MAJESTIC 12 (MJ-12) et le programme spatial secret (2)

 

Lisez la première partie de cet article 

Un amiral de la marine décrit un programme d’ingénierie inverse impliquant un vaisseau spatial extraterrestre

Dans la transcription / résumé d’une conversation en 2002 entre le vice-amiral Thomas Wilson et le Dr Eric Davis, il a été révélé qu’un véhicule extraterrestre accidenté était en cours de reverse engineering (étude afin de comprendre et de copier la technologie) par une grande société aérospatiale. Wilson a appris l’existence du programme OVNI classifié pour la première fois par le biais d’un document communiqué par le National Reconnaissance Office (NRO) lors d’une réunion confidentielle le 10 avril 1997 avec le Dr Steven Greer, le Dr Edgar Mitchell et le commandant de la marine Willard Miller.

La transcription publiée récemment décrit ce que l’amiral Wilson

[TW] a dit au Dr Davis [EWD] au sujet des efforts déployés par Wilson jusqu’à juin 1997 pour connaître la vérité sur le programme OVNI classé, et sur les efforts d’ingénierie inverse qui lui ont été révélés lors de la réunion d’avril.

« EWD : Bon alors, que s’est-il passé entre avril et juin 1997 ?

TW : Après avoir quitté Miller (une semaine plus tard, il pense) – j’ai fait des appels, frappé à quelques portes, parlé à des gens – j’ai continué pendant 45 jours (environ) par intermittence.

Ward (Général M. Ward) suggère de consulter les fichiers de groupes d’enregistrements (comme un système d’index) dans OUSDAT (Bureau du Sous-secrétaire à la Défense pour l’acquisition et la technologie).
Ran dans Bill Perry en mai 1997 – en a parlé doucement – il a suggéré la même chose.
Ils m’ont parlé d’un groupe d’enregistrements de projets spéciaux n’appartenant pas à SAP habituel – un sous-ensemble spécial de programmes non acquittés / exclus ou renoncés – n’appartenant pas aux divisions SAP habituelles organisées en 1994 par Perry lui-même – mis à l’écart, mais enterrés / couvert par des PAS conventionnels. » (Transcription / Résumé, p. 6-7)

Wilson faisait ici référence à différentes catégories de programmes d’accès spécial (SAP), où les plus importantes – non reconnues / exclues / annulées – étaient cachées derrière des SAP classiques.

La méthode permettant de cacher les programmes les plus hautement classifiés derrière ceux qui le sont moins a été vérifiée dans l’un des documents de la NSA divulgués par Edward Snowden, appelé Sentry Eagle. Il décrivait graphiquement comment une information exceptionnellement compartimentée (ECI – une classification de la communauté du renseignement similaire à un SAP non reconnu utilisé par le Pentagone) serait cachée derrière un programme non ECI (statut de classification similaire à un SAP classique).

La NSA a divulgué une diapositive montrant le programme SENTRY EAGLE où différents programmes classifiés DHS, DOD et NSA sont cachés dans des programmes nationaux moins classifiés. (NSA)

Wilson a ensuite décrit la société aérospatiale qui dirigeait l’effort d’ingénierie inverse classifié, sans le nommer:

« EWD : Qui était le contractant du projet ou l’agence USG qui gère le programme ?

TW : Un entrepreneur en technologie aérospatiale – l’un des meilleurs aux États-Unis.

EWD : Qui ?

TW : Core secret – je ne peux pas dire.

EWD : Entrepreneur de défense ?

TW : Oui, le meilleur d’entre eux. »

La référence au « meilleur d’entre eux » renvoie fermement à la division Skunkworks de Lockheed Martin, qui a une longue expérience dans le succès de ses programmes aérospatiaux à la pointe de la technologie. Par exemple, Ben Rich, ancien directeur de Skunkworks, aimait bien terminer les conférences en déclarant : « Nous avons maintenant la technologie pour ramener les ET à la maison ».

Slide Ben Rich avait l’habitude de terminer les cours par des commentaires sur le fait de ramener les ET à la maison.

Wilson a ensuite expliqué ce qui s’était passé lorsqu’il avait découvert quelle compagnie dirigeait le programme OVNI classifié et l’avait contacté pour avoir accès :

« EWD : Qu’est-il arrivé à l’entrepreneur que vous avez trouvé ?

TW : J’ai passé plusieurs appels (fin mai 1997), tout d’abord à Paul, Mike & Perry, pour confirmer que j’avais le bon contractant et le responsable du programme à qui parler.

EWD : Ils confirment ?

TW : Oui.

EWD : Alors ?

TW : (fin mai ’97) J’ai passé trois appels au responsable du programme – l’un d’entre eux en conférence téléphonique avec le directeur de la sécurité et l’avocat de l’entreprise.

Confusion de leur part quant à la raison pour laquelle je les joignais et ce que je voulais d’eux ou voulais savoir. Ton très critique de leur part. » [Transcription / Résumé, p. 8 à 9]

Wilson explique ensuite comment les trois responsables de l’entreprise (responsable du programme, directeur de la sécurité et avocat) lui ont refusé l’accès au programme OVNI classifié :

« TW : J’ai dit à trois personnes que je voulais un briefing officiel, une tournée, etc. – exploitait mon pouvoir de réglementation en tant que directeur adjoint du DIA / chef d’état-major adjoint J-2 – Je leur ai dit que je n’avais pas été informé de la supervision dont ils avaient besoin pour corriger – j’ai exigé !

