« L’État profond » est réel (1)

Depuis que Donald Trump a été élu président des États-Unis, une grande quantité d’informations classifiées ont fait l’objet de fuite à partir du gouvernement à la presse. La plupart de ces informations provenant de sources anonymes et à peine anonymes ont été conçues pour discréditer, endommager et possiblement mettre fin à sa présidence.

 

Pendant ce temps, les agences de renseignement n’ont pas divulgué les rapports de renseignement au président, et les anciens chefs d’espionnage ont dénoncé le président comme étant inexpérimenté, instable et immoral. Les agents fédéraux ont perquisitionné le bureau de l’avocat personnel du président. Les bureaucrates ont trouvé des moyens d’obstruer, de ralentir, de contester ouvertement ou simplement d’ignorer les instructions du président. Lorsque le président Trump a publiquement critiqué et renvoyé des fonctionnaires pour un tel comportement, les commentateurs de nouvelles l’ont accusé de démanteler un pilier du gouvernement américain.

Les complexités vagues et les « dénégations plausibles » à l’intérieur du labyrinthe du gouvernement fédéral sont suffisamment confuses. Mais ces scandales, enquêtes, accusations et mensonges au sein du gouvernement sont absolument déconcertants pour plusieurs. Mais tout se résume à un fait précis et inquiétant : Le gouvernement fédéral est en guerre avec lui-même.

Les bureaucrates à Washington mènent une guerre civile contre l’administration Trump. Il a dit qu’il voulait « drainer le marais », mais le marais se défend. Beaucoup de commentateurs disent que quelque chose appelé « l’État profond » essaie d’exercer son contrôle sur le gouvernement des États-Unis au point de forcer le président Trump à quitter son poste.

Le stratège républicain Roger Stone a déclaré que si les mondialistes au sein du gouvernement réussissaient à évincer le président Trump, un « spasme de violence » pourrait éclater. Certains décrivent la nation comme fonçant vers l’émeute et la guerre urbaine. De tels avertissements semblent extrêmes. Mais pour savoir à quel point on devrait prendre au sérieux la menace de l’État profond, on doit comprendre ce qu’il est et pourquoi il combat le président Trump.

L’État profond se lève

Le terme « État profond » est apparu dans les années 1970 en Turquie pour décrire un gouvernement puissant et non élu de bureaucrates, d’espions et d’officiers militaires qui se sont associés avec des cartels de la drogue pour réprimer une insurrection kurde.

Le Dictionnaire anglais Oxford définit « l’État profond » comme « un ensemble de personnes, généralement des membres influents des organismes gouvernementaux ou de l’armée, soupçonnés d’être impliqués dans la manipulation secrète ou le contrôle de la politique gouvernementale ».

Aux États-Unis, le terme décrit généralement la bureaucratie permanente des fonctionnaires non élus qui gouvernent le pays avec une autonomie croissante et une transparence décroissante.

Les craintes qu’un tel groupe de fonctionnaires non élus puisse secrètement diriger la politique gouvernementale remontent à 1947, lorsque le président Harry Truman a signé la loi sur la Sécurité nationale. Cette loi a créé le département de la Défense, le Conseil de sécurité nationale, le Comité des chefs d’état-major interarmées et l’Agence Centrale du renseignement. Pendant la guerre froide, des responsables comme le directeur de la CIA, Allen Dulles, et le directeur du Bureau fédéral d’enquête, J. Edgar Hoover, ont recruté au moins un millier d’anciens agents nazis pour travailler en tant qu’espions et informateurs américains. Cela a été fait derrière le dos du peuple américain, et le président Truman en est venu à regretter profondément son rôle dans la création de ces agences.

« Je n’ai jamais pensé que lorsque j’ai mis en place la CIA, qu’elle serait injectée dans des opérations d’espionnage en temps de paix », écrit-il dans le Washington Post du 22 décembre 1963. « Certaines des complications et des embarras je pense que nous avons connu, sont en partie attribuables au fait que le bras du président de cette intelligence silencieuse a été si éloigné de son rôle prévu qu’il est interprété comme un symbole d’intrigue étrangère sinistre et mystérieuse – et un sujet pour la propagande ennemie de la guerre froide ».

 

Harry Truman s’adresse aux médias en 1945 à Washington, D.C.

Au lieu de rendre la CIA plus responsable devant le peuple américain, les autorités gouvernementales ont permis à la communauté du renseignement de continuer à fonctionner avec une surveillance négligeable et une indépendance considérable, allant jusqu’à assassiner des dirigeants étrangers et surveiller illégalement les communications des citoyens américains, y compris le président des États-Unis. En 1971, un sténographe de la Marine avoua avoir fouillé dans des sacs brûlés, des enveloppes inter-bureaux et des porte-documents utilisés pour la communication entre le président Richard Nixon et le secrétaire d’État Henry Kissinger et a transmis des documents confidentiels au Comité des chefs d’état-major interarmées du Pentagone. (Cet acte d’espionnage fut connu sous le nom de l’affaire Moorer-Radford.) Le Comité des chefs d’état-major interarmées espionnait illégalement leur commandant en chef.

Lorsque le sénateur Frank Church a mené une enquête sur les activités de la CIA, du FBI et du Conseil de sécurité nationale dans les années 1970, il a averti que les progrès technologiques donnaient à ces agences des pouvoirs de surveillance sans précédent.

