Qui ou quoi a déclenché l’épidémie de coronavirus de Wuhan ?(1)


Sur la condamnation des « théories du complot » comme moyen de protéger les mensonges, la désinformation et l’obscurantisme de l’administration


Par le Professeur Anthony Hall


L’épidémie de coronavirus de Wuhan de 2019-20 fait bouger de nombreux marqueurs où la vie se confond avec la mort, où la vérité se confond avec le mensonge. À 34 ans, le Dr Li Wenliang a attiré l’attention à Wuhan sur ces marqueurs en mouvement. La maladie contre laquelle le Dr Li voulait mettre en garde a fini par lui coûter la vie alors que l’épidémie prenait une tournure fatale.

Avant de décéder dans l’exercice de ses fonctions, le Dr Li a été sévèrement réprimandé par les représentants du Parti communiste chinois. Le Dr Li a été accusé de répandre des rumeurs et de menacer illégalement l’ordre social avec ses tweets et ses messages et ses interventions personnelles. Néanmoins, le Dr. Li a rapidement eu raison d’attirer l’attention sur le fléau à venir.

Il ne fallut pas longtemps pour que la force épouvantable de la maladie démontre que le Dr Li était tout sauf un théoricien du complot. Au contraire, les preuves lui ont donné raison, tout en démontrant que ses puissants détracteurs avaient tort et étaient négligents face à une menace réelle.

Le Dr Li Wenliang est un martyr. Il reste cependant à voir dans quelle mesure l’ombre du martyre du Dr Li sera projetée.

Le nouveau coronavirus, COVID-19 , est en train de faire une large et profonde entaille dans l’histoire épidémiologique avec un impact incertain sur la viabilité de nombreuses familles, communautés, institutions, économies et même de pays, à commencer par la nation la plus peuplée de la planète. De nombreux destins sont en jeu, notamment celui du gouvernement communiste qui dirige la Chine depuis que la révolution maoïste l’a portée au pouvoir en 1949.

La nouvelle souche de coronavirus a ajouté de nouvelles caractéristiques génétiques à la même famille d’agents pathogènes qui a provoqué la crise du SRAS en 2002-2003 et, dix ans plus tard, l’épidémie moins mortelle de MERS. Cette nouvelle souche de coronavirus, le COVID-19, se révèle beaucoup plus contagieuse et mortelle que ne l’étaient le SRAS et le MERS.

Certains ont prévu que, si elle n’est pas contrée de manière spectaculaire, l’épidémie de coronavirus de Wuhan pourrait se diriger vers l’épidémie de grippe espagnole de 1918. Cette prédiction découle de l’évaluation, par exemple, du professeur Gabriel Leung, titulaire de la chaire de médecine de santé publique à l’université de Hong King. En observant le taux très rapide de propagation du COVID-19 interhumaine aérienne, le Dr Leung a remis en question tout sentiment résiduel de complaisance. Il a prévu un taux d’infection possible de 60 % de la population mondiale, avec des dizaines de millions de décès.

La grippe dite espagnole a fixé la barre de la gravité et de l’étendue d’une peste contagieuse. La pandémie de 1918 a fait plus de victimes en un an que tous les décès dus à la Seconde Guerre mondiale. La grippe espagnole de 1918 a engendré plus de mortalité en un an que les quatre années de pointe de la tristement célèbre peste bubonique qui a décimé l’Europe au milieu du XIVe siècle. La pandémie mondiale de 1918 a infecté plus d’un quart de la population mondiale. Environ 65 millions de personnes sont mortes de cette maladie.

Les informations en provenance de l’épicentre de l’épidémie de coronavirus de Wuhan montrent que les effets de l’infection virale ont été très étendus. Toutes les facettes de la société chinoise sont mises à rude épreuve par un fléau qui se propage rapidement et diffuse des germes de destruction, perturbant simultanément de nombreux systèmes biologiques, politiques, économiques et de connaissances.

Les questions relatives à l’interprétation de l’épidémie et à la manière d’expliquer au public ce qui est connu ou non se posent rapidement. Qui faut-il croire ? Qui est crédible et qui ne l’est pas au fur et à mesure que l’épidémie se développe. Quel devrait être le rôle des médias sociaux et des dénonciateurs dans le processus de décision sur la manière de réagir ? Que se passe-t-il lorsque de véritables dénonciateurs, comme le Dr Li, sont trop rapidement rejetés et réprimandés par les autorités en place, qui les qualifient de « théoriciens du complot » ?

