La maladie d’Alzheimer trouverait son origine dans l’état de vos gencives

 

Il est incroyable que quelque chose d’aussi discret, quoiqu’ennuyeux, comme une maladie des gencives (parodontite/ gingivite) puisse être responsable d’une maladie aussi incapacitante que celle d’Alzheimer qui obstrue littéralement votre cerveau. Toutefois, les données provenant de multiples groupes de recherche convergent vers cette conclusion.

Après un certain âge, le cerveau humain commence à considérablement rétrécir, mais chose surprenante, peu de neurones meurent dans ce processus. Cependant, dans un cerveau atteint par la maladie d’Alzheimer, de nombreux neurones cessent de fonctionner, perdent leurs connexions avec d’autres neurones et finissent par mourir.

Au début, les dommages se limitent au cortex entorhinal et à l’hippocampe, deux zones associées à la mémoire, à l’orientation et à la perception du temps. Ce type de dégénérescence entraîne donc une perte de mémoire et une désorientation associées à la maladie, bien qu’il faille noter que la maladie d’Alzheimer commence à endommager les cellules cérébrales bien avant que les premiers symptômes ne se manifestent.

On estime généralement que la maladie d’Alzheimer est causée par l’accumulation de protéines bêta-amyloïdes qui se regroupent pour former des plaques entre les neurones et perturbent ainsi la fonction cellulaire. Une autre caractéristique physique du cerveau atteint par cette maladie est l’accumulation de protéines tau, qui se mêlent aux neurones et bloquent leur système de transport.

Ces plaques protéiniques seraient-elles de simples sous-produits des mécanismes de défense du cerveau face au germe responsable de la maladie d’Alzheimer ? Des bactéries, responsables de maladies des gencives, comme la Porphyromonas gingivalis (abréviation Pg) ont été trouvées dans le cerveau de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. De plus, des autopsies ont montré que des plaques de protéines peuvent apparaître chez les personnes qui n’avaient pas la maladie d’Alzheimer.

La parodontite et la gingivite, qui touche un tiers de la population, ont été identifiées comme les principaux facteurs de risque. Auparavant, les chercheurs ont montré que la P. gingivalis provoque une inflammation dans les régions du cerveau fortement touchées par la maladie d’Alzheimer, engendrant des dommages neuronaux et des plaques amyloïdes chez des souris en bonne santé. Et lorsque des souris, qui avaient été génétiquement modifiées pour être atteintes de la maladie d’Alzheimer, ont été infectées par une maladie des gencives, leurs symptômes de démence se sont aggravés.

Maintenant, les chercheurs de Cortexyme, une société pharmaceutique américaine qui a beaucoup investi dans la recherche sur les maladies des gencives, ajoutent encore plus de poids à ce lien.

Selon Stephen Dominy, M.D., cofondateur de Cortexyme et auteur principal de l’étude :
« Les agents infectieux ont déjà été impliqués dans le développement et la progression de la maladie d’Alzheimer, mais les preuves de la causalité n’ont pas été convaincantes. Maintenant, pour la première fois, nous disposons de preuves solides reliant le pathogène intracellulaire, Gram négatif, Pg, et la pathogenèse d’Alzheimer, tout en démontrant le potentiel d’une classe de petites molécules thérapeutiques pour changer la trajectoire de la maladie. »

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont examiné le cerveau de 54 personnes décédées atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ils ont trouvé des toxines appelées gingipaines produites par la P. gingivalis dans 96 % des échantillons et la bactérie elle-même dans trois échantillons. Les enzymes les plus toxiques ont été trouvées chez ceux qui présentaient le déclin cognitif le plus marqué, ces échantillons présentaient également plus d’accumulations de protéines amyloïdes et tau.

L’équipe a également infecté des souris avec une parodontite et ils ont ensuite constaté que les rongeurs avaient contracté une infection cérébrale, ainsi que des tau et des amyloïdes dans les régions normalement touchées par la maladie d’Alzheimer. Lorsque les chercheurs ont exposé les souris à une substance précédemment développée par Cortexyme, qui bloque la production de toxines liées aux maladies des gencives, l’infection a été réduite et l’accumulation de plaque protéique a cessé. Certains neurones endommagés se sont même rétablis.

Les antibiotiques ont aussi bien fonctionné, mais moins efficacement. De plus, la bactérie a fini par développer une résistance, mais n’a pas résisté aux inhibiteurs de la gingipaïne.

Les auteurs de la nouvelle étude publiée (lien plus bas) proposent que la maladie d’Alzheimer se développe lorsque les gingipaines s’accumulent assez rapidement pour qu’un patient présente des symptômes. Les inhibiteurs de la gingipaïne de Cortexyme ont passé sans encombre les premiers tests d’innocuité et la société prévoit de lancer bientôt un essai clinique qui permettra d’étudier les effets du médicament sur la cognition.

Ailleurs, des chercheurs australiens travaillent sur un vaccin contre la P. gingivalis. Si ce vaccin prévient les maladies des gencives et la maladie d’Alzheimer en même temps, des millions de personnes pourraient être sauvées.
Selon le Dr David Reynolds, directeur scientifique de l’Alzheimer’s Research UK :
« Nous savons que des maladies comme celle d’Alzheimer sont complexes et elles ont plusieurs causes différentes, mais de solides preuves génétiques indiquent que des facteurs autres que les infections bactériennes sont essentiels au développement de la maladie d’Alzheimer, de sorte que ces nouvelles découvertes doivent être prises dans le contexte de cette recherche existante.

Le maintien d’une bonne santé dentaire est un élément important d’un mode de vie sain, et bien que nous ne sachions pas encore pleinement dans quelle mesure cela peut affecter notre risque de démence, la présence d’un seul type de bactéries ne sera probablement pas la seule cause de cette maladie. »

 

yogaesoteric
7 novembre 2020


 

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More