Qui ou quoi a déclenché l’épidémie de coronavirus de Wuhan ? (V)

Sur la condamnation des « théories du complot » comme moyen de protéger les mensonges, la désinformation et l’obscurantisme de l’administration

Par le Professeur Anthony Hall

Lisez la quatrième partie de cet article

Que sait-on réellement de l’état du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg pendant la période où l’équipe de chercheurs chinois du Dr Qiu s’est comportée de manière à ce que leurs laissez-passer de sécurité soient retirés, puis qu’ils soient physiquement retirés de l’établissement ? De récents rapports des médias à Winnipeg ont brossé un tableau de la dégradation du décorum au NML. En septembre 2019, le Winnipeg Free Press a publié un article à ce sujet :

« Le laboratoire, connu sous le nom de NML, est fier de son rôle dans la création du vaccin Ebola. C’est l’un des rares établissements au monde à être accrédité pour la manipulation des agents pathogènes les plus mortels. Il a ouvert officiellement ses portes en 1999 en grande pompe, après que des querelles politiques l’aient finalement installé à Winnipeg.

Pourtant, de nombreuses personnes qui y travaillent ont parlé à la Free Press d’un lieu de travail où règnent l’intimidation, l’abus d’alcool et les affrontements entre les fonctionnaires de Winnipeg et d’Ottawa, qui a été partiellement révélé cet été dans une infraction administrative qui a amené la GRC à enquêter sur une expédition de substances dangereuses vers la Chine. »

« Ce qui est triste, c’est qu’ils font de la science de classe mondiale, mais en interne, ils sont presque autodestructeurs, en ce qui concerne la façon dont ils traitent leurs employés », a déclaré Todd Panas, président national du Syndicat des travailleurs de la santé et de l’environnement.

« Les dommages collatéraux pour obtenir cette science sont assez remarquables ».

En ce qui concerne les détails de l’enquête de la GRC sur l’envoi très médiatisé de virus mortels de Winnipeg vers la Chine, tout ce qui a été rapporté dans les MSM est que cela pourrait avoir un rapport avec « les règles concernant les droits d’auteur, les brevets et les œuvres publiées ».

Le journaliste Dylan Robertson, est allé plus loin, indiquant que « de multiples sources qui ont parlé avec la Free Press sous la condition de l’anonymat, disent que le chargement n’avait pas d’accord précisant les droits de propriété intellectuelle, ce qui est essentiel pour la protection de la recherche scientifique ». Selon Robertson, « la GRC ne veut toujours pas dire si son enquête progresse dans le domaine organisationnel, soit de la sécurité nationale, soit du crime organisé, soit de la criminalistique ».

Les essais de GreatGameIndia soulignent le rôle de Frank Plummer, ancien directeur scientifique du Laboratoire national de microbiologie du Canada et chercheur de premier plan sur le VIH-SIDA. Le professeur Plummer a mené une grande partie de ses principales recherches sur le VIH au Kenya. Il s’est particulièrement intéressé à la propagation hétérosexuelle du sida en Afrique, développant dans ce cadre un projet commun entre l’Université du Manitoba et l’Université de Nairobi.

GreatGameIndia a inclus dans sa série d’histoires entrelacées celle décrivant Frank Plummer comme la « clé de l’enquête sur le coronavirus » qui « a été assassiné en Afrique ». Il n’y a que des conjectures derrière l’affirmation que le Dr Plummer a été assassiné. Il a été largement rapporté dans les médias MSM que le professeur Plummer est mort rapidement d’une crise cardiaque inattendue à Nairobi le 4 février 2020, juste au moment où la couverture de l’épidémie de Wuhan atteignait un point de masse critique.

L’hypothèse de l’assassinat a donné à cette histoire une résonance contemporaine qui a attiré une attention considérable. Ce rebondissement a conféré à l’ensemble du récit une connotation sensationnaliste. Elle impliquait fortement qu’un groupe de saboteurs malveillants avait éliminé le Dr Plummer afin qu’il ne puisse pas témoigner de ce qui s’était apparemment passé au NML à Winnipeg pour verser du pétrole sur la crise enflammée en Chine.

Aucune preuve n’est apportée que le Dr Plummer n’est pas mort de causes naturelles. Les projecteurs mis sur sa carrière par GreatGameIndia, cependant, attirent l’attention sur la carrière plutôt exotique d’un important Canadien impliqué dans de nombreux types originaux d’études et d’altérations génétiques totalement nouvelles pour la science médicale et militaire. Le rapport sert à stimuler la réflexion sur les types d’intrigues qui surviendraient probablement régulièrement dans le cadre du travail inhabituel du Dr Plummer.

