Le rôle de SHAKTI dans la création

 

« SHAKTI » signifie en sanskrit, la puissance ou de l’énergie. Dans l’hindouisme énergie appartient au domaine de la PRAKRITI ou l’aspect féminin de la Création. Populairement connu comme la Déesse Mère, SHAKTI est adoré dans ses diverses manifestations par des millions d’hindous.

Dieu est la conscience pure et indivisible. Vous pouvez même dire du point de vue de la perception qu’il est néant. Dans son état le plus pur dépourvu de qualités, il est NIRGUNA BRAHMAN, qui est (NIR + GUNA) dépourvu de toute fonction ou apparences distingués. Divisions du temps et de l’espace et les impuretés de l’ego conscience créée par les GUNAS n’existent pas en Lui. Pour des raisons inexplicables, comme il se réveille, il met en mouvement PRAKRITI, l’énergie universelle, qui était jusqu’à présent latente en lui, puis entre en elle. De cette union naît finalement toute cette réalité que nous savons que l’univers. Ceci est quelque chose comme la théorie moderne de l’origine de l’univers. Le Big bang est en fait ce qui met en mouvement l’énergie latente cachée dans l’œuf cosmique (HIRANYAGARBHA).

Toute la matière qui existe dans cet univers, qui est tangible, sensible, instable, dans les domaines du monde sensoriel et peut être transformé d’un état à un autre, est un aspect de la PRAKRITI seulement. La matière est l’énergie dans sa forme la plus grossière. (Le monde scientifique a pris des milliers d’années pour arriver à la même conclusion.). Le corps humain et l’esprit et les différents constituants qui entrent dans leur fabrication sont également des manifestations ou des aspects de la PRAKRITI seulement, mais à un niveau supérieur.

Les énergies des divinités sont encore plus élevées sur l’échelle de l’évolution que les énergies dans les êtres humains, tandis que les énergies de la Trinité se tiennent au-dessus du reste. Au plus haut niveau est la source combinée de leurs énergies distinguées. Ceci est l’énergie de la Déesse Mère, agissant en tant que SHAKTI de ISVARA. ISHVARA est le BRAHMAN, BRAHMAN dans son aspect dynamique et créatif, qui fournit le terrain pour le jeu de SHAKTI réveillé. Ce, en bref, est la structure et l’origine de SHAKTI.

Maintenant, à propos de ses méthodes de travail et la façon dont la diversité se pose dans l’univers manifesté. Selon nos croyances, la création naît de l’union du Soi pur (PURUSHA) avec de la matière ou de l’énergie (PRAKRITI). Pur Self pénètre dans la matière et éveille les différentes énergies en la matière conduisant à la formation d’un faux self appelé l’ego. Cela se produit sur une période de temps grâce à la différenciation et la combinaison des cinq MAHABHUTAS (les cinq éléments bruts), PANCHENDIRYAS (les cinq organes des sens), les KARMENDRIYAS (les cinq organes d’action), les TANMANTRAS (les cinq éléments subtils), MANAS (esprit), AHAMKARA (auto trompé) et BUDDHI (discrimination intelligence).

Voici comment les êtres individuels viennent dans le monde et évoluent progressivement vers la libération. Avant que les êtres individuels sont créés de cette façon, le même processus se déroule aux niveaux macro, ce qui entraîne la création de mondes et de divinités supérieures. PRAKRITI développe la conscience de l’ego par ce processus pour en faire un outil important dans son arsenal. L’ego est entraîné par le jeu des trois GUNAS, à savoir SATTVA, RAJAS et TAMAS, nourris par l’activité des sens et motivés par la force des désirs. Ces choses donnent un faux sentiment d’identité, à travers la formation de l’esprit et la conscience de l’esprit du corps. PRAKRITI, la servitude et de l’illusion Ainsi, l’esprit et le corps deviennent le champ dans l’espace et le temps pour l’ego de se distinguer du reste de la création et d’agir comme si elle est le vrai soi et comme il est différent et séparé du reste de la création. Ceci est ce que nous appelons l’ignorance qui mène à la croyance illusoire que l’ego individuel est le vrai soi, où comme dans la réalité, il n’est pas. Pendant tout ce temps, le Soi réel existe à l’intérieur, ayant lui-même perdu dans sa propre réflexion dans le BUDDHI ou plus de renseignements, en faisant pratiquement rien, mais en gardant le corps, l’esprit et le faux ego vivant et respirant par sa simple présence. 

