Bloomberg : « Le nouvel ordre mondial américain est officiellement mort » (2)

 

Lisez la première partie de cet article 


Unipolaire vs Multipolaire

Le monde multipolaire de la Russie et de la Chine est un monde dans lequel la souveraineté nationale a la primauté. Les tentatives de résistance des Etats-Unis pour s’imposer à la Russie et à la Chine et aux nations dans leurs périphéries ont défini ce que Brands dans son éditorial de Bloomberg qualifiait comme la tentative américaine de l’après-guerre froide d’« intégrer » le monde – pas une sorte de lutte idéologique entre libéralisme et autoritarisme.

Brands dans son éditorial Bloomberg affirme que : « …la Chine et la Russie se dirigeaient inexorablement vers un libéralisme économique et politique à l’occidentale. La réforme russe s’est arrêtée à la fin des années 1990, dans un contexte de crise économique et de chaos politique. Au cours des 15 années suivantes, Vladimir Poutine a progressivement rétabli un modèle de gouvernance d’autoritarisme politique de moins en moins déguisé et de connivence de plus en plus étroite entre l’État et les principaux intérêts commerciaux. »

Et à propos de la Chine, Brands affirme : « La Chine, pour sa part, a été heureuse de récolter les bénéfices de son intégration dans l’économie mondiale, alors même qu’elle cherche de plus en plus à dominer sa périphérie maritime, à contraindre et intimider ses voisins du Vietnam au Japon, et à affaiblir les alliances américaines dans la région Asie-Pacifique. »

Brands se sert du modèle économique et politique occidental comme d’un euphémisme pour désigner la domination des institutions occidentales et des intérêts financiers des entreprises qui les contrôlent. Il admet toutefois indirectement que les politiques de la Russie et de la Chine reflètent une réponse à l’expansion de l’OTAN vers les frontières de la Russie et la présence militaire américaine dans la région Asie-Pacifique – à des milliers de kilomètres des côtes américaines.

Il prétend : « Le problème c’est que la Russie et la Chine n’ont jamais voulu adhérer pleinement à l’ordre libéral dirigé par les États-Unis, qui mettait l’accent sur des idées libérales qui semblaient menaçantes pour les régimes dictatoriaux, sans parler de l’expansion de l’OTAN dans l’ancienne sphère d’influence de Moscou et de la persistance des alliances et des forces militaires américaines tout au long de la périphérie de l’Asie de l’Est de la Chine. Ainsi, à mesure que Pékin et Moscou obtenaient, ou regagnaient, le pouvoir de contester cet ordre, ils le faisaient de plus en plus. »

Il faut cependant se demander quelles sortes d’« idées libérales » sont en fait exprimées par l’expansion agressive de l’OTAN vers l’Est ou par l’occupation militaire américaine de l’Asie-Pacifique. Ce sont des aveux indirects comme celui-ci qui révèlent ce que Brands et d’autres entendent par « libéralisme à l’occidentale ».

Brands affirme que la Russie a « cherché à réviser le règlement de l’après-guerre froide en Europe par la force et l’intimidation » en citant comme exemples les tensions de Moscou avec la Géorgie et l’Ukraine. Cependant, c’est la violation de ce règlement par l’OTAN et les incursions qu’elle a faites dans les deux pays par la coercition et la subversion politique, qui ont incité Moscou à réagir en premier lieu.

Brands révèle par inadvertance que l’« intégration mondiale » menée par les Etats-Unis n’était guère plus qu’une hégémonie américaine, poursuivie par des politiques transparentes, hypocrites et asymétriques qui n’auraient jamais pu susciter la résistance non seulement de grands acteurs comme la Russie et la Chine, mais aussi de tous les autres pays entre eux – y compris les alliés de Washington.

Brands reconnaît dans la conclusion de son éditorial : « …les États-Unis doivent devenir à la fois plus sévères et moins ambitieux dans leur approche des relations entre grandes puissances. Moins ambitieux dans le sens où il doit mettre de côté l’idée que l’ordre libéral deviendra vraiment mondial et englobera bientôt toutes les grandes puissances. Et plus sévère dans le sens où il faut comprendre que des efforts plus intenses seront nécessaires pour défendre l’ordre existant contre les défis que représentent les pouvoirs révisionnistes. »

Par « révisionnistes », Brands fait référence à des nations qui refusent de se subordonner à « l’intégration globale menée par les Etats-Unis ». Il est intéressant de noter que si les Etats-Unis semblent considérer le refus de la Russie et de la Chine de se subordonner à un ordre international dirigé par les Etats-Unis, les Etats-Unis eux-mêmes refusent de participer à une alternative multipolaire, même sur un pied d’égalité.