Une tâche essentielle à laquelle il faut faire face dans cette phase initiale de la crise est de développer une explication précise de l’origine de la contagion et de la manière dont les premières victimes du nouveau coronavirus ont été infectées. La nécessité d’un certain degré de certitude sur les origines du virus et sa genèse ultérieure est absolument essentielle pour l’élaboration de réponses solides et appropriées. Il serait hautement irresponsable de se précipiter dans l’élaboration d’une stratégie globale de lutte contre la peste sans tenter honnêtement de découvrir la vérité sur la façon dont la contagion est apparue pour la première fois.

L’importance de remonter aux racines factuelles de ce qui s’est passé pour placer l’humanité sur cette trajectoire épidémiologique devrait être particulièrement claire après la débâcle du 11 septembre 2001. Sans aucune enquête soutenue sur les crimes du 11 septembre, les Américains ont été précipités dans des cycles de guerre apparemment perpétuelle à l’étranger, d’interventions de l’État policier et de l’État de surveillance chez eux. Ce cycle de réactions rapides a commencé dans le mois qui a suivi le 11 septembre par une véritable invasion militaire de l’Afghanistan, une invasion qui se poursuit encore.

Lorsque deux sénateurs américains, Patrick Leahy et Tom Daschle, ont cherché à ralentir la ruée de l’exécutif américain vers les mesures d’urgence et la guerre, eux et le Congrès américain qu’ils servaient ont été durement touchés par une arme biologique de qualité militaire, l’anthrax. La tactique violente des saboteurs s’est avérée efficace pour mettre de côté les examens minutieux qui auraient pu ralentir l’approbation rapide, fin octobre, de l’énorme Patriot Act du Congrès.

Depuis lors, un cycle apparemment sans fin d’invasions militaires a été mis en place au Moyen-Orient et en Eurasie. Les pouvoirs de mesures d’urgence revendiqués par la branche exécutive du gouvernement américain se sont étendus à la torture illégale généralisée, à l’espionnage domestique, à la censure des médias et à une augmentation fulgurante des meurtres extrajudiciaires, notamment par des drones. Cette liste est loin d’être complète.

Tous ces crimes contre l’humanité ont été justifiés sur la base d’une explication officielle non prouvée du 11 septembre. Les enquêtes scientifiques ultérieures ont démontré sans équivoque, pour les personnes attentives, que les explications officielles de ce qui s’est passé le jour fatidique de septembre étaient fausses, gravement erronées. Les interprétations initiales sont en contradiction flagrante avec les preuves disponibles dans les archives publiques.

Nous ne devons pas nous permettre d’être à nouveau trompés de la même manière. L’enjeu est trop important, peut-être même plus important que ce qu’il était en 2001. Les événements du 11 septembre, mal interprétés et mal représentés, ont été exploités conformément à la « Doctrine du choc », une stratégie visant à instituer des litanies d’actions étatiques envahissantes que le public n’aurait pas acceptées autrement.

La partie consciencieuse de l’humanité, dont beaucoup de membres ont fait leurs propres recherches sur les événements du 11 septembre, comprendra bien l’importance d’identifier la source réelle de l’épidémie de coronavirus de Wuhan.

Tout comme au lendemain de la débâcle du 11 septembre , il y a de graves dangers à être trop rapide, trop naïf ou trop confiant en acceptant immédiatement comme un fait évangélique les premières explications du gouvernement chinois sur l’épidémie de COVID-19. Pourquoi ne pas prendre le temps d’enquêter et de tester les interprétations actuelles des autorités qui se sont avérées si fausses dans leur décision de réprimander le Dr Li ?

Surtout lorsque les enjeux sont extrêmement élevés, il est très important de pouvoir compter sur un jugement objectif et indépendant pour établir ce qui s’est réellement passé, indépendamment des interprétations officielles. L’histoire fournit de nombreuses preuves démontrant que les interprétations officielles des événements transformateurs s’écartent souvent de la vérité afin de servir et de protéger les intérêts d’un pouvoir bien établi.