L’illusion de l’ego individuel conduit à la servitude de soi. La servitude de soi ne signifie pas que l’âme souffre. Le Soi est la conscience pure et il n’y a pas de souffrance en elle. Personne ne peut le toucher et personne ne peut le punir. Nous disons qu’il souffre parce qu’il est pris dans le cycle des naissances et des décès et ne peut pas revenir à sa source. Il est une souffrance pour l’âme de notre point de vue, non pas pour l’âme réellement. Que ce soit elle existe dans les cieux ou dans Timbaktu, pour l’âme de l’expérience est une seule et même. Il est éternel, immuable et pure conscience de félicité.

Que souffre effectivement ou croit qu’il souffre est le faux auto ou l’ego. Souffrant cependant ne l’empêche pas l’ego de se livrer à ses actions désir entraînés à moins que la souffrance devient trop insupportable pour forcer à se tourner vers le spiritualisme. Normalement, sinon, il est tellement attaché au monde qui a la possibilité, il ne se dérangerait pas de vivre pour des milliers d’années. Mais, ce n’est pas possible en raison de la logistique et des limitations physiques. Donc, à la fin de chaque vie, l’ego devient frustré à l’approche de la vieillesse et meurt contre ses propres souhaits. Il meurt malheureusement parce qu’il laisse derrière lui un grand nombre de tâches inachevées, des rêves non réalisés et les fruits de ses actions passées goûtée. Nature ne semble pas trop aimer ce qui se passe car il ne serait pas laisser l’auto échapper à ses griffes et depuis la perpétuation de l’illusion par tous les moyens est sa conception de chef.

Donc, il a élaboré un compromis par lequel chaque ego créé est autorisé à revenir à la terre par une autre renaissance et poursuivre son travail inachevé. Quand un être meurt, son ego ne serait pas dissoudre complètement. Une petite partie de celui-ci survit contenant ses tendances fondamentales, les désirs et les pulsions, qui devient attaché à l’âme comme une sorte de fichier de programme et après avoir traversé les portes de la mort, le ciel ou l’enfer comme un corps subtil renaît à nouveau. Ceci est, en substance, le cycle de la PRAKRITI.

Sur le plan humain, PRAKRITI nous maintient dans l’illusion grâce à la combinaison d’éléments et par le jeu des GUNAS triples. Aux niveaux supérieurs Elle édicte le même drame en devenant la SHAKTI de divers mondes et divinités. Étant donné que ces divinités sont des âmes éveillées, elle ne les illusions, mais devenir une force dans leur conscience pour les aider dans leurs responsabilités.

Ainsi, dans le monde de BRAHMA, elle devient SARASWATHI pour aider BRAHMA dans ses actes de création. Dans le monde de VISHNU, elle devient LAKSHMI pour l’aider à gérer le monde en fournissant les quantités requises de la richesse et des ressources. Dans le monde de SIVA, elle devient une YOGINI ou SIDDHI et l’aide dans sa tâche de détruire nos illusions.

Dans le même temps, étant d’origine divine et de la nature, elle aide aussi les personnes qui l’adorent directement et cherchent la libération de l’esclavage à travers sa grâce. Comme elle est la cause de l’illusion la logique est qu’elle est dans une meilleure position pour nous soulager de la servitude. D’où la montée en puissance de shaktisme que le temps passait.

SHAKTI, vraiment une femme ?

SHAKTI est l’énergie pure, ni mâle ni femelle. Cette interprétation est purement humaine, figurative et relative et ne doit pas être pris à la lettre. Il est également faux de croire que l’autonomie est de sexe masculin et de l’énergie est une femme. PURUSHA existe chez les hommes ainsi que les femmes et ainsi fait PRAKRITI existe chez les hommes aussi. Ils sont comme les deux faces d’une même vérité. Il est également difficile de dire qui est supérieur à qui. Sans énergie Self est pratiquement immobile et sans énergie auto n’a pas de champ pour ses mouvements. La vérité au plus haut niveau : l’énergie pure (PRAKRITI) est la conscience indivise (PURUSHA).

 

yogaesoteric
22 avril 2018

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More