Le récit de GreatGameIndia sur le lien canadien avec le fléau de Wuhan souligne le rôle du Dr Plummer dans le processus qui aurait permis d’introduire dans le laboratoire de pathogènes de niveau 4 de Winnipeg une souche particulière du SRAS qui provenait initialement d’Arabie Saoudite. Avant d’arriver à Winnipeg, la souche du SRAS qui aurait été étudiée par le Dr. Plummer a suivi une chaîne de contrôle impliquant une collaboration avec des collègues de Djeddah, d’Égypte et de Rotterdam.

Le récit nous apprend que le NML a « une longue histoire de services de tests complets pour les coronavirus » ; qu’il a « isolé et fourni la première séquence du génome du coronavirus du SRAS et identifié un autre coronavirus comme étant NL63 en 2004 ». Nous apprenons que « le laboratoire canadien a constitué des stocks du virus [provenant de maladies respiratoires infectant les victimes saoudiennes] et les a utilisés pour évaluer les tests de diagnostic utilisés au Canada ». Les scientifiques de Winnipeg ont travaillé pour voir quelles espèces animales peuvent être infectées par le nouveau virus.

L’article utilise un langage provocateur en qualifiant le Dr Qui de « bio-agent de guerre chinois ». Après avoir fait référence au Dr Shoham, dont les commentaires apparaissent régulièrement dans un large éventail de rapports critiquant le prétendu programme de guerre biologique géré par le gouvernement chinois, il est fait référence à James Giordano. a est identifié comme un professeur de neurologie à l’université de Georgetown et un chercheur principal en guerre biologique au Commandement des opérations spéciales des États-Unis. Le professeur Giordano aurait fait des commentaires :

« L’investissement croissant de la Chine dans les sciences biologiques, le relâchement de l’éthique autour de l’édition des gènes et d’autres technologies de pointe et l’intégration entre le gouvernement et le monde universitaire soulèvent le spectre de la militarisation de ces agents pathogènes.

Il pourrait s’agir d’un agent offensif ou d’un germe modifié libéré par des agents de substitution, pour lequel seule la Chine dispose du traitement ou du vaccin. ” Ce n’est pas une guerre en soi “, a-t-il déclaré. ” Mais ce qu’elle fait, c’est exploiter sa capacité à agir en tant que sauveur mondial, ce qui crée ensuite divers niveaux de dépendance macro et microéconomique et de bio-pouvoir “. »

Les auteurs de la série GreatGameIndia sur l’éventuelle connexion du Canada avec l’Institut de virologie de Wuhan spéculent que les envois de virus du LNM vers la Chine comprenaient la souche spécifique de coronavirus qui provenait d’Arabie Saoudite. Cette conjecture m’a amené à spéculer sur la raison pour laquelle le spécialiste israélien de la guerre biologique et chimique, le Dr Dany Shoman, s’est intéressé si activement au laboratoire biologique de Winnipeg. Je n’ai vu aucune preuve que le Dr Shoham ait jamais visité le laboratoire de Winnipeg, mais pour une raison inexpliquée, il semble bien informé de ses activités.

Mes propres spéculations m’amènent à me demander si le Dr Shoham n’aurait pas été en contact avec le Dr Plummer en raison des travaux de ce dernier, qui aurait effectué le séquençage génétique du virus à l’origine de l’épidémie saoudienne d’une version du SRAS. Cette spéculation est due à un rapport sérieux publié à Londres, en Angleterre, qui souligne l’intérêt des experts israéliens en guerre biologique pour une « bombe ethnique » qui viserait spécifiquement les Arabes.

L’existence d’un tel programme a été soulignée le 15 novembre 1998 dans un article du Sunday Times de Londres intitulé « Israel Planning ‘Ethnic Bomb’ as Saddam Caves In ». Les auteurs de l’histoire, Uzi Mahnaimi et Marie Cohen, expliquent l’existence d’un tel projet de recherche clandestin sur les armes biologiques à caractère ethnique à Ness Ziona Israël près de Tel-Aviv. Le projet de recherche israélien, qui se poursuit toujours, s’est apparemment inspiré d’enquêtes antérieures sur les armes biologiques à visée ethnique qui ont eu lieu en Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid.

L’article du Times a rapporté que :
« Israël, en utilisant des recherches obtenues d’Afrique du Sud, mettait au point une “bombe ethnique”. En développant leur “bombe ethnique”, les scientifiques israéliens tentent d’exploiter les avancées médicales en identifiant un gène distinctif porté par certains Arabes, puis de créer une bactérie ou un virus génétiquement modifié… Les scientifiques tentent de concevoir des micro-organismes mortels qui n’attaquent que ceux qui portent les gènes distinctifs. »

En tant qu’expert militaire et médical israélien dans le domaine de la guerre biologique et chimique, le Dr. Shoham devait avoir une certaine connaissance de la fondation et de la genèse du projet de « bombe ethnique » de Ness Ziona.

