Franc-Maçonnerie et Schizophrénie – Dr Jekyll & Mr Hyde : Comprendre les arcanes du pouvoir (3)


Par Alexandre Lebreton

Lisez la deuxième partie de cet article

Dans le documentaire de Karl-Zéro « Le fichier de la honte », on y voit le rapporteur de l’ONU Juan Miguel Petit déclarer à propos de son enquête en France : « Il y a eu des plaintes et des dénonciations précises de mères qui se disent poursuivies par des groupes, pouvant être assimilés à des mafias ou à des loges, organisant la pornographie infantile. »

Voici un extrait du livre de Marshall Thomas « Monarch, The New Phoenix Program », reliant la Franc-maçonnerie aux Abus rituels/Contrôle mental :

« La grande majorité des francs-maçons joignent et subissent des rituels qui semblent n’avoir aucun sens ; c’est seulement lorsque l’on rentre dans les niveaux les plus élevés, le cercle dans le cercle si vous voulez, que ce savoir secret sur ce qu’est véritablement cette organisation et ses rituels est révélé. Cette connaissance est communiquée à une sélection de quelques personnes qui atteignent le 32° et au-delà. Ce que sont ces rites et cette organisation reste encore à prouver.

La franc-maçonnerie est l’un des points communs les plus importants reliant entre elles les victimes d’abus rituels. Ces victimes de rituels traumatiques ont souvent subi des expérimentations de type MK-Ultra dans l’enfance. Des milliers de personnes de différentes régions du pays, qui n’ont jamais été en contact les unes avec les autres racontent toutes globalement la même histoire – qu’elles ont été contraintes à participer à des abus rituels, comprenant des viols d’enfants et des sacrifices rituels. La cohérence de ces histoires, les liens entre abus rituels et MK-Ultra, semblent au début être une fiction, mais les témoignages des victimes sont très cohérents et la participation de francs-maçons de hauts degrés à ces pratiques a été répétée de nombreuses fois (voir cet article).

Beaucoup de personnalités impliquées dans les expérimentations du MK-Ultra étaient des francs-maçons de haut degrés, comme le Dr Sidney Gottlieb, George Estabrooks, Ewen Cameron et d’autres membres de la communauté des renseignements. Les francs-maçons ont été accusés de nombreuses choses au fil des années, mais il est probable que la franc-maçonnerie ait été infiltrée par des membres de la CIA, liés au MK-Ultra, dans un effort de contrôler ce système fermé et avoir ainsi accès à des sujets expérimentaux. Le programme MK-Ultra a été déplacé hors des laboratoires vers ces systèmes fermés de différents types qui pourraient être manipulés et utilisés pour fournir un grand nombre d’enfants pour les expériences de contrôle mental et les opérations de chantage sans impliquer directement la CIA. (sous entendu : les réseaux maçonniques recèleraient d’enfants fractionnés/dissociés par les rituels traumatiques) »

La survivante américaine du programme MK-Ultra, Claudia Mullen, ayant témoigné en 1995 devant la Commission Consultative Présidentielle sur les expériences impliquant l’irradiation d’êtres humains (dans le cadre de la programmation mentale), a rapporté avoir participé à des soirées en loges maçonniques lorsqu’elle était enfant. Selon Mullen, les médecins qui travaillaient sur elle dans le cadre du MK-Ultra, l’envoyaient chez les francs-maçons dans le but précis de renforcer ses états dissociatifs en raison des traumatismes extrêmes qu’ils lui faisaient subir. Elle décrit des orgies pédocriminelles au sein même de la loge :

« Ils connaissaient dès le début mes facultés dissociatives et ils l’ont exploité au maximum. Parce que plus vous vous fractionnez/dissociez, et plus il est facile pour eux de cacher ce qu’ils font. Ils peuvent créer les circonstances qui vous amènent à vous dissocier, comme le traumatisme que je viens de décrire… En m’envoyant par exemple dans une loge maçonnique, pour une fête. Ils m’y envoyaient en sachant que quelque chose d’horrible allait m’arriver… Ils savaient alors que j’allais me fractionner / dissocier… Je me suis souvenu en premier de l’inceste, des trucs incestueux à la maison… Puis de manière progressive des rituels… Je suis allée à deux ” fêtes ” maçonniques dans une loge : ces gens deviennent fous lors de ces soirées, ils se saoulent… Ils vous font tourner… C’est horrible ce qu’ils font… Ils vous faisaient faire des trucs sexuels, mais aussi regarder les autres le faire, tout ce que vous pouvez imaginer, même avec des animaux… et vous deviez regarder ça… C’est aussi traumatisant que de le subir soi-même… Vous êtes un enfant, et vous devez rester là à regarder un gamin deux fois moins âgé que vous se faire torturer ou violer, etc… C’est aussi traumatisant que de le subir soi-même. Ensuite ils vous donnent le choix : vous pouvez prendre leur place… Vous devez décider si cela sera vous ou elle… Et si vous décidez de ne pas le faire, vous devez vivre avec la culpabilité que cela soit arrivé à l’autre parce que vous en aviez décidé ainsi. Dans un sens comme dans l’autre, ils vous tiennent… Vous êtes généralement foutus, il n’y a aucune issue à ce genre de situations. » ⁶

