L’affaire des momies tridactyles de Nazca (2)

 

Lisez la première partie de cet article

Par A. Zeletzki

Alberto

Ce petit être ne serait apparenté à l’homo sapiens qu’à hauteur de 19%. Comme Josefina, sa bouche se résume à une ouverture de 15 mm de long, sans lèvres, sans dents ni muscles mordants. Il ne savait pas mastiquer et ne devait s’alimenter que de liquides. Ce serait un mâle, encore en croissance.

Maria

Cette momie en position fœtale est manifestement d’une autre espèce que les petits gris. Une grande sérénité se dégage de cette momie de taille humaine (1.70m), qui regarde vers le ciel. Cette momie semble être un hybride d’humain et d’être reptilien tridactyle comme Alberto. Son crane dolichocéphale est sans aucune ligne de suture et chauve. Il présente un volume de 19% supérieur à celui d’un humain.

Les grands yeux mesuraient environ 5cm, on ne trouve de pavillon auriculaire, juste un trou pour le canal auditif, le nez est petit, sans os nasal. En revanche, les lèvres sont humaines, et même charnues.

La peau grise est semblable à celle d’un lézard.

Les mains tridactyles possèdent cinq phalanges, terminées par des coussinets qui ont des empreintes digitales !

Une étude profonde par séquence massive, au sein de l’institut Incari, a été effectuée par le Dr Sarah Kouhou. Ils ont obtenu 33,677 % de correspondance avec le génome humain. Il y a aussi un résultat de 18.415 % de bactéries, dont une partie est commune à ce qu’on peut rencontrer dans ce genre de cas. Idem pour des virus. On sait ainsi que les voleurs avaient des chiens.

Il a aussi été déterminé que chez Maria le talon d’Achille est inséré dans l’os astragale, tandis que chez Homo sapiens, le tendon est fixé dans l’os calcanéum.

Autre curiosité dans le squelette : Maria dispose seulement de 26 os dans la colonne vertébrale pour 32 chez l’être humain.

Comme nous, Maria est dotée d’une dentition et était donc capable de mâcher ses aliments.

Les mains

Ces mains tridactyles dateraient de 7000 ans et appartiendraient à une troisième espèce humanoïde. Deux des trois mains possèdent un implant circulaire fait d’un alliage qui serait principalement composé d’or.

On trouve aussi un anneau sur l’une des mains. Il est composé de 85% de fer, ce qui n’est pas en adéquation avec l’époque sauf s’il a été forgé à base d’une météorite. Les précolombiens n’utilisaient pas le fer malgré leur avancée, alors que les romains par exemple l’utilisaient.

Des dinosaures évolués ?

Le Dr José de la C. Rios Lopez de l’institut Inkari de Cusco au Pérou établit des similitudes entre ces êtres momifiés et les théropodes dinosaures.

Il évoque par exemple l’os de pectoral de Josefina spécifique à certains types de dinosaures théropodes, en particulier les oiseaux. Quatre autres caractéristiques permettent de faire le rapprochement entre cette espèce momifiée de Josefina et les autres « petits gris » et les théropodes et les oiseaux, notamment les mains et pieds tridactyles. Le pied de Josefina est assez similaire a une espèce d’oiseau encore vivante, le casoar.

Aussi les os ont une cavité creuse, ce qui leur donne une caractéristique de légèreté et en même temps beaucoup de résistance. Cette caractéristique anatomique est typique des théropodes (dinosaures) et de leurs descendants les oiseaux.

Les mystérieux implants

Les organes momifiés sont quelques fois équipées d’objets métalliques n’ayant aucun rapport avec des bijoux. Ces éléments sont pour la plupart placés dans la main, sont généralement sous-cutanés et peuvent être alors assimilés à des implants.

Alberto a par exemple un implant à la hanche. 25 % de cuivre, 50 % d’argent, et aussi du carbonate, du sel. Une réaction sclérotique de la hanche montre que l’os a réagi à l’implant. L’être était atteint d’une maladie de type proche de l’ostéoporose. Cette composition biologique contient du cuivre qui est normalement rejeté par l’organisme humain. Mais l’ADN des êtres ne serait pas à 100 % humain.

Des objets manufacturés accompagnant les momies

On en parle peu, mais de petits artefacts accompagnaient les momies. D’après les dires de Mario, une feuille de métal à mémoire de forme aurait été venue à 8000 dollars à un Japonais.

Les rares objets qui ont été visibles par Jamin et que l’on retrouve sur les vidéos sont surtout des implants et bijoux présents sur les momies.

Josefina est dotée d’un plastron doté de petites cavités géométriques à l’intérieur, qui ne serait pas à simple vertu monumentale.

Des momies similaires en Egypte

Il y a des rumeurs d’une découverte plus ou moins similaire, réalisée en Égypte dans les années 90. Elle a été complètement étouffée. Une autre affaire est beaucoup plus connue et documentée serait survenue en 1960. Les soviétiques auraient mis la main sur un « visiteur » dans une tombe égyptienne. L’affaire portait le nom de « Projet Isis ».

On notera diverses similitudes entre les peuples précolombiens et la civilisation égyptienne antique, par exemple les fameuses pyramides, la tradition de momification et des cas d’élongation crânienne (voir en Egypte l’iconographie amarnienne et les représentations du pharaon Akhenaton que l’on attribue peut-être un peu trop facilement aux effets d’une consanguinité).

On note aussi certaines incohérences raciales : citons les cas des crânes allongés de Paracas, dont certains présentent encore des cheveux….roux ou la momie de Ramsès II (qui était tout aussi roux) pour l’Egypte, qui semblent dans tous les cas être les restes d’humains de type caucasien.

Conclusion

Il semble donc que l’homme ne soit pas la seule espèce humanoïde ayant vécu sur Terre. Ces nouvelles espèces sont-elles elles aussi d’origine terrienne ou sont-elles un apport extraterrestre ?

Sont-elles le fruit d’hybridation entre l’homo sapiens et d’autres espèces, ce qui explique qu’un certain pourcentage d’ADN humain soit retrouvé ?

Cette affaire est étayée par des éléments factuels, tels que des scanners 3D effectués par des scientifiques.

On attend donc des critiques non pas philosophiques mais basées sur des analyses scientifiques.

50.000 dollars sont offerts à quiconque peut parvenir à prouver que ces êtres momifiés ont été fabriqués artificiellement, en indiquant bien entendu la technique utilisée.

 

yogaesoteric
18 janvier 2020

 

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More