Quelle est la relation passée ou actuelle du Dr. Shoham avec l’Institut de recherche biologique de Ness Ziona ? Le Dr Shoham a-t-il eu des interactions professionnelles avec le Dr Plummer à la suite de la culture et du séquençage génétique de la souche saoudienne du SRAS par le scientifique de Winnipeg ? Cette souche a été baptisée MERS. L’implication du Dr Plummers dans une souche de coronavirus qui visait initialement les Arabes a-t-elle été un facteur qui a attiré l’intérêt du Dr Shoham pour le NML de Winnipeg ?

GreatGameIndia a publié un article académique riche et détaillé présentant une chronique et une évaluation de la propagation de la souche du SRAS qui a frappé les victimes arabes initialement au Qatar et en Jordanie ainsi qu’en Arabie Saoudite. Certaines des victimes ont également transmis la maladie à des membres de leur famille à Londres et au Pakistan. L’appellation de cette souche d’infection, MERS, vient du nom de syndrome respiratoire du Moyen-Orient.

Le professeur Gufaraz Kahn est l’auteur de l’article publié le 28 février 2013 dans le volume 10 (n° 66) de Virology Journal. La base professionnelle du Dr Kahn est le département de microbiologie et d’immunologie de la faculté de médecine et des sciences de la santé de l’université des Émirats arabes unis.

Le compte-rendu académique riche et érudit du Dr Kahn sur les premiers stades des infections MERS dans Virology Journal aurait presque certainement attiré l’attention des agents israéliens impliqués dans le prétendu programme de guerre biologique et chimique du pays. Cet attrait aurait été particulièrement séduisant pour tout responsable militaire israélien cherchant encore à cibler des victimes arabes avec des virus génétiquement modifiés.

Le Dr Plummer a-t-il sciemment ou par inadvertance aidé le Dr Shoham dans ses travaux de recherche basés en Israël ? Comment le personnel de la NHL gère-t-il l’inévitable aspect militaire de ses recherches avec ses applications au Canada, aux États-Unis et à l’étranger ?

Si le Dr Plummer a collaboré d’une manière ou d’une autre avec le Dr Shoham et avec d’autres chercheurs israéliens en biotechnologie, cette activité aurait-elle pu être un facteur dans la décision de l’Université hébraïque de Jérusalem d’accorder au Dr Plummer le prix Scopus ? Quel est le niveau de responsabilité des gestionnaires du NML de Winnipeg envers les citoyens qui financent l’installation de recherche ? Ces gestionnaires et leurs superviseurs en poste administratif et élu ne devraient-ils pas s’engager à ne pas cacher la recherche pour la guerre biologique derrière des placages de la recherche en santé publique ?

Au cours de la dernière année de sa vie, le Dr Plummer a accepté l’insertion d’un implant chirurgical dans son cerveau, destiné à aider le scientifique à faire face à un cas grave d’alcoolisme qui l’a affligé à partir des années 1980. Le Dr Plummer a accepté d’être un cas test dans cette nouvelle thérapie biomédicale après avoir souffert d’une insuffisance hépatique suivie d’une greffe de foie en 2012.

Le cas a été largement diffusé par la BBC et de nombreux autres médias dans les semaines et les jours précédant la mort du Dr Plummer par insuffisance cardiaque à Nairobi. Il est légitime de se demander si le problème d’alcoolisme de longue date du Dr Plummer a contribué à l’effondrement des procédures ordonnées et de la civilité qui aurait pris le pas sur la culture du travail scientifique au NML de Winnipeg ?

La Canadian Broadcasting Corporation masque sa propre incompétence en s’attaquant aux « théoriciens du complot » et aux « justiciers ».

Le 27 janvier 2020, la Canadian Broadcasting Corporation a réagi à l’engouement suscité sur Internet par la série d’articles GreatGameIndian. L’article de la CBC a été écrit par Karen Pauls et Jeff Yates. Comme nous l’avons vu, certains éléments de la série GreatGameIndia se sont inspirés des nouvelles transmises par les précédents reportages de Karen Paul sur la CBC, écrits au printemps et à l’été 2019.

Les reportages de la CBC sur les lacunes factuelles du prétendu axe Winnipeg-Wuhan de la microbiologie n’ont pas traité de nombreux sujets pertinents, notamment le rôle du Dr Dany Shoham. Les reportages comportant des commentaires du Dr Shoham ont eu tendance à développer des intrigues que le reportage de la CBC juge trompeuses.

Les interventions du Dr Shoham dans les médias ont eu une influence sur la création de l’image des méfaits du gouvernement chinois dans la gestion de la crise du COVID-19. Cette orientation critique envers le PCC est devenue courante dans la couverture générée par de nombreux lieux. Parmi les plus importants, citons l’Epoch Times, le Washington Times, la couverture de Steve Bannon et de Miles Guo sur War Room : Pandémie, et la couverture de Simone Gao, basée à Taïwan, dans Zooming In.

Lisez la sixième partie de cet article

yogaesoteric
3 juin 2020

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More