, qui vivent dans les drains, sont également répertoriées dans le document. Leurs habitats naturels, cependant, sont les Philippines, et non la Géorgie ou la Russie.

Opération Whitecoat : Des mouches infectées testées pour piquer les humains

En 1970 et 1972, des tests de fièvre de la mouche des sables ont été effectués sur des humains selon un rapport déclassifié de l’armée américaine US Army Activities in the US, Biological Warfare Programs, 1977, vol. II, p. 203. Au cours de l’opération, les bénévoles de « Whitecoat » ont été exposés à des piqûres de mouches des sables infectées.

L’« Opération Whitecoat » était un programme de recherche médicale en biodéfense mené par l’armée américaine à « Fort Detrick » (Maryland) entre 1954 et 1973. Malgré l’arrêt officiel du programme américain de fabrication d’armes biologiques, l’USAMRIID a effectué une expérience en 1982 pour vérifier si les mouches des sables et les moustiques pouvaient être des vecteurs du virus de la vallée du Rift, de la dengue, du Chikungunya et de l’encéphalite équine orientale – virus que l’armée américaine a étudié afin de déterminer leur potentiel en tant qu’armes biologiques.

Insectes tueurs

Le Pentagone a une longue histoire dans l’utilisation des insectes comme vecteurs de maladies. Selon un rapport partiellement déclassifié de 1981 de l’armée américaine, les scientifiques américains spécialistes de la guerre biologique ont mené un certain nombre d’expériences sur les insectes. Ces opérations faisaient partie de la guerre entomologique des États-Unis dans le cadre du Programme des armes biologiques des États-Unis.

Le Pentagone : Comment tuer 625.000 personnes pour seulement 0,29 $ par décès

Un rapport de l’armée américaine en 1981 a comparé deux scénarios – 16 attaques simultanées sur une ville par des moustiques A. Aegypti, infectés par la fièvre jaune, et l’attaque par aérosol Tularemia, et évalue leur efficacité en termes de coût et de pertes.

Certaines parties du rapport de l’armée américaine de 1981, comme la « Production de masse d’Aedes Aegypti » n’ont pas été déclassifiées, ce qui pourrait signifier que le projet est toujours en cours. L’Aedes Aegypti, également connu sous le nom de moustique de la fièvre jaune, a été largement utilisé dans les opérations militaires américaines. Les mêmes espèces de moustiques seraient les vecteurs de la dengue, du chikungunya et du virus Zika, qui provoque des malformations génétiques chez les nouveau-nés.


Lisez la deuxième partie de cet article

 

yogaesoteric
20 mars 2019

 

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More