La survivante américaine Svali a également rapporté : « Pendant treize ans, les sévices ont parfois eu lieu dans un temple maçonnique à Alexandria, en Virginie. Certains de mes agresseurs étaient des francs-maçons, bien que la plupart des membres de cette loge ignoraient que certains d’entre eux l’utilisaient à cette fin. » ⁷

L’australienne Kristin Constance a témoigné en 2011 avoir été victime d’abus rituels et de contrôle mental. Ses bourreaux n’étaient autres que ses grands-parents, fondateurs d’une loge maçonnique féminine (Ordre de l’Étoile Orientale). Voici ce qu’elle a déclaré :

« Je me souviens avoir été mise en cages, je me souviens des électrochocs, des scarifications, des viols, des prises de photos, de la drogue, de l’hypnose, des privations alimentaires / lumière / oxygène / sommeil. J’ai aussi été enfermée dans un cercueil avec des araignées. J’ai participé à des rituels en intérieur mais aussi en pleine nature. J’ai été attachée sur des autels. J’ai participé à des simulacres de mort et de naissance. Je me souviens de trappes souterraines dans les salles mais aussi d’avoir été d’innombrables fois réveillée au milieu de la nuit pour être emmenée aux rituels. J’ai été tailladée, percée, piquée afin que mon sang soit utilisé dans les rituels (…)

La programmation par les couleurs que j’ai subi avait lieu dans des chambres souterraines. Chaque pièce avait une couleur différente, correspondant à différentes programmations. Les couleurs semblaient correspondre à celles de l’Étoile Orientale : bleu, jaune, blanc, vert, rouge et noir pour le centre. La chambre rouge avait une lumière rouge, un brancard, une table pleine d’instruments de torture et un équipement pour les électrochocs. Dans cette pièce, le côté droit de mon corps était recouvert tandis que le côté gauche subissait les tortures électriques. Des électrodes étaient placées sur mes articulations, ce qui provoquait une douleur paralysante que je ressens encore aujourd’hui. On me chuchotait des choses à l’oreille gauche et des décharges électriques étaient appliquées sur mes tempes (…) Dans la chambre bleue, il y avait une lumière bleue, un brancard, un équipement pour les électrochocs, des sceaux et un évier. Le côté gauche de mon corps était recouvert, et c’est le côté droit qui recevait des chocs électriques. Ici, les décharges étaient appliquées sur mes muscles (…) Le Rouge concerne l’esclavage sexuel et les rituels de sang. Je ne sais pas si chaque personne programmée par des francs-maçons reçoit ce type de protocole basé sur les couleurs. Je soupçonne que selon le type de personnalité, certaines couleurs seront accentuées et travaillées plus que d’autres. Peut-être que les dates de naissances influencent les couleurs choisies. Je ne comprends pas ce qu’ils essayent de faire ou de créer… Je me demande vraiment quelle est la ligne directrice qu’il y a derrière tout cela. » ⁸

Le passage à travers le miroir = la dissociation

Les rituels traumatiques extrêmes servent à provoquer cette « illumination » : la transcendance du corps physique par le biais du phénomène dissociatif. Le cœur de la perversion satanique consiste à « arracher l’âme » de la victime pour vampiriser son énergie et contrôler son esprit. Ce ne sont pas les rituels en eux-mêmes qui comptent vraiment mais plutôt leurs effets à des niveaux qui dépassent le monde matériel…

La canadienne Lynn Moss-Sharman, survivante et fondatrice du journal « The Stone Angels » et porte parole de ACHES-MC Canada (Advocacy Committee for Human Experimentation Survivors & Mind- Control), a déclaré dans une interview avec Wayne Morris en 1998, que la franc-maçonnerie est un dénominateur commun dans les témoignages d’abus rituels et de contrôle mental :

