Les « Gilets Jaunes » sont indestructibles : « Maintenant, les élites ont peur »

Le mouvement des gilets jaunes a ébranlé l’establishment français. Depuis plusieurs mois, des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de personnes descendent chaque week-end dans les rues de toute la France. Ils ont connu un énorme succès, en obtenant des concessions importantes du gouvernement. Ils continuent à marcher.

 

En 2014, l’étude de la France périphérique par le géographe Christopher Guilluy a fait sensation dans les médias. Elle a attiré l’attention sur l’exclusion économique, culturelle et politique des classes populaires, dont la plupart vivent désormais en dehors des grandes villes. Il a mis en évidence les conditions qui donneront lieu par la suite au phénomène des gilets jaunes. Guilluy a développé ces thèmes dans ses livres récents,No Society et Le crépuscule de la France d’en haut. Spiked s’est rapproché de Guilluy pour avoir son point de vue sur les causes et les conséquences du mouvement des gilets jaunes.

Spiked
:
Qu’entendez-vous exactement par « France périphérique » ?

Christophe Guilluy
: La « France Périphérique » concerne la répartition géographique des classes populaires à travers la France. Il y a quinze ans, j’ai constaté que la majorité des gens de la classe ouvrière vivent en fait très loin des grandes villes mondialisées – loin de Paris, Lyon et Toulouse, mais aussi très loin de Londres et de New York.

Techniquement, notre modèle économique mondialisé fonctionne bien. Il produit beaucoup de richesse. Mais elle n’a pas besoin de la majorité de la population pour fonctionner. Il n’a pas vraiment besoin de travailleurs manuels, d’ouvriers et même de propriétaires de petites entreprises à l’extérieur des grandes villes. Paris crée assez de richesse pour toute la France, et Londres en fait de même en Grande-Bretagne. Mais vous ne pouvez pas construire une société autour de cela. Les gilets jaunes représentent une révolte des classes populaires qui vivent dans ces endroits.

Il s’agit généralement de personnes qui travaillent, mais qui ne gagnent pas beaucoup d’argent, entre 1000€ et 2000€ par mois. Certains d’entre eux sont très pauvres s’ils sont au chômage. D’autres étaient autrefois de la classe moyenne. Ce qu’ils ont tous en commun, c’est qu’ils vivent dans des régions où il n’y a pratiquement plus de travail. Ils savent que même s’ils ont un emploi aujourd’hui, ils pourraient le perdre demain et ils ne trouveront rien d’autre.

Spiked
:
Quel est le rôle de la culture dans le mouvement des gilets jaunes ?

Guilluy : Non seulement la France périphérique se porte mal dans l’économie moderne, mais elle est aussi culturellement mal comprise par l’élite. Le mouvement des gilets jaunes est un véritable mouvement du XXIe siècle en ce sens qu’il est à la fois culturel et politique. La validation culturelle est extrêmement importante à notre époque.

Une illustration de cette fracture culturelle est que la plupart des mouvements sociaux et des protestations modernes et progressistes sont rapidement soutenus par les célébrités, les acteurs, les médias et les intellectuels. Mais aucun d’eux n’approuve les Gilets Jaunes. Leur émergence a provoqué une sorte de choc psychologique dans l’establishment culturel. C’est exactement le même choc que les élites britanniques ont vécu avec le vote pour le Brexit et qu’elles vivent encore aujourd’hui, trois ans plus tard.

Le vote du Brexit avait aussi beaucoup à voir avec la culture, je pense. Il ne s’agissait pas seulement de quitter l’UE. Beaucoup d’électeurs ont voulu rappeler à la classe politique qu’ils existent. C’est pour cela que les Français utilisent les gilets jaunes – pour dire que nous existons. Nous assistons au même phénomène dans les révoltes populistes à travers le monde.

Spiked :
Comment les classes populaires en sont-elles venues à être exclues ?

Guilluy : Toute la croissance et le dynamisme se trouvent dans les grandes villes, mais les gens ne peuvent pas simplement s’y déplacer. Les villes sont inaccessibles, notamment en raison de l’augmentation du coût du logement. Les grandes villes aujourd’hui sont comme des citadelles médiévales. C’est comme si nous revenions aux cités-états du Moyen Âge. Curieusement, Paris va commencer à faire payer l’entrée, tout comme les droits d’accises qu’il fallait payer pour entrer dans une ville au Moyen Âge.

Les villes elles-mêmes sont aussi devenues très inégalitaires. L’économie parisienne a besoin de cadres et de professionnels qualifiés. Elle a également besoin de travailleurs, principalement des immigrants, pour l’industrie de la construction, la restauration, etc. Les entreprises s’appuient sur ce mix démographique très spécifique. Le problème, c’est que « les gens » en dehors de cela existent toujours. En fait, la France Périphérique regroupe la majorité des Français.

Spiked :
Quel rôle l’élite libérale métropolitaine a-t-elle joué dans ce processus ?

Guilluy : Nous avons une nouvelle bourgeoisie, mais parce qu’elle est très cool et progressiste, elle donne l’impression qu’il n’y a plus de conflit de classes. Il est vraiment difficile de s’opposer aux hipsters lorsqu’ils disent se soucier des pauvres et des minorités.

Mais en fait, ils sont très complices d’avoir mis la classe ouvrière à l’écart. Non seulement ils bénéficient énormément de l’économie mondialisée, mais ils ont également produit un discours culturel dominant qui ostracise les travailleurs. Pensez aux « déplorables » évoqués par Hillary Clinton. Il y a une vision similaire de la classe ouvrière en France et en Grande-Bretagne. Ils sont considérés comme une sorte de tribu amazonienne. Le problème pour les élites, c’est que c’est une très grande tribu.

La réaction de la classe moyenne aux gilets jaunes est révélatrice. Immédiatement, les manifestants ont été dénoncés comme xénophobes, antisémites et homophobes. Les élites se présentent comme antifascistes et antiracistes, mais ce n’est qu’un moyen de défendre leurs intérêts de classe. C’est le seul argument qu’ils peuvent invoquer pour défendre leur statut, mais il ne fonctionne plus.

Maintenant, les élites ont peur. Pour la première fois, il existe un mouvement qui ne peut être contrôlé par les mécanismes politiques ordinaires. Les gilets jaunes ne sont pas issus des syndicats ou des partis politiques. On ne peut pas les arrêter. Il n’y a pas de bouton « off ». Soit l’intelligentsia sera forcée de reconnaître correctement l’existence de ces personnes, soit elle devra opter pour une sorte de totalitarisme mou.

On a beaucoup parlé du fait que les exigences des gilets jaunes varient considérablement. Mais c’est avant tout une exigence de démocratie. Fondamentalement, ce sont des démocrates – ils veulent être pris au sérieux et ils veulent être intégrés dans l’ordre économique.

Spiked :
Comment pouvons-nous commencer à répondre à ces demandes ?

Guilluy : Tout d’abord, la bourgeoisie a besoin d’une révolution culturelle, en particulier dans les universités et dans les médias. Ils doivent cesser d’insulter la classe ouvrière, de considérer tous les gilets jaunes comme des imbéciles.

Le respect culturel est fondamental : il n’y aura pas d’intégration économique ou politique sans intégration culturelle. Alors, bien sûr, nous devons penser différemment à l’économie. Cela signifie renoncer au dogme néolibéral. Nous devons penser au-delà de Paris, Londres et New York.
 
 
 



yogaesoteric


14 mars 2019


Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More