Chères jeunes générations, ne passez pas votre vie dans une bulle (1)

 

Par Roger W. Koops

Chères jeunes générations ;

J’écris à la jeune génération. Quand on devient un vieux comme moi, tout jeune est de la jeune génération. Je me concentre sur un peu plus de la moitié de la population des États-Unis qui a moins de 40 ans, mais ce message s’adresse également aux personnes plus âgées. J’écris ceci parce que, en tant que scientifique, je suis très inquiet de ce qu’est devenue l’espèce humaine. En quelques mois seulement, nous avons vu l’espèce se transformer en une espèce paniquée, irrationnelle et hystérique.

Une grande partie de cette hystérie nous a été imposée par des gens qui ont été élus pour nous représenter, et non pour nous dicter. Tous n’ont pas suivi cette voie, mais la plupart l’ont fait. Ils semblent maintenant ne servir qu’eux-mêmes. Les théâtres sont peut-être fermés, mais nous avons certainement l’occasion de voir ces gens faire de l’esbroufe en permanence. Leur principal message est qu’ils décideront de tous les risques pour la société.

En tant qu’êtres humains, nous vivons chaque jour de notre vie en choisissant nos risques dans la vie. Nombreux sont les risques auxquels nous ne pensons même pas consciemment. Dès notre plus jeune âge, les adultes et nos pairs nous apprennent les risques et les conséquences de ces risques. On nous apprend qu’il y a des risques que nous pouvons gérer à des degrés divers et qu’il y a ensuite des risques qui impliquent d’autres personnes pour les atténuer. La plupart des risques se combinent, c’est-à-dire que nous pouvons avoir un certain contrôle sur le risque mais que nous sommes toujours dépendants des autres. Mais, croyez-le ou non, les risques sont atténués par des comportements répétitifs, par l’économie et par de nombreux facteurs.

Tous ces facteurs sont pris en compte dans les décisions que nous prenons. Par exemple, voler en avion offre un petit contrôle sur le risque. Pourtant, en prenant cette décision, vous partez du principe que le pilote et l’équipage sont bien formés, que l’avion est correctement entretenu, qu’il a été correctement ravitaillé en carburant, que le plan de vol n’a pas d’intersection avec un autre avion, etc. Ce qui vous permet de prendre cette décision en matière de risque, c’est la performance passée et la connaissance des personnes qui assument le risque. Mais vous avez toujours le choix de ne pas prendre l’avion.

L’évaluation et la gestion des risques sont donc entièrement un exercice individuel de responsabilité personnelle. Cette évaluation est si personnelle parce qu’elle correspond à la façon dont chacun de nous choisira de vivre sa vie. Personne ne veut vraiment que quelqu’un lui dise comment vivre sa vie et contrôler ces risques. Certaines personnes sont prêtes à prendre des risques personnels élevés pour vivre ce qu’elles veulent dans la vie.

Parfois, elles choisiront la forte possibilité d’une mort précoce si cela signifie qu’elles doivent vivre une expérience satisfaisante. Pourtant, ces derniers mois, un très petit nombre de personnes, sans réelle compréhension de ce qu’elles font, prennent désormais ces décisions de risque pour tout le monde. Et si l’impact sur la santé a été le plus ressenti sur les personnes âgées et les personnes démunies, l’impact sur la vie a surtout été ressenti sur votre génération et sur les moins fortunés de tous les âges de la société.

Les maladies infectieuses ne connaissent pas les risques ou la prise de risques.

Un virus est une molécule qui cherche à obtenir la réaction chimique nécessaire pour maintenir son cycle de vie – POINT A LA LIGNE. Ses avantages sur le plan de l’évolution dépassent ce que nous avons pu comprendre jusqu’à présent. Il recherche des cellules pour survivre comme nous consommons de la nourriture ou respirons de l’air. Techniquement, les virus n’ont pas de préférence. Un virus cherche à entrer dans une cellule viable qu’il peut ensuite utiliser pour se répliquer. Ainsi, aux premiers stades de l’infection, les règles du jeu sont assez équitables pour tous les hôtes. Pourtant, les humains ont plutôt bien réussi contre eux.

Mais, une fois infecté, le combat est dorénavant très personnel. Chaque individu aura un ensemble différent de faiblesses, de forces et de défenses face à l’infection. La formule est essentiellement la même pour toutes les maladies infectieuses ; votre risque de maladie grave augmente en cas d’affaiblissement du système immunitaire, de maladie chronique ou aiguë dans des organes critiques de votre corps, de stress physique et émotionnel et d’âge (parce que toutes vos fonctions corporelles s’affaiblissent et ralentissent).