« Nous avons réalisé qu’un grand pourcentage des victimes avaient également été impliquées dans l’abus rituel maçonnique. Nous avons commencé à regarder cela de beaucoup plus près parce qu’il semblait y avoir un dénominateur commun. Il y avait des conversations à ce sujet qui ont eu lieu lors des réunions, la crainte concernait cette connexion maçonnique. J’ai mis quelques petites annonces dans le “Globe & Mail” à ce propos ainsi que pour annoncer les conférences à venir. Ces quelques mots qui parlaient de la connexion maçonnique ont généré des appels téléphoniques et des lettres de victimes venant de tout le Canada. Des gens qui se décrivaient eux-mêmes comme des survivants d’abus rituels maçonniques, vivant encore dans la terreur. C’était toujours des filles de francs-maçons du Rite écossais ou des filles de Shriners (branche maçonnique). Des quatre coins du Canada, ces personnes ont commencé à témoigner sur des souvenirs de ce qui pourrait être décrit comme de l’expérimentation sur le contrôle mental. Cela a commencé à se manifester en Novembre 1994. » ⁹

Robert Oxnam a siégé pendant plus d’une dizaine d’années à la tête de la prestigieuse institution culturelle américaine, l’Asia Society. Il fait partie de ce qu’on appelle « l’élite » et côtoyait des gens comme Bill Gates, Warren Buffet, Georges Bush, etc. mais il est également multiple… c’est à dire que sa personnalité est fractionnée, il a été diagnostiqué avec un trouble dissociatif de l’identité et a écrit une autobiographie intitulée « A Fractured Mind » – un esprit fracturé. (Voir ce reportage CBS consacré à son trouble de la personnalité)

Il est intéressant de noter que son grand-père n’était autre que Garfield Bromley Oxnam, un important représentant de la communauté protestante américaine, leader de l’American Methodist Church et premier président du Conseil œcuménique des Églises (Voir cet extrait de A Fractured Mind). Le grand-père Oxnam était un ami de l’évangéliste Billy Graham, tous deux militants pour un libéralisme chrétien visant l’établissement d’une religion mondiale « One Church for One World ». Selon Fritz Springmeier, G.Bromley Oxnam et Billy Graham étaient des francs-maçons du 33ème degré impliqués dans les pratiques d’abus rituels sataniques et de contrôle mental… John Daniel, dans son ouvrage « Two Faces of Freemasonry » indique que le grand-père Oxnam aurait atteint le 3° degré à la Temple Lodge 47 de Greencastle le 22 novembre 1929 et reçu au 33° degré honorifique le 28 septembre 1949.

Nous avons donc Springmeier qui affirmait dans les années ’90, selon ses sources, que le grand-père Oxnam était un haut-initié franc-maçon impliqué dans les rituels traumatiques… des allégations jamais prouvées… puis, une décennie plus tard (en 2006), nous avons son petit fils, Robert Oxnam, qui révèle publiquement qu’il souffre d’un sévère fractionnement de la personnalité (trouble dissociatif de l’identité)… qui est le symptôme typique des conséquences d’abus rituels traumatiques visant le contrôle mental. N’est-ce pas une forte indication que les sources de Springmeier sont fiables et que la famille Oxnam pratiquerait ces horreurs sur sa descendance ? On peut penser que Robert Oxnam a subi une programmation basée sur les traumatismes. Suite à de brillantes études, il a très vite été mis en avant dans les grands médias et « propulsé » pour rapidement obtenir un poste prestigieux et élitiste…

Il semblerait que l’initiation traumatique des enfants dans certaines loges maçonniques ait pour but d’obtenir un vivier d’individus plus ou moins mentalement programmés et donc aptes à servir le projet maçonnique dans un futur proche. À l’adolescence et à l’âge adulte, l’enfant passé par les abus rituels maçonniques – et le contrôle mental qui en découle – recevra tous les soutiens et l’argent nécessaire de la part du réseau pour être injecté stratégiquement dans la société où il apparaîtra avec une personnalité de façade (Dr Jekyll). Le but étant de placer aux postes clés des individus « sûrs », les « maillons faibles » n’étant pas envisageables dans un tel système de contrôle global.

Notes :
⁶ Interview with Claudia Mullen, Wayne Morris, CKLN-FM – Mind Control Series Part 7
⁷ « Cults that abuse » – Svali, 18/04/2000
⁸ Kristen Constance – « Alleged Ritual Abuse by Freemasons and Order of the Eastern Star in Australia » – S.M.A.R.T. 2011
⁹ Interview with Lynn Moss Sharman, Wayne Morris, CKLN-FM – Mind Control Series Part 16

Lisez la quatrième partie de cet article


yogaesoteric
29 mai 2020

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More