Tout semblant de procédure régulière et d’État de droit peut rapidement s’évaporer lorsque des institutions puissantes avancent des interprétations d’événements catastrophiques utilisées pour justifier leur propre invocation illimitée de pouvoirs de mesures d’urgence. Les exemples bien documentés de la déformation et de l’exploitation de la débâcle du 11 septembre montrent bien la gravité du danger actuel. Les origines de l’épidémie de coronavirus de Wuhan n’ont pas encore été correctement traitées et expliquées par un groupe d’enquêteurs véritablement indépendants.

L’ambassadeur de Chine aux États-Unis, Cui Tiankai, a reconnu le 9 février sur Face the Nation de CBS  qu’il n’y a aucune certitude sur les origines du COVID-19. Lorsque Margaret Brennan de CBS lui a demandé d’où venait le virus, l’ambassadeur chinois a répondu : « Nous ne savons toujours pas ».

Bien que des géants des médias comme le Washington Post se soient ingérés pour justifier les prétentions de l’autorité établie dans ce fiasco, il subsiste un niveau élevé d’incertitude sur ce qu’est COVID-19, d’où il vient et pourquoi il s’est répandu si rapidement. Quels sont les facteurs qui ont conduit aux modifications génétiques déterminant la structure biologique de la nouvelle souche de Coronavirus ? Que s’est-il passé au cours du voyage biologique du Coronavirus du SRAS à la souche Coronavirus qui a déclenché la bombe épidémiologique à partir de Wuhan ?

Le gouvernement communiste chinois a-t-il joué un rôle dans la création du COVID-19, intentionnellement ou par inadvertance ? Que savait le gouvernement chinois quand ses dirigeants l’ont su ? Ces questions fondamentales n’ont pas encore été examinées objectivement par un groupe d’experts véritablement indépendants, qui ne dépendent d’aucun centre d’autorité établi, de financement, de publicité et de réseau politique.

La nécessité de transcender tout conflit d’intérêt dans l’enquête officielle sur cette affaire doit d’une manière ou d’une autre être réalisée si l’on veut que l’objectivité prévale dans le processus de mise au jour, d’organisation et d’évaluation des preuves. L’objectif premier de ce processus doit être de faire ressortir la vérité, même si de telles révélations peuvent être embarrassantes pour les intérêts d’un pouvoir bien établi. Un processus doit être lancé sans céder aux préjugés politiques d’institutions et d’individus ayant beaucoup à protéger, avec des intérêts majeurs dans la détermination du résultat des enquêtes.

Une version des événements est que la contagion a commencé lorsqu’une souche de maladie virale mutée a sauté d’une chauve-souris ou d’un serpent dans les rouages biologiques d’un ou plusieurs humains. Ce saut de l’animal à l’homme est censé avoir eu lieu dans l’enceinte du marché alimentaire traditionnel en plein air de Wuhan, où l’on peut acheter et vendre des chauves-souris, des serpents, des chats, des ratons laveurs, des poissons, des opossums, etc.

Une impression d’incrédulité grandissante se développe face à l’idée que tout ce chaos a commencé avec quelques personnes qui ont dévoré des bestioles mortellement infectées en se payant un marché en plein air. En fait, cette explication fait l’objet de beaucoup de satire et de ridicule alors même que la nature horrifiante du déroulement des événements s’intensifie.

Une autre source possible de la contagion est le Laboratoire national de biosécurité de Wuhan, l’une des installations les plus sophistiquées de Chine, conçue pour la recherche biologique sur les formes de virus les plus mortelles connues de l’humanité. Cette installation de recherche, dotée de capacités de confinement de biosécurité niveau 4, est née de l’expansion et de l’élaboration d’une agence plus ancienne connue sous le nom d’Institut de virologie de Wuhan.

 
Laboratoire national de biosécurité de Wuhan

Comme il sera démontré, l’Institut de virologie de Wuhan est considéré par certains experts, dont un groupe prestigieux de l’Université technologique de Chine du Sud à Guangzhou, comme la source probable du contaminant. Comme on le verra plus loin, l’Institut de virologie de Wuhan et son prolongement, le Laboratoire national de biosécurité, sont considérés par certains comme étant intégrés à des sites plus secrets où sont centrées les opérations militaires du prétendu programme de guerre biologique de la Chine.

L’accent mis sur le type de procédures qui ont lieu à l’Institut de virologie de Wuhan soulève la question de savoir si une fuite virale accidentelle de cette agence constitue l’origine première de l’épidémie. Une autre possibilité est qu’une sorte de jeu de pouvoir au sein de l’élite dirigeante chinoise ait pu conduire à la décision de créer et de libérer une arme biologique au cœur de l’une des zones les plus peuplées du monde.