Le combat contre les virus est donc un combat personnel. Il s’agit d’un combat entre l’individu et le virus. Les humains ont la possibilité d’obtenir une aide supplémentaire, principalement auprès de leur médecin. C’est ce à quoi les médecins s’entraînent – traiter chaque individu et ses problèmes de santé. Les gouvernements n’ont PAS leur place dans cette bataille.

Les humains peuvent influencer les facteurs qui augmenteront votre risque. La charge virale est toujours la clé. Ainsi, un mauvais entretien des bâtiments et un mauvais assainissement peuvent augmenter votre risque. Le confinement peut accroître votre risque. Mettre des personnes déjà malades avec des personnes à risque augmente VRAIMENT leurs risques. Mais, le virus agit comme un virus.

Peut-être qu’au cours des derniers mois, vous avez compris vos risques et les conséquences possibles. Mais, parfois, cela n’est pas toujours clair en raison de tout le battage médiatique. Je peux essayer de rendre les choses plus claires pour vous.

Personnellement, je n’aime pas m’attarder sur la morbidité. Malheureusement, les virus peuvent provoquer des maladies graves chez certaines personnes et celles-ci peuvent ne pas survivre. Même les rhinovirus, qui sont considérés comme assez bénins, peuvent entraîner la mort d’une personne qui ne peut supporter ni le virus ni les infections opportunistes qui peuvent survenir. Les médias ont tellement exagéré les décès que je considère presque que c’est un sujet tabou ; enfin, presque. Mais nous pouvons et devons en tirer les leçons. Puisque le battage médiatique a porté sur la façon dont tout le monde va mourir de cette maladie, nous pouvons vraiment apprendre beaucoup des données sur la mortalité et sur les risques que vous courez en tant que jeune personne. Alors, c’est parti.

Bien sûr, nous connaissons tous la grippe. La grippe n’est pas un mauvais mot car nous nous y sommes habitués. En décembre 2017, l’Organisation mondiale de la santé a discrètement mis à jour son estimation des décès annuels dus à la grippe, qui s’élève désormais à 650.000. Pendant plusieurs années, elle a fait état de 250.000 à 500.000 décès par an, et ce chiffre comprenait tous les décès liés à la grippe, qu’ils soient respiratoires ou non. Dans le nouveau rapport, le chiffre de 650.000 décès était basé sur une définition plus étroite utilisant les causes respiratoires liées à la grippe. Comparez l’estimation de l’OMS concernant le bilan annuel de la grippe à la situation mondiale actuelle avec celle du coronavirus.

Le coronavirus existe certainement depuis aussi longtemps que la grippe, mais il n’a jamais fait l’objet de beaucoup d’attention, même s’il est responsable d’une bonne partie des rhumes. La panique sous-jacente qui a été provoquée depuis le mois de mars visait à essayer de convaincre les gens que d’une manière ou d’une autre, ce virus tuera tous ceux qui contractent la maladie. De nombreuses personnes ont adhéré à ce matraquage, mais les faits ne confirment pas le message. Les groupes à risque sont exactement ce qu’ils sont, à risque, mais ils constituent une extrême minorité de la population. En outre, l’immunité est un facteur essentiel : plus les personnes en bonne santé sont atteintes de la maladie, MOINS les groupes à risque sont exposés. Les personnes en bonne santé (c’est-à-dire principalement vous, la jeune génération) peuvent protéger les personnes à risque.

Le fait est que ce virus agit comme n’importe quelle autre infection des voies respiratoires supérieures (URI), malgré les efforts déployés pour essayer de convaincre les gens qu’il est bien pire que la grippe. Pour certaines personnes à risque, en particulier les personnes âgées en mauvaise santé et les personnes pauvres qui vivent dans des conditions difficiles avec un accès limité aux soins de santé, c’est très grave. Mais pour les personnes en bonne santé au sein de la population, en particulier pour vous, c’est un obstacle.

Personne ne veut être malade, mais la plupart des gens souffrent de maladies bénignes, deviennent en bonne santé et vont de l’avant. En faisant l’expérience de ce virus et en s’en remettant, les gens développent des anticorps importants pour s’aider eux-mêmes, mais aussi pour aider les autres dans la société. Ces personnes sont les héros de notre société. Tous devraient être fêtés. Lorsqu’un nombre suffisant de personnes auront fait l’expérience de ce virus, il commencera à s’affaiblir, mais ne disparaîtra probablement pas. Il conservera un niveau d’activité de base et rejoindra très probablement les autres souches de virus saisonniers de la grippe et des rhinovirus. Peut-être que l’année prochaine, il reviendra, peut-être pas. Si un nombre suffisant de personnes ont été touchées par la maladie, les chances d’un retour immédiat sont minces. L’année prochaine, il s’agira peut-être de la grippe ou d’un autre virus provoquant une pandémie (les rhinovirus vont-ils devenir un problème ?)

