Google a caché un micro dans certains produits Nest pendant deux ans

Les appareils de la gamme Nest Guard n’étaient pas censés contenir de microphone, mais Google a révélé lors d’une mise à jour que le capteur était en fait bien présent et activable par la voix.

 

Petit et discret. Un micro était intégré depuis deux ans dans les appareils Nest Guard, une gamme d’alarmes domestiques commercialisée aux États-Unis et appartenant à Google. C’est l’entreprise elle-même qui a révélé la présence du capteur lors d’une alerte de mise à jour des appareils, le 4 février dernier. La marque a en effet annoncé que le système de commande vocale de Google Assistant était désormais compatible avec les appareils de la gamme d’objets connectés. Une surprise, pour de nombreux utilisateurs, car les spécifications techniques ne faisaient pas état de cette capacité.

Certains utilisateurs se sont donc émus d’avoir fait entrer dans leur maison un microphone de Google sans même en être informés – ceux-ci pensait en effet intégrer un simple système d’alarme connecté. La marque a tenu à les rassurer, expliquant que le microphone n’était pas activé par défaut et ne conservait que les commandes vocales activées par le sésame « OK Google » ou « Hey Google ».

Le géant avait déjà suscité la polémique en octobre dernier au sujet des écoutes non désirées du Google Home mini. À quelques jours de sa sortie officielle, l’appareil avait été prêté à plusieurs journalistes pour une phase de test. L’un d’entre eux s’était rendu compte que le Google Mini était en fait à son écoute 24 heures sur 24 en raison d’un bug activant d’office l’assistant. Google avait blâmé un bug de l’appareil.

En décembre dernier, la Commission Nationale Informatique et Libertés avait tenu à alerter les consommateurs français au sujet des risques que pouvaient comporter les systèmes d’enceintes intelligentes et autres assistants vocaux. « Chaque utilisateur doit ainsi intégrer que même si “ la parole s’envole ”, ses requêtes vocales sont enregistrées dans le cloud, de la même manière qu’elles le seraient s’il les tapait au clavier dans certains moteurs de recherche », prévenait le régulateur. Il recommandait également d’éviter de relier ses serrures, volets ou alarmes connectés à un assistant vocal, notamment en raison des risques de piratage.
 
 
 

yogaesoteric

12 mai 2019

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More