Brands conclut en prescrivant une série d’actions américaines pour aider à s’accrocher à ce qui reste de son hégémonie mondiale, en revendiquant : « Pour ce faire, il faudra prendre des mesures difficiles mais nécessaires, telles que les investissements militaires nécessaires pour renforcer la puissance et la force de dissuasion des États-Unis en Europe de l’Est et dans le Pacifique occidental, et développer les capacités nécessaires pour s’opposer à la coercition chinoise et à la subversion politique russe de leurs voisins. Il faudra rallier les anciens et les nouveaux partenaires contre la menace de l’expansionnisme russe et chinois. Avant tout, cela signifiera accepter que les relations de grande puissance entrent dans une période de plus grand danger et de tension, et que la volonté d’accepter des coûts et des risques plus élevés sera le prix à payer pour relever le défi révisionniste et préserver les intérêts américains. »

Ce que Brands qualifie d’« expansionnisme russe et chinois » est en réalité simplement le fait que la Russie et la Chine réclament des territoires et des sphères d’influence qu’elles possédaient avant la période de l’après-guerre froide ou avant le colonialisme occidental. Cela comprend les territoires et les sphères d’influence dans lesquels les populations parlent russe ou chinois, se trouvant à proximité géographique de la Russie et des frontières de la Chine, et ayant existé à un moment donné à l’intérieur de leurs frontières.

Ainsi, la prescription de Brands ne vise que l’auto-préservation de l’expansionnisme de Washington et de Wall Street – un expansionnisme qui ne peut être justifié de façon rationnelle ni par la proximité géographique, ni par des revendications historiques ou culturelles. L’idée que les États-Unis investissent dans la défense de Taïwan – par exemple, à des milliers de kilomètres des côtes américaines, parlant le mandarin et peuplées de Chinois d’origine ethnique – est un autre exemple transparent de l’exceptionnalisme et de l’hypocrisie américaine.

« La raison du plus fort est toujours la meilleure » ne s’applique plus quand Washington n’est plus le plus puissant

Alors que Brands se cache derrière des phrases comme « libéralisme occidental », lui et d’autres dans les couloirs des groupes de réflexion sur les politiques financées par les entreprises et les bailleurs de fonds décrivent en fait un ordre mondial construit sur le principe que « la force fait le bien ». C’est ce qui permet aux Etats-Unis d’empiéter sur les frontières de la Russie, mais empêche la Russie de se défendre et de défendre ses alliés. C’est ce qui fait que les flottes américaines qui naviguent dans les eaux de la mer de Chine méridionale ont « raison » et que la Chine qui renforce sa présence militaire le long de ses propres côtes a « tort ».

Mais à mesure que la technologie et l’économie changent l’équilibre du pouvoir, permettant non seulement à la Russie et à la Chine de sortir de l’ombre de décennies de primauté mondiale américaine – mais aussi à d’autres nations du monde en développement – Washington découvre qu’elle n’est plus la « plus puissante ». La prescription de Brands et d’autres d’investir plus dans l’armée et de continuer à contraindre les pays quand et où Washington le peut, n’est en réalité qu’une prescription pour aller donner des coups de pied et crier à l’échec de son « intégration globale ».

Un leadership sain, fondé sur la raison, investirait plutôt dans la préparation des États-Unis à jouer un rôle constructif dans l’établissement d’un équilibre durable des pouvoirs et à permettre aux nations de se suffire à elles-mêmes sur le plan économique et militaire pour empêcher la tentation de toute nation, y compris des États-Unis, de la Russie et de la Chine, d’établir des politiques coercitives, manipulatrices, subversives et destructrices qui ont défini le « mouvement de l’après-guerre froide vers une intégration mondiale dirigée par les États-Unis ».

Hal Brands travaille pour le CSBA, un groupe de réflexion sur les politiques financé par des entreprises et financé par des bailleurs de fonds, avec un accent particulier sur l’industrie de la défense. Un professeur instruit et informé comme Brands pourrait-il promouvoir une politique qui offrira des avantages monétaires à ses commanditaires au détriment de la paix et de la prospérité américaines à l’avenir ? Ou y a-t-il une autre raison de promouvoir l’hégémonie mondiale sous le couvert du « libéralisme occidental »?

En termes de lois et de normes internationales, les États-Unis peuvent donner un exemple qui lui sera bénéfique à long terme – en réduisant leur présence militaire à l’étranger et en éliminant leurs interventions et ingérences étrangères en dissolvant des organisations comme le NED et en réformant l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID) pour ne mener que des opérations de secours en cas de catastrophe. Ainsi, lorsque les Etats-Unis cherchent à critiquer « l’expansionnisme russe et chinois », ils peuvent le faire avec légitimité au lieu d’user d’une hypocrisie sans précédent aujourd’hui sur la scène mondiale.

 

yogaesoteric
31 octobre 2018

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More