TW : Ils avaient besoin de discuter de cela (sa demande), alors ils ont raccroché. On m’a appelé deux jours plus tard et ils ont dit qu’ils ne voulaient pas parler au téléphone et qu’ils avaient organisé une réunion en face-à-face dans leur établissement.

EWD : Vous y êtes allé ?

TW : Oui, dix jours plus tard (mi-juin environ). En avion là-bas.

Rencontré dans leur salle de conférence, dans leur coffre-fort sécurisé. Trois d’entre eux se présentent.

EWD : 3 gars avec qui vous avez eu une téléconférence ?

TW: Oui, les mêmes 3 :

– Directeur de la sécurité (retraité de la NSA, expert de CI)
– Directeur de programme
– Avocat d’entreprise
– Se sont appelés “ le comité de surveillance ” ou des gardiens » [Transcription / Résumé, p. 10]

Wilson décrit comment le « comité de surveillance » lui a parlé d’un incident antérieur, il y a des années, où le système de sécurité actuel a été mis en place après qu’un accord eut été conclu avec le Comité de surveillance des programmes d’accès spécial du Pentagone (SAPOC), qui a été refondu en 1994, très probablement due à l’incident dont on a parlé à Wilson. L’accord donnait au contractant de l’entreprise gérant certaines catégories de SAP le pouvoir de restreindre l’accès des responsables du Pentagone aux programmes relatifs aux ovnis, quels que soient leur rang et leur position :

« [TW] Après cet épisode, un accord formel a été conclu avec les gens du Pentagone (SAPOC) afin d’éviter que cela ne se reproduise à l’avenir.
– Des critères spéciaux ont été établis en accord
– Une circonstance spéciale qui doit répondre à des critères d’accès rigoureux définis par le comité de l’entrepreneur sous-traitant
– Aucun membre du personnel USG ne doit avoir accès à moins que les critères ne soient remplis – à gérer par un comité de contractant (directeur de programme, avocat, directeur de la sécurité), quel que soit le nombre de billets et la position du personnel USG.
– Littéralement leur chemin ou l’autoroute. » [Transcription / Résumé p. 11]

Le « comité de surveillance » a déclaré à l’amiral Wilson que, malgré ses fonctions de sous-directeur du DIA et de sous-directeur du renseignement pour les chefs d’état-major, il ne figurait pas sur la liste des « bigot », à savoir ceux qui avaient « besoin de savoir », qui pourrait être informé sur le programme OVNI :

« TW : Ils ont dit que mes procès-verbaux étaient tous confirmés et valides, mais je n’étais pas sur la liste des bigots :

– Mes procès-verbaux seuls ne suffisaient pas
– Je ne répondais pas aux critères spéciaux, il était donc nécessaire de savoir que l’autorisation n’était pas accordée….

TW : Plus argumentés – ils n’accepteraient pas mes arguments selon lesquels ils relevaient de mon autorité statutaire de surveillance et de régulation en tant que directeur adjoint DIA – sous la responsabilité de mon droit d’avoir besoin de savoir (questions de supervision, d’audit, de justification, etc.)

– Autorité réglementaire et statutaire d’administrateur adjoint DIA non pertinente ou liée à la nature de leur programme !
– Ensuite, ils ont sorti leur liste de bigot pour me convaincre du contraire – plusieurs pages – 1990, mises à jour en 1993. » [Transcript / Summary, p. 11-12]

La transcription couvre ensuite la conversation de Wilson et Davis sur les noms figurant sur la liste des bigots et sur les personnes autorisées à accéder au Pentagone et à la Maison Blanche :

« EWD : Qui était dessus? Avez reconnu des noms?

TW : C’est le secret de base.

J’ai envie de dire que la plupart étaient des employés du programme – des noms et des titres (titres de poste) ; des civils ; pas reconnu un seul personnel militaire – pourraient être présents.

EWD : Des politiciens ?

TW : Non.

– Pas de noms à la Maison Blanche, pas de président !
– Aucune personne officielle du Congrès
– Pas de personnel affilié au Congrès.

EDW: Quelqu’un dans les administrations Clinton ou Bush Sr. ?

TW: Non ! Mais quelques noms étaient des individus du Pentagone que j’ai reconnus – quelques-uns d’OUSDAT, un autre d’un autre département, un autre de la NSC qui est un employé du Pentagone SES. » [Transcription / Résumé, p. 12]

Étonnamment, Wilson a appris qu’aucun membre des branches du gouvernement Législative (Congrès) ou Exécutif (Maison Blanche) n’avait été informé du programme corporatif des OVNI. Seuls quelques fonctionnaires du Pentagone ont eu un accès. Cela corrobore ce que Greer et d’autres ont réclamé pendant des décennies au sujet de la nature inconstitutionnelle du système de secret mis au point pour l’enjeu des OVNIS.

Ensuite, la transcription explique comment Wilson a tenté d’y avoir accès en identifiant le type de programme en cours qui tente de le relier à son domaine de responsabilité officiel en tant que directeur adjoint du DIA :

« [TW] gestionnaire de programme a dit qu’ils étaient :

– Pas de programme d’armement
– Pas de programme de renseignement
– Pas de programme d’opérations spéciales ou de logistique
– Ne correspond pas à ces catégories » [Transcription / Résumé, ps. 12]


(à suivre)

 

yogaesoteric
18 octobre 2019


 

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More