Une autre possibilité encore est que l’épidémie de coronavirus de Wuhan fasse partie d’un programme de « guerre hybride » du gouvernement américain contre la Chine. Les spéculations entourant ce scénario soulignent que des centaines de soldats américains se trouvaient à Wuhan fin octobre 2019 pour les Jeux militaires mondiaux.

Comme Mark Episkopos l’a fait valoir dans The National Interest, la théorie selon laquelle le gouvernement américain serait à l’origine de la propagation du coronavirus COVID-19 a été bien rapportée dans certains médias russes. Cette « rumeur » est également celle à laquelle l’ambassadeur chinois aux États-Unis, Cui Tiankai, a fait spécifiquement référence dans l’émission Face the Nation de CBS lorsqu’il a réfuté l’allégation selon laquelle le programme de guerre biologique de la Chine était d’une manière ou d’une autre impliqué dans les origines de l’épidémie.

L’une des personnes interrogées sur le sujet est Igor Nikulin. M. Nikulin a déclaré : « Wuhan a été choisie pour l’attaque [par les responsables militaires américains] parce que la présence locale de l’Institut de virologie de Wuhun offre au Pentagone et à la CIA une couverture pratique sur des expériences biologiques qui ont mal tourné. »

S’il s’avère que la source de l’épidémie de nouveaux coronavirus est une arme de guerre biologique, une autre question se pose : le germe d’attaque est-il génétiquement modifié pour cibler un groupe ethnique spécifique ? S’inspirant de ses observations sur la recherche biologique américaine dans certaines des anciennes républiques de l’Union soviétique, Nikulin a fait remarquer :
« les laboratoires américains en Eurasie, soi-disant financés par le Pentagone, ont collecté et traité du matériel génétique provenant de populations russes et chinoises pour créer un virus “ethniquement spécifique” qui ne viserait que certaines populations. »

Episkopos ajoute que les observations de Nikulin sont conformes à la position de l’expert militaire russe, Viktor Baranets. Baranets a affirmé que la guerre biologique est devenue une nouvelle arme « dans la lutte américaine pour la suprématie mondiale contre ses principaux adversaires ». De nombreux éléments indiquent que l’un des principaux axes de la recherche génétique en matière de guerre biologique consiste depuis longtemps à cibler des groupes ethniques spécifiques pour les rendre malades et les tuer. Il y a des raisons évidentes pour lesquelles ceux qui sont engagés dans le développement d’armes biologiques voudraient réduire leur objectif à des ennemis envisagés plutôt que d’élever des germes pour tuer sans discrimination tous les humains sur leur chemin, qu’ils soient amis ou ennemis.

Lance Welton aborde certains sujets supposés tabous mais néanmoins contestés dans un article intitulé « Les Asiatiques sont bien plus sensibles aux coronavirus que les autres races, et ont plus de chances de mourir ».

Welton laisse de côté la question de savoir pourquoi le COVID-19 semble avoir un impact beaucoup plus virulent et mortel lorsqu’il s’agit de cibler les personnes partageant des ancêtres chinois et asiatiques. Le revers de la médaille est que les personnes d’ascendance principalement européenne semblent statistiquement beaucoup moins menacées lorsqu’il s’agit de succomber à la force épidémiologique du COVID-19.

Welton a observé combien il est devenu difficile en Occident de soulever publiquement des questions concernant les différentes vulnérabilités des différents groupes ethniques à certaines maladies. Il cite des preuves anecdotiques selon lesquelles, jusqu’à présent du moins, tous les décès en dehors de la Chine ont principalement touché des Chinois de souche. De cette observation, Welton conclut que les caractéristiques raciales sont un facteur significatif dans la détermination de la vulnérabilité aux maladies causées par le COVID-19.

Le fait que ce sujet soit si assidûment ignoré par ceux qui sont engagés dans la recherche du politiquement correct amène Welton à commenter :
« Cela ne fait que montrer à quel point notre tabou sur la ‘race’ est devenu pathologique. Le déni de la race est si fort que les éventuelles différences raciales dans l’incidence d’une maladie ne peuvent être mentionnées, ni même suggérées ».


Lisez la deuxième partie de cet article

 

yogaesoteric
1 avril 2020

 

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest site folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More