« Si ce gouvernement devenait une tyrannie, si un dictateur prenait le pouvoir dans ce pays, la capacité technologique que la communauté du renseignement a donné au gouvernement pourrait lui permettre d’imposer une tyrannie totale, et il n’y aurait aucun moyen de riposter parce que même l’effort le plus prudent pour combiner ensemble la résistance au gouvernement, peu importe si cela serait fait en privé, est à la portée du gouvernement de savoir », a dit le sénateur Church sur l’émission de télé Meet the Press de la NBC en 1975. « Je ne veux pas voir ce pays franchir le pont. Je sais que la capacité est là pour faire une tyrannie totale en Amérique, et nous devons veiller à ce que cette agence et tous les organismes qui possèdent cette technologie opèrent à l’intérieur de la loi et sous une supervision adéquate, afin que nous ne franchissions jamais cet abîme ».

Mais les capacités technologiques que Church nous a mises en garde se sont renforcées sous les présidences de George W. Bush et de Barack Obama. Le président Bush a signé un décret en 2002 autorisant la NSA à espionner les citoyens américains et les ressortissants étrangers si le gouvernement soupçonnait qu’ils avaient des liens avec des terroristes. Même si le président Obama a promis de limiter la collecte de données des citoyens américains, il a grandement élargi le pouvoir établi de surveillance de l’Amérique. Pendant son administration, les agents du renseignement surveillaient illégalement les journalistes, les membres du Congrès, la campagne présidentielle Trump et des millions de citoyens américains.

Même si Barack Obama n’est plus président, la plupart des 850.000 personnes qui détenaient des autorisations top secret dans son administration sont toujours au travail.

La quatrième branche du gouvernement

Qu’on l’appelle l’État profond ou quelque chose d’autre, il est indéniable que Washington a une bureaucratie profondément incrustée qui existe depuis des décennies. Beaucoup de ces bureaucrates s’opposent farouchement au président Trump et à son entourage. Les problèmes que cette réalité crée représentent une énorme distorsion de la façon dont les pères fondateurs de l’Amérique ont établi le gouvernement.

 

Le Capitole des États-Unis (G), la Maison-Blanche (C), et le bâtiment de la Cour Suprême

Lorsque les rédacteurs de la Constitution américaine ont conçu trois branches égales du gouvernement, ils ont donné au pouvoir législatif le pouvoir de rédiger des lois, le pouvoir judiciaire d’interpréter les lois et le pouvoir exécutif d’appliquer les lois. La bureaucratie gigantesque dont beaucoup d’Américains imaginent lorsqu’ils pensent au gouvernement fédéral ne figure absolument pas dans la Constitution. Elle est supposée d’exister uniquement pour servir le pouvoir exécutif – qui est le président – dans l’exercice de ses fonctions constitutionnelles. Au lieu de cela, elle est devenue une quatrième branche non élue du gouvernement.

Les premiers présidents étaient assistés par un nombre limité de fonctionnaires qu’ils avaient nommés et appointés. Environ 1.000 employés non militaires ont aidé George Washington. Un siècle plus tard, environ 40.000 employés non militaires assistaient Benjamin Harrison. Moins de 50 ans plus tard, Franklin Roosevelt a fait gonfler le nombre de bureaucrates fédéraux à 3,5 millions d’employés non militaires. A présent, il y a 2.794.000 employés fédéraux dans 15 départements, 69 agences et 383 sous-agences non militaires. Cet état administratif tentaculaire a consommé 3,98 trillions de dollars en 2017, soit un cinquième de la production économique totale des États-Unis.

Ces bureaucrates non élus sont techniquement censés relever du président, mais il y en a beaucoup trop à gérer. Les nouveaux présidents nomment moins de 1 pour cent des postes fédéraux. Les 99 pour cent restants sont des bureaucrates de carrière. C’est pourquoi la plupart des agences fédérales ont évolué en entités indépendantes sur lesquelles le président a un contrôle limité. L’État profond ne consiste pas seulement en agents de renseignement ; c’est beaucoup plus grand que ça. Cela est très préoccupant pour quiconque croit que la force, la stabilité et la survie de l’Amérique dépendent des principes de la liberté individuelle dans les gouvernements constitutionnels.

« Cette croissance exponentielle a conduit à une puissance et une indépendance croissante pour les agences », a écrit Jonathan Turley, professeur de droit à Georgetown, dans un éditorial du Washington Post. « Le changement d’autorité a été stupéfiant. La quatrième branche a maintenant un impact pratique plus important sur la vie des citoyens que toutes les autres branches réunies » (24 mai 2013).

Une étude a révélé que les législateurs élus au Congrès ont décrété 138 lois publiques en 2007 – tandis que les bureaucrates fédéraux non élus ont établi 2.926 règlements. Une étude similaire a révélé que les juges fédéraux gèrent environ 95.000 procédures chaque année, comparé à 939.000 affaires jugées par des « tribunaux » administratifs rattachés à des agences fédérales individuelles à l’intérieur du pouvoir exécutif. Altérant la séparation des pouvoirs établis dans la Constitution, de nombreuses bureaucraties fédérales possèdent les trois pouvoirs de la législature (les règlements), le judiciaire (les « tribunaux » administratifs) et l’exécutif (l’application par des agents armés).

Si les Américains ne sont plus gouvernés par des lois votées par leurs représentants élus, ils ne vivent plus dans une république démocratique. Ils vivent dans une technocratie autoritaire dirigée par des bureaucrates puissants et non élus, des fonctionnaires, des chefs militaires et des agents du renseignement.

Lisez la deuxième partie de cet article
 
 
 

yogaesoteric

21 septembre 2018

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More