Une étude indique que les graisses saturées peuvent affecter les adolescents jusque dans l’âge adulte

 

Une nouvelle étude publiée dans la revue « Brain, Behaviour and Immunity » (Cerveau, Comportement et Immunité) montre que les rats adolescents qui consomment des aliments riches en graisses saturées ont plus de mal à faire face au stress en tant qu’adultes.

Des chercheurs de l’Université de Loma Linda en Californie ont constaté que les zones du cerveau qui gèrent la réponse à la peur et au stress étaient altérées à un point tel que les sujets ont commencé à manifester des comportements qui reflètent le trouble de stress post-traumatique (TSPT).

« Les années de l’adolescence sont un moment très critique pour la maturation cérébrale, y compris la capacité que nous avons de bien faire face (ou pas) au stress en tant qu’adultes, » a déclaré Johnny Figueroa, professeur adjoint à la Division de Physiologie, dans le Département des Sciences Fondamentales et le Centre pour les Disparités Sanitaires et la Médecine Moléculaire à la Faculté de Médecine de l’Université de Loma Linda. « Les résultats de nos recherches confirment que les décisions prises en matière de mode de vie pendant l’adolescence – même les plus simples comme le régime alimentaire – peuvent faire une grande différence dans notre capacité à surmonter les défis quotidiens. »

Dans l’étude, « L’Exposition à un Régime Obésogène Pendant l’Adolescence Conduit à une Maturation Anormale des Substrats Neuronaux et Comportementaux Gérant la Peur et l’Anxiété, » les chercheurs ont examiné l’impact d’un régime obésogène (tendant à favoriser l’obésité), typique de la société occidentale, riche en graisses saturées sur le développement des zones cérébrales impliquées dans la réponse à la peur et au stress.

Les résultats de l’étude démontrent que l’adoption d’un régime obésogène pendant l’adolescence a un profond effet sur les diverses composantes de la peur chez le rat adulte. De manière notable, les rats ayant eu un régime alimentaire riche en graisses saturées présentaient plus d’anxiété, plus de problèmes avec les processus d’apprentissage, et une réponse altérée face à la peur/surprise.

Les réflexes de sursauts, qui sont étudiés chez les humains et les animaux de laboratoire, jouent un rôle important dans la recherche sur l’anxiété et le TSPT. Dans cette étude, l’adoption d’un régime obésogène pendant l’adolescence a réduit l’extinction des souvenirs de peur chez les rats – une altération majeure également observée chez les personnes souffrant de TSPT.

En plus de ne pas apprendre correctement les associations à la peur, les rats ayant le régime riche en graisses saturées ont incorrectement évalué le niveau de menace. Ceci suggère que l’obésité et les altérations métaboliques qui y sont associées peuvent prédisposer les individus à la maladie mentale liée au TSPT.

Les chercheurs ont rapporté que les animaux du groupe ayant un régime riche en graisses saturées présentaient des altérations de la structure des régions du cerveau associées au TSPT, y compris l’amygdale et le cortex préfrontal. Le groupe a notamment constaté que l’hémisphère gauche du cerveau semble être plus vulnérable aux effets de la consommation élevée de graisses saturées et aux altérations métaboliques liées à l’obésité. Comprendre les réseaux neuronaux qui prédisposent les adolescents obèses à développer de l’anxiété et des troubles liés au stress peut aider à cibler les mesures métaboliques pour alléger le poids de la maladie mentale au sein de cette population croissante.

Les augmentations de l’obésité touchent de manière disproportionnée les enfants issus d’un milieu socio-économique modeste, a déclaré Johnny Figueroa. « Alors que la prévalence de l’obésité a augmenté de 10 pour cent pour tous les enfants américains, elle a augmenté de 23 à 33 pour cent chez les enfants venant d’un milieu socio-économique modeste. »

Johnny Figueroa a déclaré que l’étude laisse d’autres questions ouvertes pour une étude plus approfondie, comme par exemple la reproductibilité chez les sujets humains et la question cherchant à déterminer si les altérations observées dans les structures du cerveau sont permanentes ou si les effets peuvent être inversés.

Les limites de l’étude incluent le manque de clarté sur la façon dont le régime riche en graisses saturées affecte le cerveau adulte, et si les effets du régime alimentaire obésogène sur la réponse à la peur sont liés aux déficits en matière de consolidation, de récupération et d’expression de la mémoire de la peur.

« L’obésité pose un risque majeur pour les conséquences adverses au niveau mental et peut contribuer à l’impact d’une situation socio-économique modeste sur la performance neurocognitive, la réussite scolaire et l’intégration sociale, » a déclaré Johnny Figueroa. « Ainsi, le fait de comprendre la façon dont l’obésité influence le cerveau en maturation fait partie intégrante de l’amélioration de la santé mentale des minorités. »

 

yogaesoteric
11 septembre 2019

 

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More