Mais, en tant que jeune personne en bonne santé, vous êtes la clé. Il est temps de briser les mythes qui ont tant érodé notre société concernant cette maladie. Les données suivantes et toutes celles qui suivront proviennent des CDC américain (cdc.gov/nchs/nvss/usrr/covid_weekly/index.htm#age/andsex) concernant la mortalité globale aux États-Unis depuis le 1er février 2020, c’est-à-dire le nombre total de personnes qui sont mortes de toutes causes par rapport à celles qui sont mortes du COVID-19 ou de causes connexes.

Ce que nous pouvons constater en premier lieu, c’est que pour l’ensemble de la population américaine, environ 0,5 % des Américains sont morts au cours de cette période, ce qui correspond à peu près au taux de mortalité moderne d’environ 1 à 1,5 % chaque année. Comme on peut s’y attendre, il existe une corrélation directe entre l’âge et le risque de décès. Au-delà de 65 ans, les décès augmentent dans chaque groupe d’âge et tous les groupes au-dessus de 65 ans sont au-dessus du pourcentage national de 0,49%.

N’oubliez pas que l’espérance de vie moyenne aux États-Unis est de 78 ans. En dessous de 65 ans, le nombre de décès dans chaque groupe d’âge diminue rapidement avec l’âge. Aux États-Unis, tous âges confondus, sur les quelque 1,6 million de personnes qui sont mortes de toutes causes au cours de cette période de six mois, moins de 9 % sont décédées des suites de la COVID-19.

Le COVID n’est pas la principale cause de décès aux États-Unis, malgré ce dont vous pouvez être inondé chaque jour par la presse minute par minute. En fait, elle n’est même pas proche de la cause principale. En outre, les enfants d’âge scolaire connaissent moins de 1% de leurs décès dans leur groupe d’âge à cause du COVID. Cela signifie que plus de 99% des enfants d’âge scolaire meurent d’une cause AUTRE que le COVID ! Même les personnes d’âge scolaire connaissent un peu plus de 1 % de décès dus au COVID.

Aux États-Unis, depuis février, il y a eu près de 260.000 cas confirmés de COVID-19 dans la tranche d’âge 0-17 ans (le nombre réel de cas est probablement beaucoup, beaucoup plus élevé, comme vous le savez probablement). D’après les données relatives à la tranche d’âge 0-14 ans, il y a eu 45 décès. Supposons qu’un total de 100 décès puisse être calculé pour la tranche d’âge 0-17 ans (désolé, les données présentées par les CDC ne sont pas toujours corrélées exactement à la tranche d’âge ; ils changent leurs structures de déclaration, pour une raison quelconque, probablement parce qu’ils sous-traitent leurs données). Pour une hypothèse de 100 décès dans la tranche d’âge des 0-17 ans et 260 000 cas confirmés, cela représente un taux de létalité d’environ 0,04 % (le taux de létalité actuel pour l’ensemble de la population sur la base des cas confirmés est d’environ 3 % (presque 100 fois plus) ; si vous calculez avec le facteur 10x à partir des études sérologiques, il est de 0,3 %), si le facteur 10x pour les cas réels se maintient dans votre tranche d’âge, le taux de létalité est maintenant de 0,004 %.

Pour les personnes en âge de conduire, vous avez plus de chances de mourir d’un accident de voiture que du COVID. Pratiquement tous les décès dans cette tranche d’âge concernaient des enfants qui souffraient également de graves problèmes médicaux sous-jacents. Par rapport à la dernière saison de grippe grave, 2017-2018, le New York Times du 1er octobre 2018 a rapport qu’il y a eu 180 décès dus à la grippe chez les jeunes enfants et les adolescents au cours de cette dernière saison.

Bien qu’il soit difficile d’établir une comparaison avec des chiffres aussi bas, il semble que les jeunes gens manipulent assez bien ce coronavirus, certainement autant, sinon mieux, que la grippe. Il est certain qu’en 2017, il n’y a pas eu de verrouillage, d’éloignement, de masquage, de fermeture d’écoles, de fermeture des frontières ou d’autres perturbations. Mais vous, la jeune génération, vous y faites bien face ! Je peux comprendre, j’ai vécu la grippe de Hong Kong en 1968 qui était plus mortelle que ce virus. Ce n’était pas drôle et je me souviens d’avoir été malade, mais j’ai survécu et mon système immunitaire s’en est trouvé renforcé. J’ai manqué quelques jours d’école, mais je n’ai aucun souvenir de la fermeture de l’école.


Lisez le deuxième partie de cet article

 

yogaesoteric
26 septembre 2020


 

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More